Epoch/Annum vs S-Bound 98/112

J'ai finalement opté pour les Epoch en 1,65m. Voilà un petit retour après quelques sorties dans les Bauges.

Niveau accroche dans la montée, j'ai été épaté par les écailles. Quelque soit le type de neige (poudreuse, glacée ou transformée), les Epoch permettent de monter même dans des pentes relativement raide (tout du moins plus que je l'imaginais), moyennant un pas énergique. En poudreuse, ils permettent de faire une trace de façon efficace, là encore j'ai été bluffé.

Niveau descente, les Epoch sont tout aussi efficaces. Après une après-midi d'initiation au virage télémark sur un domaine alpin, je me suis lancé. Sur une neige glacé, c'est vraiment pas évident. Par contre sur une neige transformée ou poudreuse, les Epoch flottent et se laissent bien prendre en main pour faire des virages télémark, vraiment excellent (c'est encore un peu brouillon et pas super esthétique, mais ça tourne et c'est plaisant).

Bref, je suis pour le moment plus que satisfait des Epochs et je les recommande vivement.
0sâ sôtre de la rài ! / Osez sortir des sentiers battus !
Modifié il y a 7 ans
Bonjour mikael,
mikael a écrit :
Niveau accroche dans la montée, j'ai été épaté par les écailles. Quelque soit le type de neige (poudreuse, glacée ou transformée), les Epoch permettent de monter même dans des pentes relativement raide

Je suis d'accord pour la qualité de ce ski en descente, part contre, :-( je trouve que les écailles n'accrochent pas du tout dès que la neige est un peu froide, à telle point que je vais acheter des peaux (tout conseil à ce sujet serait le bien venu smile

Bon ski, JM
JMC
Modifié il y a 7 ans
ducky63 a écrit :
Bonjour mikael,
mikael a écrit :
Niveau accroche dans la montée, j'ai été épaté par les écailles. Quelque soit le type de neige (poudreuse, glacée ou transformée), les Epoch permettent de monter même dans des pentes relativement raide

Je suis d'accord pour la qualité de ce ski en descente, part contre, :-( je trouve que les écailles n'accrochent pas du tout dès que la neige est un peu froide, à telle point que je vais acheter des peaux (tout conseil à ce sujet serait le bien venu smile

Bon ski, JM


Petite précision concernant l'accroche à la montée avec les Epoch, mon ressenti est à comparer avec ce que ça donne avec des Rossignols BC 65 et des Fischers double crown pas tout jeunes (ce sont mes seuls points de comparaison).
0sâ sôtre de la rài ! / Osez sortir des sentiers battus !
Modifié il y a 7 ans
@ Ducky63

Sur mes Epoch j'utilise ça, c'est simple, efficace et pas cher.

Tu fais varié la longueur suivant ton programme….à savoir, qu'avec la semelle complète, tu grimpes aux arbres.

Bonne montée.
Modifié il y a 7 ans
Merci denisb !
JMC
Modifié il y a 7 ans
mikael a écrit :
…..moyennant un pas énergique…

C'est sur que sur une neige verglaçée faut bien montrer a tes skis qui est le maitre et pour ça , un bon coup de
talon lors de l'appui fait des merveilles :-D
Modifié il y a 7 ans
Robert a écrit :
mikael a écrit :
…..moyennant un pas énergique…

C'est sur que sur une neige verglaçée faut bien montrer a tes skis qui est le maitre et pour ça , un bon coup de
talon lors de l'appui fait des merveilles :-D

C'est exactement ça :-D
0sâ sôtre de la rài ! / Osez sortir des sentiers battus !
Modifié il y a 7 ans
Régis Cahn a écrit :


Autant, je pense que l'Epoch/SBound 98 contribuent en partie à l'avenir sur SRN (sans oublier les SBound 78, 88, Eon) autant je considère que l'Annum/SBound 112 élargissent la pratique mais sont et seront réservés à une minorité de skieurs passionnés et rompus aux techniques empruntées à l’alpin et au telemark. (Comme les skis très étroits qui resteront réservés aux fondeurs). La pratique est plus, vers un ski intermédiaire et polyvalent que sur les extrêmes.


Annum/SBound 112 ont des spatules très larges et comme l'indique maladroitement Madshus, c'est du Cross Country Downhill : de la rando nordique de descente…
Et puis, il y a plein d'autres raisons liées au profil, au poids des skis (par rapport aux tailles proposées) et à l'histoire de notre ski… qui feront qu'ils resteront à la marge (ce sont pourtant de superbes skis permettant de repousser les limites du SRN…smile

Alors hésiter entre les 2 familles (Epoch/SBound 9smile et (Annum/SBound 112) parait presque étonnant, car la première est très polyvalente tandis ce que l'autre est conçue pour aller tracer de la courbe en descente.

A mon sens, la question à se poser : qu'elle "rando nordique" vais-je pratiquer ? Sur quels terrains ? Qu'elle est ma technique ?

En fonction du programme, ont peut trouver des réponses…

La bonne question est qu'elle est ma technique?

Le Sbound 98 ou l'époch sont effectivement très polyvalents.
Quand on passe sur du plus large, on y gagne en aisance dans les descentes mais on y perd dans les montées.
L'hiver dernier j'ai travaillé sur l'époch et sur l'annum, cette année je n'ai jamais consenti à revenir sur l'époch et ce peu importe la qualité de la neige.

Que ce soit le annum ou le sbound 112, ces deux skis sont exigeants dans les parties ascendantes.
Travailler à monter avec ces skis est un exercice très intéressant pour ressentir le placement de ses skis dans la ligne de pente, pour anticiper les trajectoires, jouer des micro-reliefs, ajuster sa position et la fréquence de ses mouvements en fonction de la pente, et ce dans le but d'économiser un maximum d'énergie: c'est tout aussi subtil et difficile techniquement, que de perfectionner son aisance en descente.
Le plus difficile est de réussir à se poser les bonnes questions. Au pied de la bosse on se dit qu'on est capable de franchir l'obstacle. Quand on arrive au dessus, on a vaincu l'obstacle, et dans le succès on oublie de se demander, s'il n'y avait pas moyen de passer en dépensant deux fois moins d'énergie.
C'est un très long sujet, car en fonction de sa forme, et de la qualité de la neige, une même montée ne va pas se franchir par les mêmes trajectoires et avec les mêmes attitudes.
Ca mériterait bien quelques illustrations vidéos.
En attendant il y a une chose à penser, quand les écailles reculent: c'est qu'il faut vite arrêter de pousser dessus.
En montée: j'engage mon tibia vers l'avant, je griffe le terrain pour faire remonter mon bassin au dessus de mon appui, et je relance vite l'autre jambe vers l'avant sans jamais pousser vers l'arrière.
Je me hisse vers le haut en tirant sur les écailles. Si je cherche à pousser vers le bas et vers l'arrière pour avancer, je dépense plus d'énergie dans les pas de recul que dans ce qui va me mener au sommet
Modifié il y a 7 ans
Bravo Sancho d'insister sur le plaisir de la montée .
C'est un plaisir qu'on découvre peu a peu …Un peu malgré soi …Forcément , on est assez formatés par le ski commercial qui ne connait que le plaisir de la descente.
J'avoue y avoir mis le temps, mais a présent je ressens
un véritable plaisir a la montée …Je ne suis pourtant pas particulièrement maso et je ne recherche pas l'effort pour
le plaisir de l'effort . En fait, c'est un plaisir subtil
assez "intello " : trouver le bon angle d'attaque, la bonne trace , le bon rythme …Y a mème de l'élégance dans ce plaisir !
Modifié il y a 7 ans
J'ai bien aimé tes skis Mika ! :lol: Mais avoue, tu baves devant des Voilé et surtout devant ma technique en descente !!
Haut les talons !
Modifié il y a 6 ans