La neige quand ça colle !

Ya aucun souci Goti.
Sur toutes les expériences passées en groupe à déléguer sur du grattage, je n'ai jamais eu de résultats probants.
Quand ça rebotte pour certains au bout de 200m, je n'en veux surtout pas à ceux à qui ça arrive, je compatis, je suis frustré pour eux. C'est juste un constat, en groupe personne ne veut être le dernier à rechausser, alors souvent ça se précipite dans le sèchage et c'est pas efficace. Ca m'a conduit à ne plus déléguer au moins sur la fin du sèchage.
Depuis que je suis passé au HF pas bio, je n'ai eu qu'une seule sortie l'hiver dernier où on a botté.
Pour faire une opération argento efficace, il faut vraiment prendre le temps.
Avec un syndrome de Raynaud, ça peut valoir le coup de cueillir quelques branches d'épicéa pour s'en servir de paillasson, de gratter ses skis en les croisant l'un haut dessus de l'autre, ensuite on déchausse, et comme il fait souvent soleil quand ça botte et que les semelles sont noires, ça vaut le coup de prendre un petit thé en regardant ses skis chauffer au soleil. Juste avec le soleil on arrive à ne pas mettre trop les doigts dans le froid et la neige.
Si c'est couvert, ben faut pas hésiter à faire des grands moulinets avant de mettre les mains dans le camboui.
Modifié il y a 9 ans
sancho a écrit :
Là je rejoins un autre sujet, je crois qu'un ski qui a un cambre qui se rapproche d'un cambre alpin, mérite d'avoir une dureté de semelle qui se rapproche de celle d'un ski alpin.
Robert: elles ont pas tendance à blanchir les semelles de tes époch, sur l'arrière des écailles par hasard?

Oui et les écailles ressemblent a de vieux tavaillons surtout sur le coté intérieur du ski …
Faut dire que je les emmène pas au bal mes époch …C'est effectivement le genre de skis qui font deux saisons, parfois trois …Mais je pense que quand ils seront totalement cuits, je racheterai les mèmes ..
Mais , je te rejoins sur ta remarque : je ne pense pas que les loueurs de skis soient très contents du rythme de renouvellement de leur stock que ça impose .
Modifié il y a 9 ans
Robert a écrit :
Oui et les écailles ressemblent a de vieux tavaillons surtout sur le coté intérieur du ski …

je ne pense pas que les loueurs de skis soient très contents du rythme de renouvellement de leur stock que ça impose .

Le vieux tavaillon à l'intérieur, me fait penser qu'on tient là un autre avantage aux cales de réhausse.
Avec une norme 75 mm si on a pas de cales, c'est délicat d'intervertir les fixations sans fragiliser le ski. En revanche avec les cales, la visserie des fix ne rentre pas dans le ski. Du coup on peut facilement intervertir les fixations sans risquer de fragiliser ses beaux jouets.

Sinon par rapport aux loueurs, je ne suis pas sûr qu'ils soient très nombreux à avoir beaucoup de recul sur le sujet. En tout cas dans le Jura, ils me semblent peu nombreux, ceux qui pourraient avoir ce genre de préoccupations.
D'une manière générale, il me semble qu'indépendamment des marques et des modèles, l'usure des semelles des SRN est excessive. Pour autant certains sont meilleurs que d'autres.
Je crois que Madshuss est vraiment au top en matière de qualité de semelle foireuse en SRN.
Fischer me parait nettement meilleur sur ce sujet.
Entre un Epoch et un S bound 98, on a des lignes de côtes comparables. Le S bound est à mon sens un tout petit peu moins sympa à skier. Mais pour moi, il est certain que ses semelles vieilliront mieux que celles de son homologue de chez Madshuss.
Tant que Madshuss n'améliorera pas ses semelles, entre ces deux modèles, il me semble qu'il y a des compromis qui se discutent.
Entre moins ludique, mais plus de glisse et moins d'usure d'un côté, et plus ludique mais vite rapé de l'autre côté, mon coeur balance, et mon banquier tranche.
Modifié il y a 9 ans
sancho a écrit :



Le vieux tavaillon à l'intérieur, me fait penser qu'on tient là un autre avantage aux cales de réhausse.
Avec une norme 75 mm si on a pas de cales, c'est délicat d'intervertir les fixations sans fragiliser le ski. En revanche avec les cales, la visserie des fix ne rentre pas dans le ski. Du coup on peut facilement intervertir les fixations sans risquer de fragiliser ses beaux jouets.

Merci Sancho, c'est tout bète, mais je n'y avais tout simplement pas pensé : J'ai trop longtemps skié sans cales !
En fait je skie toujours sans cale , mais mes fixs sont plus hautes : c'est des voilé hardwire avec sécurité comme celle-ci :
http://www.mountainshop.net/xcart/Voile-Hardwire-3-Pin-CRB-Telemark-Binding/
sauf que les miennes n'ont pas de cartouches, mais un cable , c'est un ancien modèle .
Du coup avec ce modèle , pour intervertir les skis , suffit
de déclencher la sécurité et de loger le piège a rat gauche
dans la fixation droite et le piège a rat droit dans la fixation gauche : mème pas besoin de sortir le tournevis !
Merci Monsieur Sancho .

Sagissant de la solidité des semelles je me demande si des
semelles moins béton ne présentent pas des avantages ,si t'as l'occasion demande son avis a Vandel
Modifié il y a 9 ans
Quand je disais cale de réhausse, je pensais bien à la plaque de réhausse, et non au petit ustensile qui permet de grujer des degrés de pente dans les montées.
Tout les modèles de hardwire Voilé, sont équipés de cette plaque. Sur les modèles avec sécurité, effectivement tu n'as même pas besoin de tournevis pour transformer l'intérieur de ton ski, en extérieur.

Je trouve regrettable, qu'il soit si difficile aujourd'hui de trouver ces plaques de réhausse au détail.
Le rôle de la plaque est multiple, mais c'est entre autre une forme de direction assistée pour les descentes.
Certains pensent que c'est accessoire.
Pour moi c'est sûr qu'on peut toujours réussir à manoeuvrer sans la direction assistée, mais je trouve que c'est dommage de se priver du bout de plastique, surtout quand on est pas encore très à l'aise en descente.

Sur les semelles dures ou tendre, je ne suis pas expert, mais je me renseignerai. Sans être un érudit sur le sujet, je dirais que ce qu'on demande à une semelle c'est de glisser.
Si il existe des semelles plus tendres sur les skis nordiques, c'est sans doute que leurs qualités de glisse sont meilleures.
Si les semelles des skis alpins sont plus dures, ce doit être par nécessité vues les contraintes qu'elles subissent. J'imagine facilement que sur une piste coupe du monde comme kitzbuhel (travaillée au jet d'eau) si les skis alpins avaient des semelles tendres: en quelques dérapages sur la glace à plus de 100 km/h, l'épaisseur de la semelle devrait fondre un peu comme neige au soleil.
Peut être qu'un Talon libre a plus de billes que moi sur ce sujet?
Ce qui est sûr c'est qu'un bon fondeur ne dérape pas ou peu, et quand il le fait sur neige gelée: il voit déjà très vite ses semelles blanchir et ses carres s'arrondir.
Modifié il y a 9 ans