choix pour débuter...

sancho a écrit :

ya rien de tel qu'un ski de fond classique et une pompe souple au dessus d'une descente gelée pour apprendre à déchausser ou à se faire une cheville.

Je partage a peu près l'intégralité de ce que tu viens de dire, mais c'est cette phrase qui a retenu mon attention.

Déjà pour le sens de la formule mais aussi pour surenchérir et dire que c'est 1 des raisons pour laquelle le ski de fond fait fuir depuis si longtemps le grand public et génère une image ringarde de la pratique nordique.
C'est aussi à cause de ce matériel que le SRN n'avait jamais réussi à percer dans l'univers des activités hivernales.

Pour rebondir sur les autres interventions :

Traverser le Vercors en ski de fond à écailles est réservé à une minorité de bons fondeurs / skieurs mais surement pas au grand public. Descendre la face ouest du Veymont avec des Epoch ou Annum est réservé à une minorité de bons skieurs mais surement pas au grand public.

Le matériel stable, sécurisant, confortable et maniable est l'avenir de la randonnée nordique pour le plus grand nombre.

Et encore heureux que les petites minorités invisibles puissent se régaler en faisant appel à la technique et à un matériel moins conventionnel.

Le SRN c'est du ski hors traces et hors balisage tout en laissant le talon et l'esprit libre… Que ce soit en skating, en pure SRN ou avec des skis-telemark… l'esprit est le même. Mais il existe du matériel se situant au milieu des extrêmes adapté au plus grand nombre et pour le plus grand plaisir des jeunes randonneurs et des plus expérimentés.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 10 ans
Il en faut pour tous les goûts.
Sur l'argument de poids de Christian, en étant de mauvaise foi, je répondrai qu'un matériel de ski à écailles traditionnel est intolérablement lourd par rapport à un bon ski de compétition à farter.

En ski de fond comme en SRN on joue sur des terrains vallonés, ça monte et ça descend.
Le plaisir dans les montées passe par la légèreté, le plaisir dans les descentes vient nettement plus facilement avec un matériel qui amène un peu de sécurité.
C'est une question de compromis à trouver.

Pour ma part je crois qu'avec du matos bien léger tu trouves bien du plaisir dans la première montée, et que si tu es tout crispé, que tu fais des traversées conversions en descente en chutant trois fois dans la première pente descendante, c'est pas le meilleur compromis.
Tu passes de l'énergie dans le relevage, dans de la crispation, en ratant tout le plaisir de la descente, fort heureusement ton matos restera léger pour récupérer un peu, dans la montée suivante.

Mon avis vaut ce qu'il vaut, mais des séjours itinérants alliant un peu de piste et beaucoup de hors piste, j'en ai encadré durant près d'une soixantaine de semaine.
Avant ça, j'ai du faire au moins x traversées du Jura juste pour moi avec des skis à farter, des skis à écailles, des skis de SRN fins, des larges…
Du matos j'ai eu l'occasion d'en tester, et j'ai surtout eu l'occasion de percevoir dans le regard de mes clients l'évolution du plaisir de la glisse, qui suivait l'évolution du matériel de SRN.
Je ne suis pas riche comme crésus, mais si j'ai choisi d'investir dans 14 paires d'époch et 27 paires de bcx875 pour développer mon activité, c'était pas en regardant à la dépense, mais bien pour me nourrir du plaisir à lire sur les visages de mes clients en fin de journée.
L'époch est trop large pour rentrer dans un rail, ce n'est pas du tout un bon ski pour s'éclater sur du plat ou en montée sur une piste damée.
Si on ne veut pas garnir son garage de 12 paires de skis, adaptées à chacune de ses pratiques en fonction de la neige, il faut faire des compromis.

Si on cherche un pack matériel polyvalent permettant d'avoir du plaisir en piste et éventuellement une approche agréable du SRN, c'est à mon avis pas sur le poids qu'il faut chercher, mais sur les lignes de côtes du ski et la tenue de la chaussure.

Si on est bon skieur et skieur régulier, je crois que ça vaut peut être le coup d'investir dans deux types de matériels: un léger pour la piste et un SRN.
Si ce n'est pas le cas, un ski de SRN pas trop large pour rentrer dans un rail fait merveilleusement l'affaire.

Depuis près de 20 ans, le ski de fond a perdu environ 2% de pratiquants par an!
Ce ne sont pas les bons skieurs qui sont partis, ce sont ceux qui étaient trop crispés pour avoir du plaisir à apprécier le paysage.
Il m'est arrivé plus d'une fois de donner des cours à des débutants qui galéraient en ski de fond, et de leur faire essayer des SRN pour faire de la piste:
Bilan le matériel se substitue bien aux conseils du moniteur, c'est fou comme en doublant les lignes de côtes, en ajoutant des carres et un peu de tenue à la chaussure: tout le monde se décrispe et retrouve le sourire.

Ce qui est folie à mon avis, c'est que tant les loueurs que les fabricants continuent à vendre ce matos, en expliquant aux gens qu'il est inadapté pour une pratique sur des terrains damés.
C'est un peu comme si dans le ski alpin, après l'invention du parabolique, on avait gardé la trouvaille à l'usage exclusif des slalomeurs: "Msieurs dames gardez vos skis droits, car ces skis tailles de guèpes tournent trop facilement, vous risqueriez d'être déstabilisés"
Tout le matos de ski de fond est pensé et conçu avec un regard de compétiteur élitiste.
Il n'y a rien de réfléchi pour rendre le ski plus facile d'accès à un débutant lambda, hormis le matos de SRN, qu'on ne vends pas à cet effet.

En tant que jury au BEES de ski, si on forçait les stagiaires à faire leurs démos de descente avec du matos de ski classique débutant récupéré dans les locations, je ferais journée double: honoraires de jury et 500€ à vidéogag en filmant l'examen.

Pour moi l'ensemble du matos de fond vendu pour une pratique hors compétition, permet l'amplitude gestuelle du compétiteur, en éliminant la précision: on fabrique des skis et des chaussures qui n'ont aucune tenues.
Oui si tu es champion du monde, tu vas pouvoir faire les même choses avec un peu moins d'aisance, mais si tu es débutant tu as juste les jambes qui flagellent à l'approche des difficultés.

Alors pour conclure mon avis est qu'un ski de SRN fin valable pour une kunslegen, est avant toutes choses un bon ski pour découvrir le ski de fond sur des domaines tracés.
Un ski qui permettra à tout le monde de détacher son regard de ses spatules, pour pouvoir profiter du paysage en prenant un bon bol d'air sur un terrain sécurisé.
Et accessoirement, il permet de sortir du boulevard damé pour explorer des terrains hors pistes faciles.
Si vous êtes un inconditionnel du SRN et que vous cherchez un matos polyvalent, alors je rejoins le point de vue de talonlibre à 200%: choisissez le large!!!
Et si vous avez le budget pour deux paires, un typé eon pour neige béton, et un bien large pour toutes les autres neiges.
Modifié il y a 10 ans
Bonjour
Je songe sérieusement à m'équiper et hier après avoir glané un max d'infos dans le forum, j'ai visité le magasin du VC à Paris.
Ils ont encore un bon choix de skis et chaussures donc je réfléchis quelques jours.

J'étais parti ave l'idée d'un ski étroit 68 mm car actuellement je ne pratique que le classique avec des skis à écailles sur et hors piste(depuis 30 ans). Je me débrouille comme je peux (chaase neige , dérapage sur les bords de chemins en descente). Je déchausse si les conditions le demandent, genre descente trop pentue ou trop gelée (se pose alors le problème de marcher avec des Vitane Salomon). Et s'il y a trop de neige, j'oublie les skis et je prends les raquettes. J'ai pratiqué le ski alpin (niveau skis parallèles) mais j'ai arrété il y a 20 ans (matériel trop lourd, trop rigide). Ce qui m'interresse c'est la ballade d'une demi-journée à une journée (sac à dos avec juste ce qu'il faut).


A l'écoute de mes discours, le vendeur me conseille le modèle Eon, (plus large 83 mm en spatule) en me disant, mais il est étroit ce qui importe c'est la largeur au niveau du pied.

En plus deuxième question la longueur à choisir car nous avons un problème de poids si on peut dire puisque 63 kg pour 1,75 m et 48kg pour 1,58 m pour ma femme.



Si je reprends le conseil de Sancho dans un message de l'an dernier

sancho a écrit :

Sans rire, pour tout ceux qui veulent faire de la piste pour le plaisir de prendre l'air, oubliez les skis à écailles sans carres.
Prenez un ski juste assez fin pour rentrer dans une trace sans que ça frotte, une fix qui tient la route et une chaussure avec une coque articulée.
Pour un même effort vous perdrez peut être un ou deux km/h en montée, mais vous le regagnerai amplement en prenant du plaisir en descente.

Est-ce que à votre avis le modèle Eon (1,65 m -1,75 m -1,85m)correspond à ce conseil, ou faut-il mieux taper dans la gamme des 68 mm (1,60m pas pour tous-1,70m -1,80m)?
Pour les chaussures et fixations ce sera NNBC ou SNS selon la chaussure.

Merci d'avance
Goti
Modifié il y a 10 ans
Goti a écrit :
(…smile
J'étais parti avec l'idée d'un ski étroit 68 mm car actuellement je ne pratique que le classique avec des skis à écailles sur et hors piste(depuis 30 ans). Je me débrouille comme je peux (…smile. Je déchausse si les conditions le demandent, genre descente trop pentue ou trop gelée (…smile. Et s'il y a trop de neige, j'oublie les skis et je prends les raquettes. (…smile. Ce qui m'intéresse c'est la balade d'une demi-journée à une journée (sac à dos avec juste ce qu'il faut).

Si tu n'envisages pas de changer ta manière de pratiquer, je suis plus de ton avis que de celui du vendeur du VC : tu n'as pas besoin d'un ski large comme le EON.

Je n'ai jamais skié sur des Madshus, mais entre mes skis et ceux que j'ai pu tester grâce à srn.com, je connais bien la gamme Fischer.
Pour ton programme, je te conseillerais par exemple les OUTBACK68 (ex-OutBound).
Modifié il y a 10 ans
Bonsoir,
J'étais un peu comme toi, après 30 ans de pratique en classique je me suis équipé l'année dernière avec des Eon et des chaussures à coque 75mm.
C'est génial pour du hors-piste, spécialement dans la poudreuse et on s'amuse même sur de bonnes pentes.
Par contre sur les pistes de ski de fond c'est très différent. Le ski flotte et on a l'impression d'être en butée quand on envoie le ski (c'est peut-être plus lié à la fixation 75mm?). Ça reste très acceptable, mais quand on a eu l'habitude des skis étroit ça fait bizarre.
Si tu veux garder la même pratique je te conseille des skis plus droit/étroit que les Eon.
Modifié il y a 10 ans
Merci pour vos réponses très claires. J'avais effectivement pensé aux Outback 68, mais par contre je n'ai pas eu l'impression qu'ils en avaient en stock. J'ai un peu l'impression que c'est le modèle qui plait cette année, peut-être parce qu'il est nouveau.

En 68 mm j'ai vu des Ranger de chez Sporten (est-ce que quelqu'un les a déjà testé ?) et des Rossignol. Il faut que j'y retourne de toutes façons pour m'en assurer.
Modifié il y a 10 ans
si les outback ne sont pas dispo tu peux toujours prendre des E99 assez similaire en cote (68-55-62):le grand classique des RN depuis plus de 15ans , il est de plus leger que l'outback68.les 180 devraient aller vu ton gabarit par contre pour ta dame c'est plus delicat….
Modifié il y a 10 ans
Si c'est pour avoir un ski qui soit agréable sur piste,et qui passe à peu près en dehors du plan damé un outback 68 ou un E99 sera très bien.

Le éon est un brin trop large et trop flottant???
Sûr qu'il donnera de l'aisance en descente, mais pour l'emmener en montée ou au plat sur le plan lisse, il va falloir faire abstraction de tout le vécu en ski de fond, car on passe d'un aviron à une barque.
Et on ne peut pas demander à une barque d'aller aussi vite et aussi droit qu'un aviron.
C'est perturbant quand on vient du ski de fond de se retrouver avec un matériel flottant en montée, même s'il vaut tout l'or du monde en descente (ça on l'oublie facilement dans le premier plat ou la première bosse).
On a toujours envie d'allonger le pas, de mettre de l'amplitude pour avaler des km et c'est avec cette attitude qu'on sent que le ski semble flottant.
Si on sort le nez de ses spatules et que l'on ne cherche pas aller plus vite que la musique, un petit pas, suis un autre petit pas, ça se laisse skier, mais on ne fait plus du ski de fond mais de la vraie balade.

Pour un bon skieur en classique, le éon n'est pas si flottant que ça. Une grande partie des gens qui font du ski de fond en classique ont une amplitude gestuelle démesurément grande par rapport à leur allure. On tente de copier les bons classiqueurs qui ont la technique pour avoir cette allonge.
Les skis de fond à écailles donnent l'illusion d'une efficacité gestuelle dès lors qu'on allonge le pas. Mais ce n'est qu'une illusion: si on ne transfert pas complètement son poids du corps d'un ski sur l'autre, un ski de fond parait avancer quand on met de l'amplitude car il va droit tant qu'on est dans le rail et à peu près droit pendant 100m sur le plan lisse. Avec cette attitude, très rapidement on on rentre dans le rail car on est fatigué.
Sans transfert complet, dès qu'on allonge on ne fait pas du classique, on fait des étirements. Ca donne l'impression d'être efficace sur 100m et après on se calme avant d'avoir un claquage.
Avec un éon si on ne transfert pas complètement,on perd cette sensation d'efficacité sur 100m et on est condamné à être raisonnable et à avancer au rythme qui doit être le sien si on veut durer, et ce dès les premiers pas.
C'est mal et c'est bien.
C'est mal car quand on a essayé des skis de fond avant, on croit qu'on est devenu moins bon, donc c'est la faute du ski.
Et c'est bien car c'est le ski qui vous rappelle que vous n'êtes pas là pour rivaliser avec les sportifs du coin, mais pour profiter des sapins et du paysage.

Pour moi, l'outback 68 est un ski de transition vers un monde de promenade, il est entre le ski de fond et le SRN et il concilie des intérêts de ces deux pratiques.

Mais en toute honnêteté, quand j'observe sur les pistes ces derniers résistants qui ne sont pas des fondeurs purs et durs et qui se font mal à allonger le pas, le regard rivé aux spatules, la goutte de sueur au front, avec le goût de l'effort pour l'effort et une comptabilisation du temps de ski en km avalés: ça me fait peine et j'ai envie de leur dire de penser à prendre des vacances.
Même pour de la piste tracé l'éon est un très bon ski de promenade, mais ce n'est plus un ski de fond. Dans la promenade le but n'est pas de croiser 1000 sapins, mais de prendre au moins le temps dans apprécier un.
Avant de pouvoir se payer le luxe de se promener avec des skis de fond aux pieds, sans crispation, sans transpiration, et avec un peu de vent dans les oreilles sans misérer comme un voleur, il faut bien s'accorder 5 à 10 ans de pratique hebdomadaire en hiver en réfléchissant à sa technique à chaque sortie et en bénéficiant de quelques bons conseils avisés.
Si on ne prends pas ce temps là, on en vient à aller au ski de fond comme d'autres allaient au charbon. Le vrai ski de fond est un sport merveilleux, mais il a cette ingratitude d'être inaccessible aux gens qui ne vivent pas proche de la montagne. Pour tous les exclus de cette pratique, il faut faire de la promenade. On peut envisager de faire de la promenade avec des skis de fond ou avec des SRN.
Dans les deux cas, ce n'est pas parce qu'on baisse la tête qu'on a l'air d'un coureur, en revanche dès qu'on la relève on prends l'air d'un promeneur. Ce n'est pas parce que d'autres en ce monde semblent vouloir courir trop vite, qu'il faut se sentir niais à vouloir aller doucement.
Modifié il y a 10 ans
Pour Goti:
les sbound 112: n'ont plus rien à voir avec des skis de fond, c'est une paire de raquette qui glisse. Idéal pour toute promenade glissée en toute neige même en neige un peu croutée.
Si la neige est béton continue de sortir en raquette comme avant. Si elle n'est pas glacée ce serait de très jolis jouet à mon sens pour ce que tu décris de ta pratique.
La juste taille: jamais plus haut que le bout de tes cheveux.

Si ça t'interpelle, et que tu as l'occasion de passer par métabief: tous les lundi matin je fait essayer mon parc gratuitement. J'ai pas de sbound 112 en test, mais de l'annum qui est comparable.
Dans tous les cas tant qu'on a pas essayé des skis larges il est difficile de se faire une idée.
Et il est toujours mieux d'essayer avant d'acheter.

Modifié il y a 10 ans
Si ça t'interpelle, et que tu as l'occasion de passer par métabief: tous les lundi matin je fait essayer mon parc gratuitement. J'ai pas de sbound 112 en test, mais de l'annum qui est comparable.
Dans tous les cas tant qu'on a pas essayé des skis larges il est difficile de se faire une idée.
Et il est toujours mieux d'essayer avant d'acheter.

bonsoir
Et ces annum en test, ils semblent etre dispo qu'en écailles ?

En fait j'envisage tres prochainement un raid jurassien mais plus au sud peut etre le Mont Tendre/La Pesse…et donc Metabief c'est un peu loin surtout quand le temps est compté

J'espere qu'on trouvera à louer en fart/peaux car j'ai le souvenir d'une mauvaise glisse en descente légère avec les écailles
Modifié il y a 10 ans