Des skis à sa taille ?

jacques : "J'ai réussi à la mettre deux fois sur un kayak, pas trois.
Deux fois sur des rollers, tétanisée, pas trois.

Bon c'est un problème de chiffres .

Tu connais la blague d' A Allais " Echangerais femme
de 40 ans contre 2 de 20 "

…Ce a quoi Marquise peut légitimement répondre :
"Echangerais homme de 60 ans contre trois de 20 " …

Bref …à nos ages , sur certaines pentes, on vit des
moments difficiles …Surtout quand on voit des petits
jeunes qui filent comme des fusées …

T'as pensé à lui faire essayer le kite . Vu son poids
je pense que 2m carrés de voile suffiraient S^i
Modifié il y a 9 ans
Robert a écrit:
TOUT A FAIT ! Mèmes skis !
C'est quoi la photo ? Une bande de potes qui font
pipi en cercle dans la neige ? Une bande d'assoiffés
qui guette si la bouteille d'apremont est bien fraiche ?
Des chasseurs de phoques ?

Pas de délire sur l’acidité des urines ou la consommation de vin sur la banquise, Robert :lol:

Il s’agit d’un trou de phoque ! Après avoir vu l’ours, nous avons vu au loin le phoque qui a plongé rapidement bien sûr .
C’était sur la banquise, côte est du SPITZBERG, en avril 2007 :
Les skis et chaussures étaient fournis par Grand Nord Grand Large, qui en possédait en différentes longueurs, mais toujours courts par rapport à la taille.
Les peaux étaient pleine longueur vissées aux deux extrémités .
Effectivement, ils passent facilement les obstacles sur la banquise, par contre certains avaient tenté un petit sommet un soir, il y a eu quelques belles chutes dans la descente avec les bottes SOREL aux pieds …

Cependant, si je retourne dans le SAREK, je ressortirai probablement mes vieux FISHER EUROPA 99 de 180 cm que j’avais dans les années 93 , la glisse était quand même meilleure !
Modifié il y a 9 ans
En parlant du Spitzberg, les températures sont descendues jusqu'à combien?
Et pendant la nuit, pour les bivouac, combien faisait-il?
Modifié il y a 9 ans
moins 20° à moins 25° , tout à fait supportables sans vent, à condition de faire attention à superposer ( et enlever ) les couches de vêtements adaptés de façon rationnelle .
Assez peu de différence entre températures diurnes et nocturnes en avril.

j'ai rencontré cet hiver un skieur qui avait fait le même parcours ,la même année,les deux dernières semaines d'avril après nous, ils avaient eu plusieurs bivouacs à moins 30°, et des tempêtes plus longues, bloqués dans la tente beaucoup plus longtemps, et obligés de s'encorder pour aller enlever la neige qui enfouissait la tente au fur et à mesure , donc on peut tout avoir comme conditions .

Lorsque les tempêtes ou le vent violent étaient là, j'ai surtout peiné sur la perte de la sensibilité des doigts au froid lors des courtes pauses en journée : mon sac à vent n'était pas encore bien au point, les chaufferettes de mains ne démarraient pas…, le temps d'enlever les grosses sur moufles pour ouvrir la thermos, je ne sentais plus rien malgré les sous gants .

En parlant des couches, je m'étais fiée au livre de Marc BREUIL,qui conseillait une veste coupe vent large pour pouvoir l'enfiler sur la doudoune, et je l'ai regretté :
lorsque la tempête est là, et qu'on s'arrête le soir le temps de quitter la veste coupe vent pour mettre la veste chaude, puis remettre le coupe vent dessus, on a vite fait de resssentir un froid intense qui perturbe le début de la mise en place du camp .

Depuis , j'ai changé , et récupéré une veste synthétique beaucoup plus large, à capuche bien sûr, ainsi qu'un sac à vent mieux dimensionné ,qui peut faire sac à WC aussi. ;-)
Modifié il y a 9 ans
En parlant des couches, je m'étais fiée au livre de Marc BREUIL,qui conseillait une veste coupe vent large pour pouvoir l'enfiler sur la doudoune, et je l'ai regretté : lorsque la tempête est là, et qu'on s'arrête le soir le temps de quitter la veste coupe vent pour mettre la veste chaude, puis remettre le coupe vent dessus, on a vite fait de resssentir un froid intense qui perturbe le début de la mise en place du camp . Depuis , j'ai changé , et récupéré une veste synthétique beaucoup plus large, à capuche bien sûr, ainsi qu'un sac à vent mieux dimensionné ,qui peut faire sac à WC aussi. smile
Je serais intéressé, et sans doute d'autres aussi, par la description de ton équipement corrigé.
Modifié il y a 9 ans
voilà, malheureusement peut être réservée aux petites tailles :
j'ai utilisé la veste EIDER PUFFLIGHT jacket en primaloft taille XL , environ 500 grammes, achetée chez Expé fin 2008 : elle recouvre mon GORETEX ( à ma taille ) , mis éventuellement par dessus une SOFTSHELL (à ma taille) ( je ne peux pas mettre le lien, elle semble avoir disparu de leur catalogue ):
avantages: veste synthétique , pas trop volumineuse, pas trop lourde,peut être portée dans le sac de couchage s'il fait très froid, peut être mise très rapidement en s'arrêtant ,sans avoir à enlever une couche.
inconvénients : dos à peine assez long pour moi en XL !, capuche sans cordon ( mais en général j'ai déjà pas mal de couches sur la tête qui la font tenir), zip unidirectionnel d'aspect fragile,  probablement insuffisante pour le très froid
découvert en Islande cet hiver : lors des tempêtes, la neige soufflée peut rentrer à l'intérieur d'une SOFTSHELL, se transformer en glaçons très difficiles à enlever à la brosse, la nuit la SOFTSHELL se rigidifie par le gel , autant elle est agréable lors de l'effort, autant elle est pénible à endosser le matin quand il fait bien froid , je ne sais pas si je la reprendrai en conditions difficiles .
les autres participants n'avaient qu'une veste en GORETEX et une doudoune, pas de SOFTSHELL( c'est vrai qu'elles pèsent également ! )
Je crois que je reviendrai à cette combinaison pour le très froid , et que je garderai le SOFTSHELL dans des conditions plus favorables ( mais cet avis est peut être lié à la qualité moyenne de ma veste SOFTSHELL)
(edit : petite taille de police pour inconvénients non voulue, impossible à corriger …smile
Modifié il y a 9 ans
lynx18 a écrit :
découvert en Islande cet hiver : lors des tempêtes, la neige soufflée peut rentrer à l'intérieur d'une SOFTSHELL, se transformer en glaçons très difficiles à enlever à la brosse, la nuit la SOFTSHELL se rigidifie par le gel , autant elle est agréable lors de l'effort, autant elle est pénible à endosser le matin quand il fait bien froid , je ne sais pas si je la reprendrai en conditions difficiles .
(edit : petite taille de police pour inconvénients non voulue, impossible à corriger …smile
Ils ont changé l'éditeur BBcode pour un éditeur Xhtml, et celui-ci a quelques bogues.
J'ai comme cela des problèmes avec celui de Joomla. Fréquemment je ne m'en sors qu'en allant éditer le code source html, qui est accessible ici par le bouton "html".
 
Ce qui m'intrigue, et que je voudrais comprendre, est le mode d'entrée de la neige soufflée dans la veste dite "softshell". Par le col ? Par la taille ?
J'avais un inconvénient du genre, bien moins dramatique puisque c'étaient deux sorties à la journée depuis un foyer : une parka genre veste de relais, ouatinée à l'intérieur, enduit imper en tissu externe, avait pris bien de l'humidité et de la neige sur le ouatinage, sous la taille. Mais les reponsables étaient mes gadins dans la neige mouillée. Le vent n'était pas tel, et surtout le nuage ne donnait pas de précipitations. Juste assez dense pour faire tout gris, contraste epsilon, et que je voie davantage mes opacités flottantes dans l'humeur vitreuse de l'oeil, que le terrain estompé.
La solution trouvée, mais qui n'a pas encore été testée sur le terrain, a été de siliconer légèrement la moitié basse de la doublure. Comme j'ai aussi élargi l'avant du col, pour que cette veste de relais abrite mieux un vêtement précédent, j'ai éventuellement aggravé sa vulnérabilité à la neige soufflée.
Problème difficilement soluble par grand froid : la glace due à la respiration condensée, barbe, moustache, vêtements, masque…
Que l'entrée de la neige soufflée soit par la taille, le col s'il n'y a pas de capuchon, ou qu'il est rabattu, ou autour du visage, entre visage et capuchon, il me semble que du jersey élastique devrait résoudre le problème, mais j'ignore où on en trouve, ni pour quel prix et quel poids.
Modifié il y a 9 ans
lynx18 a écrit :
… ainsi qu'un sac à vent mieux dimensionné ,qui peut faire sac à WC aussi. ;-)
Merci d'avoir attiré mon attention sur le problème récurrent du pipi-room féminin. Non limité aux sorties à skis.
Une mémorable photo sur RL, avait mis en évidence qu'un poncho est un pipi-room d'une discrétion irréprochable. Même sous la pluie, même avec du vent.

Je vais bien finir par faire rentrer dans ma caboche que même quand il n'y a pas de risque de pluie, et même en sorties à la journée en lieux non désertiques, il faut au moins un poncho ou une pélerine large, pour cet usage. Ou un vindsekk pour une sortie en skis ou raquettes. Même en sorties à la journée…

L'humeur et le sort de ma compagne en seront modifiés, en bien. Ahurissant qu'il m'ait fallu si longtemps à comprendre quelque chose d'aussi simple…

Et c'est tous les deux que nous avons été frigorifiés par le vent, sur la crête entre pic de Bote et Crêt de la Perdrix. Le vindsekk, ou un abri équivalent (bâche inclinée en monopente, par exemple), auraient changé les conditions de la halte casse-croûte.

J'ai tenté la manip, si deux ponchos assemblables par boutons-pression remplaceraient le bothy-bag. Négatif dans l'ensemble. Assez bon au vent, infect à la pluie, et au blizzard. Et il faut les assembler à l'avance, à l'abri. Pas question quand on en a besoin sur le terrain.
Modifié il y a 9 ans
Jacques a écrit :
Que l'entrée de la neige soufflée soit par la taille, le col s'il n'y a pas de capuchon, ou qu'il est rabattu, ou autour du visage, entre visage et capuchon, il me semble que du jersey élastique devrait résoudre le problème, mais j'ignore où on en trouve, ni pour quel prix et quel poids.
J'ai trouvé la solution sans l'avoir cherchée explicitement :
du tissu à collants de danseurs, riche comme tout en lycra (20%).
Très ventilé, très élastique.
http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item;=370304513733&ssPageName;=STRK:MEWNX:IT
Il ne lui reste plus que trois mètres en stock, du reste.

Je vais l'utiliser pour faire le soufflet de bas d'une softshell D4 soldée, belle qualité et bonne accessoirisation, mais une taille trop grande, donc bas assez béant.
Je vais peut-être même utiliser le même tissu pour faire le capuchon avec masque bas. Excellent aussi pour faire le passe pouce.
Modifié il y a 9 ans
Jacques a écrit :

Merci d'avoir attiré mon attention sur le problème récurrent du pipi-room féminin. Non limité aux sorties à skis.
.

Peut être faudrait il ouvrir un post spécial "pipi-caca" pour une meilleure " lisibilité" du forum??

ça n'a l'air de rien, mais il y en a des choses à dire et à tester, surtout par grand froid très venté :

par exemple comment réussir à réinstaller correctement
( avec les doigts insensibles malgré les sous gants )
les 4 couches du bas, alternées une par une sur les trois couches du haut sans se glacer le ventre en cas de tempête au froid , avec éventuellement un baudrier sur le ventre et plusieurs représentants de la gent masculine qui se gèlent en vous attendant :-D ?
Modifié il y a 9 ans