Pulka - Pulkor

En réalité tout le problème "du prix" du matériel réside dans le fait que Fjellpulken a le quasi monopole de la pulk en France.
Hors, il existe d'autres marques, www.snowsled.com par exemple qui propose des pulkas + brancards bien moins onéreux.

J'ai testé l'hiver dernier une pulka bleue avec un brancard
démontable (intérêt pour l'avion) qui a donné entièrement satisfaction.

J'aimerai pour nous autres pratiquants que ce monopole cesse et qu'on puisse avoir le choix d'acheter moins cher. (Ah les norvégiens !)

J'ai une pulka Fjellpulken avec brancards (non-renforcé, je dis ça parce qu'il en existe des renforcées - voir Mtriclin)…. je n'ai JAMAIS rencontré de problème de casse (je sais que cela arrive tout de-même souvent - voir sylvain de www.nordic-spot.com pour la location).

Les pulks Fjellpulken sont chers avec effectivement des finitions qui peuvent paraître un peu limite. Mais la qualité globale est plus qu'au rendez-vous. En utilisation, elles s'avèrent vraiment efficaces.

Je ne changerai pour rien au monde mon brancard contre deux bouts de cordes hormis peut-être pour :
- la progression en banquise,
- pour le snowkite.

Les raisons ont étés expliquées par stef.
Le brancard doit être rigide et suffisamment souple pour encaisser les chocs et renversement. Ceci doit pas être facile à reproduire en "bricolage" mais c'est très bien d'essayer.

On veut des photos de vos constructions maisons !
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 10 ans
Jacques a écrit:

J'ai été choqué par la non-finition de l'intérieur, brut de fibres projetées et encore folâtres.
J'ai acheté une laque brillante blanche. J'attends qu'elle durcisse à présent.
Voilà. La seconde couche de laque est sèche.
Disons qu'elle sera dure dans trois semaines.
Modifié il y a 10 ans
Avec la pulka PULKOR, on perd pas le Nord ! :-D

désolé, j'ai pas pu résister en voyant le titre et ….. :roll:

Jacques, tu prends une peinture classique ou c'est une laque spéciale ?

—————————————————————————————————
Adepte de la pulka suite à des soucis de dos.
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)
Modifié il y a 10 ans
Christophe a écrit:

Jacques, tu prends une peinture classique ou c'est une laque spéciale ?
Juste une laque glycéro achetée en supermarché à 3 ou 4 €. Je n'avais pas la patience de rechercher un primaire, qui normalement sert d'intermédiaire entre un polyester-tissu de verre, et une peinture normale. Ma seule précaution a été de prendre une laque brillante, car c'est ce qui contient le plus de résine et le moins de charges.
Encore mieux, eût été de prendre le vernis marin (zéro charges), mais il est stocké dans le garage de m'Amie, et je prends mes distances vu son hostilité à chacune de mes initiatives.

Le piégeac est la colle thermofusible dans les lamages pour rivets dans les patins : cette colle est un polyamide, donc avec plein de liaisons légèrement pôlaires en attente, en périphérie de micelles. En effet, la résistance remarquable du polyamide en traction, est dû aux liaisons hydrogène entre micelles, entre les radicaux amides et acides. Chaque remplissage de trou est maintenant plutôt adhérent au frottement, au contraire du PE HD, qui n'a aucun caractère pôlaire, et glisse très bien. J'ai donc gagné en lissage de relief, et en rétention de glace, ma pulka sèchera plus vite entre la fin de la sortie, et la rentrée dans le fourgon, mais il faut encore que je paraffine chacun de ces bouchons en polyamide. Sinon, la tendance à saboter se maintiendra.

Bon, maintenant il faut que j'arrête les largeurs définitives pour les brancards. La traverse sera à 80 cm du skieur, 120 cm de la pulke.


P.S. "pulkor" est juste le pluriel indéfini de "pulka" en suédois = "des pulkas".
"Pulkorna" : pluriel défini = "les pulkas".

En norvégien, ce serait "pulker" et "pulkerne".
Modifié il y a 10 ans
Il y a une partie au milieu de ton texte, il va falloir que je la relise au calme. :-D

Bon, je vais lâchement profiter du boulot de restaurateur de bateau d'un pote pour aller lui piquer de la résine ou autre histoire de finir la fibre de verre dans la pulka (point de finition négatif que tu as justement soulevé).

J'me demande si je vais pas honteusement profiter de ses connaissances pour faire un moule de la pulka pour le modifier et en refaire une pour le fun.

—————————————————————————————————
Adepte de la pulka suite à des soucis de dos.
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)
Modifié il y a 10 ans
Christophe a écrit:
Il y a une partie au milieu de ton texte, il va falloir que je la relise au calme. :-D
J'y invoque des connaissances qui ne sont pas diffusées.
Allusion récente à l'adresse :
http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php?topic=971.0

Aucun des articles de Davidovits auxquels je fais allusion n'est disponible sur le net. J'en ai une photocopie à titre privé.
Modifié il y a 10 ans
Jacques a écrit:

J'y invoque

C'était donc ça !
Ce n'est pas un lapsus. Tu manipules la sorcellerie et tu parles de forces obscures.
Et moi qui regrettait de ne rien (mais alors vraiment rien) comprendre à ton post précédent. En fait tes "invocations" ne sont pas accessibles à un Béotien de mon espèce… :-x
Modifié il y a 10 ans
stef a écrit:
… Tu manipules la sorcellerie et tu parles de forces obscures.
Je ne voyais pas les choses comme cela. Voilà qui est fort déroutant pour moi.

Mettez un smilie ici. :-P
Modifié il y a 10 ans
stef a écrit:

… forces obscures.
Et moi qui regrettais de ne rien (mais alors vraiment rien) comprendre à ton post précédent. En fait tes "invocations" ne sont pas accessibles à un Béotien de mon espèce… :-x

Les prérequis : liaisons chimiques, liaisons covalentes, liaisons ioniques, liaisons hydrogène, liaisons de Van der Waals. Liaisons pôlaires.

Dans une macromolécule de polyoléfine, telles les polyéthylènes et les polypropylènes, les liaisons entre les carbones, et entre les carbones et les hydrogènes, sont covalentes : mise en commun d'un doublet électronique, dont les spins sont opposés et les moments magnétiques sont antiparallèles.
- CH_2 - CH_2 - CH_2 - CH_2 - CH_2 - CH_2 - …
Il n'y a plus d'autres liaisons fortes possibles entre chaînes, ou d'autres tronçons de la même chaîne. La pelote s'enroule pourtant au cours de la synthèse en solution : c'est thermodynamiquement plus stable enroulé, par les liaisons de Van der Waals, les plus faibles, juste dues à la déformabilité élastique de chaque nuage électronique. Cette micelle ainsi formée, restera toujours micelle au long de la vie du produit : chauffé, fondu, solidifié, étiré, filé, etc. C'est comme si tu voulais faire passer une marée de pelotes de laine à travers le musoir du port de Marseille : les pelotes vont rester pelotes, juste glisser les unes sur les autres, et se déformer légèrement. (C'est ça qui n'est pas enseigné. Cette défaillance de la rumeur-scientifique-transmise-de-bouche-à-oreille à se mettre à jour est un des gros scandales en sciences dures, que je connaisse personnellement).

Donc le PE glisse facilement, ne se lie et ne se colle à rien, sauf à température très proche de la décomposition, quand des liaisons covalentes peuvent s'ouvrir.

Du coup, il faut un poids moléculaire très élevé pour arriver à faire quelque chose en PE : au moins 400 ou 500 Ångströms de grand axe de micelle. Alors que 80 à 110 Ångströms de grand axe suffisent pour filer du polyamide : les chaînes sont tenues colatéralement entre elles par des liaisons hydrogène. On peut calculer la résistance en traction du polyamide à partir du poids moléculaire, donc des rayons de courbure et de contact des micelles entre elles.

Le chlorure de sodium (Na+ Cl-) ne tient que par des liaisons purement électrostatiques. Mais il existe un solvant redoutable pour cette roche : l'eau, liquide très pôlaire, qui sépare facilement les cations des anions.

La liaison Si - O dans un quartz est intermédiaire entre purement ionique et purement covalente, et on trouve la proportion évaluée dans les livres.

Dans l'aluminium, la liaison est métallique, assurée par un collectif d'électrons de valence, très libres dans le réseau de cations.
Dans le silicium, la liaison est considérée comme mixte, surtout covalente, mais un peu métallique quand même. De moins en moins covalente à mesure qu'on s'enfonce dans la table de Mendéleïev, dans la même colonne IV : germanium, étain, plomb…
Modifié il y a 10 ans
stef a écrit:
….et tu parles de forces obscures.
Tient, je parle plutôt du côté obscur de la Force ! :-D

—————————————————————————————————
Adepte de la pulka suite à des soucis de dos.
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)
Modifié il y a 10 ans