Le ski de randonnée nordique au 20h de TF1

Un reportage sur le SRN dans le journal d'Anne-Claire Coudray le 4 février au 20h.
Deux minutes avec de belles images du Queyras, à voir sur TF1 20-heures-4-fevrier-2017  (chapitre 12 à 26:05 mn)
JMC
Bonsoir,

C'est de la randonnée nordique alpine.
En plus sur la fin, ils sont sur des pistes de fond.

Chez nous c'est de la rando nordique nordique.

Jacou

Bonjour Jacou,
C'est vrai que le relief est alpin, mais le matériel, la technique et je suppose l'esprit sont plus SRN que rando alpine : on se promène en montagne …
Pour ce qui est du passage sur pistes nordiques,  c'est quasi obligatoire pour accéder aux vastes plateaux d'altitude sans prendre de risque.
JMC
Merci pour l'info jmc smile
Ce qui m'amuse un peu, c'est d'écouter "une tradition ancestrale remise au goût du jour", alors qu'un peu partout dans le Massif Central, et probablement dans le Jura, les Vosges, et ailleurs, pas mal de skieurs de fond ont je pense toujours quitté régulièrement les pistes…à la différence d'aujourd'hui qu'ils conservaient quasiment le même matériel smile
Mais je m'interroge sur la pertinence d'associer sempiternellement SRN et Telemark, deux disciplines qui sont complémentaires, mais pas obligatoirement, le Telemark demandant un apprentissage à même de détourner les gens. du SRN smile. Et d'un autre côté, ça peut taper dans l'œil des plus motivés…smile
N_75, c'est exactement mon cas : je me suis baladé en "hors-piste" dans le Sancy et la chaine des Puys pendant 20 ans avec mes vieux ski de fond étroits, mais quelle galère ! Jusqu’au jour béni ou j'ai découvert ce site et le SRN.
Quand à l'association SRN et Telemark dans les reportages, c'est peut être un effet de mode : la semaine dernière, à Cervières, j'ai croisé de nombreux raquettistes et randonneurs alpins, à chaque fois, il y avait des commentaires : "t'as vu, y fait du telemark ! Et même une fois en anglais.
JMC
N_75
Ce qui m'amuse un peu, c'est d'écouter "une tradition ancestrale remise au goût du jour", alors qu'un peu partout dans le Massif Central, et probablement dans le Jura, les Vosges, et ailleurs, pas mal de skieurs de fond ont je pense toujours quitté régulièrement les pistes…à la différence d'aujourd'hui qu'ils conservaient quasiment le même matériel smile
Mais je m'interroge sur la pertinence d'associer sempiternellement SRN et Telemark, deux disciplines qui sont complémentaires, mais pas obligatoirement, le Telemark demandant un apprentissage à même de détourner les gens. du SRN smile. Et d'un autre côté, ça peut taper dans l'œil des plus motivés…smile
Beaucoup de skieurs jurassiens continuent leurs randonnées avec du matériel de ski de fond… c'est un moyen économique de courir la montagne car pour beaucoup le matériel de SRN moderne représente un bel investissement.
C'est bien pour la découverte mais moins grisant en descente… mais pour descendre : encore faut-il avoir quelques solides notions de ski. Bien glisser en toutes neiges est un art délicat… et là, les skis larges et paraboliques accélèrent grandement l'apprentissage.
Comme N75, je m'interroge sur l'association SRN-Telemark… comme le dit souvent Régis, le telemark, ce n'est qu'une technique de virage… alors que le SRN est un ski talon libre qui permet de pratiquer une large palette de techniques :
  • pas tournant
  • descente en sorcière
  • chasse neige
  • stem
  • virages parallèles carvés ou dérapés
  • virages sautés
  • godilles
  • virages sautés
  • conversion
  • telemark
  • … etc …


 Nous devrions peut-être montrer ces techniques et leur efficacité… pour éviter un éventuel côté élitiste du telemark.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Hello TL,
Je crois que tu as oublié dans ta palette la toute première des techniques : l’arrêt Briançon smile
Je l'ai pratiqué avec succès plusieurs fois la semaine dernière : malgré ma montre GPS et mon appli carto, je m'étais engagé par erreur  dans une descente en foret ; au début, tout allait bien, belle neige, pentes faciles et telemark ; puis la pente c'est accentuée, les pins cembro se sont rapprochés, la jolie combe c'est transformée en goulet bien raide et c'est devenu scabreux. Je savais que j'aurai du remonter, mais j'ai insisté smile
Et là, plus de telemark : dérapages, conversions et souvent, arrêts briançon quand ça partait trop vite !
JMC
N_75
Mais je m'interroge sur la pertinence d'associer sempiternellement SRN et Telemark
de plus, qui dit Telemark, dit pente, alors que le SRN peut se pratiquer sur des terrains sans relief marqué, ou même une petite descente peut se prendre en traces directes. Cela fausse quand même pas mal la perception du SRN pour des novices !
talonlibre
les skis larges et paraboliques accélèrent grandement l'apprentissage
jmc63
Jusqu’au jour béni ou j'ai découvert ce site et le SRN
Internet qui accélère lui l'information fausse la réalité qui est que ces skis qui vont bien sont finalement apparus tout récemment, le forum étant né à peu près dans la foulée (ça me fait songer que j' ignore d'ailleurs tout de sa genèse smile )  
Modifié il y a 2 ans
Impossible de voir le reportage, je tombe sur le ski alpin à Font-Romeu, le Kiwi, et à 26mn chapitre 12 du 4/02 c'est le weekend à Rennes et c'est tout smile
Sinon pour les virages je suis d'accord, c'est aux sensations et suivant la neige, dans la même descente on peut alterner les techniques. Je trouve que le télémark, à mon niveau qui n'est pas top,  demande plus de temps de mise en place et donc pour enchaîner les virages c'est plus difficile … Si la pente n'est pas trop importante et l'espace assez découvert et large ça peut aller.
Pour moi l'avantage des skis actuels est de pouvoir faire du ski hors piste même en neige "molle" alors qu'avant on attendait d'avoir une neige qui porte, que ce soit en classique ou encore plus en skating. Sinon c'était un peu/beaucoup la galère. Et puis qui dit skis étroits, dit skis plus longs donc moins manœuvrables … etc …
Avant je faisais de la raquette pour aller "voir" l'hiver derrière le rideau d'arbres mais toujours du fond sur piste pour la glisse, à présent avec les skis larges à écailles ça passe partout ou presque où je passais en raquettes. C'est pour moi le must de la liberté pour découvrir l'envers du décor smile
Mais en neige dure je préfère de loin des skis plus étroits à bords parallèles que les skis larges à cotes taille de guêpe comme on disait dans le passé. On a de bien meilleur prises de carres en dévers et on dérape plus facilement. Je crois que l'on retrouve la même chose en alpin avec ces skis très très larges pour le hors piste (autour de 100 à 110 au patin) en poudreuse et les skis plus taillés pistes, type de géant (autour de 70/80 au patin).
Modifié il y a 2 ans
Au temps où les skis se choisissaient bras levé et à la hauteur du poignet, de la chaussure en caoutchouc, de la pellicule photo, que TSL n'avait pas mis ses moules en route, que l'info ne parvenait pas d'un coup de clic
jmc63
on se promène en montagne …


on se promenait quand même, différemment, et avec les moyens du bord.
Une technique pas rapide, mais terriblement efficace pour descendre (ici pour accéder à un vallon très souvent cité sur le forum)
…et ça aurait quand même été con de s'arrêter à cause d'une technique et d'un matériel pas au point


Peu importe le flacon (dans ce cas la technique), pourvu qu'on ait l'ivresse smile
Modifié il y a 2 ans