Skis Voile vector bc

Super cette affiche,humm ils sont fort en marketting nos amis Americains,mais pour moi,on est pas vraiment dans l'esprit de la rando nordique….mais je m'y connai pas grand chose.
Modifié il y a 6 ans
christian8 a écrit :
Super cette affiche,humm ils sont fort en marketting nos amis Americains,mais pour moi,on est pas vraiment dans l'esprit de la rando nordique….mais je m'y connai pas grand chose.

Oui l'affiche est sympa, mais effectivement ce n'est pas du ski de randonnée nordique. Et cette fois-ci la forme identifie le fond. Ces skis se situent à la limite du ski de randonnée nordique, du telemark et du ski de rando alpin. En clair, on peut s'en servir pour les 3 pratiques.

En randonnée nordique, si on utilise ces skis, il sera important de bien choisir le duo chaussures / fixations pour profiter pleinement des spatules.

Il ne faut pas oublier, qu'il y a, il y a eu et il y aura plusieurs façons de pratiquer la randonnée nordique. Elle est fonction des terrains de pratique. Il ne sert à RIEN d'avoir des skis ultra-larges sur des pistes ultra-plates. Inversement avec des skis étroits, il faut une enorme technique pour passer avec plaisir un peu partout.

Mais la c'est un large débat, le serpent de mer du SRN a largement été abordé sur ce site (depuis 5 ans maintenant !).

Le ski de randonnée nordique a de multiples facettes : terrains variées, écailles, à farter, large, pas large, 75 mm, sns, nnn bc, fixations universelles….

Il faut choisir des skis en fonction de ses besoins et de son budget et là on atteint les limites des principes fondamentaux du SRN : des skis accessibles à tous. A mon sens, il existe des skis beaucoup plus polyvalents et accessibles à tous.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 6 ans
christian8 a écrit :
….mais je m'y connai pas grand chose.

C'est cela, oui …:-x

En fait la rando nordique, c'est comme la pizza, il y a des tas de garnitures ….
Là , ce sont des skis pour jeunes qui aiment bien slalomer a toute vitesse dans la poudreuse …accessoirement ça leur permet aussi de contempler les petits oiseaux et toutes ces choses qu'on trouve en dehors des pistes .
Moi, effectivement je préfère des ski qui me permettent principalement de contempler les petits oiseaux .Accessoirement, je slalome un peu dans la poudreuse ….. beaucoup moins vite … :-(

Il y un autre de type de skis qui m'a fait beaucoup baver d'envie:
les Marquette ou les Altai …On les annonçait en France pour cet hiver, j'espère que ç'est pas tombé à l'eau
Modifié il y a 6 ans
Robert a écrit :


Il y un autre de type de skis qui m'a fait beaucoup baver d'envie:
les Marquette ou les Altai …On les annonçait en France pour cet hiver, j'espère que ç'est pas tombé à l'eau

Non, ce n'est pas tombé à l'eau… Vous en saurez plus prochainement…
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 6 ans
Suspense ! Suspense !
J' ai une petite idée de ce que je vais commander au père noel !

Au fait t'as raison …Le site a bientot 5 ans ! On retiens
quoi comme date : celle de ton inscription comme membre ( 18 10 2007 ) ? Faudra que tu nous raconte un jour comment
l'idée t'es venue …Mais dans un autre sujet , sinon on va se faire gronder :-D
Modifié il y a 6 ans
Je me suis amusé à lire les retours d'expériences des voile vector BC sur les forums US et ils sont tous enthousiastes. En gros, comme l'a fait remarquer Régis, il ressort des commentaires que ces skis se situent à la limite du ski de rando nordique, du telemark et du ski de rando alpin, les gens ayant bien du mal à le classer dans l'une ou l'autre des pratiques, même une fois testée. En même temps, ils expliquent que c'est justement cela, cette polyvalence (c'est pas le terme qu'ils utilisent en Anglais, mais c'est comme ça que je le comprend) qui leur a fait acheter ce ski. Les gens le comparent souvent au Rossignol BC 125 (non commercialisé en France, mais qu'on peut voir comparé aux Epoch, Annum et S-Bound ici : http://www.backcountrymagazine.com/index.php?option=com_content&task=view&id=577&Itemid=54) en terme de pratiques, tout en le jugeant bien plus efficace. Pour beaucoup, c'est le meilleur ski qu'ils ont eu dans les pieds. Quelques retours d'expériences confirment ce que dit Sancho, à savoir que ces skis sont très efficace pour la montée malgré le fait qu'ils soient courts et larges. Niveau descente, les gens semblent unanimes sur le fait qu'il est excellent en poudreuse, léger et facile à skier. Par contre, il semblerait qu'il soit moins agile et qu'il ait tendance à flotter sur une neige dure. Certains regrettent également qu'il n'existe pas de skis plus long que 1,80m car il apparaît pour des grands gabarits et/ou un peu lourd le 1,80m est un peu léger. Sinon le prix élevé de ces skis ne semblent pas effrayés les US, en tout cas ils ne le disent pas.

Bref, cela donne bien envie tout ça :-D
0sâ sôtre de la rài ! / Osez sortir des sentiers battus !
Modifié il y a 6 ans
sancho : convaincu par l'expérience de janvier dernier, les epoch (utilisés à taille - 23 cm !) et ton approche m'ont permis de faire du chemin … dans la tête.
ma façon de skier (technique et approche de la sortie) à de ce fait bien changé.

quelqu'un aurait-il une photo des fameuses écailles de vandel ?

malgré tout ce qui as déjà été dit, s'il y a quelques amateurs de descente en baguettes, je ne peux que conseiller le fabuleux livre de steve barnett "cross country downhill".





Modifié il y a 6 ans
Pour Grandsteak : pour les écailles Vandel, je posterai une photo dès que j'aurais récupéré mes lattes.

De la pub Voilé, issue du magazine américain Telemark Skier, je ne retiens que le game changer, c'est à dire que ce ski change tout en descente.

Sinon,la photo inclinée du freerider casqué n'est là que pour marquer les esprits.

Sondre Norheim, Nansen, Steve Barnett et bien d'autres ont été des skieurs qui ont changé le jeu.

Le SRN est pluriel, comme l'exprime si bien Régis. Le plus important c'est l'esprit d'aventure, d'ouverture et de partage de ce ski accessible à tous.

Le large apporte du plaisir et c'est tant mieux, à la montée comme à la descente.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 6 ans
Le caractère pluriel du SRN, exprimé par Régis, et l'esprit d'ouverture, cité au-dessus par talonlibre (et qui se ressent dans chaque message précédent) !

Pour moi, c'est précisément tout ça le srn, et c'est pour ces raisons que j'en suis tant accroc !

Tracer sa route à travers vallons, forêts, alpages, plateaux… progresser sur du plat en regardant les oiseaux, en s'arrêtant si nécessaire pour capturer une belle lumière avec l'appareil photo à portée de main. Prendre le temps. Prendre le temps de faire sa trace en passant partout et en enchaînant montées et descentes. Affronter les moins 20 avec le vent en pleine poire, qui fouette et aveugle avec la neige transportée ! Se "réfugier" sous les sapins pour souffler et prendre son thé, avant d'aller chercher la belle pente (pas trop inclinée hein !) qu'on a en ligne de mire depuis 45 min.

Bref, c'est ma pratique, le srn tel que je le conçoit, et les epoch couplés aux chili et scarpa t4 me permettent de faire tout ça avec un maximum de plaisir (bon c'est souvent la galère en descente mais j'y travaille :-D ). Je voulais du matériel "4x4" car je pratique le plus souvent sur des terrains variés (Bauges, Aravis…smile. Cahier des charges rempli !

Maintenant, des skis comme les vector bc (ou autre) m'intéressent, car j'ai envi d'élargir un peu la pratique : apprendre de manière + assidue le télémark, suivre les potes en rando alpine une fois de temps en temps sur des sorties faciles, "envoyer du gros" dans la poudreuse, aller s'éclater dans les petites stations en tout début se saison quand la bonne neige est au rendez-vous et que les foules ne le sont pas… bref, quelque chose aux confins du srn, télémark léger et rando alpine.

C'est pour ça que j'adore lire de temps en temps les récits et parcourir les forum "étrangers" orientés backcountry (souvent anglo-saxons, et parfois aussi des sites de photographes "wildlife"smile. Je trouve que le "backcountry", dans son acception américaine (enfin, l'idée que je m'en fais au regard des sites que je parcours), correspond à l'idée du SRN qui m'est chère.
Les gars ont souvent plusieurs paires, souvent 3 : une étroite pour les ballades du soir en promenant le chien ou les sorties "ski camping" sur plusieurs jours, des skis intermédiaires (fischer outtabounds, epoch…smile pour la rando sur terrain variés avec une bonne proportion de descentes, et enfin des skis assez larges (anum/karhu guide ou ski de rando alpine…smile pour une utilisation descente souvent en télémark. Le dénominateur commun à tout ça est souvent la notion d'aventure et d'éclate ; se faire plaisir, que ce soit sur le plat, dans la profonde ou dans les pentes.

Après, Régis souligne la question du prix, et je ne peux qu'être d'accord. je rêve d'une paire de vector bc, mais j'aurais difficilement le porte-monnaie pour…

Quoi qu'il en soit, pardon pour la digression :-? et vive l'esprit d'aventure (qui, il me semble, nous réunis tous ici !).

PS : non mais je vais qu'en même essayer d'économiser !
PS 2 : mes propos illustrés, avec vector bc aux pieds :-D : http://www.mybackcountryvermont.com/2012/02/click-to-clacks.html
Modifié il y a 6 ans
Régis Cahn a écrit :

En randonnée nordique, si on utilise ces skis, il sera important de bien choisir le duo chaussures / fixations pour profiter pleinement des spatules.

Le Vector est un ski multi usage.
Sur le type de fixations, il n'y a pas de doute: norme 75 mm.
Sur le modèle de chaussures et de fixations ça dépend des attentes de l'utilisateur et de son bagage technique.
J'aime la hardwire 3 pin de Voile pour ça polyvalence: on est pas obligé de s'embarrasser des cartouches, si on en a pas besoin dans certaines sorties.
Si on les a gardées, on skie au plat, en montée et en petite descente en les gardant posées à l'arrière. Pour une belle descente où on souhaite avoir plus de contrôle, ya qu'à se baisser et claquer le câble derrière le talon.

Sur la chaussure: pour faire du télémark en station je dirais coque plastique ou coque plastique.
Pour de la rando alpine télémark, entre coque plastique et cuir mon coeur balance. Comme talonlibre, j'apprécie de plus en plus la finesse des appuis et le toucher de neige au travers du cuir, plus ça va et plus j'ai envie de me passer du plastique.
En SRN aucune hésitation sur le cuir de mes svartisen, pour ma part.
Ya la dedans une forme de réponse à la question de Grandsteak sur la possibilité de prendre du carre avec des skis larges.
La prise de carre en descente est toujours plus facile à doser avec des skis larges qu'avec des skis fins. Elle est déraisonnablement facile avec des coques plastiques, elle est plus fine à contrôler avec des cuirs. Dans les compromis du SRN la légèreté a une importance, il faut trouver le matériel qui va permettre à chaque pratiquant de prendre le plaisir qu'il souhaite, en fonction de ses attentes.
La coque plastique selon moi, peut être soit un outil pédagogique qui aide à la progression en descente (pour évoluer ensuite sur du plus léger), soit un sacrifice volontaire de sa liberté de mouvement en montée, dans le but de gagner de l'efficacité en descente. Mais la coque plastique est loin d'être indispensable pour emmagasiner du plaisir en descente sur des skis larges.

Régis Cahn a écrit :
Il ne faut pas oublier, qu'il y a, il y a eu et il y aura plusieurs façons de pratiquer la randonnée nordique. Elle est fonction des terrains de pratique.
Je suis à 200% d'accord avec la première phrase, et beaucoup plus sceptique sur la deuxième.
Je réduirais volontiers la définition du terrain de pratique du SRN à: "un espace naturel vierge de traces"
Je dirais ensuite que cet espace se réduit en fonction du niveau technique du pratiquant et de son choix de matériel.
Dans l'ouverture de l'espace de liberté: le matos peut compenser le niveau et vice versa.
Cette ouverture sur de nouveaux espaces praticables grâce au matos me semble considérable, surtout pour des skieurs débutants qui devaient se cantonner à des terrains de pratique relativement plat. C'est pas toujours évident de trouver sur nos massif une vraie diversité de balade en fuyant les pentes à plus de 10%, et en tant que professionnel, ça m'intéresse de pouvoir emmener des débutants complets dans l'univers de la glisse, ailleurs que sur le terrain de foot de Métabief.
Il y a chez les pratiquants de SRN une vraie diversité dans la façon de pratiquer.
Mais je crois que tous apprécient, l'authenticité de cette pratique, les plaisirs de la montagne et la découverte d'espaces naturels relativement préservés. On aime tous compter les oiseaux, mais ya d'autres plaisirs dans le SRN.

Pour lever les yeux au ciel et tenter de dénombrer les jaseurs boréaux, c'est quand même bon d'être sur de bons appuis.

Pour faire le cacou en descente, les skis fins ça marche aussi, mais c'est plus dur, plus technique, plus physique, pour d'autres types de sensations et moins d'adrénaline (ça dépend pour l'adrénaline, car sur du fin quand tu t'es laissé embarqué par la vitesse au fond du bois, que tu files à Mach 12 en trace directe sans rien maîtriser et que tu vois la mort à chaque tronc d'arbre, ben ça donne aussi une dose d'hormones pour les jeunes, mais c'est déjà plus de mon age)

Ensuite je vois également des plaisirs sportifs: les plaisirs de la glisse au plat et en montée, quand t’enchaînes de belle phases de propulsion pour fendre la bise avec légèreté dans les phases de glisse. Pour ces plaisirs là le ski fin à son importance. C'est pas tant pour une question de poids qu'une question de forme de ski.
Long et fin ça fuse. Large ça fuse aussi, mais moins et c'est surtout radicalement plus exigeant techniquement pour ressentir de belles phases de glisse au plat ou en montée. C'est techniquement aussi dur de ressentir le potentiel glisse d'un annum au plat, que de ressentir le déclenchement de virage en descente sur des skis fins.

On entend souvent parler du poids des skis, choisir entre fin ou large pour une question de poids a peu de sens, hormis pour des plaisirs sportifs.
600 G d'écart entre un annum et un outback 68, à taille comparable, sachant que sur du large on prend plus court.
Si en rajoutant 300 g par pied, on tombe deux fois moins, pour moi ya pas photo. (quand je me relève tout nu sans sac, je soulève déjà plus de 65kg, vu l'effort que ça peut représenter dans la fraîche, on a vite fait de faire des économies d'énergies.)

Régis Cahn a écrit :
Il faut choisir des skis en fonction de ses besoins et de son budget et là on atteint les limites des principes fondamentaux du SRN : des skis accessibles à tous.
A mon sens, il existe des skis beaucoup plus polyvalents et accessibles à tous.

Je suis entièrement d'accord, sur le fait que le tarif est quand même bien assez élevé pour un pratiquant exclusif de SRN. Après pour un adepte du TK en station, de la rando alpine tk et du SRN, le vector fait très vite faire des économies d'argent et de place dans son grenier.
De mon côté sur l'accessibilité du SRN à tous, je peux guère faire moins cher que gratuit le lundi et 25€ la sortie demi-journée avec époch et svartisen compris. (25€ on doit pas être loin d'un forfait de fond et d'une location de matos, faut pas demander un cours de ski en plus, car on explose vite le budget)

S'il fallait mettre en avant un pack matos polyvalent, et qui rend la pratique accessible à tous, ben je mettrais pas le matos le plus donné: époch, svartisen et heavy duty mountaineer, en vente chez Aventure nordique pour 547 €.
C'est une somme, mais ça me semble vraiment bon pour débuter sans trop de galère et évoluer tranquillement soit vers de la balade comptage d'oiseaux et plaisirs contemplatifs tout en douceur, soit vers de l'efficacité sur du ski fun en descente, l'un n'empêchant surtout pas l'autre.
Modifié il y a 6 ans