N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Fart d'accroche

Je viens de lire ce forum et je dois vous répondre en tant que québécoise; hé oui, on a beaucoup plus la culture du fart.
Comme je dirais moi-même; les écailles ça ne va jamais aussi bien que des skis bien fartés et jamais aussi mal que des ski mal fartés.
Chez nous, on a été choyé car pendant longtemps, on ne se posait pas de question; on allait skier dans des températures de -6 à -12 degrés (conditions de glisse idéales) et là c'est pas compliqué; on met de la swix bleu. Pas besoin de subtilité. C'est pour ça qu,on est moins perfectionniste qu'en Scandinavie où ils skient souvent en haut de -5. La galère c'est entre -3 et 2 degré. Là il y a au moins quatres couleurs et il faut être très précis car ça ne pardonne pas.

-3 nouvelle neige; V40. Vieille neige V45 etc… C'est pourquoi les écailles se vendent un peu plus maintenant au Québec car on a maintenant des galères de températures chaudes au-dessus de -5 degrés. Le mieux au-dessus de zéro c'est le Klyster; ça passe n'importe où.

Moi je pense sincérement que rien ne bat la glisse avec du bon fartage dans des conditions idéales et quand on est maniaque de ski nordique comme moi, le fartage fait partie du rituel.

Et quand je met mes peaux de phoques, généralement ne n'ai pas besoin de klyster.
Et les débutants chez nous commencent souvent dans des températures entre -5 et -12 et donc le fart bleu ça se fait tout seul.

Dans les magasins chez nous, ils ont un engin pour déterminer la zone d'accroche quand on monte sur les ski et bcp de clinique de fartage.

Vive la SWIX! ou la TOKO! ou la RHODE!
Modifié il y a 9 ans
Régis Cahn a écrit:
J'ai plusieurs questions à poser / réflexions à exposer :

1) utilisez vous des farts d'accroche ? Si oui lesquels…
Faites vous des mélanges (entre °C de neiges) ? Application sur combien de cm (surface) ?

Après avoir essayé un fart d'accroche, j'ai constaté le procédé assez efficace.

Par rapport à une peau de phoque :

Avantages :
- la retenue du ski ne se fait que sous l'appui du corps. Permet de conserver une bonne propulsion à la montée et une glisse intéressante à la descente.
- facile à appliquer et permet de ne pas faire de dépeautage avant une descente.

Inconvénients :
- Exige d'être appliqué plusieurs fois dans une sortie longue
- Ne remplace pas une peluche lors des fortes montées.
- Économiquement et écologiquement moins rentable qu'une peau autocollante.

Est-ce qu'en France, nous utilisons des écailles par rapport à nos terrains de type "Alpin" ? Ou est-ce que c'est une question de culture ?

Qu'en pensez-vous ?
Quelle sont vos expériences ?

Vos retours ou avis sur la questions m'intéresse aussi, j'ai un peu de mal du coup à savoir ce qu'il faut penser des écailles… elles ont bien un coté pratiques: pas de manipulations, pas de préparations… mais elles sont pas toujours super efficaces et peuvent ''altérer'' la glise…
Après pour le fart d'accroche, l'utilisateur ''lambda'' sera il pret à préparer ses skis avant chaque sortie, là c'est moins sur! et puis quelle est la duré de vie du fart d'accroche sous les skis? combien de fois faut il en remettre par rando?
Et puis y'a la solution des demis peaux… alors là question glisse je reste perplexe, mais c'est sur qu'en terme de compromis accroche/glisse c'est certainement très bon. Vous les garder toute la rando? ou vous les montez comme des peaux ''classiques'' à chaque montée!…
Merci de vos avis et retours.
Modifié il y a 9 ans
Dans des bonnes conditions, un fart reste toute la journée; si il fait entre -5 et -12 degrés. Et donc pas de problème.

Si il fait au-dessus de ces températures voir au-dessus de -3 degrés, là les conditions changent durant la journée et oui il y a des chances qu'il faille en rajouter.

On ne garde pas les 1/2 peaux de phoques toute la journée; seulement pour les montées mais elles sont plus facile à placer ou elles peuvent être utiles sur des terrains qui montent et descendent continuellement et ce, dans des intervalles très rapprohés alors là on les garde.

Je crois que les gens ont peur du fartage et ils ne devraient pas car en cas de grand froid, le fart tient toute la journée et sinon, il n'y pas de problème à s'arrêter et remettre du fart.
Le mieux c'est d'essayer une fois des skis sans écailles dans des bonnes conditions météo et la différence se verra tout de suite.
Modifié il y a 9 ans
Régis Cahn a écrit:
Parce que tu te satisfait de ce que tu as… sans connaître un ski sans écailles comment juger ?

Régis, qu'est-ce qui te fait dire que je ne connais pas les skis à écailles ? Depuis le début de la saison, je skie, entre autres, des Atomic Rainier, à écaille, sur des profils aussi différent que les larges vallées jurassiennes ou des sommets alpins à plus de 3000 m.

Et bien franchement, sur des profils alpins, l'intérêt des écailles est faibles : pas assez crocheur en montée, il faut de toute façon presque toujours monter avec des peaux, et gênant à la descente. Outre le bruit engendré, la glisse est moindre. De plus les écailles sont délicates (difficile à réparer) et farter des écailles… Enfin, on peut tout faire avec n'importe quel ski, mais si la glisse et la performance sont primordiale, à mon avis on peut dire adieu les écailles.
Modifié il y a 9 ans
Régis :

Pourquoi préférer un ski sans écailles à la descente?

Le point de pivot des skis est situé sous les pieds. Cette zone de pivot doit-être la plus plane et la mieux préparée possible pour être maniable.

Des skis neufs sont toujours aplanis, préparés et les miens passent toujours sur une machine à pierre pour être structurés (http://www.dragonski.com/dossiers/structura.htm).

Le ski talon libre (virages parallèles ou telemark)est suffisamment fin techniquement pour ne pas ajouter de difficultés à la descente.

A mon avis, pour développer le SRN, il faut utiliser des skis larges (70 mm au patin) et courts, ludiques et faciles en descente… pour la retenue, le mieux : c'est le fart et les peaux, mais les écailles, en termes marketing semblent plus adaptées pour débuter, sauf si on accepte d'apprendre à farter.

Les chaussures sont essentielles et les Garmont Excursion ou Scarpa T4 semblent être un excellent compromis.

Par contre le budget de départ augmente.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 9 ans
marcolino a écrit:
Régis, qu'est-ce qui te fait dire que je ne connais pas les skis à écailles ?
Non je n'ai pas voulu dire que tu ne connaissait pas…
J'ai voulu dire que lorsque la personne lambda ne connait que les skis à écailles, elle ne s'imagine pas la qualité de skier sans écailles !!!


Talonlibre,
Ok pour ta réponse technique…
Psychologiquement, est-ce que les nouveaux randonneurs seront prêts à farter les skis ? Préjugé ?
Pourquoi le fart apparait comme une histoire de spécialiste ? Il ne suffit pas de mettre du fart universel ?

Est-ce que le randonneur nordique n'est pas capable de mettre 450 euros dans une bonne paire de rando nordique au lieu de 350 dans un ensemble moyen ?
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 9 ans
talonlibre a écrit:
A mon avis, pour développer le SRN, il faut utiliser des skis larges (70 mm au patin) et courts, ludiques et faciles en descente… pour la retenue, le mieux : c'est le fart et les peaux, mais les écailles, en termes marketing semblent plus adaptées pour débuter, sauf si on accepte d'apprendre à farter.

Les chaussures sont essentielles et les Garmont Excursion ou Scarpa T4 semblent être un excellent compromis.

On a vraiment la meme vision de ce que doit etre un ski de Ski de randonnée nordique en 2010, si on veut que ce sport soit facile d'axé (du point de vue technique) au plus grand nombre et surtout à ceux qui ne viennent pas du ski ou télémark…
Les chaussures type Garmont Excursion ou scarpa T4, sont vraiment malgré ce que l'on pourrait en croire au premier abord, très confortables (pas d'ampoules, ni d'échauffements), chaudse, très étanches (trop peu etre :-D), et surtout elles permettent un excellent control des skis. Et pour ce qui est du déroulé du pied pour la propulsion, on prend vite l'habitude de ces chaussures, pas si lourdes en fin de compte ;-) ^^
Modifié il y a 9 ans
Régis, tu as raison, il faut démythifier le fartage… et en plus les marchands seront heureux, ils vendront du fart comme un consommable.

Le fart va-t-il devenir "la cartouche d'encre" du SRN moderne?

Bon, je redeviens plus sérieux.

Avec 3 poussettes et une paire de peaux courtes , on peut faire beaucoup. Par contre il faut le démontrer sur le web, en vidéo…

Les skis existent déjà dans les gammes "rando-alpine". Après, il faut une fixation norme 75 "step-in", que l'on puisse mettre sans avoir à se baisser… un peu comme les LiteDogs… mais en plus abordables.



Il faudrait aussi des bâtons télescopiques (ou hybrides) plus hauts pour la propulsion et que l'on puisse baisser facilement pour la descente… peut-être une double poignée.

Finalement, je devrais peut-être ouvrir un pro-shop SRN?

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 9 ans
Message à tous.
Vous allez tous en Scandinavie ou rêvez tous d'y aller.
Voici mon coneil; essayer une fois de vous rendre dans un centre de ski de fond proprement dit et visiter la salle de fartage; la convivialité, les skieurs qui travaillent sur leurs ski et tout ce fourmillement, vous serez conquis.

J'ai remarqué que sur ce site, les gens se donnent toutes sortes de conseils techniques pas évidents; réparation, installation, transformation de skis, de bottes, de fixation, de pulka et j'en passe mais il semble y avoir un tabou pour ce qui est du fartage et ça je ne comprends pas.

Comme on dit chez nous, y'a vraiment rien là!!

Et pour répondre à Régis, il n'y a pas vraiment de fart universel sauf le fart d'accroche qui servira de base ou le fart de glisse mais encore là, il y des farts adaptés aux différentes températures.

Et on parlait dans les messages d'équipement; quand on pense que l'équipement de ski alpin coûte au bas mot 1000euros, les réticences face au SRN ne peuvent être dûes au coût.
Non, je crois que c'est la culture du ski nordique qui est encore marginal. La tradition alpine étant tellement ancrée et prestigieuse chez vous que les gens ont de la difficulté à aller en dehors de ça. D'où l'intérêt majeur de ce site.

Bravo Régis! Et je propose que lors des prochains événements du type journée nationale du SRN, des cliniques de fartage soient proposées.

Encore une fois, vive la Toko et la Swix. S^i :-)
Modifié il y a 9 ans
Quelqu'un a-t-il déjà testé les bandes adhésives de fartage sur des skis de rando nordique, sans écailles bien entendu ?? Pour ma part je les utilise régulièrement sur des skis classiques de piste et je trouve que c'est un compromis plutôt bon, parfois excellent, rarement mauvais, évitant la prise de tête quand les conditions ne sont pas stables ou changent en prenant de l'altitude. J'ai toutefois un doute quand au rendement sur un ski plus large et moins typé.
Modifié il y a 9 ans