Le Telemark, du virage à la galère

il faut apprivoiser cette liberté et accepter de passer pas mal de temps au sol, cela aide à se rendre compte que le sol n'est pas si inhospitalier qu'on le crois, cela aide aussi à essayer de nouvelles choses que l'on peut estimer "risquée" si l'on n'a jamais goûté de sa truffe ou de son séant la douce poudreuse.
la démystification de la chute est probablement une des clés de l'apprentissage (hors secteur vraiment pentu et/ou verglacé)
Modifié il y a 10 ans
ma contribution sur ce post:
j'ai appris cette saison le virage télémark en faisant de la piste sur Super Besse( il n'y avait que là ou se n'étais pas trop glacé en Janvier donc très peu de rando cette année)ça vient vite en deux jours mais j'ai les annum et scarpa t4 qui m'aident beaucoup, la conduite du ski et la prise de carre est bien supérieur en coque plastique que en chaussure cuir. Hier dans la soupe, j'avais mis mes crispi cuir (idéal en plateaux) et j'ai vite été changer contre les t4, le reste de l'aprem.
J'ai un coté qui tourne très bien et je peux faire des virages coupés très vite, tandis que l'autre j'ai du mal à garder la position.
Sur les grandes plaques de verglas par contre, je suis plus prudent et tourne en alpin. L'expérience de l'alpin antérieure m'aide bien dans ce cas là pour la prise de carre(rentrer le genoux aval) et aussi flexion, extension, planté de bâton ,dans les pente très raide.
Voila vive le talon libre ,le ski qui n'a pas étais inventé pour passer à la caisse des redevances. ceci dit et comme le disais Sancho, c'est très plaisant de profiter des remontés mécanique pour aller fleurter avec le freeride sur le bord des stations avec nos ski passe partout ,on a une liberté à nul autre pareil
bonne fin d'hiver
Modifié il y a 10 ans
Je pense que mes chaussures Salomon vont bien pour du tout terrain, mais qu'elles ne sont pas faites pour le télémark sur pistes, même faciles.

Comme toi, je tourne en alpin. Je me sens à l'aise sur des pentes faciles et je suis obligé de me forcer pour prendre l'attidue télémark.

Mais hier, en haut de la rouge du Ferrand Nord à 11h du matin, donc encore gelée (tu dois connaitre puisque tu fréquentes SB)je n'ai pas pu tourner et je suis descendu en dérapage.

Bon ski (la neige revient) !
JMC
Modifié il y a 10 ans
gervais a écrit :
j'avais mis mes crispi cuir (idéal en plateaux) et j'ai vite été changer contre les t4, le reste de l'aprem.
J'ai un coté qui tourne très bien et je peux faire des virages coupés très vite, tandis que l'autre j'ai du mal à garder la position.

Quel modèle de Crispi ?
Pour le coté qui tourne très bien et l'autre nettement moins bien …T'es pas tout seul !Je sais pas s'il y a
une recette pour corriger ça …
Modifié il y a 10 ans
entre crispi svartisen et t4 grosse différence de conduite de ski mais ça se travail
Modifié il y a 10 ans
Salut Ducky,

En venant du ski alpin, j'ai du aussi apprivoiser les réflexes.

Le petit auto-conseil qui m'a aidé et m'aide encore, c'est "appuie sur le ski intérieur!"

l'habitude est tellement encrée de charger le ski extérieur que le concept d'appui "équitable" est déformé, dans ma perception tout au moins.

Pour revenir sur l’intérêt du virage télémark, il est pour moi tout à fait égoïste. (je me moques un peu du fait qu'il soit beau ou pas, surtout en imaginant la gaucherie que je dois afficher dans le domaine)
Il permet de tourner avec du matériel bien plus léger et moins contraignant.
Avec une vision un peu différente de celle de Robert, j'ai l'impression qu'en alpin on impose fortement la position aux skis, alors qu'en télémark on la propose, on la suggère.
La relation avec la neige est plus subtile et passe en permanence par les 2 appuis.

Bon courage et bonne glisse!
Pierre
Modifié il y a 10 ans
grandsteak a écrit :
la démystification de la chute est probablement une des clés de l'apprentissage (hors secteur vraiment pentu et/ou verglacé)

J'ai (trop) bien compris ça de mon côté et du coup, le pendant, c'est que j'ai le sentiment de ne pas assez m'appliquer pour rester debout même dans des situations où je ne devrais pas tomber… Faudrait p'ête éviter l'addiction au gout de la neige et viser le juste équilibre (c'est le cas de le dire) entre la démystification de la chute et la volonté de tenir debout !

Sophie
Modifié il y a 10 ans
ducky63 a écrit :
Bonjour,
J'ai acheté l'excellent livre de Lionel Condemine "Le Telemark, du virage à l'élégance" et ce matin, j'avais décidé de mettre en pratique ses conseils sur les pistes du Mont Dore et de Super-Besse.

Quelle déception !

Je n'arrive pas à me défaire de mes habitudes de skieur alpin moyen : ski amont en avant, jambe aval raide.

Impossible de tenir la position, non, l'attitude de base parfaitement décrite dans le livre, avec la jambe aval fléchie, ski amont en retrait et talon levé, poids du corps également réparti.

Dès que j'essaie, c'est la perte d'équilibre, oscillations avant arrière, je me rattrape avec le bâton amont et instinctivement, je reprend l'attitude ski amont en avant.

Bref, la galère !

Avez-vous eu le même problème que moi et avez vous réussi à vous corriger ?

Même histoire en tout point et mêmes soucis, et puis en période de vacances scolaires, pas facile de pratiquer tranquillement sur une piste verte.

Finalement je suis revenu à mes virages habituels, parfois sauve qui peut mais bon. Je ne m'avoue pas vaincu quand même et j'y reviendrai lors de mon prochain séjour, même si dans un bon mois la neige transformée ne sera peut-être plus très favorable à cet apprentissage.
Modifié il y a 10 ans
Comme d'habitude y aller petit à petit et surtout attention à rester en appui spatule et ne jamais passer en appui talon, gamelle assurée.
Les pentes douces du Jura (Suisse-France) sont idéales.
Oubliez pas de mettre des gants avec la neige verglacée ça fait mal en cas de chute…
Salutations de la Vallée de Joux.
Modifié il y a 10 ans
Merci pour ce judicieux conseil que je vais essayer de suivre à la lettre , "appui spatule et non talon".

Hum ! Plus facile à dire qu'à faire si c'est un peu glacé…
Modifié il y a 10 ans