Kite ?

On en parle …très brièvement dans un autre post :

http://www.skirandonnenordique.com/modules/newbb/viewtopic.php?forum=27&post_id=17615#forumpost17615

Ca vaut peut ètre la peine d'aborder le sujet dans un post spécifique . Si on tape " kite " dans la barre de recherche de ce site on tombe sur des expériences " pointues " d'utilisation d' ailes de traction en expédition sur des itinéraires assez longs et dans un environnement spécifique .
Evidemment rien a voir avec ce qu'on fait sous nos latitudes …
A ma connaissance, on n'a jamais évoqué une utilisation plus ludique de cet instrument à notre échelle , avec des voiles " basiques "
Avez vous essayé ?
Modifié il y a 8 ans
Oui…!! :-)

Il m'arrive de temps en temps de partir sur les crêtes du Jura, aux Glières ou au plateau de Cenise avec une voile de traction… (bon, je vais pas non plus donner tous mes coins secrets hein…smile

Et chaque fois c'est un régal.

C'est une pratique bien différente du SRN, mais qui peut être du même esprit dans le sens de la liberté…
Par conditions idéales, et un vent de nord-ouest régulier, j'ai pu relier le col de Crozet au Mont Rond sans poser la voile, et en descendant une fois à la Maréchaude, une fois sous le chalet de Malatrait, et encore au chalet du Névy…

L'impression de se déplacer avec aisance, sans gros effort, de lire le terrain, deviner les couloirs de vent, sa force et ses absences… Trouver les endroits pour remonter la pente, éviter les zones gelées difficiles à skier, profiter d'un trou pour quelques virages poudreux…

On retrouve par moment la sensation d'être intimement lié au terrain et à la nature.


Les skis nordiques sont super pour se faire tracter, dans une optique de déplacement tranquille.
La liberté de mouvement est totale, le ski reste du ski, il faut parfois faire de petits sauts pour gérer un virage en neige pourrie, faire quelques pas de patineur pour rattraper sa voile qui file devant, ou au contraire freiner pour ne pas qu'elle dévente.

Je trouve ça assez physique, mais très plaisant, et ça fait appel à toute la panoplie des mouvements du skieur nordique.


MAIS ATTENTION…

Il faut garder à l'esprit qu'une voile de traction, même petite, est une sacrée silhouette pour la faune, et que le dérangement pour la nature peut être violent…!!
Je pense en particulier ici au grand corbeau, qui défend l'hiver son bout de ciel, et qui voit d'un mauvais oeil cet oiseau bizarre et coloré.
Pareil pour les rongeurs…!!
On peut penser qu'il sont absents l'hiver, mais il n'en est rien. Le campagnol des neiges creuse ses galeries dans la neige qui le protège du froid, mais il vient volontiers brouter et faire son marché sur les places ventées et soufflées des crêtes.
Imaginez un instant la panique pour la souris, de sentir au dessus de sa tête un immense rapace non identifié de 4 mètres d'envergure qui lui frôle les moustaches…….
Modifié il y a 8 ans
lepiero a écrit :
Oui…!! :-)

Il m'arrive de temps en temps de partir sur les crêtes du Jura, aux Glières ou au plateau de Cenise avec une voile de traction… (bon, je vais pas non plus donner tous mes coins secrets hein…smile

Et chaque fois c'est un régal.

C'est une pratique bien différente du SRN, mais qui peut être du même esprit dans le sens de la liberté…
Par conditions idéales, et un vent de nord-ouest régulier, j'ai pu relier le col de Crozet au Mont Rond sans poser la voile, et en descendant une fois à la Maréchaude, une fois sous le chalet de Malatrait, et encore au chalet du Névy…

L'impression de se déplacer avec aisance, sans gros effort, de lire le terrain, deviner les couloirs de vent, sa force et ses absences… Trouver les endroits pour remonter la pente, éviter les zones gelées difficiles à skier, profiter d'un trou pour quelques virages poudreux…

On retrouve par moment la sensation d'être intimement lié au terrain et à la nature.


Les skis nordiques sont super pour se faire tracter, dans une optique de déplacement tranquille.
La liberté de mouvement est totale, le ski reste du ski, il faut parfois faire de petits sauts pour gérer un virage en neige pourrie, faire quelques pas de patineur pour rattraper sa voile qui file devant, ou au contraire freiner pour ne pas qu'elle dévente.

Je trouve ça assez physique, mais très plaisant, et ça fait appel à toute la panoplie des mouvements du skieur nordique.


MAIS ATTENTION…

Il faut garder à l'esprit qu'une voile de traction, même petite, est une sacrée silhouette pour la faune, et que le dérangement pour la nature peut être violent…!!
Je pense en particulier ici au grand corbeau, qui défend l'hiver son bout de ciel, et qui voit d'un mauvais oeil cet oiseau bizarre et coloré.
Pareil pour les rongeurs…!!
On peut penser qu'il sont absents l'hiver, mais il n'en est rien. Le campagnol des neiges creuse ses galeries dans la neige qui le protège du froid, mais il vient volontiers brouter et faire son marché sur les places ventées et soufflées des crêtes.
Imaginez un instant la panique pour la souris, de sentir au dessus de sa tête un immense rapace non identifié de 4 mètres d'envergure qui lui frôle les moustaches…….

Hugh !
Guerrier sioux cherche pas à savoir les coins secrets du visage pale !
Cherche pas non plus à effrayer les corbeaux ou le lagopède moustachu !
Guerrier sioux veut juste savoir quelle voile emploie le visage pale !
Modifié il y a 8 ans
Langue fleurie de visage pâle oublie souvent de répondre aux questions…

Visage pâle sortir avec les moyens du bord : petite PW de 4.5 m2 avec poignées 4 lignes de chez Zeruko…

Visage pâle aime liberté et souvent faire pipi, donc pas de harnais, talon libre et esprit dans le vent du nord…


Par contre, visage pâle souvent mal aux bras en fin de journée, mais guerrier sioux sûrement mieux équipé question musculature pour pas se fatiguer…

Hugh…!
Modifié il y a 8 ans
lepiero a écrit :
Langue fleurie de visage pâle oublie souvent de répondre aux questions…

Visage pâle sortir avec les moyens du bord : petite PW de 4.5 m2 avec poignées 4 lignes de chez Zeruko…

Visage pâle aime liberté et souvent faire pipi, donc pas de harnais, talon libre et esprit dans le vent du nord…


Par contre, visage pâle souvent mal aux bras en fin de journée, mais guerrier sioux sûrement mieux équipé question musculature pour pas se fatiguer…

Hugh…!

Tiens , ça semble valider mon idée : faut pas grand chose pour : j'ai une petite PW 4.2 de chez DECA qui tire bien fort quand elle veut . Je me suis décidé à la tester cette saison avec des skis mais j'ai toujours loupé l'occasion ( soit pas de neige, soit pas de vent etc )
Effectivement , je ne pense pas qu'un harnais soit nécessaire : c'est pas pour faire de l'acrobatie …
Faire pipi souvent , c'est compatible avec l'esprit de la rando nordique et c'est souvent nécessaire en cas
de prostate capricieuse . C'est ton cas ? Bienvenue au club ! :-D
Modifié il y a 8 ans
Nan, la prostate va bien, je marque juste mon territoire…
Et à l'automne, je m'entraîne aussi au brame mais mon dernier essai s'est soldé par un coup de sabot : j'ai pas l'accent… :-D :-D


Disons qu'avec ta PW, comme avec n'importe quelle voile, c'est tout à fait possible de te faire tracter pour découvrir l'activité, mais les performances limitées de ces engins bon marché te rappellent vite à l'ordre… Au début, dès que tu prends trop de vitesse et que tu rattrape ta voile, elle dévente… Et les rafales en cas de vent irrégulier sont difficiles à adoucir si les freins sont grossiers… Bref, il faut être bon pilote pour en profiter.

Mais en quelques séances, on chope vite le coup et c'est agréable.


Pour le harnais, même sans faire de la haute voltige, il est bien confortable pour soulager les bras et juste profiter de la traction.
J'ai bricolé un système pour relier les poignées à un baudrier d'escalade, sans barre de contrôle.
Mais avec un harnais, on peut aussi être tenté de chercher plus fort puisque le corps encaisse plus de force que les bras… Et alors la course au vent commence… :-D


Vraiment, essaie, c'est grisant…
Modifié il y a 8 ans
Tiens, ça me fait penser qu'il faudrait que je sorte ma voile ozone du placard…. :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 8 ans
Régis Cahn a écrit :
Tiens, ça me fait penser qu'il faudrait que je sorte ma voile ozone du placard…. :-)

C'est une grande voile ça , non ? Raconte un peu ( c'est vrai que t'es pas bavard , toi ! ) Tu l'as utilisée ? dans le coin ? en SRN ? pour tirer la pulk ou pour faire le Kakou ? tu marque aussi ton territoire ? etc ? etc ?
Modifié il y a 8 ans
Je me présente :
Je commence a envisager d'associer kite et SRN.
Je faisais du dériveur et je fais de la planche a voile depuis que ça existe et sans discontinuité.
La planche d'aujourd'hui demande des vents forts et rares.
J'en avais assez d'attendre le vent sur ma plage de vacances estivale à Oléron donc je me suis mis au kite sur l'eau cet été. Je débute, je sors de l'eau, je fais quelques mètres et ça coule.
Je pensais que pour moi sur la neige ça ne serai pas possible, car je suis un fondeur et pas un alpin, je ne sais pas skier en descente et je n'ai pas de matériel en alpin.

Par hasard,
j'ai fais un jour un essai avec mes SRN sur une neige facile a skier et avec un petit temps.
J'ai vu que c’était possible.
A cette occasion, j'ai aussi vu que l'on pouvait utiliser un harnais d’escalade par dessus nos vêtements d'hiver. Ce genre de harnais est bien moins encombrant que les harnais prévus pour l'eau. Je ne vois pas l’intérêt de prendre autre chose pour un usage en SRN. Les efforts seront faibles. Rien a voir avec les efforts en planche a voile. Un harnais d'escalade gene bien moins qu'un harnais de kite .

La grande différence avec sur l'eau c'est que sur l'eau il faut de la vitesse pour ne pas couler. Sur SRN il suffit d'avancer pour se faire plaisir et on peux même rester a l’arrêt si le vent n'est pas assez fort, C'est bien plus facile sur la neige molle qui porte que sur l'eau. Sur la croute glacée ou soufflée ça doit être une autre histoire.

Les voiles terrestres m'ont l'ai bien plus faciles a piloter que les voiles marines qui sont plus vives et plus puissantes.

J'ai fait mon dernier essais avec une très grande voile de 15m pas du tout adaptée et dans un tout petit temps.

Après avoir pris conseil, ce vendredi je récupère la voile que j'ai achetée, une 8m de Rapace, modèle Condor.
Nous sommes très favorisé sur les Crêtes du Forez, Il y a de l'espace, pas de clôture, pas d'arbre, c'est venté, le relief est doux et sur un dôme, un peu comme a la Dole pour les Jurassiens. A part que chez nous c'est plus sauvage et plus nordique dans le relief.

La voile est pas trop encombrante et surtout légère. Elle va trouver sa place dans ma pulka bleue vendue par Regis. Je pense qu'il faut pas chercher a kiter a tous prix en SRN, mais si les conditions sont extra, ça doit être le super pieds. Par contre faut prévoir un casque.

Regis, sur ce post nous sommes peut être un peu hors sujet ?

A suivre ..
Modifié il y a 8 ans
Je ne crois pas qu'on soit hors sujet…

Il ne s'agit pas d'une discussion sur le kite surf, le snowkite ou le powerkite, mais juste sur les possibilités d'associer une voile de traction avec le ski de randonnée nordique…

Dans les traversées du grand nord, je lis souvent que les voiles de traction sont utilisées à bon escient pour diminuer la charge pulka et profiter des éléments pour tracer la route : dans ces cas là, ce serait bête de ne pas en profiter…

L'utilité peut se décliner dans plusieurs pratiques, dont le SRN dans beaucoup de situations… Une voile de taille moyenne ne pèse pas grand chose, et ça peut être une bonne manière de varier les plaisirs…
En tous cas, moi je l'adopte parfois lorsque je pars plusieurs jours, au cas zoù. :-)


Jacou, tu sembles bien branché sur les différents matériels de traction, crois-tu qu'on peut avoir la même efficacité et finesse de contrôle avec une barre de contrôle qu'avec des poignées classique 4 lignes…?
Sans rentrer dans les détails de modèles de voiles, de border/choquer et compagnie, j'aimerais juste avoir ton point de vue.
Modifié il y a 8 ans