Présentation et interrogations

J'essaye de me corriger mais je suis un peu taquin : je plaisantais ! ;-)
4981875N - 0698785E - 1761m
http://cedricleclercq.wordpress.com/
Modifié il y a 5 ans
Au fait, tu les as essayés tes petits bijoux?

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 5 ans
Allez je reviens un peu dans le sujet sur un comparatif de matos, toujours selon mon point de vue:

Un vector est idéal avec une crispi en toute neige sauf sur neige béton où se sera la galère surtout en montée et un peu moins en descente. De mon point de vue, c'est le seul ski qui te permettra de jouer sur la maniabilité en prenant plus court, et en conservant un peu de portance nécessaire pour pouvoir skier dans de la lourde ou de la croutée. Après sur neige béton tu oublies.
Le bc125 tu auras moins d'avantages qu'avec le vector et plus d'inconvénients.

Le 112 file plus droit au plat que l'annum, grâce à la rainure centrale. Du coup il tourne moins bien, mais il a plus de nerf sur neige dure notamment pour des grands gabarits. En glisse au plat, un annum, quand on arrive à le faire filer droit, glisse mieux qu'un fischer mais il accroche moins bien en montée. Vouloir réduire la longueur, c'est gagner en maniabilité, en accroche en se créant des problèmes de portance en descente dans certaines neiges lourdes ou croutées. Pour faire avancer un annum ou un 112 avec une svartisen en montée, il faut soit avoir envie de se promener et de trouver des solutions qui permettent de progresser. Soit être déjà un très bon fondeur. Si on se contente de pousser dessus comme un âne, il ne faut pas s'étonner qu'il n'avance pas plus qu'un bourricot qu'a pas les yeux sur une carotte. Car oui un 112 c'est pas un ski de fond, et ça demande un peu de finesse technique pour être intéressant en montée sur neige dure. En descente sur neige dure avec une svartisen, c'est toujours plus intéressant qu'un 98 ou un époch pour un bon skieur. Pour un moins bon skieur sur neige dure, un 98 ou un epoch sera plus tolérant.

Un 98 ou un époch c'est la polyvalence, ça passe bien partout, c'est pas assez large pour aller chercher du vrai plaisir facile en descente dans des neiges fraiches épaisses, c'est un peu trop fin pour donner de la sérenité sur de la croutée, ça passe bien sur le dur. pareil le fischer file plus droit et accroche mieux, mais il glisse et tourne moins bien, mais reste préférable pour un grand gabarit.

88 ou éon c'est nickel seulement pour les neiges dures, encore que je préfère l'époch voir même l'annum, mais c'est à prendre avec des pincettes car je suis bon fondeur en montée comme en descente!!! Sinon ce sont des bons skis pour tracter une pulka, car n'en déplaise à certains, avec une pulka, on ne prends pas, ni le même plaisir, ni les mêmes lignes en descente. Où alors ya un truc qui m'échappe vraiment, et je devrais peut être proposer à mes débutants de tirer une pulka pour comprendre comment apprendre à tourner. :-?

En dessous ce sont des skis de fonds avec des carres, c'est l'idéal pour les longues expés en autonomie dans les terrains plats, où de toutes façon on skie avec les peaux en permanence pour tirer sa maison et ses vivres.

Pour les fix c'est hardwire ou hardwire, qui peut le plus peu le moins. Si c'est un jour où tu ne penses pas avoir besoin d'utiliser les câbles tu les laisses à la maison, et ta fix est aussi légère que les autres. Pas tout à fait car il y a les cales qui ne servent à rien si on veut rester au plat, mais qui sont bien utiles en descente et dans les dévers en montée, même si on a pas toujours l'analyse permettant de s'en rendre compte.

Pour les chaussures je suis plutôt crispi ou crispi, à défaut d'avoir autre chose qui tienne peut être un peu mieux la route, en restant aussi confortable en montée.
Les nnbc ou les xadv, souvent ça prend l'eau, de nos jours c'est construit pour ne pas durer, c'est comparable en montée, et c'est malheureusement incomparable en qualité en descente.
Les T4: la loi de la gravité est dure mais c'est la loi, on skierait sur la lune elle paraîtraient peut être moins rigides et plus légères. Sinon sur terre, ça me semble être un bon concept pour suer en montée et ne pas se poser trop de questions en descente. Malheureusement j'aime bien avoir à me poser des questions en descente, j'aime bien conduire mes skis en percevant les sensations de contact et de toucher de neige sous ma voûte plantaire, du coup je n'y vois que des désavantages. Dans mon boulot, je préfère voir un skieur qui ressent et comprend des choses en étant à l'aise dans des terrains peu pentus, plutôt que de voir un client qui se dépatouille dans du plus raide sans vraiment comprendre pourquoi. Après je considère que la T4 est un très bon outil pédagogique, qui permet de vaincre l'appréhension de la pente, pour parvenir à s'engager. Après la phase péda digérée, on doit pouvoir revenir trouver de l'aisance avec du cuir plus léger.
Oui on peut marcher avec des T4, on peut même réussir à marcher avec des T4 reliées chacune à une corde au bout de laquelle est attaché un pneu de voiture: c'est sûr que c'est possible, ce qui ne veux pas dire que c'est agréable. :-D :-D :-D

Je comprends qu'on puisse avoir du mal à comprendre, comment tenir ses carres en montée comme en descente avec une svartisen sur un ski large. Mais il ne faut pas dire que c'est impossible, faut soit prendre des cours, soit chercher vraiment comment ça marche, soit prendre une T4 si on a pas envie de trouver les solutions, soit continuer à faire des traversées conversions et des cratères avec des skis fins.
Pour revenir à ton choix de matos, pour débuter, je privilégierait peut être un 98 à ta taille, à un 112 plus court que ta taille. mais ton choix initial se défend, et il n'y a qu'en neige dure que tu risques de te poser des questions. Ceci dit c'est en se posant de bonnes questions qu'on trouve de bonnes réponses.
Modifié il y a 5 ans
talonlibre a écrit :
Au fait, tu les as essayés tes petits bijoux?
Bon désolé de ne pas avoir répondu avant mais c'est la joie des familles nombreuses : j'ai passé ma soirée aux urgences…
Autrement non je n'ai pas pu les essayer encore, et probablement pas avant le mois de mars sauf si (ce que j'espère beaucoup) l'emploi du temps me permet quand même de profiter de la fenêtre de beau temps qui semble s'annoncer ce week-end.
Et si c'est le cas j'irai sans doute essayer un petit bivouac sur les hauts plateaux du Vercors (je foulerai peut-être enfin les coins paumés comme le jardin du Roi où je n'ai jamais eu l'occasion d'aller)… Ce sera en mode sac à dos car pas encore de brancard pour ma petite pulka, et comme nous en avions discuté je ne serais pas joueur au point de la traîner avec les cordes…

Merci autrement Sancho pour tes analyses à la fois synthétiques et précises !
4981875N - 0698785E - 1761m
http://cedricleclercq.wordpress.com/
Modifié il y a 5 ans
MEA CULPA mes bons maîtres … :-( :-?

Bon ben, j’avoue et espère pourvoir obtenir de votre bienveillance, chers cardinorando de notre SRN, l’absolution pour mon péché : :-( :-( :-(

Je skis avec des Fischer S bound 112 équipés de NNN et chaussures Fischer BCX 6. :cry:

Non ! Ne me fâchez pas svp … faute avouée et à moitié pardonnée même si j’attends la fin de saison pour çà … Merci Jacou et N 75 de ne pas avoir vendu la mèche de chaussure … :-)

Avant j’avais des Salomon XADV 88 et des chaussures Salomon XADV 8 je crois.

Les S bound 112, je les trouve extra, et sur la glace ils accrochent bien mieux que les Salomon, grâce je pense au fait que les lignes de cote sont moins creusées au niveau du patin. Ils ont une très bonne accroche à la montée et également lors de traversées en dévers, c’est correct.

Sur le plat, c’est vrai qu’il faut s’en donner la peine pour avancer, mais sur une neige dure avec 10 cm de poudre dessus, c’est plus dur que les Salomon qui étaient moins large et plus légers, mais c’est bon.

La limite des chaussures bien sûr c’est en forte descente sur neige dure ou pourrie qu’on le ressent. Elles sont un peu trop souples au niveau de la pliure des orteils. Ma première paire de chaussures de rando étaient des Salomon BC Greenland en cuir. Elles étaient plus rigides, du moins autant qu’une chaussure de skate.

C’est dommage que Salomon ou Fischer ne fasse pas une chaussure à peine plus rigide, alors j’ai vu et lu de votre part qu’il avait la Svartisen avec son collier de serrage sur le coup de pied et, semble-t-il, une « coque » légère qui doit la rigidifier.

Mais ceci dit je n’ai pas du tout l’expérience d’un Sancho ou d’un Talon Libre et je ne pratique que sur le Forez à 99,9 %, donc il faut mieux suivre leurs conseils.

Pour la pulka, chez nous il y a les barbelés. Je pratique avec Jacou qui en a une et y trouve son compte. Quand je vais bivouaquer j’ai tout sur le dos, mais c’est vrai que le sac fait 16 kg et que là les descentes il faut les prendre très cool. Et le soir quand on pose tout … Ca fait du bien … :lol:
Modifié il y a 5 ans
S'il y a faute Forez, c'est soit dans ton choix de matériel si tu as commandé en ligne, soit chez le vendeur qui t'as vendu les produits.
Une NNN sur un 112, elle est perdue au milieu de ton ski, et ça devient très dur de réussir à leur faire prendre de l'angle, en montée comme en descente. Après t'es un très bon skieur, et tu t'en sors déjà pas mal avec. C'est juste qu'avec une svartisen et une hardwire, tu pourrais avoir un matériel quasi aussi léger, avec une souplesse en déroulé de pied aussi bonne sinon meilleure, et surtout une rigidité en torsion incomparable.
Pour moi c'est un peu comme si tu n'avais pu explorer que 20% du potentiel de tes skis (à cause des fixations et des chaussures). Le retour que tu fais, montre que tu as déjà un gros bagage en ski. Beaucoup se posent la question si un 112 peut être skiable avec une Svartisen: j'affirme que oui, et toi tu tues le match en disant que tu t'en sort avec une BCX6. :lol: :lol: :lol:
Sinon hors barbelés, un 112 va très bien pour tirer une pulka, c'est juste que si on veux absolument faire 30 bornes dans la journée, faut s'attendre à devoir prendre un peu plus de temps qu'avec des skis de fond.
En descente avec pulka, il y a plus de plaisir à prendre avec un 112, qu'avec un ski de fond. Mais c'est un plaisir relatif, si on compare à une descente sans pulka.
Modifié il y a 5 ans
Je reviens juste sur un petit détail intéressant évoqué par Tone troope.
Un montage en norme 75 sur un ski fin, c'est un gain indéniable d'efficacité, par rapport à une fix nnn ou xadv.
En l’occurrence le xadv 89 n'est pas ce qui se fait de plus fin, mais quand on met une T4 dessus: un demi petit doigt à droite et on tourne à droite, et un demi petit doigt à gauche et sa vire à gauche.
C'est un peu comme un chassis de 2 chevaux, avec une direction assistée de camion, et des freins de formule1. Faut juste faire attention dans le braquage avec les t4 de ne pas arracher les fix.
Sinon monter une hw et prendre des svartisen sur un europa, ça transcende les qualités du ski. Ça pourrait même ouvrir des perspectives de virages nettement plus faciles qu'avec des nnn ou des xadv. Mais ne nous enflammons pas un europa filera toujours plus vite et plus droit qu'un annum. :-)
Modifié il y a 5 ans
J. Swift , dans son ouvrage célèbre : " considérations sur le ski de randonnée nordique et la grande aventure de l'homo sapiens " a écrit ceci, que je trouve assez juste :

" Ces deux formidables puissances ont, comme j’allais vous dire, été
engagées pendant trente-six lunes dans une guerre très opiniâtre, dont
voici le sujet : tout le monde convient que la manière primitive de
casser les œufs avant que nous les mangions est de les casser au gros
bout ; mais l’aïeul de Sa Majesté régnante, pendant qu’il était enfant,
sur le point de manger un œuf, eut le malheur de se couper un des
doigts ; sur quoi l’empereur son père donna un arrêt pour ordonner à
tous ses sujets, sous de graves peines, de casser leurs œufs par le
petit bout. Le peuple fut si irrité de cette loi, que nos historiens
racontent qu’il y eut, à cette occasion, six révoltes, dans lesquelles
un empereur perdit la vie et un autre la couronne. Ces dissensions
intestines furent toujours fomentées par les souverains de Blefuscu, et,
quand les soulèvements furent réprimés, les coupables se réfugièrent
dans cet empire. On suppute que onze mille hommes ont, à différentes
époques, aimé mieux souffrir la mort que de se soumettre à la loi de
casser leurs œufs par le petit bout. Plusieurs centaines de gros volumes
ont été écrits et publiés sur cette matière ; mais les livres des
gros-boutiens ont été défendus depuis longtemps, et tout leur parti a
été déclaré, par les lois, incapable de posséder des charges. Pendant la
suite continuelle de ces troubles, les empereurs de Blefuscu ont
souvent fait des remontrances par leurs ambassadeurs, nous accusant de
faire un crime en violant un précepte fondamental de notre grand
prophète Lustrogg, dans le cinquante- quatrième
chapitre du Blundecral (ce qui est leur Coran). Cependant cela a été
jugé n’être qu’une interprétation du sens du texte, dont voici les
mots : Que tous les fidèles casseront leurs œufs au bout le plus
commode. On doit, à mon avis, laisser décider à la conscience de chacun
quel est le bout le plus commode, ou, au moins, c’est à l’autorité du
souverain magistrat d’en décider. Or, les gros-boutiens1 exilés ont
trouvé tant de crédit dans la cour de l’empereur de Blefuscu, et tant de
secours et d’appui dans notre pays même, qu’une guerre très sanglante a
régné entre les deux empires pendant trente-six lunes à ce sujet, avec
différents succès. Dans cette guerre, nous avons perdu ; quarante
vaisseaux de ligne et un bien plus grand nombre de petits vaisseaux,
avec trente mille de nos meilleurs matelots et soldats ; l’on compte que
la perte de l’ennemi, n’est pas moins considérable."
Modifié il y a 5 ans
La bataille n'est pas si rude, et il me reste encore pas mal d'énergie à dilapider. Ça fait 4 ans que je joue, sur le forum, et après les jeux de clavier sur le forum, c'est également un métier: des pots d'acceuil, des contacts avec des gens croisés dans les stations, sur les pistes, hors des pistes, des raquettistes, des fondeurs, des SRNeur convaincus par les skis fins et qui n'ont jamais eu la curiosité d'essayer autre chose, des skieurs exclusivement alpins, des adeptes du ski de rando alpin, des non skieurs, des moniteurs, des formateurs, des gérants de magasin, des importateurs, des fabricants…
Je me nourris des virages, des sourires, des moments de plaisirs partagés avec mes clients. Pour avoir autant d'énergie à dépenser, il faut une certaine part de passion, qui va de paire avec des convictions. Il faut parfois savoir se méfier de ses convictions, même si elles sont le fruit de plus de 20 ans de pratique, dont plus d'une douzaine passée à encadrer l'activité sur tous les types de matériels possibles pour faire du SRN.
Quand on trouve des recettes, qui semblent faire quasi l'unanimité, chez les gens avec qui on partage de la glisse quasi tous les jours de l'hiver: alors ça peut devenir difficile d'abandonner dans une toute petite bataille de clavier.
Modifié il y a 5 ans
Sancho tu a des arguments très convaincants et ça donne vraiment envie de venir prendre des cours chez toi pour s'affiner un peu.
Mais ,au niveau moyen ou je suis, je pense qu'on ne va pas utiliser un sb 112 a 100% avec des cuirs.
ok dans le domaine nordique, mais avec des T4, on peux jouer dans la cours des freeriders ou aller faire le con avec des snowborder dans la poudreuse ou telemarker pleine balle sur les piste alpin pour se faire la cuisse. ok je suis un peu bourrin , en tout cas pour rando nordique ,je prend xadv89+cuir et pour la rando pentue sb112 +T4 et la piste/hors piste K2+T4 et ça carve grave.
bon week sous le soleil
Modifié il y a 5 ans