Test vector BC de chez Voile

Par la très grande faute de Grandsteak, le father christmas est passé en avance sur Chaux neuve, et juste à temps pour la première belle neige.
Réception des nouveaux jouets mercredi, encore au boulot le jeudi, j'ai du attendre vendredi matin pour le montage, et vendredi après midi pour l'essayage.
2ème vraie sortie aujourdhui, et n'en déplaise à mon banquier, je suis rentré avec le sourire jusqu'aux oreilles.

test vendredi sur la Dôle avec alternance de neige croutée (cohésion de frittage), congères, plaques à vent, et poudre.
Petit test samedi sur piste damée, avec mon marmot de 3 ans (téléski sur les épaules de papa en montée, et quelques courbes pour moi quand même)
test aujourd'hui avec pas mal de poudre, un peu de fausses traces durcies par le vent, et un peu de plaque à vent.
En montée, l'accroche est plus que bluffante, on repousse l'utilisation des peaux. J'avais 8 compagnons tous bons, voir excellent skieurs, et en montée le vector semble indéniablement mieux accrocher que, les époch, annum, outbound, et xadv 88 du groupe. C'était super agréable de faire la trace dans la poudre, et vu les lignes de côtes généreuses, ça enfonçait nettement moins que pour mes camarades.
Ce qui ferait dire que la légère surcharge pondérale, par rapport à des modèles plus fins est largement compensée par le fait qu'on brasse deux fois moins.
Autre chose à laquelle je ne m'attendais pas, je crois que le rocker, participe bien à l'accroche en montée: la spatule se courbe à chaque pas, du coup il me semble que ça participe à avoir une pression accrue sous les écailles.

En descente la glisse était aussi meilleure, ça semble contradictoire que ça puisse mieux accrocher et mieux glisser, mais dans la fraîche le ski déjauge tellement bien qu'on flotte à la surface, et du coup on glisse mieux qu'avec un ski qui coule plus au fond du manteau neigeux.
Je n'avais jamais skié un ski avec un rocker, ni même un ski aussi large auparavant, ça surprend un peu au début, mais on prend très vite ses marques. Ce ski donne très vite un sentiment de sécurité, la spatule digère tout les changements de neige, toutes les compressions, j'ai même eu peur après la sortie sur la Dôle que ça puisse rendre les descentes monotones.
Mais en fait dans de la grosse pente, cela permet de chercher plus de sensations, en allant chercher un brin plus de vitesse. Quand on se retrouve sur des pentes plus douces, le jeu change un peu, le fait que le ski remonte aisément en surface même à vitesse relativement faible, permet de jouer sur de la petite courbe en gardant de la vitesse, là où un autre ski demanderait à aller tout droit pour ne pas avoir à pousser sur les bâtons.
Enfin bref que du bon pour le moment, mais les qualités décrites jusqu'à présent me rendent sceptique sur le comportement du ski en neige dure. Mais on verra pour l'instant je n'ai eu que de très bonnes surprises: pourvu que ça dure.
Sur le peu de virage sur piste damée, je portais plus d'attention à mon marmot qu'à mes skis et je ne peux rien dire de probant sinon que je n'ai été choqué ni en bien ni en mal. Mais pour le moment je vais concentrer les tests sur la poudre qu'il y a à prendre, on ne devrait pas manquer de neige dure dans l'hiver pour approfondir le sujet.

Pour finir, j'ai monté les skis avec des voile 3 pin hardwire, et j'ai skié ces 3 jours dans mes svartisen. Dans du terrain nordique voir un peu plus (piste noire du Noirmont non damée, et quelques pentes un peu plus raides), je ne m'embarasserais pas d'une coque plastique. En revanche, ce ski me semble également parfait pour du télémark en mode rando alpine, et dans ce cas là, on peut discuter de l'intérêt de prendre de la coque plastique pour attaquer un peu plus en descente.
Dès qu'on trouvera un peu de neige béton et un peu de glace, je ferai un retour sur le sujet pour donner mes impressions. Mais je ne suis pas pressé que ça arrive. Ils annoncent encore près de 50 cm de chute dans les 4 jours à venir, que du bonheur en perspective.
Modifié il y a 7 ans
sancho a écrit :

Autre chose à laquelle je ne m'attendais pas, je crois que le rocker, participe bien à l'accroche en montée: la spatule se courbe à chaque pas, du coup il me semble que ça participe à avoir une pression accrue sous les écailles.

Voilà déjà plusieurs fois que je lis le terme "Rocker" à propos de skis nordiques.
Peux-tu nous dire un peu plus sur cette technique qui semble repousser l'utilisation des peaux. Merci.
Modifié il y a 7 ans
Vraiment intéressant ce premier retour de test de ces BC de chez Voilé… ça donne vraiment envie de s'en procurer une paire, surtout si tes premières impressions se confirment à l'usage : meilleur accroche en montée que les Epoch tout en ayant une meilleur glisse en descente, et dans des conditions autres que de la neige fraîche.

Du coup, cela t'a coûté combien pour les faire venir des US ?

Sinon, ça serait intéressant de pouvoir aussi les comparer au Rossignol BC 110… car de ce que j'avais pu lire sur les forums US, les deux paires seraient assez similaires.
0sâ sôtre de la rài ! / Osez sortir des sentiers battus !
Modifié il y a 7 ans
Pour N_75, voici une bonne explication du principe du rocker sur les skis :
http://www.ski-rocker.com/

Des skis comme les Epoch correspondent en terme de largeur aux skis de randonnée alpine de la fin des années 90, et c'est pareil pour les Annum.

En SRN, la skiabilité des planches avait beaucoup de retard.

Les Vector de Voilé apportent au SRN les dernières évolutions issues de l'alpin et c'est tant mieux.

Enfin un vrai ski moderne pour le SRN.

Par contre, cela se paye… mais question de plaisir de glisse, cela n'a rien à voir.

L'Annum reste bien placé en terme de prix.

Une des grandes forces du SRN, c'est aussi de rester accessible en terme de prix.

Merci Sancho pour ce retour sur ces beaux skis du pays des Mormons.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 7 ans
Le lien de talonlibre présente pas mal le principe du rocker. Mais il me semble que le rocker existait déjà bien avant les années 2000 dans l'altaï: un lien proposé par talonlibre dans un autre post (rendons à César ce qui appartient à César) http://www.youtube.com/watch?v=16rEt2efyKs&feature=youtu.be
Le Vector BC ne présente pas un cambre inversé, mais l'entrée de la spatule est longue, souple et progressive et elle démarre à 35 cm. En montée tu passes tout ton poids du corps d'un ski sur l'autre: tu vois ces 35cm de spatule travailler dans la neige, elle se plie et ça me semble avoir pour effet d'accentuer considérablement la pression sous les écailles.
A l'inverse, il me semble qu'un ski plus raide sur l'avant, entraîne un point dur en avant des écailles ce qui limite l'accroche. Ce phénomène peut vite devenir galère dans certaines neiges, surtout si le ski à un cambre nordique fort. Sur neige fraiche un peu soufflée, un peu dense, voir avec une légère croute, un ski raide à vraiment tendance à se cabrer en montée.
J'entend par se cabrer, que ce point dur en avant des écailles, reçois beaucoup de charge, gène la pression sur les écailles, et peu même avoir pour effet de faire plonger un peu le talon du ski. Je ne sais pas si c'est suffisament explicite, mais dans ce genre de situations, ton ski ne suis plus exactement la ligne de pente: il l'accentue.

En descente dans de la fraîche ton poids du corps est réparti sur tes deux skis, il y a alors forcément plus de poids sous les écailles d'un vector que sous un autre ski ce qui devrait entraîner une légère perte de glisse, mais celle ci est compensée par le fait que tu flottes au dessus de la surface, là où les autres skis enfoncent.

Sinon, c'était trop cher de les faire importer mais on ne vie qu'une fois. Depuis qu'ils sont arrivés je me suis aperçu qu'ils étaient en vente dans l'hexagone, chez Pyrénées Télémark à 539€.
C'est nettement plus cher qu'un annum, ou un BC 110. Est ce que ça vaut vraiment la peine?
Dans les conditions dans lesquelles j'ai testé jusqu'à présent je dirais que oui. Mais pour le prix il serait bien que ce ski soit aussi un peu agréable à skier sur neige dure. Affaire à suivre :lol:
Modifié il y a 7 ans
Merci pour vos messages, Sancho et Talon Libre.
J'ai découvert la vidéo, et ai apprécié la partie fabrication des skis…
…Vingt Gu ! un morceau d'épicéa droit comme un crayon sur lequel les corbeaux se posaient encore quelques heures plus tôt, une hache, une plane , un bon feu, les bonnes vieilles normes 75, 6 vis, un rejet de châtaigner comme bâton et banzaï !
Mais une question à vous, les Puits de Science de SRN.com: par chez moi les anciens fabriquaient leur skis en frêne, comme dans les Alpes ou le Jura, je pense; mais travaillaient-ils le bois séché ou tout vert ?
Modifié il y a 7 ans
N_75 a écrit :

Mais une question à vous, les Puits de Science de SRN.com: par chez moi les anciens fabriquaient leur skis en frêne, comme dans les Alpes ou le Jura, je pense; mais travaillaient-ils le bois séché ou tout vert ?

Voila qui devrait répondre a ta question :



http://www.skis-bois-tardy.com/htm/technologie.htm

Tardy est un poil plus technique que les anciens puisqu'il utilise des lames de bois collées au dessus et au dessous de l'ame du ski , le tout en frène sèché : pour les anciens le ski était souvent d'une seule pièce .

Le bois doit ètre sèché : c'est assez long . Une fois qu'il a atteint un certain taux d'humidité , son état est stable . On peut néammoins le tremper dans de l'eau très chaude pour le courber mais après cette opération, il retrouve rapidement son taux d'humidité antérieur .

Le frène se prète très bien a des opérations de courbure :
j'ai connu un ancien qui fabriquait encore ses raquette en frène comme ça : des tiges de frène , une grande lessiveuse et hop !
Modifié il y a 7 ans
Et voilà comment, d'un test du "ski of the year" 2013 on se retrouve à causer technique de fabrication des skis en bois.
Toutes mes excuses Sancho, mais j'ai été aspiré par cette fabuleuse vidéo.
Robert ! j'reviendrai, mais ailleurs, j'ai d'autres questions…"fabrication de skis en bois"…
Modifié il y a 7 ans
N_75 a écrit :
Et voilà comment, d'un test du "ski of the year" 2013 on se retrouve à causer technique de fabrication des skis en bois.
Toutes mes excuses Sancho, mais j'ai été aspiré par cette fabuleuse vidéo.
Robert ! j'reviendrai, mais ailleurs, j'ai d'autres questions…"fabrication de skis en bois"…

Etant expert reconnu en matière de hors-sujet , je vais me permettre une petite remarque :
Les Voilé Vector B.C. sont ( a ma connaissance ) des skis à noyau BOIS .
Cette caracteristique est a mes yeux au moins aussi importante que les qualités du rocker dont Sancho nous a avec beaucoup de précision, entretenu ..( en émettant, je l'ai bien noté , des réserves sur l'usage avec des neiges de moins bonne qualité …smile
Evoquer la technique de fabrication d'un ski bois dans ce contexte reviens a exprimer le désir de " mettre le nez sous le capot " …Ca me parait louable .
Non l'ami …Tu n'es pas atteint du syndrome de la maison de retraite. Je puis te l'affirmer : je suis aussi expert en syndrome de la maison de retraite :-D
Modifié il y a 7 ans
Mais que fait l'administrateur?
Tout compte fait je serais, je pense bien mal placé pour te jeter des cailloux sur les hors sujets N75.
D'ailleurs c'est quand même moi, qui ai ressorti cette vidéo de Talonlibre sur les fats à rocker de l'Altaï. C'était d'ailleurs intentionnel.
Je me demande bien pourquoi ils n'ont pas inventé le ski fin dans leurs montagnes?
A croire que chez eux il n'y a jamais eu ni dossards ni chronomètres associés à la pratique du ski !!! :-D

Sur la fabrication maison de ski bois, je crois que Grandsteak a bien étudié le sujet. Mais je ne sais plus où il a caché ça dans le forum, en tous cas c'est pas dans la rubrique: test matériel "vieux ski bois" qui parle elle de vinyl.
En fait on peut vraiment tout trouver sur ce forum comme info, sauf que faut savoir où chercher.
Il doit s'arracher les cheveux , Régis. :-D
Modifié il y a 7 ans