TEST skis Asnes Storetind et chaussures Crispi Svartisen

A mon sens la technique, ce n'est même pas 10% de la réussite d'une bonne descente.
La technique on peut essayer d'en manger plein mais c'est pas très digeste.
Les 90% restant, qui interviennent dans le plaisir en descente: j'appelle ça de la confiance en soi.
Plus que de lire de grand livres analytiques sur les subtilités de la technique, pour apprendre à descendre, il faut se mettre en confiance dans des terrains adaptés à son niveau.
D'abord réussir dans le très facile, pour réussir dans le facile, pour réussir dans le moyennent facile, et ce jusqu'à des pentes raides.
Tu brules une étape, tu perds la confiance, les jambes flagelles ou le bonhomme se raidit, et tu rétrogrades dans ta quête du plaisir.
La peur, surtout quand elle est dirigée par un subconscient rempli d'instincts de survie est le principal frein à la glisse.
Lutter contre est contreproductif.
Un apprentissage doux et progressif avec de bon choix de terrains, ni trop de pente, ni trop peu, c'est le meilleur moyen de donner l'illusion aux autres que nous sommes de bons techniciens.
Mais en vérité ce n'est juste qu'une voie qui permet d'accéder à la liberté et aux plaisirs de la descente en prenant confiance en soi.
On pourra toujours essayer d'interpréter des placements, faire rentrer des notions de forces, d'appuis, de gainage ou tout ce qu'on veut en l'écrivant joliment dans un grand ouvrage.
Quand on est en mode survie au dessus d'une pente trop forte pour son niveau, c'est pas nous qui décidons de notre placement, c'est le subconscient sécuritaire qui vous fait subir les lois de la gravité.
La technique on peut essayer de l'enseigner, ça s'achète même en librairie. Mais pour ma part, le plaisir ça ne s'apprend pas, en tant que moniteur c'est notre travail de l'induire dans des situations adaptées au niveau de chacun.
Elle est belle la liberté de se sentir à l'aise dans tous types de pentes et dans tous types de neige.
Mais le chemin qui mène à la liberté est plus ou moins long, en fonction des instincts de survie de chacun. Nos peurs sont des freins, et provoquer nos peurs c'est le meilleur moyen d'allonger le chemin voir de laisser s'échapper la liberté.
Qui va doucement va surement, et fini même par être à l'aise avec la vitesse.
Modifié il y a 9 ans
ça commence à friser le hors sujet, mais bon …

sur une idée de talon libre, que je résumerai à une paire de ski, une paire de fix, une paire de chaussures, pour une multitude de terrains, et surtout beaucoup de plaisir,

je crois avoir trouvé une chaussures vraiment intéressante avec la crispi svartisen.

pour la fix, la voile 3 pin hardwire ou encore la câble semblent apporter beaucoup de souplesse d'utilisation (3pin simple pour les longs plats, longues montées et descente en faibles pentes, on y adjoint le câble/ressort lors des descentes un peu plus engagées et les terrains types montagnes russes.

pour les skis, afin d'avoir un compromis neige dure, neige fraîche et légère en quantité, sur des terrains s'approchant de l'alpin (35° maxi), vous partiriez plutôt sur des madshus annum/fischer 120, en taille assez courte, ou les epoch/fischer 98 en un poil plus long (surface de semelle proche, un poil plus étroit pour une meilleure tenue en devers, et une glisse probablement améliorée sur les longs plats.

la deuxième option parait la plus polyvalente, mais probablement pas pour tout le monde …
Modifié il y a 9 ans
j'ai été tracer dans cette belle peuf qui veut enfin tomber en Auvergne (prés du sancy), 20cm à 30cm c'est peu, ça raye mais qu'est ce que c'est bon.
Mes Crispi Svartisen sont top mais il à fallut que je termoforme le colliers en fibre du bas pour éviter des pressions horribles sur les malléoles.J'ai coudé le collier du haut pour qu'il englobe mieux le mollet sans point désagréable.
Il faut dire que j'ai les pieds avec des articulations prohéminentes.La première fois que j'ai skier avec mes Scarpa t4 ça à été comme un instrument de torture.Le soir même elle sont passées à l'atelier: DECAPEUR THERMIQUE,pour faire un petite bosse sur le plastique la ou ça fait mal.Je voue le conseil mais chauffez pas trop sinon ça fait des bulles!

j'ai la chance d'avoir les 2 sortes de monture
T4 et Annum: pour le Sancy en rando et les pistes
Svartisen et Xadv 89: pour les plateaux, vercors, Cezallier et le Sancy dans de la bonne neige. Ces ski et chaussures sont légers ,on peu courir, faire le pas alternatif glissé
J'arrive enfin le telemark avec, c'est un régal .à pied elles sont confortables comme des chaussures de randos

Les Annum et T4 avec crampons dans le sac m’emmène a avoir aussi un Arva ,une sonde et un pelle.Je sort du domaine nordique pour aller telemarker de belles pentes .Peut être que j'aurais put investir directement dans du pur telemark

Que l'embarras du choix à vrai dire, je crois qu'il faut bien réfléchir à ce que l'on cherche comme pratique avant d'investir entre le ski de fond hors piste et le ski de rando telemark freeride ,il y a plein d' intermédiaires possible.









Modifié il y a 9 ans
Je ne peux pas m'empêcher de goûter les plaisirs du hors sujet, c'est comme le hors trace, tu pars sur un axe, et tu dérives car la pente de droite ou la pente de gauche, que tu n'avais pas mise au programme initial, peut être aussi très bonne à prendre.
Modifié il y a 9 ans
Et là tu nous as fait une belle trace loin des pistes…

Entièrement d'accord, le plaisir du ski, c'est avant tout de la confiance.

Madshus pourrait appeler l'Annum, le ski qui donne confiance. Les progrès d'Annie en quelques sorties sont assez bluffants, on passe du chasse neige aux virages parallèles en peu de temps et à la découverte des plaisirs de la glisse.

Hier au-dessus de Bois d'Amont, le contraste avec un groupe de suisses était criant… quelques courbes pour descendre avec les Annums et pour eux une infâme galère, des conversions, de la trouille et des pas tournants en risquant l'entorse. Où est le plaisir du ski!

Pour revenir à la notion d'un seul ski pour tout faire et au plaisir, même en montée, je reste convaincu qu'une fixation avec mécanisme permettant d'offrir plus de débattement à la montée est une excellente solution pour ceux qui veulent se frotter à de l'alpino-nordique ou à du nordique-alpin (que l'on trouve dans le Jura).

Toujours ma vieille marotte,tout cela fait partie de la même famille, celle du ski!

Je vais monter sur les skis une bonne vieille Easy-Go telemark, les montées n'en seront que plus confortables.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 9 ans
grandsteak a écrit :
après une demi douzaine de sortie avec les svartisen 75 mm,

le confort est quasi immédiat, pas de point de frottement, hormis aux talons, que je doit encore protéger d'une très fine bande d"omnifix"
bonjour,
j'ai skié pour la première fois les crispi svartisen mais j'ai les 2 talons bien frottés/ouverts
je sais pas si ca vient des chaussettes fines et lisses que j'avais mis ; une recommandation de chaussettes ?

je me rapelle les talons amochés pour une première marche sur des chassures de marche taille basse et ensuite je n'ai plus eu de soucis ; j'espere que ce sera pareil

sinon on la sensation meme sur piste noire d'etre tenu et c'est leger à la marche

utilisé avec des fischer sbound98 qui accrochent vraiment bien en montée et des voilé 3 pins à cable

la frustration : les écailles en descente qui font un bruit de frein (sur piste damée)…le prix du compromis
Modifié il y a 9 ans
petits frottements pour moi également, mais sur un seul talon,
pour le moment, je mets en protection un bout d'omnifix, bien plus fin que l'élasto.

quelqu'un m'a conseillé de jouer sur l'épaisseur (+ ou -) de la semelle intérieure (pas encore testé)

Modifié il y a 9 ans
Bonjour,
Je lis tout ce que qui se dit sur le SRN, et suite à mon échange avec Sancho il y a environ une semaine sur la Black Diamond O1 et son axe, je lis donc beaucoup de contradictions, qui n'en sont pas puisque liées à la pratique de chacun. cependant skiant plutôt entre Bois d'amont et la Vatay (39/01), je lis le commentaire de Talonlibre, et les interrogations reviennent ? J'avais, suite à mon échange avec Sancho, l'intention de m'équiper en Crispi Svartisen, et en fix soit Rotefella Chili, ou Voilè Hard-wire 3-Pin, mais je viens d'aller voir le modèle 7 TM (je crois avoir bien lu ?) après un commentaire, et la complexité du choix revient ? Concernant les Easy-go Telemark, ça me semble par contre un peu trop alpin ? D'ailleurs, comme j'ai des Fischer Snowbound 69/61/77 en L 189, je ne pense pas que cela soit compatible car probablement que mes skis sont trop étroits ? Après reste le problème de la disponibilité en magasin, car dans le jura, ils ne sont pas très fort pour les stocks… Quand ils ont la fix, ils n'ont plus la bonne taille de chaussures (45 ou 46), ou inversement. A suivre. Et je ne manquerai pas de faire mes 1ers commentaires dès que j'aurai attaqué la semaine prochaine (eh oui, tout le monde n'a pas la chance d'habiter à proximité des montagnes…smile !
mrmts7739
Modifié il y a 7 ans