Le SRN, ça casse les genoux ?

talonlibre a écrit :
ça casse les pattes :lol:

T'es un vrai modérateur JC, nous voilà donc bien au coeur du sujet…
Modifié il y a 5 ans
Sacré Christophe !!!!!!!

Tiens je te cite ski de fond magazine numero 48 dont je conseille la lecture a tous.

En randonnee nordique vous pouvez descendre,en "mode alpin" ,en telemark ou avec le bon vieux système D.Le prérequis etant de maitriser le chasse neige.
Plus loin…concernant la route des escartons "Les denivellés ne dépassent jamais 600metres et les pentes sont modérées.
Ceci dit je courre a la salle de gym pour me muscler les cuisses.
Et encore je suis bien d'accord avec toi la limite c'est celle que tes cannes peuvent supporter,helas les miennes ont déjà bien servies.

Bon reveillon.mon ami,j'aime bien ton blog.
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
sans être perturbé par un pack matériel qui le prive de tout ses repères liés à sa motricité naturelle.

Toujours les bons mots, sacré Sancho !
Je ne pense pas avoir plus d'une huitaine de demies journées de ski alpin sur mon CV, mais cette entrave d'avoir les talons rivés aux planches m'a toujours perturbé, pour moi qui ai commencé par le fond pistes et hors pistes.
De mémoire, il me semble même que c'était galère pour se relever suite à une chute (par rapport à une pratique talon libéré).
Modifié il y a 5 ans
christian8 a écrit :

Tiens je te cite ski de fond magazine numero 48 dont je conseille la lecture a tous.
En randonnee nordique vous pouvez descendre,en "mode alpin" ,en telemark ou avec le bon vieux système D.Le prérequis etant de maitriser le chasse neige.
.

Personnellement en tant que professionnel du SRN, qui voit dans cette pratique un énorme potentiel pour redonner un élan populaire au ski nordique: quand je lis ce genre d'affirmation ça me fait dresser les poils.
C'est à mon sens aussi absurde que si un brevet d'état de cyclisme affirmait que pour envisager de faire du VTT, il faudrait impérativement avoir fait du vélo de route avant.

Je ne vois absolument pas pourquoi, pour débuter en SRN: il y aurait besoin d'avoir une quelconque forme d'expérience, dans quelque sport de glisse que ce soit!!!
Toute expérience préalable dans un sport de glisse est un plus pour débuter en SRN, mais certainement pas un pré-requis.

Il y a plein de choses intéressantes à lire dans ski de fond magazine, mais certainement pas ce genre de connerie :-x
Modifié il y a 5 ans
Après pour pondérer le propos, car je n'ai pas lu l'article et qu'il semble parler de la traversée des Escartons: je dirais que pour se lancer dans la traversée des Escartons en SRN, je vois deux pré-requis:
- avoir un minimum d'endurance (randonneur capable de faire à pied des étapes de 6 à 8h de marche tranquille avec un petit sac à dos)
- maîtriser le chasse neige en SRN, ce qui est déjà plus simple que de le maîtriser en ski de fond

A ma connaissance la majeure partie de la traversée des Escartons est damée. En dehors des portions damées, dans les descentes, le chasse neige peut être délicat à maitriser en fonction de la qualité de la neige, pour un débutant. Entre autre système D dans ce cas de figure, garder les peaux dans la descente pourra être une aide précieuse.
Modifié il y a 5 ans
Par qui? bonne question
Modifié il y a 5 ans
christian8 a écrit :
Par qui? bonne question
Par qui, quoi ????? :-?
Modifié il y a 5 ans
Qui ecrit quoi,voila.Je te laisse deviner tiens un autre lien:

"C’est parti pour un itinéraire balisé nordique ! A condition de posséder les bases du pas classique et la technique du chasse neige (pour pouvoir freiner), vous allez vivre des instants inoubliables dans des espaces naturels peu ou pas aménagés, et sur des terrains où s’enchainent pentes faibles ou moyennes"

http://www.nordicfrance.fr/fr/activites-nordiques/randonnee-nordique.html

Maintenant c'est peut etre des conneries je ne sais pas,je ne suis pas un specialiste.
Modifié il y a 5 ans
Les 2 sujets ne sont pas écrit par la même personne.

Le premier extrait sorti de son contexte ici indique dans son contenu entier que la randonnée nordique est accessible par tous quelque soit sa technique de descente. Se référer au paragraphe "De nouveaux pratiquants pour une pratique diversifiée"

Dans le dossier rando nordique du dernier numéro de la revue ski de fond, il y a 2 sujets :
- un sujet général sur l'évolution de la pratique avec des rappels de base,
- un sujet sur la haute route des escartons (ex haute trace) qui se transforme en un grand itinéraire de randonnée nordique, c'est à dire sur un cheminement essentiellement non damé (ce qui est un changement par rapport au passé).

Le texte chez Nordic France a été écrit rapidement par un non pratiquant mais "professionnel institutionnel" du nordique au sens large pour remplir une page web. D'ailleurs, si vous avez le courage, je vous propose d'écrire un texte de présentation sur le ski de randonnée nordique que je soumettrais à Nordic France en remplacement du texte actuellement présent. Il sont d'accord pour que l'on modifie entièrement le texte et les photos. Des volontaires ?
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 5 ans
Le texte de nordic france, fleure bon le travail du CNDN (conseil national du nordique), voir même la plume de Samuel Lopes.
Le CNDN est une commission consultative qui regroupe différents acteurs institutionnels de la filière nordique et qui a pour but de redynamiser la filière nordique.
Comme le souligne Régis, le texte a été écrit par un non pratiquant, mais institutionnel professionnel: le coordinateur du CNDN.
L'auteur en question a effectué un travail remarquable qui a débouché:
- sur des aménagements de sites nordiques novateurs
- sur une énorme évolution de la communication et du marketing autour du ski nordique

Il a mis en branle des tas de dossiers monstrueusement intéressants pour faire évoluer le nordique: mais il n'y connait rien ou vraiment pas grand chose au SRN.
Quand il a écrit le texte, il n'était d'ailleurs jamais monté sur des SRN. Depuis il a fait au moins une sortie.
Ce qu'il faut bien comprendre c'est que dans les différents institutionnels que l'on va retrouver au CNDN, puis à Nordique France, il n'y a pas grand monde qui a une image un tant soit peu réaliste de ce que peut être le SRN.
Comme le dit Régis: ils sont tout à fait ouvert à ce que Régis ou quelqu'un d'autre prenne le temps de changer les textes et les photos de la page web.

Globalement la majeure partie des institutionnels que l'on retrouve dans ces instances, sont des observateurs ouverts, intrigués, et curieux face à l'essor du SRN. Ils sont prêts à aider, mais à aider qui ??? et en faisant quoi ???
Moi je dis: merci Régis pour le travail effectué pour tenter de faire reconnaître un peu le SRN.

Parmi tous les organismes qui siègent au CNDN, il y en a au moins trois qui ne devraient pas être qu'observateurs, mais bien moteurs dans le développement du SRN et qui ne jouent quasiment aucun rôle:
- la FFS (dans une moindre mesure, mais il y aurait des licences à vendre pour payer le champagne à Sochi)
- le SNMSF (syndycat de l'esf, il y aurait du boulot à prendre en nordique plutôt que d'envoyer les BEES nordique encadrer de l'alpin dans des jardins d'enfant)
- le CNSNMM (centre de formation des moniteurs: ça serait vraiment dans leur mission de réfléchir à une évolution de la formation des moniteurs au regard des éventuelles attentes de la clientèle, surtout quand on sait que depuis plus d'une décennie, il y a plus de 80% des diplômés qui ne trouvent pas de réel débouché en ski nordique)

:-x :-x :-x :-x :-x :-x :-x :-x :-x :-x :-x

A part ça c'est cool que les Hautes Alpes communiquent sur un tracé de SRN non damé. Ce n'est pas forcément évident au regard de la responsabilité que ça peut représenter pour un institutionnel

Et pour finir, un titre comme: de nouveaux pratiquants pour une pratique diversifiée ça m'inspire, surtout si c'est accessible aux débutants, va falloir que je songe à le récupérer ce "ski de fond magazine" :-D



Modifié il y a 5 ans