Rando ski de fond au pic Traversier

sancho a écrit :

Ceci dit sur la vidéo en question, je ne suis pas subjugué par la fluidité, mais par la relative fluidité, au regard du matériel et de l'age que semble avoir le super héros.

T'as mis le doigt dessus Maitre Sancho, c'est une question d'age , j'aime bien monter de vieux engins de mon époque .Comme ça , quand ça va tout droit au lieu de tourner , je me console en me disant que c'est a cause
de mon vieux matos :-D

Cela dit, bien d'accord :hors des pistes, des skis fins avec des pompes en chewing-gum et une neige dure c'est tout a fait nul , mais des skis fins avec des pompes bien rigides en 75mm et une neige de rève ( comme sur la vidéo ) là ,ça reste jouable et mème plaisant : c'est un peu comme conduire une voiture de collection ou un solex
Modifié il y a 7 ans
A la nostalgie, je comprend l'intérêt de conserver des solex, voir même l'envie de leur faire prendre l'air un coup de temps en temps.

Il y a sans doute une question d'âge: bien que passionné depuis quelques années déjà, je ne suis pas encore collectionneur.

Ce n'est pas que le concept ne m'intéresse pas, mais c'est plus un problème de fougue de jeune conducteur, j'ai toujours changé de modèle après rupture du précédent.
Ne me prêtez jamais vos belles pièces de collection si vous y tenez, je crois que Robert vient de me faire réaliser que je dois être une référence en matière de crash test. S^i
Modifié il y a 7 ans
Epatant ce forum,quelque soit la rubrique ou le sujet on parle toujours de la meme chose la largeur des skis et l'age du capitaine.
Modifié il y a 7 ans
Oui épatant… ça donne pas un peu le tournis ? A croire que nos skis tournent en rond :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Et on repart pour un tour de spatules… tourni assuré!

Maître Robert, les skis de ta belle vidéo américaine n'ont pas grand chose à voir avec les skis de fond utilisés par les 3 jeunes chiens fous très doués du pic Traversier.

Les skis d'Urmas sont des skis de telemark, conçus pour descendre et en matière de comportement, cela change tout.

Et si je préfère les skis larges, c'est parce que il m'est arrivé de ressortir des étroits pour comparer : http://www.skitour.fr/blog/talonlibre/1405-randonnee-et-choix-d-un-equipement-durable

Je suis aussi un peu collectionneur, cela doit être l'âge, bon diagnostic, docteur Sancho.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 7 ans
chouette j'ai retrouvé la parole?
Modifié il y a 7 ans
Pour Régis, Christian8 et peut être d'autres encore, oui ça rabâche, ça répète, et ça radote pas mal autour du ski large.

Mais faut quand même avouer qu'après un demi siècle de monopolisation du débat par l'univers du ski fin, il y a des réticences sur le ski large qui ne sont pas faciles à faire tomber.
Le rabâchage n'est peut être pas la meilleure méthode, mais si on a plus le droit de radoter à sa guise dans la rubrique bavardage, ben zut alors!
Faut peut être ouvrir une rubrique spéciale sujet ski large alors ?

Aujourd'hui je déplore que sur tout le Jura, il n'y ai qu'un seul loueur prêt à investir dans du très bon matériel.
Faut demander à Régis, mais les loueurs de SRN en norme 75 mm en France, ça doit pouvoir se compter sur les doigts d'une main.
Pourtant c'est de très loin le matériel qui me semble rendre l'activité vraiment accessible aux débutants, qui donne de l'aisance aux plus vieux capitaines, et des perspectives de ski ludique à des jeunes qui n'auraient jamais envisagé de se mettre au SRN avec des skis fins.

On peut toujours jouer au volley avec un ballon de rugby, mais faut admettre qu'un ballon rond est plus adapté. Pour moi, le ballon rond, il change bien des choses dans les perspectives de jeu.
Et en outre si le ski large revient aussi souvent sur le tapis, c'est aussi car il y a plein de sujets sur le forum, où pour moi, il y a des réponses différentes à donner en fonction du matériel en question.

Sur l'âge du capitaine, je reviendrai sur le sujet car ça m'intéresse.
Pour le moment tout ce que je vais dire, c'est que je suis la preuve, qu'on peut commencer très jeune à radoter :-D
Modifié il y a 7 ans
christian8 a écrit :
Epatant ce forum,quelque soit la rubrique ou le sujet on parle toujours de la meme chose la largeur des skis et l'age du capitaine.


T'as raison …On radote un peu, mais c'est si bon de radoter !
Cela dit, je suis bien content de pas ètre le seul a radoter sur ce site au sujet de mon age…Je me demande
mème si je n'ai pas entr'aperçu quelques remarques a ce
sujet ….de ta part !
J'approuve ! Flute ! faut bien leur dire a ces petits jeunes qu'au delà de la cinquantaine on commence a apprécier autre chose que des double salto arrière sur pente raide .
Un peu de douceur …de nostalgie …de vieux skis…une
cabanne au fond des bois …un chocolat chaud a l'arrivée et …ewige liebi !


Oui Jean Christophe, mon bon maitre …ce sont des skis
de tlk , mais aussi des ski de rando nordique et ils
vont super-bien sur le plat . J'aimerais bien savoir
quels skis il a employé l'Urmas .

Sancho , Régis …Non , vous ètes trop jeunes pour radoter
C'est un privilège des quiqua ! Mais continuez comme ça …
En vous appliquant , vous y ariverez !

Bon Dieu ! Vivement la neige ! Qu'on parle d'autre chose !
Modifié il y a 7 ans
Normal qu'ils aillent bien sur le plat… telemark c'est l'ancienne application pour le SRN, segmentation mercatique actuelle oblige.

Super Urmas à du utiliser des skis comme mes vieux Tua ou tes Dynastar maquillés :lol:

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 7 ans
Alors, je reviens radoter sur l'âge du capitaine.
La cabriole avant ou arrière, est pour ma part une acrobatie de circassien que j'ai travaillé pour divertir divertir non pas une clientèle de quinqua, mais plutôt de sexagénaires. Je vois qu'elle marque les esprits la galipette, on l'interprète comme on veut, mais j'ai pas souvenir d'avoir forcé des clients à la travailler. D'ailleurs si le client à le potentiel, je la garde précieusement dans mon chapeau, car je préfère voir mes clients en ski que dans des hélicos.
Ca fait plus de 10 ans que je travaille en SRN, et à mes débuts la moyenne d'age sur les séjours que j'encadrais était plutôt de l'ordre de la soixantaine bien tassée.
Le doyen que j'ai eu le plaisir de rencontrer en itinérance à la semaine avait plus 85 ans. Il était un peu plus brutal que la moyenne et entendait bien s'initier au télémark grand large dans les hivers à venir.
Dans les 5 à 6 premiers hivers, je n'ai que très rarement croisé des quarantenaires dans le boulot. On skiait sur des SRN fins voir même sur des skis de fond, avec des vieux de la vieille, qu'avaient vraiment pas envie de lâcher l'affaire.
Le gros de mon travail était de cultiver de la douceur dans des paysages nordiques où les reliefs devenaient vite délicat pour mon public, qui était avec du recul, fort mal équipés pour le sujet. Heureusement ils avaient de la bouteille.
Quand les premiers skis un peu large sont entrés dans les locations, je me suis dit chouette, voilà du matos qui va simplifier bien des problèmes et prolonger des années de séjours à ski pour la clientèle. Car faut bien avoué qu'au compteurs des séjours des TO, c'était plutôt la décroissance dans les effectifs et la croissance dans le nombre des années chez les participants.
Hasard ou coïncidence, l'arrivée de ces skis un peu plus large s'est accompagné d'un nouveau type de public. Je me suis senti un peu moins jeune du coup, en voyant venir des quarantenaires, qui avaient souvent des profils et des attentes un brin différents de mes compagnons de fortunes habituels. Ils étaient peu nombreux ces jeunes premiers, mais ils étaient là quand même, beaucoup n'avaient que très peu de vécu en ski de fond, voir même pas du tout pour certains. C'est quand même pas rien de s'inscrire sur un séjour itinérant quand tu n'as jamais fait ni de ski de fond ni SRN. Le point commun avec les anciens, c'est qu'ils cherchaient entre autre des plaisirs contemplatifs. Sinon beaucoup venaient de l'alpin, cherchaient le calme, et avaient malgré tout un certain idéal de ce que peut être le plaisir de la glisse version alpin, qu'il fallait tenter de ménager.
Là j'ai commencé à me dire que dans ce très joli métier il y avait peut être des perspectives d'avenir. Ca fait jamais plaisir de recevoir une carte d'un ancien qui te dit qu'il ne reviendra pas ni cet hiver, ni l'hiver prochain, mais de recevoir une carte d'un petit nouveau qui te dit qu'il ressigne pour l'hiver à venir sa redonne un peu le sourire.

A mon avis ya pas grand chose qui a dû ressortir dans les chiffres des TO, si on se contente de regarder les chiffres d'affaires on ne voit pas que la moyenne d'age baisse très sensiblement. Et si on le voit il faut encore réussir à l’interpréter.
Moi ça m'a mis la puce à l'oreille, mais je ne me serais sans doute pas mis à mon compte avant d'avoir pu tester du matériel de l'ordre des époch avec une norme 75 mm.
Quelle idée saugrenue, pour un jeune fauché comme les blés, d'investir pour encadrer dans une activité qui s’essouffle depuis déjà quelques décennies, en choisissant le matos le plus cher du marché!!! Heureusement que mon banquier n'y connaissait rien en SRN, car il aurait fallut argumenter.
En tous cas les loueurs que j'avais sollicité m'ont pris pour un martien.
Pour moi il n'y a que ce genre de matériel qui a le potentiel pour rassembler les intérêts des skieurs allant du plus jeune au plus âgé, en passant du débutant, au confirmé.
Ca met en confiance les débutants, ça transcende mes papys qui ont de la bouteille, ça donne le sourire à mes quarantenaires fraîchement sortis des stations d'alpin.
Ca interpelle les raquettistes, les skieurs alpins en tout genre, et même des fondeurs. Ceci dit sur les fondeurs, je peux dire que plus ils ont pratiqué moins ils sont ouverts au sujet, à l'exception des vrais compétiteurs.
Si on veut intéresser de nouveaux pratiquants faut pas leur proposer de l'itinérance longue. Moi j'aurais pas eu envie d'apprendre à nager, en traversant la manche ou la méditerranée.
Dès lors qu'on propose des formats plus courts on recrute, mais si on veut faire adhérer au SRN faut pas trop s'éloigner du ski large.
Si le ski large fait rajeunir les os de mes vieux capitaines, il me semble être également l'ingrédient principal de la cure de jouvence de l'âge moyen des pratiquants.
En deux ans l'age moyen de ma clientèle s'est abaissé de plus de 20 ans. Heureusement que les fabricants de matos s'arrêtent au 36, et que je suis fidèle à mes fidèles, car sinon je finirais vite par me sentir vieux dans mon boulot.
Modifié il y a 7 ans