ski Ilulissat/Baie de Disko

[justify]Si un jour ca peut servir à quelqu’un voici un petit CR de notre rando à ski la dernière quinzaine de mars 2016 à la baie de Disko
 
A la recherche d’une destination un peu exotique pour la rando nordique annuelle nous nous sommes décidés pour la baie de Disko. La logistique est relativement simple, la ville d’Ilulissat est bien desservie en avion, il y a des magasins, pas d’ours polaires, quelques abris de repli en cas de pépin et le coin offre tout ce que l’on veut voir : des glaciers côtiers, de la banquise et bien sûr des icebergs.
 
Préparatifs :
Deux compagnies desservent Ilulissat : Air Iceland via Reykjavik et Air Greenland via Copenhague. Le choix se porte sur Air Greenland qui propose, pour cette destination, des billets moins chers que sa concurrente. Les billets ont été achetés en novembre 2015 pour un départ en mars 2016 (en janvier 2016 ils étaient toujours au même prix…smile
Le tronçon Paris/Copenhague se fera avec Air France.
Nous avons chacun deux bagages en soute (sac normal + ski ou pulka)
Air Greenland autorise 2 bagages en soute à condition que l’ensemble ne dépasse pas 20 kg, tout excédent au delà de cette limite coûte 11 euros le kilo. 
Par contre pour Air France il faut acheter en plus le 2ème bagage en soute
L’horaire très matinal du vol aller pour le Groenland et très tardif du vol retour nous oblige à passer une nuit à Copenhague à l’aller comme au retour. On réserve donc une chambre double au Copenhague Go Hôtel situé à 1arrêt de train de l’aéroport (Arrêt Tarnsby, un train toutes les 15 minutes). A noter qu’il doit être interdit de dormir dans l’aéroport de Copenhague, on a vu des patrouilles réveiller des gens.
Deux cartes aux 1/100 000 couvrent la région en vente chez Aventure Nordique.
 
Jour 1
Départ de Roissy, et la personne à l’enregistrement veut nous faire payer plus de 45 euros pour les skis et pulkas au prétexte que ce sont des équipements spéciaux et non de simples bagages supplémentaires. Les choses s’arrangent avec la responsable et les 45 euros déjà payés sur internet lors de l’achat du billet feront l’affaire (comme c’était indiqué sur le site internet !).
A Copenhague, les billets de train pour se rendre à l'hôtel s'achètent  au niveau de la récupération des bagages sur des bornes rouges automatiques.
Lits séparés à l’hôtel, notre matériel occupe toute la chambre. On savoure notre dernière nuit au chaud. 
 
Jour 2 
Levé matinal et dernière douche avant 15 jours. Le vol pour le Groenland est à 9h00 du matin, retour à l’aéroport en train et petit contre-temps : il y a 10h de retard annoncéesfaute de personnel pour piloter l’unique airbus d’Air Greenland. 
On reçoit en échange un chèque déjeuné. On s’inquiète d’arriver de nuit puisqu’on a rien réservé sur place.
Bien que nous portons sur nous nos gros vêtements (anorak, pantalon de ski) et nos chaussures de ski, la pesée des bagages nous angoisse, le verdict tombe : 39 kilos pour 40 autorisés …. ouf. Heureusement nos bagages à main n’ont pas été pesés !
Le vol se fait en 3 tronçons. 5h pour aller à Kangerlussaq. On y change d’avion pour passer d’un Airbus de 250 places à l’un des Dash 8 de 30 places de la compagnie. Puis 45 minutes pour se rendre à Asiaat, petit village au sud de la baie de Disko ou l’on embarque des gens sans descendre de l’avion et enfin 20 minutes pour le tronçon final jusqu’à Ilulissat. 
Il est 22h quand on arrive, l’aéroport se vide rapidement, les touristes prennent les navettes payantes de l’Arctic Hotel ou les nombreux taxis et les groenlandais se font chercher pour effectuer les 3 km qui séparent la ville de l’aéroport.
Nous voila seuls dans le hall, il faut sortir les pulkas, monter les brancards, déballer les skis puis trouver la piste de traineau qui longe la route. Évidemment  il fait nuit, -10°C avec du vent et du brouillard… Heureusement tout est enneigé on skie sur la route sur 500m en direction de ville puis on s’écarte pour tomber sur la piste et enfin on monte la tente dans la tourmente. On y est !
 ">
Jour 3
Le temps est toujours ignoble, on gagne la ville pour faire les courses, nous avons amené de France uniquement 2 kilos de semoule…
Au dos de notre carte 1/100 000 il y a le plan détaillé d’Ilulissat avec les magasins, et on se repère facilement. On a trouvé 2 Spars assez petits ouverts de 7 à 23h mais c’est à Pisifik qu’on fera nos courses, il est au centre de la ville, la route enneigée nous permet de l’atteindre à ski et pulka depuis la piste. C’est une vraie grande surface ouverte de 7 à 21h avec tout le nécessaire pour la rando : purée, biscuits, pâtes chinoises, fromages, charcuteries, pain de mie, beurre, flocons d’avoine, confitures… En revanche il est en rupture de stock d’alcool à bruler. Direction le Spar pour tenter notre chance mais pareil : plus d’alcool. C’est finalement au Spar du sud de la ville qu’on trouvera notre bonheur (on commençait à avoir peur !). Pour info il s’agit d’une bouteille bleue avec écrit Spirit dessus et pour lutter contre l’alcoolisme, l’éthanol dénaturé est vendu à la caisse pas la peine de le chercher en rayon. A noter que dans les 3 magasins il y avait de l’essence à réchaud en rayon.
Il est midi, le ciel se dégage nous partons pour le fjord Sikuiuitsoq toujours sur une piste de traineau.
Au bout de 100m un Groenlandais nous sermonne car nous sommes au milieu de la trace. Il s’agit d’une veritable autoroute , chien de traineau à pêcheurs, chien de traineau à touristes, motoneiges, pour le silence et la solitude on repassera ! 
On campe un peu plus loin, la routine s’installe, préparer l’eau pour les thermos, pour le manger, faire les sandwichs du lendemain…
 ">
Jour 4
Plus de vent et le soleil fait fuir les nuages, il fait beau. On dépasse une cabane pointée sur la carte dont l’état est déplorable. Elle est gérée par la municipalité d’Ilulissat. Il est spécifié en anglais qu’elle est réservée aux chasseurs et pêcheurs  et non aux touristes. Rien à voir avec les abris scandinaves, sang, merdes et poils de chiens tachent  le sol et clou du spectacle,  un chien mourant est carrément attaché par la patte à la banquette avec du fil de nylon. Au retour, 10 jours plus tard il y aura à la place une marre de sang…
Dans l’après midi on gagne le fjord, ouf ! il est bien gelé, là on est vraiment au Groenland, banquise de 30 km encastrée entre de hautes falaises, au loin le glacier côtier de SermeqAvannarleq se dessine.
">[/justify]
[justify]">


Jour 5
Exploration du fjord sans les pulkas jusqu’à son estuaire où il se jette dans le fameux fjord Kangia, le joyau de la région (peut être du pays ?) qui charrie les plus gros icebergs de l’hémisphère. La belle banquise lisse du Sikuiuitsoq laisse place au pack démonté du Kangia et on  évolue entre crêtes de compressions et icebergs encastrés dans la banquise : c’est grandiose.
Le soir on tente de percer la banquise à la hachette pour pêcher, on s’arrête après 70 cm sans atteindre l’eau…
">
Jour 6
On traverse le Sikuiuitsoq pour aller sur sa rive Est jusqu’à la calotte. L’ambiance est très sauvage, plus de traces, plus personne, on s’élève peu à peu vers le glacier par un chapelet de lacs.
">
Jour 7
Journée sans pulkas pour gagner la calotte, 3 jours que le temps est excellent, il fait beau et froid : -22°C à la tombée du jour. La vue sur la calotte est un peu décevante, elle nous surplombe et pas moyen de grimper une montagnette pour avoir un point du vue et dominer l’islandsis.
 ">
Jour 8
Retour sur le fjord Sikuiuitsoq et direction le glacier côtier de Sermeq Avannarleq. Toujours grand beau avec -10°C. On atteint les huttes pointées sur la carte au fond du fjord. Ces dernières, gérées par l’agence World of Greenland, sont propres, équipées d’un poêle à pétrole. Le bonheur après 7 jours de camping, on va pouvoir faire sécher les duvets et les chaussures. La nuit coûte 150 DKK par personne à payer à l’agence à Ilulissat. Il n’est que 14h alors on monte un sommet dominant le glacier. Super vue sur le fjord et le front du glacier et grosse descente dans 50 cm de poudreuse légère. Le soir après 1h d’intense réflexion le poêle fonctionne enfin : les affaires sèchent !
">[/justify]
[justify]">
Jour 9 
Journée sans pulkas et visite du front du glacier, haute muraille de glace qui domine la banquise. Des débris d’icebergs et de pack empêchent de l’approcher à moins de 200 m. On visite aussi la vallée du « glacier mort » qui n’atteint plus la mer. L’absence de crevasse nous permet de le remonter sur qq centaines de mètres, histoire de skier sur le 2èmeplus grand glacier du monde ! On aurait pu envisager une journée complète sur la calotte qui semblait peu crevassée. 2èmenuit à la hutte ça fait vraiment du bien.
">[/justify]
[justify]">
">
[/justify]
[justify]Jour 10
Toujours grand beau, on remonte la rive ouest du fjord (300 m de dénivelée) pour gagner le grand lac de Tasersuaq. Un sommet nous nargue de l’autre côté, on laisse les pulkas pour l’ascension. Super vue, on est à 676 m ce qui est haut pour la région ! On domine la calotte, les fjords du nord et l’océan (entièrement en eau), au loin on voit les montagnes de l’ile de Disko. Il fait froid : -25°C.
 ">
Jour 11 et 12
Nos 2 seuls jours de mauvais temps : grosse neige, jour blanc, pas de visibilité, on tente de regagner Ilulissat par le nord et la côte océanique mais il faut traverser le massif de Pakitsuup Nunaa. On y voit rien, il y’a des raidillons partout, des affleurements rocheux, des congères gigantesques, 1 m de neige fraiche…On vise la gorge de Qoororsuaq et sa piste de traineau  qui nous semble être la seule voie de descente vers l’océan. A l’entrée de la gorge, on déchante : il s’agit en fait d’une véritable cascade de glace de 100 m de large avec plusieurs ressauts, encastrée dans des barres rocheuses déneigées par le vent. Impossible de passer par là,  on fait demi-tour : on était à 10 km de l’océan. Nous redescendons sur le fjord Sikuiuitsoq par une autre piste de traineau toujours dans la grisaille pour gagner notre itinéraire de l’aller. Sur le fjord, nous croisons un groupe de français emmené par l’agence 66° nord.
 ">
Jour 13
Retour du soleil et du froid, -20 au réveil, on gagne Ilulissat d’une traite. 
 
Jour 14
Après avoir trouvé un campement discret non loin de la ville,  nous prenons la direction du Kangia pour une journée sans les pulkas. On suit une piste de traineau à travers le massif de  Qaqqarsuatsiaq sur une dizaine de km jusqu’à une hutte. L’itinéraire est ponctué de points de vue grandioses sur le fjord et ses immenses icebergs. A l’arrivée, une bande banquise nous permet d’explorer les abords du fjord et surtout de pêcher dans des failles : 3 rascasses immangeables ! La cabane était propre, équipée d’un poêle à gaz, de tarières … Belle journée parmi les icebergs, le soleil et le froid sec !
 ">">[/justify]
[justify]">
Jour 15 
Météo moyenne et exploration de la côte océanique sans les pulkas au nord de la ville, peu de neige, pas de banquise, pas de poissons. On plante la tente à 500 m de l’aéroport.
 
Jour 16 et 17
Retour à Copenhague et en France.
 ">
En bref :
">
A refaire, le Kangia à lui seul vaut le détour pour ses icebergs, et le front du glacier Sermeq Avannarleq est absolument grandiose. A noter quand même que le coin ne se prête pas trop aux grandes envolées en pulka, l’enneigement est très hétérogène, il y a beaucoup de raidillons morainiques, de rognons rocheux… On avait prévu à la base un AR jusqu’au glacier Eqi, mais les déplacements sont difficiles en dehors des pistes de traineaux, rien à voir avec les grandes vallées scandinaves. On a donc préféré de faire une journée sur deux sans les pulkas.
  Mais cela une reste une destination bien accessible avec un engagement modéré.
Il est assez stressant d’avoir une correspondance entre deux compagnies différentes avec des billets complètements indépendants…
 
Coté prix:
L’ensemble du voyage nous a coùté 1450 euros/personne bouffe comprise au départ de Paris pour 15 jours complets sur place. 
Avec notamment :
Copenhague/Ilulissat AR : 891 euros/ personne dont 50 euros d’assurance annulation 
Paris Copenahgue AR : 244 euros /personne dont 90 euros pour avoir le droit à 2 bagages en soute.
-Hotel à Copenhague: 80 euros la chambre de deux
 
Coté matériel : 
2 pulkas Snowled avec brancard recyclé Fjellpulken, skis nordiques Salomon montés en SNS, chaussures salomon X adventure, un gps, une balise Spot, une tente Trangoworld 2 places trop petite qui nous a bien gâché le séjour : 3h par soir et 2h par matin arc bouté en tailleur à attendre que l’eau se fasse… réchaud à alcool Trangia et duvet -25°C synthétique, une paire de crampons pour deux (qui a servi sur le fjord parfois en glace) à refaire on en prendrait une chacun ! SFR et Bouygues passent aux alentours d’Ilulissat.
 
Quelques chiffres : 
12 nuits en tente, 2 en cabane, 220 km parcourus dont la moitié sans les pulkas, 11 jours de soleil, 2 jours blancs, 1 nuageux, de -10°C la journée à -20/-25°C les nuits, nuit à 21h30, jour à 4h45, quelques aurores pâlichonnes, 0 animal (si on ne compte pas les corbeaux) 
 

 [/justify]
Modifié il y a 5 ans
Merci pour ce récit bien sympathique à lire !
vous avez été bien vernis avec la météo
pa
3h par soir et 2h par matin arc bouté en tailleur à attendre que l’eau se fasse… réchaud à alcool Trangia
Quel réchaud aviez-vous ? une série 25 ou 27
http://trangia.se/en/camping-stoves-series-25/
ou juste le brûleur et un support ?

J'ai eu l'occasion de voir et de discuter (vu mon niveau d'anglais le terme est peut-être surfait !) avec des suédois, et ils m'ont eu l'air accrocs à ce type de réchaud. Mais j'ai su après coup qu'il existe des adaptateurs pour gaz ou essence, et du coup, je ne sais pas !

Vous posiez le réchaud à l'intérieur de la tente ?
Et une idée de la consommation pour 2 semaines à deux ?

Vu tous les caprices qu'on lit ou qu'on m'a dit sur les réchauds à gaz inversés ou pas, et les réchauds à essence, au moins l'alcool, ça marche, même si c'est plus lent ! mais 5 heures de chauffe par jour, c'est plus que lent…
Modifié il y a 5 ans
 Bonjour,
Nous avions un série 27 complet
http://www.pyrene-bushcraft.com/27-7-ul-ha-trangia,fr,4,TRA-160277.cfm
 Pour les durées je dirais que ca prends 25 minutes pour faire 1.5l d’eau bouillante en utilisant de la neige. Je pense que ca perd pas mal d’efficacité en début de bruleur et en fin de bruleur ou la flamme est moins grosse
L’avantage c’est que ca démarre tout le temps, c’est incassable, pas besoin d’en emporter deux ou de prendre des pièces de rechanges. C’est aussi très stable donc on l’utilisait dans la tente intérieure sur une planche en contre-plaqué. Et y’a une poêle pour une éventuelle papillote de poissons !
 La a deux on avait pris 5l et on a utilisé un peu moins de 4.5l. Si on n’avait pas fait les 2 nuits en cabanes avec le poêle à pétrole on aurait eu pile la quantité. Sachant qu’on n’en a pas abusé si ce n’est 10 minutes tous les matins pour réchauffer les chaussures. A refaire pour 15 jours complets sans cabanes, sans moyens de se procurer de l’eau autrement que par la fonte je pendrai 6l.
Après faut voir ou l’on va, si y’a des rivières non gelées, des refuges, des magasins en cours de route….
merci pour tous ces détails ! smile
Très beau récit merci de nous le faire partager et bon retour à la "civilisation" smile