Présentation et interrogations

Les chaussures de rando alpine sont même bien plus agréables pour la marche que les chaussures de télémark type T4. La semelle est rigide, certes, mais elle est "arrondie" et favorise le déroulé du pied, contrairement au bec de canard.

Le soucis est plus que l'épaisseur des semelles. La norme TLT (inserts métalliques) impose une semelle très fine, et du coup on arrive vite à la coque sur l'avant.
Modifié il y a 5 ans
c'est vrai que l'on est engoncé dans des t4 et la marche n'est pas bonne mais pour prendre appui sur les carre c'est le jour et la nuit avec les modèles non rigide
De trés bon skieur parlent ici sur ce forum d’emmener des Annum ou sb112 avec des Crispi swartissen. Je crois qu'il faut prendre ça avec des pincettes et bien préciser que c'est valable dans de la très bonne neige.
Des que la neige est un peu transformée ou dure ça peu être la galère, même en très léger devers .
Il manque vraiment un modèle intermédiaire entre la pantoufle swartissen et la coque T4
Modifié il y a 5 ans
http://www.skirandonnenordique.com/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=17080#forumpost17080

http://www.skirandonnenordique.com/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=17452#forumpost17452

rejoins nous Gervais !

S^i
Modifié il y a 5 ans
De quoi me remettre dans le doute le plus total quant à mon choix de chaussures ! smile
Modifié il y a 5 ans
Un jour j'avais croisé un skieur qui m'avait dit :
"quelqu'un qui sait skier dans les Vosges, peut skier partout".

Je ne connais malheureusement pas les Vosges, mais j'en ai deviné que ça doit bien s'apparenter au Massif Central, qui n'aurait probablement pas son qualificatif de château d'eau de la France s'il n'y avait que de la bonne neige pour alimenter les cours d'eau.
Modifié il y a 5 ans
Les conditions d'enneigement sont en effet assez aléatoires par chez nous.
Je dirais que ce n'est pas tant la pluviométrie le problème, mais le manque d'altitude et donc les température.

Maintenant ce qui est difficile à comprendre quand on se base uniquement sur les retours sur internet c'est de savoir à quel point une Svartisen ne serait pas adaptée pour conduire des skis S-bound 112..
Personnellement je n'ai pas vraiment envie de passer sur de la coque plastique. Donc est-ce que je dois obligatoirement passer aux 98 ou bien est-ce que ça nécessitera simplement + de pratique pour mieux les maîtriser (ce que je suis prêt à acquérir).

C'est toujours ça le problème quand les gens font des phrases catégoriques, ça ne laisse pas trop de place aux demi-teintes.
C'est d'ailleurs ce que vous avez souligné lorsque j'ai dit qu'on ne pouvait pas marcher avec des chaussures de SRA.
Modifié il y a 5 ans
Salut,
je vais te donner mon avis (très) personnel :
Un ski large est agréable en poudre, mais pour les neiges dures c'est une autre histoire… Il faut d'autant plus de control pour faire mordre les carres.
(mes sra sont fins, enfin comme des epoch, je met presque jamais les couteaux, contrairement à mes amis avec un surf à chaque pied)

Dans tous les terrains, presque un peu alpins, j'adorais mes salomon xadv 89, un peu souple mais vraiment passe partout et avec plaisir.
Je suis passé aux époch suite a une accumulation de problèmes structurels des salomon. les Epoch sont aussi larges que mes sra et télémark alpins.
-> je ne prendrais jamais plus large… (ni plus lourd ni plus rigide) pour du ski de rando nordique.

j'utilise des T4 (avec mes 90Kg la rigidité ne me gène pas du tout), et en revanche c'est un pas énorme tant au point de vue control que confort : avec les rossignol ou cuirs que j'ai possédé ou pu louer avant, je me suis touujours payé des ampoules.

Les Epoch sont montés avec des chilis (parce que je les avais) et du coup l'ensemble est clairement orienté vers les pentes pré-alpines voir alpines.
Mais j'ai hate de réparer mes salomon, skis super légers, et avec une 3pin simple on a vraiment l'impression de n'avoir rien au pieds. (on a parfois la même impression en descente sur piste gelée, ce qui est moins agréable :-D )

Bref, si tu as l'occasion, essaye surtout de louer les différents équipements avant. Il y a de telles différences de comportement dans le matériel de rando nordique qu'à mon avis il faut avoir beaucoup de chance pour tomber direct sur le matos qui te conviendra.
Modifié il y a 5 ans
C'est bien ce que j'ai cru comprendre, on lit un peu de tout : tout dépend de l'état de la neige, de la technique du skieur, du terrain.. et ensuite de l'ensemble skis/fixations/chaussures.

Dans mon coin, la seule chose qu'on peut louer (à 100km de chez moi) c'est des Salomon Xadv nouveau modèle avec chaussure et fixation correspondantes. Ce n'est pas du tout ce que je cherche.
Et pourtant, il y a plein d'endroits ou pratiquer…

De ma maigre expérience personnelle :
- les crispi svartisen m'ont donné un parfait confort, zéro ampoule. J'aime vraiment ces chaussures, même si elles ne donnent pas forcément le meilleur contrôle en descente raide, je suis prêt à faire cette concession au profit d'une amélioration de ma technique ou d'une recherche d'un itinéraire B !
- les Epoch, j'ai été bluffé. Sur piste damée de raquette ou ski de fond, je skiais comme de l'alpin en descente. Sur du plat on peut faire du pas glissé comme en ski de fond, et en monté je n'ai pas eu de problème.
La seule limite, c'était les descentes en neige profonde où je n'avais aucun contrôle (une impression de lourdeur totale) et où les seuls virages que j'ai réussi à faire c'était un semblant de télémark improvisé smile

C'est pour ça que je suis parti sur les S-bound 112 en me disant qu'ils amélioraient le côté descente sans partir dans un truc trop abusé comme des VectorBC ou BC125.
On voit sur plusieurs endroits que le Fischer garde un assez bon glissé sur plat par rapport à ses concurrents de même gamme (Annum ou BC110).

Voilà pour le choix dans sa théorie.. mais j'hésite toujours avec des S-bound 98 pour la question évoquée de contrôle de skis "mid-fat" avec des svartisen.
Modifié il y a 5 ans
je pense qu'avec des swartissen les sb 88 voir 98 ou epoch sont bien suffisant pour ne pas s’exploser les chevilles sur le dur et pour déjauger en telemark dans la profonde
Skis à sa taille voir légerement plus grand
Modifié il y a 5 ans
gervais a écrit :
c'est vrai que l'on est engoncé dans des t4 et la marche n'est pas bonne mais pour prendre appui sur les carre c'est le jour et la nuit avec les modèles non rigide
De trés bon skieur parlent ici sur ce forum d’emmener des Annum ou sb112 avec des Crispi swartissen. Je crois qu'il faut prendre ça avec des pincettes et bien préciser que c'est valable dans de la très bonne neige.
Des que la neige est un peu transformée ou dure ça peu être la galère, même en très léger devers .
Il manque vraiment un modèle intermédiaire entre la pantoufle swartissen et la coque T4

Hello, je me considère dans la catégorie très bon skieurs, qui peut emmener des annum ou des Sbound, dans tous les types de terrains et tous types de neige avec des crispi svartisen.
Ceci dit je me considère également dans la catégorie: professionnel de l'encadrement du SRN, et à ce titre je ne vois vraiment pas où est le problème d'emmener des débutants qui n'ont jamais fait de ski du tout, sur des skis larges avec des svartisens.
La galère en SRN: c'est surtout quand on choisit, dans une certaine neige, un terrain qui n'est pas adapté à son niveau. On pourrait au même titre trouver plein de débutants en alpin, en galère dans une piste noire, pourtant on ne remet pas la faute sur le matériel dans ce cas là.
- oui à mon sens, une T4 c'est trop lourd et trop rigide pour faire du SRN.
- oui on peut considérer qu'une svartisen c'est un peu léger pour emmener des skis larges dans des pentes glacées à 45°.
- en terme de maintient, une svartisen c'est quand même le jour et la nuit avec une chaussure Xadv ou nnbc.
- oui certains modèles de chez Andrew semblent présenter de très bons compromis entre T4 et svartisen, c'est une piste intéressante, mais en attendant je suis pleinement satisfait des svartisens pour moi comme pour mes clients.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que le SRN ce n'est pas du ski alpin, et ce n'est pas non plus du ski de fond.
Pour progresser en ski, il faut:
- être dans un terrain adapté à son niveau.
- être dans une dynamique de réussite dans ce que l'on entreprend (un peu d'engagement, mais pas trop)
- être capable de se remettre en question quand on est en échec.
- être capable d'analyser pourquoi on a réussi, là où on avait échoué la fois d'avant.

Faire des prises de carres sur neige dure avec des svartisen et un annum c'est possible, mais pour avoir la même performance qu'avec des T4, il y a des choses à ressentir, qu'on ne ressent pas dans du plastique. Pour sentir les choses, il faut se poser les bonnes questions quand on est dans du terrain sans difficultés. Si on s'interroge seulement quand on est en galère, on a plus aucune marge permettant la compréhension, alors on en déduit: soit que c'est la faute du matériel; soit qu'on avait peut être pas le niveau pour avoir du plaisir à cet endroit là avec ce matériel là. Il y a une des déductions, qui ouvre plus de perspectives de progression que l'autre.

Tout peut s'apprendre avec une méthode par essai erreur. Mais on peut aussi gagner du temps en sollicitant des personnes qui peuvent éventuellement être de bon conseil.
Le SRN est une activité très riche, il y a une part de connaissance de la montagne, de la neige, de l'orientation, de la météo, de ses aptitudes physiques et techniques…
Si on a une bonne connaissance de l'ensemble de ces paramètres, on choisit son parking du jour en fonction de ces données, et on part en balade avec au moins 3 ou 4 itinéraires possibles, et on ajuste l'itinéraire en fonction de la neige, du sens du vent, de la forme.
Pour moi une belle balade de SRN, commence toujours en se demandant où va t-on aller chercher le plaisir aujourd'hui, et elle se termine rarement dans un des 3 ou 4 tracés initiaux.
Il y a le plan A, le plan B, le plan C et tous les autres qui vont s'improviser en cours de journée pour éviter d'arriver au plan T. :-D
Modifié il y a 5 ans