Conditions de neige en Aubrac

Bonsoir à tous
Après un long silence sur ce post, petit retour en Aubrac. Malheureusement d'autres secteurs du massif Central souffre de cet hiver étrange, ou le peu de neige fond rapidement, et qu'il faut repartir à zéro tous les 15 jours. Il est tombé 30 cm de neige vendredi dernier, suivi par un déluge de pluie jusqu'aux sommets lozérien. Le peu de neige qui a survécu à ce déluge a bien regelée cette semaine, et hier matin, une petite dizaine de centimètre d'une neige bien froide a recouvert le tout. Donc tentative ce matin pour voir si un semblant d'hiver persiste sur l'Aubrac.
Belle surprise au Col de Bonnecombe, froid (-6°C), petit vent de nord-ouest, et beau saupoudrage. Le camarade pisteur de Bonnecombe semblait confiant dans la possibilité de damer l'ensemble du domaine. De plus grand ciel bleu. Sans hésiter direction les hauteurs du massif, en direction du Signal de Mailhebiau, point culminant de l'Aubrac. Excellentes conditions, la vieille neige gelée a été recouverte par une belle petite couche de poudreuse que le vent a structuré et légèrement compacté. Les micro-reliefs ont été homogénéisés, ce qui augure d'une bonne glisse. Quel plaisir de retrouver une ambiance hivernale digne de ce nom ! Donc y a pas à hésiter, je rejoins le haut de la coulée volcanique du Mailhebiau pour tester le versant et la descente sur le buron des Rajas. L'épaisseur de neige est faible, mais suffisante pour laisser espérer les sensations tant attendus. Je ne suis pas déçu, les conditions sont dignes de mes espérances, et malgré quelques rochers qui affleurent, la neige accrocheuse et compact permet d'effectuer les premiers virages, et très vite la prudence laisse place au plaisir d'enchainer les virages en toute plénitude. Cette descente sur les Rajas, est un peu la "Bellevarde" de l'Aubrac, digne du versant est du Monthiallier des p'tits gars du Forez ! Plein soleil au Rajas, à l'abris du vent, belles congères qui cernent le vallon et direction la Croix de la Rodde. On entre alors de plein-pied dans l'immensité de l'Aubrac, entre Lozère et Aveyron, la vue porte loin, mais on peut voir que l'enneigement est continu seulement au dessus de 1300 m. En dessous la neige de la veille a juste grisée les pâturages. Donc il va falloir rester sur le haut Plateau. Remontée le long de la lisière Est de la plantation qui rejoint quasi le Mailhebiau. Ce secteur accumule toute la neige du plateau transporté par le vent, donc neige de rêve. Je rejoint le col évasé entre le Mailhebiau et le Carteyroux, pause discussion avec un collègue également en SRN, qui s'en va du coté Aveyron pour pister le loup qu'il aurait aperçu dans la matinée. Bien entendu tout ça étant prétexte à une bonne virée sur le haut plateau. Un skater hors piste nous rejoint, il à l'air de passer à peu près partout, ce qui est plutôt rare par ici. Chacun reprend son chemin, je choisis de rejoindre la vallée du Doulou, afin de profiter d'une autre sympathique descente. Toujours aussi bon, même s'il faut rester prudent, entre trou d'eau et rochers. Remontée par Chantecoin et retour à Bonnecombe où les voiles des snowkitters commencent à colorer le ciel.
Magnifique journée, ces conditions font vite oublier le reste de l'hiver. Par contre gros redoux annoncé ce WE, peut être de nouveau de la neige la semaine prochaine. Je vous souhaite malgré tout de bien belles sorties pour cette fin de saison.
Damien63
Bonjour Damien, et merci pour ton récit qui fait remonter de bons souvenirs vécus un an plus tôt (voir plus haut) ! smile
J'ai gardé en mémoire de beaux vallons au sud du Mailhebiau, dans lesquels j'aurais bien passé des journées entières à explorer les pentes.

Tu as de la chance, car au nord-est cette année règne la misère. Cet après-midi 5 heures sur les plateaux quand même, mais heureusement que nous avons 200 mètres de plus, car il n'y a quasiment que ceux-ci qui sont praticables…moyennant un sacré travail à gérer le déséquilibre entre la bruyère qui s'écrase sous les spatules, les skis qui filent pleine bise sur la neige durcie par le vent, et les obstacles que ce dernier prend un malin plaisir à poser sous les planches. 

Bonne glisse à toi ! smile
Modifié il y a 2 ans
C'est quoi cette histoire de pister les loups? j'aime pas du tout mais pas du tout
Oh là !!! on se calme, et moi qui croyait que nous étions entre gens heureux d'être dans la nature hivernale simplement ski au pied…. Pister vient bien du verbe pister, suivre une piste quoi ! Essayer de voir, d'observer. Je ne crois pas qu'on accuse Benbois de clouer les chouettes sur les portes de grange quand il va les écouter le long des lisières forézienne… Le débat sur le loup est déjà assez tendu comme ça en Lozère pour en rajouter une couche ici. Essayer de croiser sa piste est simplement un petit bonheur symbole d'un écosystème qui se porte pas trop mal.
Damien63
pister larousse
verbe transitif : Suivre un gibier à la piste. Il s'agit bien de considerer le Loup comme du gibier
Le loup est une espece protégé par la convention de Berne et par la directive Habitat. Observer des traces est une chose pister en est une autre.
Ce n'est pas moi qui ait amené le sujet sur le forum.
A bon entendeur


Oh-la ,oh-la Chistian8 ne serais tu pas un peu susceptible à propos de ce sujet ?
Damien a parlé de pister (définition Robert et même Larousse,définition:suivre la piste,"piste:trace que laisse un animal sur le sol où il a marché"smile en aucun cas il a évoqué le fait de considérer le loup comme un gibier !
Alors un peu de calme !
Bien le"Bonjour à tous" et surtout "Bon SRN"
christian8
Ce n'est pas moi qui ait amené le sujet sur le forum.
Faudrait pas non plus voir une polémique toute les fois que les 4 lettres l,o,u,p sont écrites dans cet ordre ! smile
Damien63
Je ne crois pas qu'on accuse Benbois de clouer les chouettes sur les portes de grange quand il va les écouter le long des lisières forézienne
mais y'a d'l'idée là ! smile pour conjurer le mauvais sort qui s'acharne à ne pas faire tomber la neige sur le Forez !
Oh là Benbois ! c'est pour la survie d'Homo Forenziis Nordicus  smile

Quoique dimanche, 8h30 sur les planches par les versants nord et est de P/H !
Mais au retour à 17h30, 13°C au col … 
Modifié il y a 2 ans
Benbois le pisteur de chouette, de loup  et autres bestioles, mais aussi de lichens et plantouses sort de sa tanière,
C'est que parfois faut savoir rester discret quand on est un super prédateur s’essayant à la protection de la biodiversité  (faut bien envoyer du patté de temps à autre). smile
Les petites chouettes chantent en ce moment et on est quelques uns à courir les bois et les lisières, même parfois à ski et en bivouac comme ce vendredi soir et ce dimanche soir passé, même si la neige était juste pour redescendre lundi çà passait encore.
Je t’envoies un message perso sur mail N75.
La neige reviens demain, et une fenêtre météo correcte devrait m'amener ce vendredi soir à arpenter les sapinières d'altitude ce vendredi soir, et si je croise la piste du loup je ne crie pas.
Damien, si tu passe dans les 2 semaines à venir dans le forez contacte moi ou Fabien et continu à pister, c'est en pistant qu'on deviens pisteur aurait dit l'ancien smilesmilesmile

« Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur. » Léonard  smile
Modifié il y a 2 ans
En prenant un peu le fil de la conversation sur le mot piste, je piste moi aussi toutes traces dans la neige … smile
Les raquettes, je cherche de quelle marque il s'agit, les skis de quelle largeur, écailles ou non et pour tous du sens de progression …smile
Et je pense que le mot piste pour le ski a été repris dans le sens de suivre un itinéraire donné, tracé, que ce soit celui d'une dameuse ou d'un animal ou skieur.
Et chez nous le verbe "pister" est employé à plusieurs sauces. En effet quand on dit que "ça se piste" ça veut dire que ça devient dur … Par exemple une descente en mauvaise neige, ça se piste pour tenir sur les skis ou un problème complexe à résoudre, ça se piste pour y arriver smile
Donc pister une piste de loup, chevreuil, lièvre, raquettiste, marcheur, skieur de rando nordique ou alpine ne me choque pas et je crois que le terme employé par Damien était dans ce sens de suivre une piste sans chercher à supprimer, comme Benbois piste ses petites chouettes.
Mais comme il lui faut absolument les découvrir de près pour les entendre, il les traque aussi de façon pacifique, alors que le mot "traque" peut lui être plus sujet à caution.
Sinon bon ski smile … Cette saison c'est plutôt la soupe à la grimace smile
Bonsoir à tous
Enfin première journée en Aubrac. Le collègue pisteur de Bonnecombe m'avait envoyé un message hier pour me dire que les conditions de neige était pas trop mal. Donc ce matin direction Bonnecombe avec les différents skis, au cas ou. Beau regel nocturne, ciel mitigé et pas de vent. Malgré 20 à 25 cm je prends quand même les skis cailloux. Du fait d'un enneigement fragile, direction les sommets du massif, plein ouest depuis le Col. le gel a bien saisi la neige, mais la portance reste fragile. Pas beaucoup de glisse, mais bel ambiance avec en plus un beau givre de surface. Par contre a proximité de Chantecoin, au dessus de 1400 m la neige devient quasiment poudreuse, et n'offre que peu de résistance, ce qui soulage les cuisses. Les prairies sont encore bosselées, le peu de neige n'arrivant pas à gommer ces micro-reliefs. Par contre sur les piste ou prairies de pâture la glisse devient très agréable. Donc il faut rester au plus haut. Passage par les sources du Bès et direction la Croix de la Rodde, en Aveyron. Vers 11 h le soleil commence à chauffer et la neige colle sur les versant sud. il faut donc choisir les bonnes orientations pour faciliter la glisse. Remontée le long de la plantation pour rejoindre le Mailhebiau. Superbe neige, pas encore transformée à l'abris du soleil. J'aurais aimé descendre sur Plagne, mais l'enneigement semble limite dans ce coin, donc retour par les burons du Mailhebiau pour rejoindre celui de Chantecoin. La neige se ramollit et se fait de nouveau pesante. Retour au Col, pas mal de monde, et le domaine nordique a même ouvert quelques pistes en accès libre. Il va falloir en profiter rapidement car les températures et le vent du sud devrait arriver pur la fin de semaine. Malgré un enneigement fragile, je n'ai pas touché un cailloux.
L'enneigement en continu débute aux environs de 1100 m, 20 à 25 cm à 1350 m et 30 cm au dessus de 1400, et comme la Lozère possède plus de la moitié de sa surface au dessus de 1100 m, les sorties semblent possibles sur tous les massifs. Les massifs de l'est du département semblent mieux enneigés du fait de ce retour d'est (nord Margeride et Mont Lozère).

Voilà, un peu mal aux jambe ce soir, mais ravis de cette première. Direction le Forez pour les fêtes, et si des fois la neige veut bien rester un peu, on ira digérer par là-haut

Damien63