Avalanche Vercors

je n'en sais pas plus :

http://www.leparisien.fr/lyon-69000/un-mort-dans-une-avalanche-dans-le-vercors-05-02-2012-1846710.php

C'est important a mon avis d'en parler sur ce site et
d'échanger toutes les infos fiables dont on peut disposer a ce sujet . Au delà de l'émotion …tirer au moins quelques
leçons de ce qui s'est passé, si c'est possible .
Modifié il y a 8 ans
Il faut attendre d'avoir plus d'infos, mais apparemment le risque n'était que 2-limite.
Il en était de même dans l'avalanche du 1 février en Maurienne.

http://www.data-avalanche.org/static/dataavalanche/joomla/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=134&aval_id=50000705
Modifié il y a 8 ans
Quelques compléments d'infos
http://www.ledauphine.com/drome/2012/02/05/un-adepte-du-ski-de-randonnee-meurt-dans-une-avalanche
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 8 ans
Sincères condoléances à la famille.

Quelques compléments glanés sur skitour :
http://www.skitour.fr/actu/2549-drome-un-adepte-du-ski-de-randonnee-meurt-dans-une-avalanche

A priori, la plaque s’est déclenchée en face sud du Jocou, dans une pente de 35° environ.
D’après le BRA du Vercors, le fort vent du Nord a pu créer des plaques en face Sud à proximité des crêtes.
http://france.meteofrance.com/france/MONTAGNE?MONTAGNE_PORTLET.path=montagnebulletinneige%2FDEPT38
Modifié il y a 8 ans
En voyant les photos en lien sur ce post de skitour, deux
choses me sont venues à l'esprit :

d'abord cette phrase de Sancho : " les limites du terrain nordique sont les limites que nous voulons bien nous poser quand nous randonnons nordique "
ensuite cette vidéo impressionnante a laquelle renvoyait un
post récent de grandsteak : un jeune type skiant comme un dieu avec des outbound et des fix SNS .

D'accord, le nordique n'est pas le ski alpinisme mais au
cours d'une promenade modeste on rencontre souvent de
très belles pentes avec une neige de rève et le matériel est de moins en moins une limite .

L'avalanche ne se préoccupe pas du type de ski qu'on a aux pieds et ne fait pas trop la différence entre terrain
nordique et terrain alpin .

35° de pente ….C'est pas beaucoup .
Modifié il y a 8 ans
35° de pente ….C'est pas beaucoup .

Certes, une pente à 35° n'a vraiment rien d'extrême, on en retrouve dans beaucoup d'itinéraires de ski de rando alpin.

Il n'empêche que ça correspond, pour donner un ordre de comparaison, aux pistes noires les plus pentues en station. Par exemple, la piste du KL (kilomètre lancé) aux arcs, au plus raide, fait 35°.

D'accord, le nordique n'est pas le ski alpinisme mais au
cours d'une promenade modeste on rencontre souvent de
très belles pentes avec une neige de rève et le matériel est de moins en moins une limite .

Du coup, je pense que la part de skieurs nordiques qui sont susceptibles de parcourir des pentes comme celle-là est extrêmement réduite, même avec le matériel moderne.

L'avalanche ne se préoccupe pas du type de ski qu'on a aux pieds et ne fait pas trop la différence entre terrain
nordique et terrain alpin .

Là par contre, j'approuve complètement. Mais pour moi, un des principaux dangers en SRN est plutôt le déclenchement à distance d'une pente plus raide située au dessus du skieur. C'est particulièrement vrai sur des itinéraires en contrebas de terrain alpin, en fond de vallée, comme dans le queyras.

Un vieil article de Duclos sur le sujet:
http://duclos.transmontagne.pagesperso-orange.fr/article_a_distance.htm


Avec un conseil qui pourrait s'appliquer particulièrement au SRN:

Sur le terrain, l’éventualité des déclenchements à distance doit conduire à une prudence accrue dans le choix de l’itinéraire. En effet, lorsqu’il y a un risque de déclenchement accidentel, il ne suffit pas d’éviter les pentes " suffisamment raides " pour ne pas provoquer d’avalanches.

Pour sa propre sécurité, il faudrait aussi éviter toute pente dominée, de près ou de loin, par une pente sensible.

Modifié il y a 8 ans
Mais on est parfaitement d'accord sur le tout . Effectivement , peu d'entre nous parcourent des pentes
de l'ordre de 35° ( ou alors de brefs passages ), le problème c'est qu'il est souvent bien tentant de s'en approcher et c'est précisément le cas que décris DUCLOS :
zone de départ de l'avalanche 35° , zone de déclenchement
environ 15° . Comme une avalanche c'est monté sur roulements à bille ça s'étale gentiment aux alentours .
Bref, je déduis de tout ça que mème si on a pour principe de pratiquer un ski modeste, proche de la nature , pas orienté exploit sportif pour deux sous , on n'est jamais a l'abri de mauvaises surprises …quelque soit son expérience .
Modifié il y a 8 ans