Tous les messages créés par sancho

Hello, 
Ce n'est pas juste un sentiment Eria, la neige était belle est bien dégueulasse, mais ça a été tourné mi janvier.
Après même avec une neige bien vilaine, il y a du bonheur à prendre en SRN. Le problème c'est que plus la neige est infâme, plus le champ des possibles pour prendre du plaisir sur les skis se réduit. 
Au pire du pire dans des croûtées infâmes cela devient presque une affaire d'expert qui pose le cerveau pour filer déraisonnablement vite en surface. 
Dans les neiges lourdes et humides c'est un peu la même chose en plus accessible, faut juste poser le cerveau en dédramatisant le degré de pente, c'est la condition indispensable pour atteindre une vitesse raisonnable et espérer pousser de la masse de neige lourde, un brin ventouse avec un léger sentiment de fluidité qui chauffe quand même les cuisses.
Mais même dans ces conditions là, et même si le niveau technique peut être une barrière, il restera toujours le plaisir d'être dehors dans la nature sur des planches qui glissent quand même un peu et c'est déjà pas désagréable.
En ce moment dans le Jura, on trouve 2m à 1400m au Massacre bien à l'abri de la forêt et ça passe encore partout au dessus de 1200 en louvoyant dans les zones de crêtes. Plus au Nord ça devient délicat entre 1200 et 1300, et passable au delà. Bref ça sentait le printemps, mais ça change en ce moment, il reneige, et l'hiver semble vouloir relancer un assaut froid et poudreux dans la semaine à venir. Les crocus n'ont qu'à bien se tenir, le printemps n'est pas encore tout à fait là.

L'émission "C'est là" vous propose un cocktail à base de quelques ingrédients sympathiques de notre belle région. 
C'est animé avec fraîcheur et spontanéité par Gaëlle Grandon, remarquablement bien orchestré par Benoit Litché.



Vous y trouverez de la passion pour l'univers du chien de traineau chez les attelages Adams, du fun et du ludique en unihockey, du culturel autour d'un grand bonhomme des explorations polaires et de l'ethnographie. Un brin de frisson dans la sensibilité des clichés de Vincent Munier, qui n'a peut être d'égal que la passion de Gilles Malloire et de son équipe du parc polaire qui oeuvre à la préservation d'espèces remarquables. 

Et bien sur un peu de rando nordique: 

- avec à 9min 20, un petit portrait de l'état d'esprit de notre boutique.
- à 15 min 35 la fulgurance du regard d'un loup arctique laisse place à la suite des images de rando nordique en compagnie d'un peut être futur moniteur de l'équipe, et d'un ambassadeur du backcountry de classe internationale et 100% made in Jura.

Bref pour un format de 26 min avec autant d'ingrédients, la recette nous semble pas mal réussie. En tous cas à Évasions Nordiques, on trouve qu'elle met pas mal en relief une partie des nombreux atouts de notre beau massif. Si ça vous met en appétit n'hésitez pas à nous contacter, je crois qu'on se débrouille pas mal en préparation de cocktails jurassiens.

https://www.youtube.com/watch?v=4BR1_zsxMh8 
Aventures Polaires en Franche-Comté : C'est là !
La région de Mouthe est l’une des plus froides de…
Modifié il y a 8 mois
Hello
La liste des membres du forum motivés pour aller croquer des champs de neige au pays des géants croît doucement mais surement, il reste 4 places pour se joindre à Lynx18, N-75, Vinc38, et Marioles.
Je suis toujours joignable au 06.99.03.42.78 ou au 03.81.38.97.15 ou par mail sur evasionsnordiques@gmail.com pour ceux qui hésitent, mais oui mais quand même….
Bonne soirée
Le plus fort là dedans ça reste quand même JM au montage, et aussi dans le sacrifice de ne pas attaqué à fond pour faire de la prise d'images dans les champs de poudre avec la caméra à bout de bras. 

C'est sûr que les skieurs se débrouillent pas mal, mais après c'est quand même pour tous une passion, voir un "travail" pour beaucoup des skieurs présents. Ça fait qu'ont est en rando nordique pas tous les jours de l'hiver, mais très souvent quand même.

Et après il y a le matériel et la neige pour que ça aille bien.
Annum pour les plus fins, objective bc et vector, 
Bonne plaque de réhausse pour tout le monde, 3pin hard-wire chez tout le monde sauf Juju qui vient d'une autre planète (il enfume tout le monde sans câbles)
On était tous en svartisen sauf JM, il a été bien puni sur la fin de sortie, dans le premier virage du plus beau couloir avec la plus grosse pente et la meilleure neige de la journée, il a arraché au 2/3 la semelle de ses fischer bcx 875, du coup pas d'images, et il a fait le couloir à pied pendant qu'on se noyait dans le bonheur de poudre de la plus belle descente du jour.

Après pour sortir ce genre de vidéos, c'est pas évident: faut réussir à se retrouver avec les belles conditions, les planning concordant et le savoir faire du vidéaste amateur ( qui se débrouille comme un chef quand même)
Mais c'est vraiment pas l'envie qui nous manque pour en faire d'autres dans ce genre là, c'est le temps.

Je croise les doigts car JM à l'air bien motivé pour faire d'autres sessions. Et sur la fin de saison il y a 3 séjours en Norvège en cours d'élaboration, JM et d'autres moniteurs et très bons skieurs du quartier ont l'air vraiment chauds pour monter là haut filer un coup de main sur la logistique. Entre 2 transports de bagages et deux ravitaillements  de refuges, ils devraient avoir pas mal de temps pour sortir de belles images.

à suivre…..

Hello la petite communauté des randonneurs nordiques, 


Je fais partager un lien sur un joli montage de notre ami Jm Thévenard.
Une vidéo sympa de ce beau début d'hiver: 90 % des images sur une sortie entre Aiguilles de Baulmes et Suchet avec des moniteurs d'évasions nordiques et quelques bons amis de l'espace Mont d'or ou d'ailleurs. Dans les 10% restant on trouve du Chasseron, de la dent de Vaulion et du Mont d'or, bref les terrains de jeux de derrière la maison.
C'est garanti 100% sans plastique en habillage de peton, que des claustrophobes des pieds qui jouissent pleinement de la souplesse d'un cuir pleine fleur sur des skis larges. C'est également garanti sans mohair, il n'y a que des accrocs de la liberté d’enchaîner les montées et les descentes sans manip de matos. J'avoue que parfois on rote un peu nos convictions dans certaines bosses. 
Après c'est une sortie entre amis, dans le boulot on s'adapte à vos besoins et vos envies. Notre passion c'est avant tout de faire partager le maximum de ce qu'on aime du ski de rando nordique. On propose des sorties à des débutants qui n'ont jamais fait de ski, à des gens branchés sur la dimension contemplative du SRN. L'ensemble des moniteurs de la boutique sont des passionnés de nature, les 2/3 ont un BTS de gestion et protection de l'environnement (option animation) et sont avides de faire partager leurs connaissances, sur le milieu, la culture, l'histoire et la gastronomie de notre région.
https://www.youtube.com/watch?v=csm8Q7Q7guM
Au plaisir de la glisse talon libre
sancho


Hello à toutes et tous,

Une petite relance sur le sujet,  car N-75 et Lynx18 sont dans les starting-blocks pour un séjour entre le 15 et le 23 avril (dates à affiner en fonction des envies, dispo…smile
On recherche activement d'éventuels autres motivés pour constituer un vrai groupe de joyeux randonneurs nordiques.

Parlons maintenant programme:


S'il faut donner un nom au programme je dirais: "optimisation de tous les petits plaisirs de la vie, dans un séjour de ski de rando nordique"

Une agence classique vous dira jour 1: étape entre "skillgeflu" et "gnocgunheim", tant de km, et tant de dénivelé, magnifique paysage 6h de ski…???? Etape 2 : ………

C'est clair, simple et précis, que ce soit la tempête ou grand soleil, neige béton ou 1 m de fraiche, avec ou sans vent à décorner les boeufs, on voit où on va et il y a sans doute un peu de variation dans l'horaire et dans le plaisir pris sur les skis sur chaque étape.

Ce n'est pas ma façon de fonctionner, pour moi l'idée c'est prendre le meilleur du Jotunheim entre le 15 et le 23 avril. Ce qui veut dire que je déciderai du site d'entrée dans le Jotunheim, au plus tôt 2 jours avant de venir vous chercher à l'aéroport d'Oslo, en fonction de la météo et de la qualité de la neige. 
Grand soleil, poudreuse de cinéma et éole au repos, on est servi comme des rois et on a que l'embarras du choix (une boucle, une traversée….)
 Il fait beau ça souffle fort du nord, on part du nord pour aller vers le sud. 
Ça neige fort de l'Ouest, on part de l'Est du massif, pour bénéficier de l'effet de foehn et on navigue tant que possible sur du vent de travers 3/4 arrière. 
L'ensemble du Jotunheim est sous un remix bis d'Eléanor, alors on cherche le massif le plus proche où il fera meilleur: Rondane ou autre.

On vise toujours des étapes courtes, c'est super facile d'ajouter de belles variantes, pour allonger la journée si le coeur nous en dit. Et c'est aussi super agréable d'arriver tôt à l'hébergement, pour prendre le déjeuner au chaud, faire une bonne pause, laisser la possibilité de recharger les bateries à ceux qui en ont besoin, pour repartir faire une belle virée avec ceux qui ont des fourmis dans les talons.

Il y a un transport des bagages sur tous les refuges gardés, ce qui veut dire du ski avec un petit sac journée contenant le pique-nique et de quoi ajuster la tenue vestimentaire. Quand on va sur un non gardé, le refuge est ravitaillé par l'équipe qui assure les transferts de bagages, vous ajoutez juste une frontale, un drap de sac un peu de rechange, un bon bouquin et le sac ne doit pas éxcéder 7 ou 8kg.
Si vous êtes à même de nous faire parvenir, vos bagages et vos skis avant le départ de notre équipe, vous pourrez vous rendre à l'aéroport avec juste un bagage à main, et retrouver vos affaires sur place en Norvège. Dans ce cas n'hésitez pas à faire un petit carton avec quelques bonnes bouteilles, et quelques belles spécialités de la maison, que vous retrouverez dans les refuges non gardés. On n'est jamais faché avec le plaisir de s'ouvrir un bon vin jaune ou un pommard, sur un comté de 24 mois, dans un refuge situé à plus de 50 km de la 1ère route. Et ça se savoure tout autant quand on a eu le luxe de ne pas avoir à le porter dans son sac à dos. Sinon le guide fait également l'animation musicale à l'accordéon dans les refuges gardés.
Si ça vous titille, oui peut être, mais euh…. n'hésitez pas à me contacter au 06.99.03.42.78 ou au 03.81.38.97.15
Meilleures salutations nordiques 
sancho

Hello Thierry,
C'est juste une remarque, mais de mon point de vue, l'autonomie c'est un état d'esprit, une forme de liberté que l'on paye aussi au prix du poids que l'on a à transporter. Dans ma pratique personnelle, je préfère privilégier le ski léger, ça permet de faire plus de ski et de meilleure qualité, mais ça me prive de cette liberté de pouvoir s'arrêter n'importe où pour passer la nuit. Mais question moyens financiers, l'autonomie ce n'est pas donné.
Dans un trip comme au Hardanger (dans un autre post), quand tu dis que les refuges sont trop chers, ça m'interpelle, car une nuitée dans un DNT non gardé, ça coute environ 30€, pour se retrouver avec des couettes dans les dortoirs, une cuisine bien achalandé, un accès à des vivres de courses, un stock de bois, des cuisinières au gaz, parfois même l'électricité… En gros l'idée est la suivante: investir dans une pulka, une tente 4 saison, un sac de couchage grand froid, un tapis de sol performant, un réchaud efficace et certains équipements vestimentaires qui permettent que le bivouac soit confortable, et sans chercher le top du top, on en as vite pour 1500€ (2679€ c'est tout juste le prix de la pulka xtrème 150 de fjellpulken sans brancard et sans harnais).
1500 € c'est un équivalent 50 nuitées dans un DNT non gardé. 1500€ c'est un investissement qui va durer plus de 50 nuitées, mais le matos vieilli quand même. Dans des coins comme le Jura par exemple, tu trouves plein de cabane parfois assez cosy en accès libre, des refuges au top pour 15 à 20€ par nuit, bref dans le jura tu peux facilement passer les 100 nuits avant d'arriver à un retour sur investissement.

Ce sont deux formes de pratiques qui sont différentes. Dès lors qu'on parle itinérance, on va trouver beaucoup de récits sur l'autonomie, et c'est classe. En théorie je pars quand je veux, je m'arrête où je veux, c'est pas comme être obligé de se rendre à la maison suivante. En même temps le où je veux et quand je veux se borne aussi à où l'on peut, car ça prend aussi du temps de monter le camp, lever le camp, et pas mal d'énergie pour transporter le camp. Dès lors qu'on sort de l'autonomie, on va vite fait de pouvoir doubler le kilomètrage pour atteindre le même niveau de fatigue, on a aussi accès à des terrains qui ne seraient plus praticables en mode pulka, sans doute plus de plaisir sur les skis aussi, c'est une autre forme de liberté, plus confortable et qui a également son prix. Mais je crois qu'on ne peut pas dire que l'autonomie soit bien moins chère, car cela dépend vraiment de la fréquence avec laquelle on pratique.

Hello,
Amateurs de grands espaces, adeptes du talon libre, le Jotunheim est un magnifique paradis pour les randonneurs nordiques de tous poils. Des fonds de vallées aux profils très nordiques, encadrés par des Géants de glace, de neige et de roches, qui derrière des profils titanesques cachent parfois des épaules assez douces pour permettre de prendre un peu de hauteur sur ces paysages grandioses.
L'idée est partie d'une blague lancée au hasard la semaine dernière, et en 3 jours je me retrouve avec un groupe constitué qui est déjà en train de prendre les billets d'avion pour un séjour entre le 23 et le 30 avril. Je ne boude pas mon plaisir de remonter partager de belles traces dans ce terrain de jeu splendide. Mais quitte à faire le trajet avec une petite équipe pour assurer la logistique, autant essayer d'optimiser le déplacement en ouvrant des perspectives à un éventuel autre groupe.
Attention la Norvège avec Evasions Nordiques c'est un peu différent des beaux récits d'aventures que l'on retrouve très souvent sur le forum. Il n'y a pas de pulkas au programme, pas de nuits sous tente, pas de gros sacs à dos. L'idée maitresse c'est de privilégier au maximum la qualité du ski. Chaque journée nous apporte un capital d'énergie pour profiter de la vie, et dans nos séjours on s'emploie à ce que votre énergie soit au maximum disponible pour les plaisirs de la glisse et la contemplation des paysages. 
Entre deux refuges gardés, vos bagages vous suivent sans que vous n'ayez à vous en préoccuper, vous ne skiez qu'avec un petit sac journée comportant votre pique nique et de quoi ajuster la tenue vestimentaire . La qualité de l'accueil et des services dans ces hébergements y est remarquable. Sur les étapes qui mènent à des refuges non gardés, vous ajoutez à votre sac, un peu de rechange, une frontale, un drap de sac et votre sac n'excède pas 7 à 8kg. On s’occupe du reste, cuisine aux petits oignons par notre équipe qui ravitaille en produits frais.
Les étapes entre deux oasis de chaleur dans ce grand désert blanc, se font bien souvent par le tracé le plus court. On arrive parfois à l'objectif suivant pour le déjeuner, ce qui laisse des perspectives de farniente ou de beaux projets d'excursions à ski dans les alentours. Avec des couchers de soleil qui s'éternisent à cette saison, on ressort même parfois après le diner pour skier avec les plus motivés dans les dernières belles lumières de la journée.
Bref c'est confort, on s'adapte à la météo, à la qualité de la neige, à vos envies…
Que vous soyez un petit groupe ou même tout seul, si ce genre d'aventures vous intéresse n'hésitez pas à me contacter sur par mail sur la boite evasionsnordiques@gmail.com.
Séjours possibles entre le 14 et le 23 avril ou entre le 30 avril et le 10 mai.
Maximum 8 participants.
Tarif entre 1400€ et 2000 € tout compris (billet d'avion, transfert aller et retour depuis l'aéroport d'Oslo, encadrement, pension complète, matériel de ski au besoin….). Le prix du séjour varie en fonction du nombre de participants et du confort recherché, plus on opte pour des refuges gardés plus le prix augmente.
quelques photos pour vous mettre en appétit.
Au plaisir de répondre à vos questions, et en attendant bon ski à tous
sancho

N_75
J'en comprends que tu fais allusion à repercer les skis, alors qu'il me paraît possible de faire sans (sans me pencher réellement sur le problème non plus). En utilisant comme gabarit de perçage la plaque de réhausse existante sur le ski cobaye, il est bien possible de visser le premier contreplaqué de 20mm dans les trous existants, quitte à noyer la tête de la vis en pratiquant un trou.
Je ne pense pas que ce soit bien possible de revisser dans les anciens trous. Même si en théorie tu as un renfort dans le noyau du ski aux endroits de perçage des fixations, globalement quand tu visses ta cale t'as déjà l'impression de visser dans du polystérène, tu te demandes comment ça peut tenir, et pour ma part je blinde de colle à bois au vissage. Du coup une fois que tu as dévissé, je crois que tu as autant de chance de trouver tous les bons numéro du loto que de pouvoir faire tirer une nouvelle vis dans le même trou. En général on met des chevilles pour combler les trous et on reperce un peu plus loin.
Sinon même si on parvenait à resserrer dans le même trou, c'est pas le genre de vis où tu vas bien réussir à noyer la tête: même si elle est conique elle n'est pas fraisante. Heureusement d'ailleurs ça évite aux monteurs de reboucher des semelles neuvessmile
L'idée des inserts est intéressante, y compris pour ré exploiter les anciens trous du ski. Mais pour ce test là, on parle d'un bricolage sur un ski que j'ai déjà plus ou moins condamné. Je ne me casserais pas forcément trop la tête dessus, un petit pré-perçage pour éviter que ça fende et c'est tout. Si le bricolage n'est pas pérenne c'est pas grave, il faut juste que ça tienne au moins une bonne demi journée voir un peu plus le temps de faire partager l'expérience à d'autres.
Côté inserts je n'ai pas trop de vécu, je sais que c'est courant dans l'univers du ski et du snowboard. Je ne sais pas s'il y a des retours d'expériences sur les utilisateurs de Hok qui en ont. Pour ma part je ne suis pas fan, mais je n'ai eu qu'une seule expérience plutôt mauvaise dans ce domaine, avec une paire de K2 en télémark qui en était pourvue, et même en ayant blindé de frein filet, j'ai fini par choper du jeu. Du coup je devais revisser régulièrement et de plus en plus souvent. Entre le moment où ça s'est desserré la première fois et le moment où je l'ai senti, je pense que j'avais déjà bien travaillé les filets des inserts et des vis. Ça m'a permis de rentrer dans un sympathique cercle vicieux de resserrage de vis récurrent, j'ai toujours la paire, je ne l'utilise plus, mais je pense qu'il n'y a plus qu'à trouver la colle parfaite qui soudera le métal de manière définitive.
N_75
Merci Sancho d'avoir ainsi fait don de ton temps et de ta sueur à la science

stofdefou
Merci Sancho pour ce dévouement à la cause
Oula de rien, même s'il y avait du ski plus sympa à faire sur ces jours là, dans une saison j'ai quand même pas mal de sorties où j'emmagasine de belles doses de plaisir. Et le jeu était très intéressant, car même si je ne skie presque plus que sur les objective bc, le matos tourne pour des clients, des amis, et c'est toujours bon d'avoir une idée sur l'ensemble de ce qu'on peut trouver en SRN.
Après pour la bricole, il n'y a rien de trop sorcier, (l'explication était claire N75), et je n'avais pas pensé à l'impression 3d (bonne idée même si je n'y connais encore rien en polymères machin chose qui résiste bien aux contraintes du SRN.
Le plus dur c'est que ce n'est pas anecdotique de démonter un matos qui va pas mal, pour repercer fragiliser, en espérant trouver quelque chose qui devrait sans doute être mieux mais sur un bricolage temporaire.
Ceci dit tout en l'écrivant je viens de trouver la paire à sacrifier, et l'idée du contreplaqué est excellente avec un test sur un contreplaqué de 20mm, on rajoute une couche 10mm vissée dedans, puis une autre puis une autre… Il y a matière à tester le truc assez rapidement, ça implique juste de façonner les pièces et d'aller jouer un après midi avec une paire de ski test et une pour comparer. Faut juste emmener la visseuse, un gabarit de perçage, et d'enchainer le bricolage. Ca me semble être une belle après midi de jeu en perspective, qui pourrait peut être servir la cause.
Affaire à suivre