Et si les skis n'étaient plus adaptés à notre pratique ?

Je fais suite à une discussion que j'ai eu cette semaine avec un randonneur qui m'a indiqué que : un vendeur du magasin X de la ville Y lui disait qu'il allait demander à ses clients de randonnée nordique de signer une décharge signifiant que ledit magasin n'était pas responsable en cas de casse du matériel.

Ce même responsable de rayon d'une chaîne connue considérait que la structure des skis de randonnée nordique n'était plus forcément en rapport avec la pratique SRN. En gros, si j'ai bien compris, on en demande trop à nos skis, c'est à dire : on exerce une pression trop importante : des fix et chaussures plus lourdes et une pratique trop exigente par rapport à la légèreté du matériel.

Avec nos skis larges et nos fixations de SRN/Telemark light, sommes nous par arrivé au maximum de ce qu'on peut demander au matos ?

Je trouve que le sujet mérite réflexion. Ce qui pourrait signifier aussi qu'on pénètre les territoires du ski de randonnnée "lapin" avec de la rando nordic.

Mon second sentiment, c'est que je ne vois pas bien ou est le problème. Je n'ai pas vent de problème de casse importante lié à une pratique qui n'est plus en rapport avec le matériel.

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 6 ans
Re-hello,

J'ai ouï dire de casses de skis lors de passage de ruisseau ou de trous mais avec des fixations et des chaussures légères. Également des problèmes de casse du mécanisme de la fixation dans celles de type SNS ou NNN BC.

Bonne nuit

SoL
Modifié il y a 6 ans
ça dépend peut-être des marques. mes outtabounds fisher et la fix xadv aventure semblent increvables depuis plus de 6 ans d'utilisation intensive.
Modifié il y a 6 ans
C'est du flan ! Signer une décharge ! Faut-il ètre con !
C'est le résultat de ce qu'un de mes potes appelle " l'horreur judiciaire " : La trouille bleue de voir sa responsabilité engagée …
Faut faire une distinction claire : celle du motos dont le vendeur a la charge de l'entretien , comme le loueur dont tu nous parles dans un autre post : Louer un matériel mal entretenu avec des fixations montées sur de la savonette , ça a mon avis ça peut engager la responsabilité du loueur en cas d'accident avec ce type de matos .
Faut distinguer ce cas de celui du vendeur qui te vend un matériel neuf décrit par son fabricant comme destiné à la rando nordique .
Si le fabricant décrit son matériel comme destiné a une pratique " engagée " ou souligne sa robustesse c'est en définitive sur lui que repose une responsabilité éventuelle s'il a mis sur le marché des skis qui pètent au premier virage .
Mais pour le reste ….
J'imagine qu'un jour on sera peut-être censé signer une décharge si on achète un maillot de bain chez Décathlon dans le style :
"je reconnais ètre informé que la baignade peut entrainer la noyade " :-D
Modifié il y a 6 ans
Bonjour Régis,

Surprenant la réponse du vendeur.

Une Svartisen appuie peu sur un ski… et je ne vois pas comment casser un ski même avec mon gabarit et un gros sac à dos (soit plus de 100 kg répartis sur les 2 planches).

J'ai secoué bien fort une paire de SBounds 112 sur piste avec des T4 aux pieds, sur neige dure. Ils ont remarquablement bien réagi et me semblent plus incisifs et accrocheurs que les Annums pour un gros gabarit.

Les skis modernes de SRN ne sont pas plus légers que les skis de rando alpine (au contraire) et nos appuis sont moins puissants que ceux d'une chaussure de rando-alpine attachée aux talon.

Les américains ont secoué fort des skis légers et étroit avec des fixations norme 75 il y a 40 ans.

J'ai peur que ce "vendeur" tienne des propos plutôt curieux et infondés. :-?

Quelque part, c'est tant mieux pour les vendeurs sérieux :lol:

Bonne saison, et vivement que cela retombe.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 6 ans
Hello,
Je ne sais pas ce qu'il a eut à déplorer comme soucis ce vendeur, mais je n'ai jamais eu trop de problèmes de casse avec des skis de SRN: ni dans ma pratique personnelle (petit gabarit mais pas forcément tendre avec le matériel), ni dans les paires qui tournent pour la clientèle.
J'aurais tendance à penser qu'il est un peu de mauvaise foi le boutiquier.
Dans tous les cas, pour le coup de la décharge, je suis mort de rire!!! :-D
Si vraiment ça le tracasse tant que ça, il peut renvoyer ses clients chez Aventure nordique ou ailleurs.
Je trouve ça super vendeur d'expliquer plus ou moins à un client: qu'on lui vend des skis dit """crosscountry downhill""", mais qu'il serait bienvenu qu'il ne les utilise qu'au plat :-D :-D :-D

En revanche, qu' il y ait beaucoup de SAV sur les chaussures: c'est un fait, mais c'est peut être plus les fabricants qui devraient s'interroger sur le sujet.
Modifié il y a 6 ans
Bonjour Régis

On peut effectivement s'interroger sur les raisons d'une telle remarque de la part d'un vendeur de matériel. Pour ma part en 13 ans de Laponie je n'ai jamais cassé de skis, j'ai eu des pépins avec des fix et des chaussures qui ont perdues la barre d'attache (usure) mais avec les skis? sauf à faire n'importe quoi ce qui n'est généralement pas le cas lorsque l'on évolue loins de tout longtemps.
Pour ce qui est de la décharge, cela montre où en est arrivé la judiciarisation de notre société et c'est triste.

Bonne année à tous avec beaucoup de SRN en 2014
Modifié il y a 6 ans
 
Modifié il y a 4 mois
Je n'ai plu vu de ski casser depuis une vingtaine d'années …

Dans les années 70 alors là oui, mais ils étaient en bois. J'en ai pour ma part, cassé 2 : une spatule dans une chute et un talon à l'arrêt, sur une neige dure, avec le classique "emporté par le poids du sac" … :lol:

Dans les années fin 70 et 80 j'ai cassé 1 Fischer, fendu dans le sens de la longueur et un Karhu au talon, dans une chute en hors piste sur neige dure.
Mais attention c'était des skis de compétition.

Après c'est vrai que si une personne assez lourde s'amuse à franchir un fossé large, en le prenant tout droit et sur une neige dure, la pression sur le milieu du ski est énorme, avec un fléchissement contraire au cambre (même si les skis de rando en ont peu).

Mais je crois qu'un ski de rando est très solide et ça rejoint la mésaventure de Régis, je pense que le point faible est le risque d'arrachement de la fixation, plus que celui de casse du ski.
Modifié il y a 6 ans
D'accord avec forez.

Je pratique ce que Régis appelle du ski de randonnnée "lapin" et comme ma technique n'est pas top, je prend des gamelles corsées.
Les contraintes lors de ces buches sont plus sur l'avant des chaussures et la fixation !
JMC
Modifié il y a 6 ans