SRN et formation des professionnels

Avant-hier soir, à la sortie de Gex en remontant vers Morez, j'aperçois une frimousse sympathique au bord de la route avec un sac de voyage… le temps de réagir, je m'arrête et fais signe au jeune auto-stoppeur qui arrive en galopant.

Un jeune stagiaire en préformation qui cherche à aller à Prémanon, un coin paumé du Jura, une glacière même pas desservie par les icebergs, en tout cas pas cet hiver ou un flux de sud-ouest pervers transforme le Jura en côte d'Azur :-x

Mon compagnon de voyage vient du Queyras, et pur hasard nous parlons de ski, de son histoire, de skis larges du XIXème siècle…

Putain, mais que foutent les formateurs du BE avec les origines du ski…

Un peu d’agitation propagande pour le SRN et ses joies, ses possibilités de développement d'une activité ludique à proposer aux vacanciers dans un terrain propice comme le Queyras. Pour mon agréable voisin de voyage c'est une découverte, toute comme la norme 75 ou "duckbill", quoi un bec de canard…

Prions et invoquons Saint-Sancho pour le souffle de la grâce du Dieu Ull (dieu nordique du ski) descende sur le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne.

Les grâces de l'autostop sont parfois impénétrables :-x

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 5 ans
Et pourtant le Queyras était bien un "bastion" de l'ANCEF (maintenant je ne sais plus), avec des groupes de skieurs qui sillonnaient les vallées à longueur d'hiver !
Doit être trop jeune le môme pour avoir connu cette époque !
Modifié il y a 5 ans
Super sympa ce jeune futur BE du Queyras mais il ne connaissait pas la norme 75. Le nordique est aujourd'hui très axé sur la compétition, mais il était ravi de découvrir ce type de ski et des possibilités de s'échapper des traces.

Ah l'évangélisation pour le SRN, une rude mais sympathique tâche :lol:

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 5 ans
Tu m'étonnes que c'est rude l’évangélisation pour le SRN.
Le culte des petits plaisirs de la glisse facile, c'est pas un truc qui est servi à la grand messe de la glaciaire Prémanonienne du Cente National de Ski Nordique.
Il y a bien un UF de 2 semaines qui concerne le SRN.
Ça s'appelle UF raid, raid comme pour les troupes de commando.
Ils ne connaissent pas la pulka, dans le sac à dos tu mets ta corde, ton arva, ta pelle, ta pharma, ta bouffe, ton sac de couchage grand froid, ton tapis de sol, tes fringues, ton réchaud, pour aller construire ton igloo. Avec 25 kg sur le dos, un athlète de haut niveau sur des skis ça ressemble à un vacancier lambda. C'est des ptis jeunes qui n'ont plus l'habitude de tomber, au jeu de l'autruche, avec toute ta maison sur le dos, un champion ne se relève pas plus vite qu'un touriste. A la fin du raid, ils sont tous heureux, voir fier de l'avoir fait, comme d'autres sont contents d'avoir accompli leur service militaire: comme quoi le goût de l'effort (même de l'effort inutile) quand ça t'es imposé, c'est un peu une valeur universelle.
Moi j'interviens là dedans depuis déjà 7 ou 8 ans, mais ce n'est pas moi qui décide de comment ça se passe.
Quand la totalité de ton auditoire croule sous des courbatures aux épaules lié à un lestage au plomb qu'ils ont en permanence: tu peux toujours essayer d'argumenter sur les douze mille et une raison de pourquoi le SRN est une belle activité:
- plaisir en ski 0
- va profiter du paysage, des oiseaux ou apprendre quoi que ce soit quand tu croules sous une charge à révolter un esclave dans un champ de canne à sucre.
On peut toujours essayer de te servir un verre de château d'yquem, si on vient de te crever un œil, t'auras toujours du mal à l'apprécier à sa juste valeur. :-? :-? :-?
Modifié il y a 5 ans
talonlibre a écrit :
Prémanon, un coin paumé du Jura, une glacière

Souvenirs, souvenirs : j'ai fait mes premiers pas en skis (fond N75 et alpin cuir, lacet et fixations à cables) en 1967 au chalet de la ville de Dijon.

Depuis, le virus du ski ne ma pas lâché

Pour revenir au SRN et à son évangélisation : ya du boulot ! J'ai discuté avec le skiman de la boutique Stavug au départ des pistes du Monetier (05) ; il propose des SRN Salomon Xadv (skis et chaussures) sans aucun accompagnement.
Quand j'ai demandé des conseils sur les itinéraires, il m'a indiqué de monter en fond de vallée vers le col du Lautaret en suivant les pistes de fond. Pas exaltant :-?
JMC
Modifié il y a 5 ans
Oh que oui, qu'il y a du boulot, mais c'est aussi ça qui participe au plaisir, si c'était trop facile on s'emmerderait.
En France la majeure partie des loueurs de matériel, n'ont quasi aucune connaissance du sujet, la quasi totalité des moniteurs habilités à l'encadrer n'y connaissent vraiment pas grand chose, la quasi totalité des formateurs ne s'en soucient guère plus que de leur 1ère paire de ski à écailles.
Pour le restant des mortels, le SRN est très très loin d'avoir une place ne serait-ce qu'infime dans la culture du sport.
Il y a eu un magnifique bugg durant les JO, avec des journalistes de l'equipe du soir (émission de tv en lien avec le fameux papier qui parle de foot). J'aurais eu grand plaisir à mettre le lien pour le partager, mais ça semble avoir été censuré.
Pour décrire ces 5 min d’anthologie:
Ça ressemble à un sketch de la connasse de canal plus quand on le prend au second degré, mais ce ne sont pas des comiques mais des journalistes qui débutent le sujet Sotchi, avec une intro: "enfin la France a eu ces deux premières vraies médailles avec Pinturault et Missilier"
Les 11 qui ont précédées ont le mérite d'exister, mais il faut comparer ce qui est comparable. Martin Fourcade est présenté comme un chasseur d'élan des temps modernes, et les clowns débattent sur le caractère plus noble d'un sport par rapport à un autre. "Euh, oui!!! ben moi je ne suis pas sûr que telle ou telle discipline puisse vraiment incarner les valeurs défendues par les précurseurs à Olympie"
C'est à mourir de rire!!!
Un être semi éclairé sur le plateau, avance que de tels propos pourrait peut être choquer les Pays bas qui ont plein de médailles, mais que dans un sport sans trop de valeur qu'est le patinage de vitesse. On lui répond du tac au tac, qu'en France on a des montagnes, des vraies, et que c'est ça le sport: de la vitesse entre des piquets.
Edgar Grospiron est décrit comme un type qui était trop nase pour rester entre les piquets, du coup ne sachant quoi en faire, on l'a mis dans un champ de mine en lui disant: va jouer là bas.
Ils élargissent le sujet en revenant sur les performances de Lavillénie, qui a certes fait la une de tous les journaux, mais au fond: en athlétisme, l'essence même de la noblesse, ne serait ce pas le 100m? ("les cons ça oses tout, c'est même à ça qu'on les reconnait", dommage qu'il n'y ai pas d'olympiades de la connerie journalistique, la France aurait des chances de vraies médailles)
Ce magnifique débat sur quel sport peut paraître plus noble qu'un autre, en dit très long sur la représentation que l'on peut se faire du sport en général.
On voue un culte énorme à la notion de performance dans le sport. Pour toutes les fédérations, l''idéal sportif, c'est un athlète avec une médaille, qui pourra faire un peu parler de son activité dans un encart perdu au milieu de 30 pages de foot.
Il en découle pour les institutions qui s'occupent de la formation:
- des sélections exclusivement axée sur les performances techniques et physiques pour écrémer la masse des éducateurs sportifs potentiels.
- le gros du pavé d'une formation sportive tourne sur comment analyser,améliorer, transmettre la performance.
Que la performance soit abordée cela ne me dérange pas bien au contraire, car elle fait partie des multiples plaisirs que l'on peut avoir en faisant du sport. Ce qui me gène, c'est cette exclusivité, cette vision unilatérale, où personne ne semble se rendre compte dans ces milieux là, qu'on peut avoir du plaisir à pratiquer, même quand on ne courre pas après la victoire.
Un jour, on cherchera peut être à mettre en valeur dans chaque activité, les sources potentielles d'intérêts autres que celles que l'on trouve dans les hormones de plaisir liées à l'autosatisfaction de sa performance.
Chercher, trouver et mettre en avant les autres sources de plaisirs inhérentes à la pratique de chaque activité sportive ne nuira pas aux performances des athlètes, bien au contraire.
Accessoirement cela pourrait donner des clefs à des éducateurs sportifs pour donner l'envie de pratiquer du sport: à des gens qui survolent les pages sportives du journal avec autant d'intérêts ou de mépris, que ce que je peux en éprouver en passant mes yeux au dessus des fluctuations du CAC 40.

Dans une approche de la culture sportive aussi étriquée: oui il y a du boulot avant que le SRN ne soit une activité reconnue. Il y a du boulot tout court, pour que l'on s'aperçoive que le sport en général puisse être perçu comme une source de bien être, complètement détachée des notions de performances et de culte voué aux héros olympiques.
L'homme est un prédateur social qui a besoin de chef de meute, mais faut pas pousser. L'homme se distingue des lions, des loups et des hyènes par une certaine hypertrophie de la boite crânienne. Avec une moitié de cerveau atrophiée, Einstein a réussi à pondre la théorie de la relativité, et bien d'autres concepts et pensées qui pourraient inspirer les instances dirigeantes du sport: http://esukudu.com/2012/12/06/echec-scolaire-selon-einstein/

"Non mais allo quoi !!!" t'es journaliste à l'équipe, t'as une belle carte de presse qui pend autour de ton cou un peu comme une médaille: alors prière de réfléchir à ce que peut être une forme de journalisme un tant soit peu: "noble"

GRRRRRRRRRROOOOOAHH!!! t'as fait l'ENA pour atterrir au ministère de la jeunesse et des sports: cherche un peu quelles peuvent être les différentes valeurs que le sport peut véhiculer, et marque les réformes des diplômes du sceau de la noblesse de ton empreinte de mâle dominant à crinière exubérante.
Il y a un tout bon qui un jour a dit: "l'important c'est de participer!", trouves nous voir un truc du genre "hummm il y a tellement de raison d'avoir envie de pratiquer!"
AOUUUUUUUUUUUHHHHAOUUUUUUUUH: tu as un CDI comme formateur au centre national de ski nordique de Prémanon, alors on se connait, moi aussi ça me fait vibrer les médailles du nordique à Sotchi, mais quand t'auras fini d'hurler ton plaisir à la lune, n'hésites pas à m'appeler on pourrait réfléchir à pourquoi le ski nordique perd 2% de clientèle par an depuis près de 30 ans, il y a peut être un lien avec ton métier, ou peut être pas, en tous cas je paye volontiers la bière pour agrémenter la discussion????

Allez j'ai encore été déraisonnable, ce forum est addictif, mais je file un coup dans la neige lancer quelques courbes lassives, à cette belle heure entre chien et loup, où tu peux avoir le plaisir d'apercevoir en lisière le chevreuil ou le renard, dans le silence étouffé de la douce poudreuse qui s'abat aujourd'hui en flocons virevoltants.
Modifié il y a 5 ans




Sancho, t'es mon idole depuis des années….!!


Modifié il y a 5 ans
Vu sur Journal FR3 à Midi : La montagne autrement.

Intro sur la foule des skieurs attendant de monter dans le télécabine de Courchevel, pas glop !

Transition vers de belles images de la vallée de la Clarée : mais la montagne, cela peut être aussi
- les ballades en raquettes avec un accompagnateur (quelques images)
- le ski de fond (pas d'images) :-(
- la pause jaccuzi :lol:

Rien sur le SRN :-?
JMC
Modifié il y a 5 ans
Tiens je viens d'avoir un coup de fil du responsable de formation de l'UF raid, je ne sais pas du tout s'il y a un lien avec les messages postés sur le forum.
Dans tous les cas, la teneur de la conversation, m'a mis d'excellente humeur pour la journée et bien plus encore. Lors de la prochaine session, ce sera camp de base sur un refuge, une nuitée igloo à proximité du refuge (normal) et après; l'intégralité de la formation se passera en étoile, autour du camp en mode léger.
Bref de quoi travailler de l'orientation sans être omnibulé par ses courbatures; de quoi apprécier à leur juste valeur les vocalises des oiseaux en étant dans les meilleures dispositions, de quoi partager du plaisir sur les skis et communiquer de l'envie dans un contexte plus favorable, qu'en enchaînant des km partagés, entre rigolades au jeu de l'autruche et pesanteur reptilienne inhérente au monde des tortues.
Adieu tortues, tortures … et j'espère toutes proportions gardées: place "aux oiseaux de passages" sur les skis (Richepin, Brassens)
Modifié il y a 5 ans
Dommage pour les AEM…!!


:-D
Modifié il y a 5 ans