Intérêt des rehausses en SNR?

le pro cale revient à la charge.
Pour des grands gabarits ou pour des ptits nerveux de la glisse, qui des fois s'emballent sur de la grosse prise de carre sur neige dure (et c'est possible Jacques je te le promets): les fixations, et la visserie norme 75 sont à mon avis, le talon d'achille du matériel.
En SRN je n'ai pas beaucoup skié en norme 75 jusqu'à présent.
Mais j'ai eu vent de roteffela qui se fragilisaient jusqu'à rupture, juste sur le fait de la dureté du plastique d'une T4, les étriers sont fin et léger, et le plastique dur.

La fixation est plus large, elle déborde du ski, les forces qui travaillent sur les 3 petites vis sont vraiment conséquentes.
En télémark sur du matériel entre guillemets plus résistant:
une chili arrachée,
deux g3 ascent étriers fendus dans la longueur en moins en une saison.
une g3 cassée sur la bande qui recouvre le dessus du bec de canard.
Une paire de 7tm revendue à un ami, qui en a arraché une et cassée l'autre en trois sorties.
Quand le matos lache dans une entrée de couloir ou à plus 70km/h sur une piste avec du monde autour et des lignée de canon à neige sur les bords, ça fait souci.

Dans le boulot en SRN, il m'est arrivé plus d'une fois d'avoir de la casse imbricolable au milieu de nulle part sur des grands gabarits, et de finir l'étape en trotinnette à la place du client.
C'était principalement de l'arrachement avec de la casse sur des modèles xadv ou nnn.

Cette année avec un parc en norme 75, je me balade avec une paire d'étriers de rab dans le sac à dos, c'est mon vécu de tk qui me transforme en mulet aux cheveux blancs.

Je suis pro cale pour des questions de moment de force qui à mon sens améliorent prises de carres, et du coup conduite et freinage.
J'ai monté les skis que je mets aux pieds des clients avec des cales, car convaincu que ça aide en descente.
Mais si la cale accroit le moment de force, elle augmente de concert les forces qui travaillent sur l'étrier et la visserie.
Le plastique n'est à mon avis pas assez solide, à l'usage les vis de l'étrier peuvent prendre un peu de jeu, et il y a matière à tout arracher fix+cale, ou à trop solliciter avec un peu de jeu, la faible épaisseur de métal de l'étrier jusqu'à rupture.(arrachement de fix sans la cale jamais vu, mais j'ai du mal à concevoir)
Qui dans les inconditionnels de la norme 75 n'a jamais eu à revisser un étrier?
Quand tu skies sans t'en apercevoir, avec un étrier qui n'est pas visser à fond, tu travailles les trous des vis, tu peux remmettre de la colle, mais le mal est fait.

Après faut relativiser en fonction du poids du bonhomme et de sa façon plus ou moins aggressive d'engager dans le pentu.
Pas trop dans le boulot, mais dans ma pratique perso, je me rangerais dans une catégorie petit gabarit décérébré au ski un tantinet engagé, mais ce qui peut valoir en termes de fragilité de matos chez le petit nerveux, peut aussi faire loi chez un plus grand au style de ski plus débonnaire.

Régis en a déjà cassé trois, il met la faute sur des pulkas trop lourdes.
Moi je prétends qu'une pulka n'a pas à être trop lourde pour une fixation.
Trop lourde pour le bonhomme qui la tire et transpire c'est une chose, mais en plus si pour tout salaire de sa peine, il doit se geler les mains au fin fond de la laponie avec un tournevis pour bricoler ses breloques, c'est pas cool.

C'est toujours le même problème côté matos dans le SRN et le TK: pas assez populaire, pour qu'il y ai vraiment de la recherche de développée par les fabricants.
Quand on voit le prix du bout de métal qui pince en trois points, qu'on sait depuis quand le modèle existe, et qu'en plus ça casse, ça me fait peine.
Côté ski, ça évolue quand même, en tapant dans le travail de recherche pour l'équipement des vainqueurs de la pierra menta, on a un peu allégé la valeur sure en noyau bois de grand papa.

A plus, c'était la contribution du soir de sancho pro cale, mais dépité de la fragilité du duo cale fix.
Modifié il y a 8 ans
Effectivement, devoir se ballader avec un étrier en rab
"au cas ou " ou constater qu'une voilé se fend au milieu de
nulle part , c'est pas bien normal …On peut admettre
l'absence de controle qualité sérieux pour du matériel
a usage courant …Ce qui est regrettable c'est qu'aucun fabricant ne propose ( mème a un prix plus élevé ) des modèles garantis pour usage intense ayant fait l'objet
d'un controle qualité sérieux . Le fait que la fix de Régis
se soit fendue montre a l'evidence que le métal présentait
un défaut , sans doute indécelable a l'oeil nu, mais qu'un
controle poussé aurait certainement décelé .
La visserie c'est effectivement un autre problème, manifestement pour les fabriquant de ski c'est à la marge
et pour le fabriquant de fix , c'est à la marge aussi …
Utilises tu des inserts ? Tu as des retours d'expérience
sur ce point ? J'utilise ça presque systématiquement parce
que j'aime bien pouvoir changer de fix . A chaque fois j'évite de serrer trop fort pour ne pas bouziller le filetage et je mets un peu de colle (légère) pour éviter
les dévissements .
J'ai entendu dire que certains inserts étaient concus pour traverser carrément tout le ski et affleurer la
semelle , tu connais ?
Modifié il y a 8 ans
Comme Sancho, les câles de réhausse me paraissent indispensables pour skier le talon libre, y compris en SRN (10 à 20 mm maxi).
Le skieur transmet mieux ses appuis aux skis en telemark comme en technique parallèle ou en stem. Cela est utile, ne serait-ce que dans un chemin délicat bourré de traces de raquettes regelées.

Par contre, je n'ai jamais rien cassé en telemark et pourtant je ne suis pas un petit gabarit… et même si avec les années, je suis plus calme, je ne pense pas me traîner sur des skis, mais tout est relatif!

Par contre, je vérifie régulièrement mes vis (j'en ai une qui s'est desserrée il y a peu et monte moi-même mes skis, avec les vis adaptées à la structure). Cela dit, il est logique de partir avec une fixation de dépannage et de quoi bricoler sur un long raid, car finir à cloche-ski, c'est plutôt physique.

Petit marché, petits développements…

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 8 ans
talonlibre a écrit :
… Cela dit, il est logique de partir avec une fixation de dépannage et de quoi bricoler sur un long raid…
Les Telebulldog casseront bien après les tibias, après les genoux, après les chevilles. C'est bien ce qui m'a épouvanté, après les avoir posées…
Modifié il y a 8 ans
Je n'ai jamais eu d'inserts en SRN; par contre j'ai une paire de k2 en TK qui en dispose.
Moins précautionneux que talonlibre, j'ai laissé faire les pros au magasin qui m'ont vissé les fixations, sans mettre ni colle ni frein filet à mon avis.
Rapidement ça a pris un peu de jeu, une fois que le taraudage de l'insert a travaillé t'es marron à mon avis.
Je pense que le frein filet n'est pas suffisant, mais une bonne colle doit constituer, sur un insert un compromis solidité optimal.
Je ne sais pas s'il est possible de changer un insert, mais j'en doute.
Sur les inserts usés j'ai skié un bon moment en revissant à chaque sortie.
Après le modèle de K2 dont je dispose, a toute une lignée d'inserts pour pouvoir monter sa fix plus en avant ou en arrière de l'équilibre selon ses gouts.
Du coup j'ai changé la position de la fix, et collé les vis.
Seulement deux sorties depuis, et j'ai peu de temps en ce moment pour mettre ça à rude épreuve.
Mais je crois que ça ne devrait plus bouger, en tout cas j'espère
Modifié il y a 8 ans
Je reviens sur la question de l'arrachement des fixations:

Sans cale je pense qu'on accroît les possibilités d'arrachement. Les 3 vis de la fix N75 sont assez proches, et en fonction de la densité du noyau du ski, ça peut tirer assez fort sur les vis.
Avec la cale on réparti sur 4 vis beaucoup plus distantes les unes par rapport aux autres, ce qui me fait dire que ce sera plus difficile d'arracher une cale d'un ski, qu'un étrier directement vissé dans le ski.
Même si en réhaussant, on accroît les forces qui jouent sur les vis de l'étrier, il me semble que j'aurais plus facilement confiance à tirer sur des vis plantées dans une cale en plastique dur, que sur des vis plantées dans un noyaux d'une composition mystérieuse et certainement moins dense.
Je ne sais pas si la nature de ces explications est claire pour tout le monde, mais auquel cas, pour ceux que ça intéresserait, je veux bien réexpliquer différemment.
Modifié il y a 6 ans
ça me semble fort clair, en revanche sur mes chili, les vis "traversent" la cale et se plantent dans le ski… Il n'y a pas d'autres vis sur la cale.
Modifié il y a 6 ans
Alors dans le cas de tes Chili, Tonetroope, la cale de réhausse ne peut que renforcer les possibilités d'arrachement.
En SRN ça ne me fait pas trop peur.
Mais franchement, ya des ingénieurs qui me foutent un peu les nerfs en matière de SRN ou de TK.
Je fais 65 kg tout mouillé, ça pèse quand même pas lourd.
A titre perso en tk où ça peut aller bien plus vite qu'en SRN, j'ai déjà fini une fois sur le billard pour une 7tm qui a déchaussé sur un simple virage, alors qu'elle était tendue à bloc.
J'ai pris un vol sans conséquence à près de 70 km/h sur piste pour une G3 qui a explosé sans raison après moins de 10 sorties (en l'air t'es juste un pantin qui plane à mach 12, et qui n'a touché fort heureusement ni autres skieurs, ni canon à neige: merci la providence)
Et j'ai arraché une chili dans un couloir, qui donnait vraiment pas envie de tomber et qui était bien trop loin de l'endroit où j'étais garé.
Ca fait plus de deux ans que je suis pas remonté sur mes TK, j'ai guère de temps pour ça, mais faut bien dire que la fiabilité du matos m'a aussi un peu passé l'envie.
Modifié il y a 6 ans