faire la coutume

Lu dans un topo de régis :
"L’arrivée sur le paisible alpage de l’Emeindras de dessus fera oublier le court passage sur les pistes de fond damés."
Ben oui , bien souvent pour faire une sortie de rando nordique
on est obligé de partir d'un site de fond ou de parcourir en partie
une piste de " circuit 24 " ( Vous savez, ces trucs dammés avec
des petits rails ou on tourne en rond comme des joggers au
bois de boulogne, sauf qu'on a des skis au pieds )
J'ai rien contre , Y m'embètent pas, j'les embète pas …L'ennui
c'est qu'y faut " faire la coutume " c'est a dire donner un petit
cadeau a la tribu sur le territoire qu'on traverse …
Parfois ça m'agace , parfois non . C'est vrai que je pourrais
faire quelques kilomètres pour éviter les petites cabannes en bois
ou on fait la coutume , mais en mème temps je trouve ça dérisoire .
Souvent je tombe sur des indigènes qui comprennent à voir mon équipement que je passe pas par là pour faire " Tchou-tchou " sur
des rails et qui me foutent la paix .
Mais plus souvent je tombe sur des gens qui font pas la différence et qui veulent des petits sous .
J'en fais pas une affaire de principe , en fait. Je sors mes sous
et j'essaye de me persuader que je contribue à la survie du milieu
montagnard …
Vous en pensez quoi vous ?
Modifié il y a 13 ans
Tu rigoles ou quoi ? Moi, je suis prêt à risquer ma vie et à faire un détours de 30 kilomètres pour ne pas payer. Je ne suis pas hollandais, mais il y a des limites…

<Ouvrez la parenthèse>
Ceci dit, tu évoques un problème qui mérite d'être soulevé : la survie du milieu montagnard et du biotope. Ma question : faire du "backcountry", du hors piste quoi, n'est-ce pas un peu comme circuler hors sentier pour le VTT ? Et qu'on le veuille ou non, faire du VTT hors sentier, c'est destructeur pour le biotope. Je précise, je fais du VTT. Mais pas hors-sentier. Quand je vois par exemple des surfeur des neiges ou des skieurs fous qui foncent à tout berzingue à travers la poudreuse (et toutes les plantes alpines qui se trouvent en-dessous… :-( ), je me dis que quelques part, ce serait comme un 4x4 ou un quad qui foncerait à travers un bois… J'habite à 2 pas d'une forêt récemment classée "Natura 2000", et pour des raisons de préservation du milieu, je pense que je ne serais pas autorisé par les Eaux&Forêts à y faire du ski de rando nordique "hors chemins" s'il par bonheur il neigeait. :-(
<Fermez la parenthèse>
"Personne ne nous oblige à prendre notre voiture là où il est plus facile d'aller à vélo/ski." (Bernard F., philosophe du 21ème siècle)
Modifié il y a 13 ans
Concernant l'impact des pratiques "hors-pistes" sur la nature…

On ne peut pas comparer le niveau de l'impact du passage d'un skieur à celui d'un véhicule, et de toutes façons la circulation des engins à moteur en dehors des "voies ouvertes à la circulation" est interdite (au moins en France).

Mais il est vrai le problème de l'impact sur l'environnement existe aussi pour les pratiques "douces" (rando à pieds, à skis, à vélo…smile.

En particulier, en ce qui concerne le ski de rando nordique, notre impact principal est sans doute le dérangement de la faune -je pense en particulier aux zones d'hivernage des tétras- laquelle est extrémement sensible et fragile en période hivernale (voir la brochure "Chut !" du P.N. des Ecrins).

Personnellement je plaide pour qu'il reste le plus possible de zones de nature "non aménagés", sans sentier, sans balisage, sans piste, SANS TOPO, mais d'accès libre.

Et je suis prêt à accepter, si c'est nécessaire pour la sauvegarde de certaines espèces menacées, la création de "sanctuaires" interdits au public - comme il en existe déjà (réserves intégrales du Lauvitel, des Bauges…smile
Modifié il y a 13 ans
Il y a plusieurs sujets qui sont abordés…
Concernant les redevances… je ne les payes pas parce que :
- je ne vais quasiment pas près des pistes de fond,
- lorsque j'emprunte des pistes de fond, cela ne dure pas longtemps.
Je n'ai encore jamais démarré une sortie de rando nordique en passant devant la cabane à redevance.

Si toutefois, je devais payer je le ferais. ( a contre coeur)
Ce qui est sur c'est que je respecte les traces et ceux qui font du fond. Je n'en fait pas, je préfère le hors traces, mais je trouve la pratique du fond sympa.

Cette discussion me fait penser à la redevance de la raquette.
Il y a ceux qui payent pour être sur les pistes et ceux qui passent un instant sur ces dernières pour aller plus loin…
Ce qui est sur c'est que je n'ai pas envie de payer pour du hors traces.

Le second sujet aborde la protection du milieu…est un sujet pas si facile.
Plus haut j'ai utilisé l'expression "hors traces"…et bien comme le dit MNI et Bernard, c'est tout le problème.
C'est la même problématique qu'avec les raquettes. On croit que l'on peut aller partout sans se soucier de la faune, des jeunes pousses.
Je pense qu'il faut que l'on soit responsable tout en "s'éclatant"…
Si on est plusieurs, on peut déjà utiliser la même trace. (Ce qui esthétiquement sera un + !! :-) )
Il peut être bien aussi de ne pas trop s'écarter des sentiers d'été et balisage…
Concernant les topos (Je sais qu'il y a des réfractaires !!) : le fait d'en diffuser, c'est aussi "canaliser" le flux d'aller et venu dans un milieu. Diffuser des topos, n'augmentera sans doute pas la fréquentation et si cela l'augmente, le flux sera orienté…

Il y a un exemple : La Réserve Naturelle du Vercors est relativement fréquenté. L'objectif du parc est de laisser ce territoire volontairement non aménagé, pour qu'il soit un "terrain de découverte"
On remarquera que quasimment aucune espèce est en voie de disparition…Et que les passages des randonneurs à raquettes ou en skis sont très localisés (hormis quelques traces ça et là…smile et ceci malgré les topos.

Donc je croix qu'il faut faire du "hors traces" en faisant attention à notre impact…En ce qui concerne la redevance…c'est une histoire humaine !!

Ah ce Robert, il lance de ces sujets !!!
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 13 ans