comment définir le SRN ?

talonlibre a écrit :
Bonjour N75,

La page telemark d'Andrew Shoes n'affiche effectivement rien.


Tiens ?
Je pense que c'est du au fait qu'ils viennent de refaire leur site et que certaines pages ne sont pas encore remplies . En tout cas, comme ils ont réservé une page au TLK , ça ne veut pas dire qu' ils abandonnent cette activité .
Je connais quelqu'un qui leur a passé une commande récemment ; ca n'a pas été évident : nombreux échanges de mails y compris en anglais et en italien . Ils sont meilleurs cordonniers que commerçants ! et c'est bien dommage …
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
Depuis le temps qu'on lui écrit des lettres, j'aurais tendance à dire que le père Noël du SRN est un peu un fumiste.
S'il se réveille un jour, je passe commande pour au moins une trentaine de paire, voir même plus s'il daigne s'intéresser aux enfants et adultes qui chaussent moins de 38 et qui pourraient avoir de l'intérêt à pratiquer du SRN.



Là , mon Sancho , je te trouve un peu injuste : Il y a encore peu de temps , on ne trouvait strictement rien pour les gosses . On trouve a présent dans la petite boutique des fix Xtrace pour les enfants , ce qui est une très bonne alternative a la norme 75 . En tout état de cause c'est une solution pratique qui évite de changer les pompes de la chère petite tète blonde chaque année : suffit de régler la fix pour l'adapter . Combinées à des hok petit modèle ça me semble une super solution pour initier des gamins au SRN , non ?
Modifié il y a 5 ans
JeromeGre a écrit :

Je rajouterais également l'esthétique.
Il faut du style et de l'élégance, ce qui exclut les skis (trop) courts.
10 cm de plus que soi, c'est un bon critère pour une silhouette équilibrée.
Moins que la taille, ça fait patinette de non-skieur.
:-D :-P

Ça me semble bien catégorique tout ça Jérome.
Je suis assez d'accord, pour dire que dans les plaisirs du ski on peut intégrer une: entre guillement "certaine forme de démarche artistique" qui tend vers du style et de l'élégance.
Maintenant chacun a le style et l'élégance qu'il peut en fonction de son niveau, du terrain dans lequel il évolue et du matériel qui correspond ou pas ce niveau.
10cm de plus, je ne suis pas forcément d'accord, ça dépend de plein de paramètres: poids du skieur, qualités du ski (dans sa conception: nerf, matériaux, glisse, accroche…smile , terrain de pratique, qualité de la neige et bagage technique du glisseur
Je crois qu'un hok peut s'avérer être dans certaines conditions de neige et pour certains publics: un excellent outil pédagogique pour apprivoiser ou réapprivoiser la glisse en SRN.
Je pense qu'il serait intéressant que le père Noël de l'ANCEF, se penche un peu sur les intérêts d'un hok, pour une partie des publics qui fréquentent ses centres et qui se sont réfugiés dans la raquette.
De plus le matériel est ré-exploitable pour tous les scolaires avec une hagan X-trace. Combien de fois j'aurais apprécié être sur des hok plutôt qu'en raquette avec des publics jeunes. :-) :-) :-)
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
Combien de fois j'aurais apprécié être sur des hok plutôt qu'en raquette avec des publics jeunes. :-) :-) :-)

Ou en ski de fond !

Réflexion de mon petit fils (11ans) après un après-midi à Pessade (joli petit centre de fond du Puy de Dome) : Dis, c'est quand qu'on va faire du VRAI SKI à Super Besse ?

Avec des Hok, nous serions allés dans des pentes plus soutenues et comme il y avait 20 cm de fraiche, ils (lui et son frère) se seraient éclaté :-)
JMC
Modifié il y a 5 ans
félicitations aux poètes des premiers messages.

pour ce qui est du matos pour les gosses, peut être est-il possible de partir de ski alpin enfant légers, intégrer des peaux de phoques (façon hok, entre autres), montées de x trace, ou encore de ça :

http://www.ericphilips.com/gear-design.html

(facilement bidouillable, des plans sont fournis sur le site)


accompagnés d'une paire de bottes à neige, le matos peut suivre l'enfant durant plusieurs hiver sans broncher.

au sujet d'andrews, il m'était arriver de les contacter il y a quelques années,
leurs prix n'étaient pas du tout prohibitifs, (un peu moins cher qu'une antarctic pour un modèle équivalent
ils indiquent sur leur site que ce sont des artisans et que les adaptations et retouches sont possible.

du coup, il se peut qu'ils répondent à une demande collective (quid de l'organisation de ce collectif)
de mon côté, un modèle type svartisen (la boucle micrométrique du coup de pied me suffirait) avec une semelle en cousu norvégien (+ solide et ressemelable), un chausson intérieur, et une guêtre intégrée (comme la première génération de svartisen) me comblerait
en espérant que cela soit envisageable à un poids pas trop éloigné de la svartisen

(grand hors sujet, certe)
Modifié il y a 5 ans
Je serai moins "matérialiste" que vous, car j'ajouterai surtout "l'esprit" dans lequel le pratiquant va taquiner la neige. :roll:

Suivant comme elle est je n'ai pas du tout le même matériel …

Neige poudreuse ou molle, ce sera en ski de rando large équipé de chaussures NNN BC, suffisantes pour le relief du Forez.

Et si la neige porte, une belle neige de printemps qui enfonce juste de 2 cm, c'est en ski de skate, équipé de fixations de rando, pour le confort et le pratique des chaussures adaptées, lors des pauses ou d'éventuelles marches.

Et filer sur les plateaux en voyant défiler le paysage, en choisissant le cheminement de sa piste, en tournant autour des petits fayards ou pins, tout noueux comme les doigts d'un grand-père, torturés du vent des Hautes Chaumes, jouer avec les combes, les "half-pipes" naturels, tout le micro relief qui n'existe plus sur les pistes de fond ultra rabotées, c'est fabuleux … 8-)

Et avec les skis plus traditionnels, pénétrer l'intimité d'une forêt dont les branches sont guirlandées de neige fraîche, dans une ambiance feutrée, une nature presque figée, a un côté intimiste qui donne l'impression de se retrouver presque comme une composante de la nature, plus comme un intrus … :-o

Et dans tout ça, pour en retirer la quintessence, on se pose, on arrête de respirer ou presque et l'on a devant soi un moment d'éternité à savourer sans modération. :-D

On est arrivé à la doctrine Rabelaisienne de "rompre l'os et sucer la substantifique moelle …" :-P

Ou encore au Carpe Diem … Tout un programme … :-P

Finalement ski de rando et philosophie de la vie, même combat ! :lol:

Ca devrait être remboursé par la sécu tient … :roll:
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
…. Combien de fois j'aurais apprécié être sur des hok plutôt qu'en raquette avec des publics jeunes. :-) :-) :-)


Note bien, mon Sancho que ça doit pouvoir marcher aussi avec un public de vioques !
Mais, je m'égare, je m'égare ….
Restons dans l'air du temps : place aux jeunes :-D :-D
Modifié il y a 5 ans
Là , mon Sancho , je te trouve un peu injuste : Il y a encore peu de temps , on ne trouvait strictement rien pour les gosses . On trouve a présent dans la petite boutique des fix Xtrace pour les enfants , ce qui est une très bonne alternative a la norme 75 . En tout état de cause c'est une solution pratique qui évite de changer les pompes de la chère petite tète blonde chaque année : suffit de régler la fix pour l'adapter . Combinées à des hok petit modèle ça me semble une super solution pour initier des gamins au SRN , non ?

Je suis d'accord avec toi pour les enfants, et j'ai déjà commencé à prospecter pour récupérer des anciens salomons XADV pour les équiper de hagan. Je préfère voir des mômes sur des skis écailles que sur des Hok. Le but est plutôt d'optimiser les qualités de glisse du ski, sachant qu'à cet age là, ils n'ont que peu de crispations à l'idée de tomber quand ça glisse.
Après quand je fait des sorties avec des adultes qui sont tous en svartisen, ça me fait un peu cric de refiler les skis des gamins à la petite dame qui chausse 37 ou moins.
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
ça me fait un peu cric de refiler les skis des gamins à la petite dame qui chausse 37 ou moins.

Tu lui dit qu'elle a les pieds de cendrillon : elle sera tellement contente qu'elle se rendra pas compte que tu lui as refilé les lattes des pt'its Ou si jamais ça lui pose problème, dis lui que tu as un pote qui chausse du 42 et qui est vachement content de ses skis en 140 .

Sais pas si t'as vu mais il en est repassé récemment une paire de micro Xadv sur le bon coin
Modifié il y a 5 ans
forez a écrit :
Je serai moins "matérialiste" que vous, car j'ajouterai surtout "l'esprit" dans lequel le pratiquant va taquiner la neige. :roll:

Suivant comme elle est je n'ai pas du tout le même matériel …

Je suis pleinement d'accord avec toi, sur tout le paragraphe magnifiquement écrit, qui parle de tous ces petits bonheurs du SRN (cadre enchanteur, et plaisir d'imprimer sa trace dans ce décor en se jouant des reliefs)
Maintenant ce n'est pas à mon sens, être trop matérialiste que de chercher le compromis matériel, qui permet au plus grand nombre d'accéder à ces montagnes de bonheurs.
D'ailleurs je note que tu ne choisis pas le même matériel en fonction de la neige.
Nous avons l'un comme l'autre, un bagage technique de fondeur suffisant pour nous permettre de savourer ce décor sur du matos ultra light.
J'ai bossé pendant 7-8 hivers en SRN, sur du matos trop léger pour ne pas être une source de crispation pour les clients. Pour moi, la peur de la chute, les efforts inhérents à la crispation, la fatigue des chutes et des relevages… me semblent beaucoup trop gâcher l'ambiance et la beauté du paysage, pour se priver d'un matos qui élimine bien des soucis à mes clients.
Aujourd'hui j'ai toujours autant de plaisir sur piste en skate ou en classique sur mes allumettes de course, pourtant je n'abandonnerais pour rien au monde un vector ou un annum, pour un matos plus léger, dès lors que je sors du terrain damé.
Un vector est à des années lumières d'un ski de classique à farter, et même d'un ski fin de SRN, en matière de rendement au plat ou en montée, Pourtant pour moi, il offre d'énormes perspectives de plaisirs simples en glisse à la descente, qui sont à même de largement compenser son poids et son rendement.
Le gain de plaisir dans les pentes forte, je n'en parle pas c'est une évidence. Mais dans les pentes faibles ce genre de matériel change considérablement la lecture des plaisirs dans le terrain, tout autant pour ma pratique personnelle, que pour celle que j'ai envie de partager avec mes clients.
Je t'invite volontiers à venir essayer.
Modifié il y a 5 ans