Aide pour choix de matériel SRN raid arctique

stef a écrit :

Certes, elles ne sont pas très MUL !
Mais prendre des raquettes ET des skis non plus !!
Si d'autres MUL te lisaient, il y a fort à parier qu'ils te couleraient du béton aux pieds… :-)

Kikoo stef smile

Je suis d'accord avec toi sur le principe : la redondance est à éviter si l'on veut s'alléger…

Mais je suis conscient que je suis un débutant total et que j'aurais des passages vraiment impossibles à négocier en ski (je me souviens de quelques montées et descentes escarpées, de chaos de rochers, etc). Les abords des gués et rivières seront probablement "intéressants" également, sans compter les spécificités des paysages islandais avec les zones "chaudes" en plein hiver…

Probable que je vais également visiter quelques points dominants qui seront impossible à atteindre en ski vu mon niveau/expérience. Des raquettes sont pour l'instant indispensables… l'expérience me dira ensuite si je peux m'en passer ou pas ;-).

Pour ce qui est des coques plastiques (ou chaussures mixtes avec une partie coque plastique) j'ai effectivement pensé à l'aspect isolation et protection. Pour l'instant j'ai privilégié la souplesse et le confort de marche… mais j'attend d'essayer quelques modèles ce week-end pour me faire une meilleure idée une fois des chaussures aux pieds.


eraz
Modifié il y a 10 ans
stef a écrit :
Nicolas Masson a écrit :

Pour faire de la distance en raid, il faut proscrire les chaussures rigides à coques plastique.

Pas d'accord. Certes en longue distance elles ne pourront pas donner toute la mesure qui leur est propre (conduite du ski en descente) et leur rigidité peut sembler incompatible avec le pas alternatif .

Par contre, elles offrent une excellente isolation thermique (notamment en conditions de bivouac) et protection à l'eau.
On peut en outre en enlever le chausson pour le faire sécher (problème récurrent sur les sorties au long court).

Tout est dans le compromis et le choix perso…

:-)

entièrement d'accord avec Stef …se méfier des chaussures cuirs seules quand on approche les moins 30°, et les surchaussures - ou surbottes - , quand on en trouve, peuvent gêner le laçage des chaussures en cuir quand il fait très froid.
Modifié il y a 10 ans
Bonjour,
Si la marche reste une option, avec crampons ou raquettes, voir même à pied sur les plateaux islandais parfois tellement soufflé qu'il n'y a pratiquement plus de neige (là la pulka pose de gros problèmes) je te conseille la norme 75, c'est pratiquement une chaussure de marche avec une semelle vibram. Cette chaussure dès qu'elle est formée est moins rigide en semelle qu'une chaussure NNBC.Le fait de marcher sur des terrains caillouteux (Islande) avec une chaussure NNBC risque de plier la tige acier en avant de la chaussure et de compromettre la prise de fixation.
Pour assurer une meilleure étanchéité j'ai personnellemnt choisi des surbottes Berghaus. Pas de problème de lassage, et le modèle d'il y a 4-5 ans entièrement en goretex en dessus de la bande caoutchouc ne condensait absolument pas.
Malheureusement Berghaus semble avoir abondonné ce modèle et ne fabrique plus qu'un modèle où le goretex ne commence qu'à la hauteur de la cheville.
Pour assurer une parfaite liaison surbotte-soulier j'utilise de la colle de cordonnier en avant de la chaussure sur un demi centimètre de hauteur.
Modifié il y a 10 ans
Bonjour à tous,

Je m'incruste en observateur sur ce fil (j'espère qu'Eraz ne m'en tiendra pas rigueur) car j'ai un projet assez semblable qui se précise (mais plutôt en Laponie Suédoise).

Sur le plan du matériel, peut être hâtivement, mais après vous avoir lu et avoir été conseillé par le VC : je me suis équipé en fin d'année dernière de ski salomon XADV 89, de chaussures cuir/thinsulate crispi antarctica et de fix75 rotafella 3pins.

Pour l'instant j'en suis encore aux premières sorties de "rodage" effectuées l'année dernière car mon niveau en ski de fond (et à fortiori en SRN) est nul. En revanche je pratique régulièrement le ski alpin.

J'attends la neige pour reprendre mon entrainement ce qui va peut être nécessiter un déplacement vers le Vercors.

Je suis donc ce fil avec attention.

Did.
Modifié il y a 10 ans
Kikoo ith smile

Je ne savais pas que tu avais un projet en laponie (c'est un pote de Randonner-Léger :-D ).
Tu penses partir quand?
Et que penses-tu du matériel que tu as acheté? Qu'ont donné les premiers tests?

Pour ce qui est de l'Islande, je ne prend pas de Pulka, je peux m'en passer sur seulement 10 jours et ma progression en sera facilité (et je serais plus à l'aise sur mes skis).

Pour ce qui est de la neige, je ne sais pas du tout ce que je vais trouver… Vu le Gulf Stream qui arrose les côtes, les températures peuvent être encore douces à cette période de l'année. Ce n'est qu'une fois à l'intérieur des terres que les températures sont susceptibles de vraiment baisser.

Je ne sais même pas si je vais trouver de la neige… en quelle quantité et en quel état. Mais généralement à cette période de l'année, il y a déjà eu des chutes de neiges sérieuses et malgré les changements climatiques très fréquents et rapides en Islande, les probabilités sont en faveur d'une bonne couche skiable…

Mais il n'est pas exclu que je fasse une partie de la rando à pied (surtout au début en bord de mer) avec mes skis sur le dos (d'où l'intérêt d'avoir des skis légers). Ensuite, je suis sûr de trouver des domaines skiables… il y avait encore des névés et des glaciers sur le chemin lors de mes précédentes visites en plein mois d'août…

eraz
Modifié il y a 10 ans
Bonsoir l'ami,

J'envisage de partir début mars pour une semaine. Rien d'extrême car ce sera une sortie solo vraisemblablement. Normalement bivouac, mais des refuges seront disponibles. Je connais le terrain pour l'avoir parcouru en été.

Pour le matériel, un retex serait très prématuré. Seulement quelques remarques sont possibles pour l'instant

- Les fixations 75mm 3 pins Rotafella "super telemark" ont été préféré aux Voilé du fait de l'expérience malheureuse de Régis avec les fixations américaines.
J'ai préféré prendre les fixations les plus simples (sans câbles) car se sont les plus légères et, a priori, c'est suffisant si on utilise des chaussures en cuir. Je n'envisage pas de tirer une pulka mais plutôt d'avoir un sac à dos. J'aimerais leur tirer un peu sur la couenne avant de me retrouver en Laponie.

- Les crispi antartic ont été découvertes sur ce forum. Je suis allé les essayer chez Telemark Pyrénées.
C'est un travail traditionnel (cousu norvégien), semelle vibram et le cuir est d'une seule pièce (bon pour la résistance à l'eau). Ce modèle est isolé par du thinsulate donc un intérieur en synthétique mais ne possède pas de membrane Goretex.
Avec ce type de chaussure et de fixation, il faut "plier" la chaussure pour avancer. Je dois dire qu'au départ, au bout de quelques kilomètres, j'ai ressenti une légère douleur au niveau de la pliure (sur le tendon du gros orteil). J'ai le pieds très arqué et c'est un problème que je rencontre parfois. Il me semble que ce problème s'estompe au fur et à mesure que je "fais" les chaussures.

On peut marcher avec ces chaussures sur le plat et c'est relativement confortable. En revanche je doute que l'on puisse "tailler des marches" ou cramponner du fait de l'extension avant de la norme 75mm. J'imagine que si on bloque un cailloux (ou de la glace) dans les trous sous la semelle, ce ne doit pas être facile de les enlever.

Au niveau de l'isolation…je n'ai évidemment pas testé par grand froid. Si je compare avec des modèles cuirs comparables de rando que je possède on doit compter sur les chaussettes/premières et non sur la chaussure pour l'isolation.
Le problème sur plusieurs jours peut venir du fait que le cuir se trempe progressivement par la transpiration (éventuellement par l'extérieur) et les chaussures deviennent glacées.
Les solutions sont connues : cirage adapté, isolation reposant sur des chaussettes de laine de qualité, antitranspirant, plusieurs paires de chaussettes que l'on fait tourner. Papier journal et éventuellement chaufferettes chimiques pour faire sécher. Pour maximiser l'évacuation de la transpiration j'ai renoncé au Goretex (mais j'ai des chaussettes sealskinz).
Les guêtres sont aussi un atout pour protéger de la neige, mais pas top pour évacuer l'humidité. comme tu le sais même les modèles en Goretex/event sont le plus souvent étanches sur le coup de pieds. La parade ce sont peut être les guêtres en coton ou en laine (ou celles entièrement en tissu imper/respi).
AMHA, sur le long terme et par grand froid il faut prévoir d'utiliser des chaussettes VBL.

C'est clair que des coques plastiques seraient plus chaudes et étanches (mais beaucoup plus lourdes et encombrantes).

Pour les skis : pour l'instant pas de retour puisque je n'ai aucun point de comparaison. Mais ce n'est pas si simple que ça de les faire "aller droit".

Encore plein de choses à tester et à valider. Si je ne suis pas au point ce sera "raquettes+coques", et donc plus lent.

;-)
Modifié il y a 10 ans
ith a écrit :

- Les fixations 75mm 3 pins Rotafella "super telemark" ont été préféré aux Voilé du fait de l'expérience malheureuse de Régis avec les fixations américaines.

Je reviens sur cette mauvaise expérience…
Lorsque j'ai fissuré mes fixations, c'est après une traversée du massif du Hardangervidda en Norvège avec un pulka très lourde. 2 jours avant de les fissurer, il y a eu une tempête de neige (mes skis sont restés constamment dehors) et le lendemain matin, il faisait -30°C…

Cet hiver, je suis parti avec des skis Salomon et des fixations Super Telemark et au bout de 3 jours, j'ai tout arraché… les skis étaient pourris….

Lorsque j'observe Nicolas Masson descendre les pentes en telemark avec le même matériel que moi et qu'il n'a rencontré depuis des années aucun problème… je reste mesuré sur les problèmes rencontrés…

Je crois que je ne fais pas de cadeau à mon matériel mais au même titre que d'autres… Je pense sincèrement que je n'ai pas toujours eu de la chance et que les contraintes de la pulka ne doivent pas arranger les choses… d'autant que je ne ménage pas le matos ni dans les montées, ni dans les descentes.
Je ne pense pas que les Voile Heavy Duty Mountainner 3 pin sont de mauvaises fixations, bien au contraire : elles ont un rapport qualité/prix/poids plus qu'intéressant.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 10 ans
Bonsoir

Je ne pense pas que les Voile Heavy Duty Mountainner 3 pin sont de mauvaises fixations, bien au contraire : elles ont un rapport qualité/prix/poids plus qu'intéressant.

Je ne pense pas non plus que ce soit du mauvais matériel, c'est juste qu'à choisir entre les deux j'ai favorisé les Rotafella. D'ailleurs tu avais précisé, de mémoire, que tu avais une pulka et des chaussures rigides.

Cet hiver, je suis parti avec des skis Salomon et des fixations Super Telemark et au bout de 3 jours, j'ai tout arraché… les skis étaient pourris….
J'ai en effet lu que tu avais eu un problème. Comme à priori j'ai le même équipement, cela m'inquiète un peu et me renforce dans l'idée de bien tester tout cela.

Au passage j'ai trouvé pas mal d'informations intéressantes sur le SRN dans les ouvrages de Allen O'Bannon et Mike Clelland. Particulièrement dans "Backcountry Ski book".
Modifié il y a 10 ans
jda a écrit :
je te conseille la norme 75, c'est pratiquement une chaussure de marche avec une semelle vibram. Cette chaussure dès qu'elle est formée est moins rigide en semelle qu'une chaussure NNBC.Le fait de marcher sur des terrains caillouteux (Islande) avec une chaussure NNBC risque de plier la tige acier en avant de la chaussure et de compromettre la prise de fixation.

Tout à fait d'accord avec toi jda, de plus le bec des 75mm peu etre un plus sur les fixations des raquettes…

Pour en revenir sur les Voilé 3pin, pour avoir eu dans les mains les super télémark et les Voilé 3pin, les Voilé me semblent même être plus épaisses… peu être que le modèle à aussi évolué depuis la malheureuse expérience de Régis…
Modifié il y a 10 ans
le souci, Régis, c'est qu'on garde plus facilement en mémoire les "mauvaises" expériences ( les tiennes ou celles des autres …smile que celles qui se sont bien déroulées :-)
Modifié il y a 10 ans