Une journée ordinaire

7h00 du matin le réveil sonne.
Je jette un coup d’œil sur le Vercors revêtu d’un voile blanc.
Hier soir, j’ai consulté une dernière fois le site de météo France et celui de Sir Caplain. 2 avis valent mieux qu’un. Après avoir englouti 3 tartines et un thé, je décolle vers les 9 heures du matin : il n’y a rien qui presse.

En préparant l’équipement de la journée, j’envisage de multiples possibilités de sorties. « Il a neigé à partir de 1000 mètres, il doit avoir une petite couche skiable dès 1400 m ». Le raisonnement tient généralement la route… Pas si simple de débuter une sortie dès 1400 m.

Ce matin, le Vercors me fait du pied, une fois de plus. Pour la seconde sortie de l’année 2010, je décide de prendre la direction du Col de Rousset et de m’offrir les grandes étendues sauvages du Sud Vercors ! A moi la plaine de la Queyrie ou le Glandasse : au choix !
Ma voiture file en direction de la Drôme sur la route de Villard-de-Lans. Bien trop longtemps après j’accède enfin au plateau de Beure, bizarrement déserté par les habitués du coin et des derniers touristes en transit dans les Pré-alpes.

10-15cm de neige, ça va être chaud ! Les cailloux en sous-bois sont bien visibles. Mais je suis là et je veux m’offrir la pleine nature et une séance de glisse !
Il faut chercher une trace correcte pour éviter les cailloux et ne pas trop rayer les semelles. Après avoir déchaussé et avoir rusé entre les amas de neige et les combes enneigés, j’aperçois enfin le toit de la cabane de Pré Peyret.
Pré Peyret, un abri si proche et si lointain… Niché dans une plaine à 1600 mètres d’altitude, cet abri de fortune est une halte pour le randonneur. Une fois de plus je profite de ce moment d’arrêt pour profiter du silence du vent si typique du Vercors : il souffle sur les cimes des pins avec un bruit assez particulier.

Le Glandasse, la plaine de la Queyrie ?
Même pas la peine d’y penser, la neige n’est pas assez présente. Et puis j’en ai plus envie aujourd’hui. Je décide donc de retourner par la trace de l’aller en profitant de chaque descente pour affuter ma technique bien à moi. Quelques glissades et une chute plus tard, je rencontre deux autres nordicus. Après quelques échanges, je file en direction du Col et termine mon aventure par quelques génuflexions sur les pistes non damés de la station du Col de Rousset.

Et alors ?
Et bien, c’est une journée ordinaire, une journée plaisir sans prétention : MON AVENTURE.

J’ai eu au départ une intention de partir à l’aventure sur le Glandasse (la frontale était en fond de sac) : je n'ai finalement fait que quelques heures de ski.
La randonnée nordique, c’est efficace, plaisir et facile à « mettre en place » : j’enfourche mes spatules et je m’en vais découvrir des terres que je crois si bien connaître… sans plus.

Un enthousiaste de la randonnée nordique qui sans neige aurait de toute façon parcouru la montagne…
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 9 ans
Régis Cahn a écrit:
10-15cm de neige, ça va être chaud ! Les cailloux en sous-bois sont bien visibles. Mais je suis là et je veux m’offrir la pleine nature et une séance de glisse !
Il faut chercher une trace correcte pour éviter les cailloux et ne pas trop rayer les semelles. Après avoir déchaussé et avoir rusé entre les amas de neige et les combes enneigés, j’aperçois enfin le toit de la cabane de Pré Peyret.
Le Glandasse, la plaine de la Queyrie ?
Même pas la peine d’y penser, la neige n’est pas assez présente.

J'suis vraiment surpris, remarque avec la pluie de la semaine dernière le manteau neigeux a du repartir de 0 :-?
Mais bon maintenant y'a une solution pour skier peu ou sans neige: SRN
Blague mise à part, en Savoie y'avait 20cm dés 1000m, et au moins 60/80cm de poudreuse à 2000m ^^ S^i
Remarque maintenant y'a les 20cm dés la vallée o^k ;-)
C'est peu etre la semaine pour notre projet :roll:
En tous cas belle histoire… ordinaire… mais que l'on aimerait etre notre quotidien :-D
Modifié il y a 9 ans
Si jamais je me paye un trip de SRN en France, le Vercors sera définitivement mon premier choix. On ne sait jamais; peut-être en 2012.

Mais je suis peureuse dans les dénivelé trop abruptes. J'ai le vertige! Donc est qu'une traverse classique (Corrençon-machinchouette) ça irait pour moi?
Modifié il y a 9 ans
sylva a écrit:
Si jamais je me paye un trip de SRN en France, le Vercors sera définitivement mon premier choix. On ne sait jamais; peut-être en 2012.

Mais je suis peureuse dans les dénivelé trop abrupts. J'ai le vertige! Donc est-ce qu'une traversée classique (Corrençon-machinchouette) ça irait pour moi?
Il n'y a que peu de destinations au Sud qui ne se terminent pas par un pas délicat : Vallon Combau, et le col du Rousset. On termine par les pistes aménagées de la station.
L'idéal est d'avoir une des voitures à Corrençon, l'autre au col du Rousset.

En solitaire dans le Vercors, j'étais sorti par le Pas de Berrièves vers Gresse en Vercors, à pieds, skis sur le sac.
Un peu raide !

Une sortie à éviter en hiver : le Pas de l'Aiguille. Si on y est contraints, prévoir un baudrier, une longe avec un mousqueton sur le câble d'assurance.

Dénivelés faibles, paysages plus modestes, la Margeride. Les points de repère y sont hélas discrets. Rien de semblable à la domination par Grand Veymont, hélas.
Modifié il y a 9 ans
elle est belle la 2eme photo
il est beau ce Grand Veymont
Marc
Papa pulkeur depuis 2005
Webmaster et communication pour Nordic Spot
Illustrations pour Ski Randonnée Nordique
Modifié il y a 9 ans