premieres impression

Bonjour,
Je voulais faire un petit retour après quelques sorties sur le matériel suivant:
- sbound 112
- hardwire 3 pin+cable
- scarpa T4

Concernant les chaussures: je comprends les remarques de "Sancho" sur ce forum. On n'a pas vraiment l'impression d'avoir des chaussures de SRN au pied. Le chausson n'est pas spécialement confortable (le talon frotte) et puis pèse lourd (400g le chausson !).
En descente, c'est vrai que ces chaussures donnent confiance, à tel point qu'on oublierait presque qu'on a des SRN au pied.
Du coup, ces chaussures incitent plus à aller sur du terrain de SRA facile, que de faire des grandes traversées.

Le ski:
Les écailles accrochent assez bien tant que le ski est à plat. J'ai pu redécouvrir des sensations de ski de fond à écaille, malgré les grosses chaussures.
C'est ce que je voulais, ne pas avoir à mettre les peaux, à chaque micro-remontée, profiter de la glisse sur les montées à faible pente et avoir plus de confort sur les plats…
Le poids est assez important, mais tant qu'on n'a ni les peaux, ni les cables, c'est raisonnable.
En revanche, avec les cables et les peaux, c'est lourd.

Pour les descentes, mon impression est contrastée:
En neige poudreuse légère: c'est un régal. Je trouvais même que le ski était plus stable en trafolée que mes vieux altitrail de rando alpine. :-D

Malheureusement de la poudre légère, j'en n'ai pas eu beaucoup :-( J'ai surtout eu de la neige récente réchauffée par la douceur. :-(

J'ai un peu essayé sur neige damée: ça va bien aussi. (sauf pour le bruit des écailles ;-) mais ça c'est une autre histoire)

Par contre, en neiges récentes, en début de transformation ( compactes, cartonnées, et/ou légèrement croutée,), c'est la cata ! :-(
Je me suis retrouvé une dizaine de fois tête la première dans la neige, sans avoir eu le temps de comprendre, sans avoir même pu entamer un essai de stabilisation. Ca ne prévient pas. :-x

En fait, à chaque fois que la neige ralentit brusquement (exemple passage dans de la neige plus lourde), si j'ai pas anticipé le truc en faisant un beau télémark bien fléchi, et bien je me retrouve direct la tête dans les spatules.
L'ennui avec ce genre de chutes, dans ce genre de neige, c'est que j'ai réussi à me blesser légèrement au genou (ski planté dans la neige compacte alors que je faisais un roulé boulé désaxé…smile. Rien de bien méchant, j'ai pu rentrer sans souci, juste une légère douleur la nuit à froid.

Je me demande si ces chutes ne sont pas dues à un pb de tension de ressort? Je n'ai pas spécialement vissé le câble à fond. Je sens que la force de rappel n'est pas très forte.

Je me suis dit après coup, qu'avec plus de force de rappel, ça freinerait ces déséquilibres avant et ça me laisserait un peu plus de temps pour me stabiliser.

Du coup mes premières impressions sont un peu mitigées. Espérons que dans 2-3 semaines quand je serais de nouveau d'aplomb, une meilleure neige me fasse changer d'avis.
Modifié il y a 6 ans
Merci pour ces premières impressions et bienvenue dans le monde de la finesse et des appuis bien dosés.

Les T4 auront l'avantage de t'aider en descente dans un premier temps, une fois habitué, il sera possible de passer à du plus souple, comme des Svartisen ou des cuir.

Les Scarpa T4 s'assouplissent un peu avec le temps, la marche sera un peu plus facile.

Pour la croutée et les neiges pourries, il faut de l'expérience et de la finesse. Et puis, il n'y a pas que le telemark.

Le SRA est plus facile et efficace en descente, le SRN développe les qualités d'équilibre et les appuis du skieur, et n'en rend l'exercice que plus intéressant.

Bonne découverte et bon ski :-P

PS : le ressort n'y est pour rien le plus souvent, il faut juste s'habituer à un nouvel équilibre. Nous sommes tous passés par cette phase de découverte pendant laquelle on refait l'autruche sous la neige.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 6 ans
Allez comme j'ai essayé aujourd'hui je vous fais également un petit retour :
* dans le Jura à La Pesse
* fischer s bound 112
* crispi svartisen
* voilé 3 pin + câble
* neige lourde et humide (15° à Oyonnax en arrivant et 9° à la Pesse au départ)

J'ai craint en arrivant sur Oyonnax en voyant le thermomètre et pas un poil de neige que l'hiver ne soit déjà fini, mais finalement un peu après Sous le Rosay la neige a fait son apparition, et à La Pesse c'était plus que correct.

Comme prévu le magasin avait donc le matériel que je voulais essayer donc c'est parti rapidement (le vendeur m'expliquant que je n'aurais pas besoin de peaux pour cette sortie).

Première constatation : pas si simple de fermer la fixation 3 pins ; il faut pas mal appuyer mais bon j'ai réussi à mettre le 2ème cran (j'appuyais à la main ayant peur de forcer hors des trous de la semelle autrement).
Je me suis rapidement élevé sur la piste à raquettes bien damée au départ, puis sur la neige hors traces et effectivement pas de souci : les écailles accrochaient bien, et les skis portaient sans problème hors trace damée.
Evidemment rapidement j'ai essayé quelques petites descentes et là aussi parfait ; j'ai eu l'impression d'avoir vraiment le meilleur des 2 mondes, les sensations de ski de fond simple et léger pour monter, et la maniabilité de l'alpin pour descendre.
Un seul bémol rapidement : une bonne douleur sur le haut des chaussures mais j'ai réalisé que j'avais tout serré pour monter et que c'était idiot, j'ai donc desserré.
J'ai donc poursuivi le sentier (il s'agissait de monter au Crêt du Nerbier) en suivant l'itinéraire raquettes comme je voulais jouer le jeu.
Je suis arrivé à un premier petit raidillon à l'entrée de la forêt qui m'a posé un petit souci car sur 2-3 mètres plus raides les écailles ne suffisaient plus. Je suis donc parti hors trace d'une manière plus transversale et j'ai réalisé que le demi-tour pour revenir dans l'axe du sentier n'était pas si évident (rien de bien sorcier, mais je me suis retrouvé tout bête quelques secondes en me disant "comment je tourne"smile.
Enfin la montée était rapidement plus tranquille et j'appréciais bien le cadre et la glisse : sur le plat ou en petite descente c'est vraiment génial.
Je n'ai pas tardé à arriver sur la première difficulté : un petit raidillon de 5 mètres maximum de dénivelée mais en descente, avec plein d'arbres partout sauf sur la piste à raquettes, bien damée mais dont le bord était tellement haut que je n'avais pas espoir d'ouvrir un chasse neige.
Tant pis, j'étais là pour tester et pas esquiver les difficultés donc je me suis lancé, un peu en retenue, et je n'ai pas dû faire 2m avant de me retrouver les fesses à terre…
J'avais en revanche passé comme ça le virage donc j'ai pu terminer plus tranquillement.
Ensuite pas grand chose à signaler, peu avant le Nerbier le paysage s'ouvrait et j'ai vu une sorte de piste qui montait directement donc j'ai abandonné avec joie la trace des raquettes.
Il y avait quelques jolies bosses, une belle vue pour ce que les nuages sombres laissaient entrevoir, donc je me suis fait quelques montées descentes pour m'entraîner.
Bilan satisfaisant : les virages passaient plutôt bien et avec le frein des écailles il n'y avait pas de quoi se faire peur : plutôt convaincant ! J'ai essayé en mettant les languettes de la chaussure (celles du haut) mais mon piètre niveau technique de ski ne m'a pas permis de sentir la différence.
J'ai eu ensuite un message de Talonlibre qui pouvait venir donc n'ayant pas envie de rater l'occasion de passer du virtuel au réel, d'autant que je sentais les premières gouttes de pluie, j'ai commencé à redescendre.
Pas grand chose à signaler si ce n'est toujours les passages plus difficiles en forêt sur la piste damée et très étroite : pour un passage j'ai été cherché un passage plus loin dans la neige non damée (plutôt bien passé) et pour un autre (d'autant qu'il commençait à bien pleuvoir et le brouillard s'invitait) : j'ai été au plus vite en prenant un bout de piste de fond : stabilité royale pour le coup !
Enfin voilà, et tout ça s'est terminé autour d'une bière avec Talonlibre pour en apprendre un peu plus et discuter !
Merci à ceux qui donnent de leur temps pour expliquer plein de choses ici ou en direct : c'est certainement une activité que je n'aurais pas osé essayer autrement !
Bref, j'ai trouvé ça plutôt bluffant, même si j'ai bien conscience que les conditions de neige étaient certainement favorables.
4981875N - 0698785E - 1761m
http://cedricleclercq.wordpress.com/
Modifié il y a 6 ans
Salut et merci pour ton retour, tu t'es lancé finalement! smile

Pour moi aussi le premier essai c'était vraiment la révélation.
Aujourd'hui je suis repassé sur du ski de fond classique, et je peux te dire que ça frustre de rester dans des rails!!!

Dis-moi, en quelle taille les as-tu loués ces Sbound, par rapport à ta taille/poids, si c pas trop indiscret.

Le problème que tu évoques avec les petits sentiers je l'ai aussi rencontré, et je me demande si avec du 160cm on serait pas un peu + à l'aise dans ces situations. Vu que le ski est large, ça passe peut-être!

En tout cas personnellement c'est aussi un ski qui m'intéresse, je pense qu'il répondra mieux à mes envies que ma première piste (Altai Hok etc).
Modifié il y a 6 ans
Alors dans mon cas, les skis étaient en 178cm, et je mesure 1,84m pour 85 kgs environ (et j'avais un sac à dos pas trop petit pour me rapprocher des conditions que je vise - un sac de bivouac pour deux jours).

C'est sans doute plus maniable avec un ski plus court, mais en fait la pratique que je pense faire n'est pas plus que ça en forêt : je compte les utiliser dans le sud des Hauts Plateaux du Vercors où c'est essentiellement des grands espaces dégagés (avec juste la montée / descente sur le plateau à gérer mais je prendrai les pistes forestières assez larges pour ça).
Bref dans mon cas je pense que des skis plus classiques sont effectivement plus adaptés.
Après de toute façon, dans une forêt dense et en pente, à moins d'être un très bon skieur…
4981875N - 0698785E - 1761m
http://cedricleclercq.wordpress.com/
Modifié il y a 6 ans
Effectivement, dans les descentes scabreuses, les tout petits sentiers , un ski très court est un plus (genre Hok) . Mais ça serait une erreur de choisir un ski d'un autre type d'une taille plus courte que celle que l'on aurait retenu normalement en fonction de son poids , en se disant que comme ça on passera mieux … Ca passera peut ètre un peu mieux dans certaines circonstances ( et encore ) mais on risque de regretter ces quelques centimètres dans toutes les autres circonstances !
En fait, avec des skis de 140 on se fait bien plaisir dans les sous bois , les raidillons , les parcours pas possibles . J'appelle ça des skis d'affut : il n'y a personne dans les sous bois en hiver ; il n'y a que des bestioles qu'on peut approcher ( sans trop les déranger …smile
Cela dit même avec des skis longs , voire très longs , on peut se faire plaisir hors des sentiers battus et même dans les raidillons : ça oblige a bien visualiser son parcours , a ne pas hésiter a faire des détours , parfois à déchausser et le cas échéant à chausser des raquettes . On va pas très vite , on en bave un peu , c'est pas du ski d'épate , mais qu'est ce que ça peut faire plaisir parfois .
Modifié il y a 6 ans
OK, merci pour vos avis!

C'est vrai que je me pose pas mal de questions, et le maillon manquant c'est vraiment de tester ces fameux Hok et Kar 147, mais impossible en location..Dur de tester quoi que ce soit dans mon coin d'ailleurs, et pourtant y a des terrains qui s'y prêteraient (testé le Champs du feu en ski de fond aujourd'hui).

Comme tu dis, les skis de la bonne taille sont OK pour tout, juste un peu encombrants quand on est "coincés" de chaque côté, mais combien de fois ça arrive…on peut tjr tenter un semi-chasse neige ou un cul à terre pour s'en sortir! Tu as raison.
Les bois touffus je m'y risquerai pas en descente hors sentier.

Reste à voir le gain en maniabilité de skis plus courts et si ca justifie de perdre de la portance.
Modifié il y a 6 ans
Je comprends bien tes questions, pour m'en être posées pas mal depuis 2-3 ans aussi ; et au vu de l'investissement il vaut mieux ne pas se planter !
Encore une fois dans mon cas, ce sera essentiellement sur un plateau dégagé en altitude, avec quand même à gérer la montée/descente au dit plateau.




Donc je pense que des SRN plutôt classiques mais rassurants en descente sont ce que recherchais.
Si c'était essentiellement pour de la balade forestière un peu comme celle d'hier, je me serais peut-être plus orienté sur des skis de type Altai.
Dans mon cas je me dis que si vraiment à un moment donné je me dis que ça n'est pas jouable à cause d'une forêt trop dense (mais déjà avec des SRN classiques j'ai trouvé que c'était plutôt pas mal hier), je me contenterai de déchausser comme le dit Robert ! ;-)
4981875N - 0698785E - 1761m
http://cedricleclercq.wordpress.com/
Modifié il y a 6 ans
Si je vous engage a tester un peu la forèt , qui est a mon sens le terrain le plus adapté pour progresser , je me dois de vous faire un tout petit laius , sans doute inutile , mais bon …
1 Jamais sans un GPS et une boussole ( la boussole ça aide pas mal à éviter de tourner en rond si le GPS est en rade )
2 La neige, ça cache souvent des trous et les scialets dans le Vercors, c'est pas ce qui manque
3 Un tel qui passe , ça aide a mieux gerer une jambe cassée quand on est au milieu de nulle part .
Modifié il y a 6 ans
ced a écrit :
(…)

Première constatation : pas si simple de fermer la fixation 3 pins ; il faut pas mal appuyer mais bon j'ai réussi à mettre le 2ème cran (j'appuyais à la main ayant peur de forcer hors des trous de la semelle autrement).

Pas besoin de forcer pour passer les crans. Avec des chaussures neuves, le premier cran suffit. Après on m'a dit qu'on pouvait passer aux autres crans en fonction de l'usure en fonction du bec et de la fix, pour que ça pince suffisamment.

Les bons chaussent en 10 secondes (moi plutôt 30/40 secondes, car je fais toujours gaffe à ce que la chaussure soit bien dans les 3 pins - Ah oui, et il faut faire gaffe ski gauche/ski droit smile )

Un seul bémol rapidement : une bonne douleur sur le haut des chaussures mais j'ai réalisé que j'avais tout serré pour monter et que c'était idiot, j'ai donc desserré.

Bon réflexe. C'est un des points intéressants de la Crispi je trouve : c'est très facile de desserrer/resserrer la chaussure au niveau du coup de pied. 1 pression pour desserrer, quelques clics pour resserrer.

C'est moins pratique pour le collier du haut (sous la guêtre) mais comme certains ont dit ailleurs dans le forum, ça passe très bien sans la plupart du temps.

(…)
Bilan satisfaisant : les virages passaient plutôt bien et avec le frein des écailles il n'y avait pas de quoi se faire peur : plutôt convaincant ! J'ai essayé en mettant les languettes de la chaussure (celles du haut) mais mon piètre niveau technique de ski ne m'a pas permis de sentir la différence.

Mes impressions puisque je débute aussi avec des N75 cette année :

En montée, sur le plat, pour les descentes tranquilles (tout droit sans virage) : colliers desserrés.

Si ça descend un peu plus et que je veux faire des virages (en télémark "chassé" ou chasse-neige) : je resserre le coup de pied.

Quand ça envoie un peu plus, et que je veux rigidifier l'ensemble : je serre les colliers, je mets les câbles. Surtout pratique quand on veut pouvoir déraper en alpin, peut-être faire du télémark plus carvé (pas encore mon niveau !). Pour l'instant, ça s'est limité aux descentes sur piste bleue à Autrans (et quelques trucs ailleurs) !
Modifié il y a 6 ans