Quel est la place du SRN au sein du " Nordique " ?

salute

faut pas non plus virer dans le pessimisme;quand on cherche un peu et que l'on peut disposer de son emploi du temps (je suis retraité) on peut encore être isolé en sortant des sentiers battus.
dans le pilat,les années à neige,je fait 5 heures de rando avec le traineau sans rencontrer âme qui vive.
idem dans le vercors,le jura sud,ou du coté de samoens où j'ai randonné récemment.à part départ et arrivée , point vu personne!

illustration avec cette photo sur les crêtes de la molière dans le vercors il y a une dizaine de jours.
Modifié il y a 7 ans
Bonjour
Il me semble reconnaître le Pas de Bellecombe.Mais pour sûr tu y étais le lendemain de la chute de neige et en semaine car
1. tu es seul avec tes chiens
2. la neige est encore toute vierge
Bien sûr qu'en semaine on peut facilement se trouver seul,mais pas sûr qu'on soit le premier à tracer la neige s'il elle n'est pas tombé depuis le dernier jour de congés.Bien sûr qu'en cherchant on trouve,mais il faut aller de plus en plus loin pour retrouver ce que je ressens de la photo de Talon Libre.Mais bon,c'est un sentiment personnel que j'ai voulu dévoilé. Je ne prétends pas détenir la vérité.Mais cet espace de neige vierge et de ciel ne font-ils pas fantasmer l'unanimité d'entre vous ?
J'espère ne pas avoir froissé Talon Libre d'avoir osé commenter sa photo.
Modifié il y a 7 ans
Même si c'est une sensation fabuleuse, que l'on ne soit pas le premier à tracer ne me choque pas, car tout le monde a le droit d'aller poser ses spatules dans la neige.

Par contre la course à l'aménagement de l'espace à tout prix afin d'essayer de récupérer tout et rien me dérange.
N 75 parle des monts du Forez et en particulier du plateau des Allebasses, là où un temps un champ d'éoliennes devait voir le jour, là où à partir du col des Supeyres de nouveaux réseaux de barrières à neige ont été installés, là où les principaux efforts du domaine nordique ont été concentrés, là où un nouveau bâtiment verra sans doute le jour alors que dans celui existant les gérants se succèdent à vitesse grand V.
Là où certains ont déjà dû penser à implanter des canons à neige et là où déjà, comme je le souligne dans un post précédent, certains avaient envisagés de tracer au-delà du col en direction de Pierre-sur-Haute, courant encore après un nouvel espace à aménager alors que depuis des années les skieurs sont de moins en moins à l'étroit sur les pistes existantes.

Le ski de fond a les yeux rivés sur l'arrivée comme le ski sportif que les domaines nordiques favorisent, et ce n'est pas l'éditorial du dernier ski de fond magazine où il est constaté une rupture entre les principaux protagonistes qui va arranger les choses.
Modifié il y a 7 ans
Pour N 75 :

Tu peux librement commenter mes photos et propos… je suis d'accord avec toi, il faut aller de plus en plus loin pour trouver de l'espace vierge ou bien bénéficier de conditions particulières.

Cette image a été prise immédiatement après une chute de neige et si on regarde bien, les flocons tombent toujours.

Le lendemain, des hordes de raquettistes assoiffés de neige traceront ces beaux espaces pour leur plus grand plaisir.

Mais très sincèrement, ils m'arrive souvent d'être seul en montagne, y compris près des pistes désertés.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Modifié il y a 7 ans
Bonjour Forez
Je ne faisais pas allusion aux projet éolien du col des Supeyres, qui je crois a été abandonné, mais à celui en cours plus au nord, sur le canton de Noirétable, dans les parties les plus boisées du massif. C'est un sujet à polémique qui divise les populations, et on est ici pour causer et envisager SRN,mais son environnement en fait partie.

Mais, j'en reviens à la photo de Talon Libre, si on "copie-colle" une ou deux éoliennes à 5 km du skieur, la photo n'est plus la même et ce qui en ressort (ou alors ce que j'en ressents) est tout autre. Et idem pour les infrastructures et matériels qui tendent à amener plus de monde à la montagne. Te souviens-tu de l'époque où le col des Supeyres n'était pas déneigé de tout l'hiver. Qui rencontrions nous autres que des skieurs, fondeurs ou randonneurs ? Et même si chacun faisait sa trace…ou prenait la trace du plus matinal, l'espace me semblait bien moins restreint…ou alors est-ce parce que j'ai vielli depuis ?

Est-ce que je me trompe si je crois pouvoir dire, que le sujet "parent" et celui-ci" (on t'a suivi Robert !), sortent nos chers Monts du Forez de l'ombre.
Modifié il y a 7 ans
Merci Talon Libre
Et ce que tu soulignes va dans le sens de ce que je veux montrer, mais je n'ai pas la faculté d'analyse de beaucoup sur ce forum.
Mais bon ! je ne sais pas si ce que je raconte fait avancer le schmilblick ; je ne livre que des sentiments personnels, conservons notre esprit libre comme nos talons.
Modifié il y a 7 ans
A mon sens on ne peut faire d'amalgame entre des infrastructures de type éoliennes et des infrastructures qui visent à amener plus de monde à la montagne.
Certes, l'une comme l'autre ont une tendance fâcheuse à dénaturer le paysage.
Personnellement je préfère prendre le risque de voir me tomber sur la tête une pale d'éolienne qui me gâche le paysage dans mes balades, plutôt que de donner des pastilles d'iode à mon gamin pour un réacteur pas suffisamment loin de mes sapins, même si ce dernier n'entre pas dans mon champ visuel sur les skis. Les archi réfractaires à l'éolien, disent souvent que c'est insuffisant et ou inefficace. Ceux qu'on entend, vivent rarement à côté d'un réacteur. L'éolien est un appoint, et en attendant peut être de trouver mieux.
Il a un véritable avantage, c'est qu'il doit être aussi facile au montage qu'au démontage.

Faut il développer une activité comme le SRN, alors qu'il est déjà difficile de se trouver des coins peinards pour apprécier le calme de la montagne?
On peut tenter de répondre au sujet en surveillant ses simples intérêts personnels, ou alors tenter de se projeter dans un avenir moins proche que sa sortie du dimanche, et s'interroger sur quel pourrait être la pratique du SRN dans 10 ou 20 ans.

La première des incertitudes concerne l'enneigement à moyen terme.
La deuxième incertitude concerne l'évolution démographique, et la consommation de l'espace encore à peu près naturel par l'espèce humaine.

Mon point de vue est que le SRN peut être un espace de sensibilisation à la préservation des espaces naturels, plus que ce que ne le sont les pistes de ski de fond, ou pire les grands parcs d'attractions à plaisirs faciles, remplis de remontées mécaniques, comme autant d'engrenages nécessaires au fonctionnement d'une pompe à fric que l'on nomme: station de ski en montagne.
Dans "la montagne ça vous gagne", c'est l'économie qui s'en sort et la montagne qui perd.
Ce schéma de développement touristique n'est pas durable, à moins de monter les tarifs pour ne concentrer que les plus riches des plus riches dans les parcs déjà en place. Ceci dit c'est déjà un peu le cas.
Dans ce schéma là, le randonneur nordique n'aura pas forcément plus de place pour s’enthousiasmer des joies de la nature. On finira par relier Avoriaz à Courchevel, et Courchevel à Isola 2000 en exagérant un peu.

En caricaturant:
Dans l'alpin on vend de l'adrénaline pure et facile dès que le client a les moyens financiers.
Dans le fond aujourd'hui, on vend de l'endorphine à des sportifs.
Dans la montagne ça vous gagne on vend la beauté d'un environnement et ça marche. Un skieur venu consommer une adrénaline sur piste tracée, n'est pas fondamentalement réfractaire à l'idée d'aller faire une balade en raquette.
Les gens encore aujourd'hui expriment un besoin de nature: la montagne, la forêt, la nature en général, peuvent être des sources de bien être pour le grand public, dans le simple fait de les contempler de derrière une fenêtre, bien au chaud à côté d'une cheminée.
Le SRN peut allier une partie de l'adrénaline recherchée, à un peu d'endorphine et à bien des plaisirs contemplatifs. Et ce en étant plus facile d'accès que le ski de fond, et sans nécessiter de traçage.
Faire du SRN une activité populaire ne me semble pas être un défi bien difficile pour un moniteur. Le tout est dans le dosage, et dans l'ordre danslequel on va tenter d'apporter ces différentes sources de plaisir, en fonction de la neige du jour et du public.
Pour un esprit sportif à regard étroit, et accroc à l'adrénaline: rien ne sert de commencer à épiloguer sur la beauté du paysage, 1° une grande dose d'adrénaline, 2° tu forces le rythme, 3° une fois béat et saturé en endorphine, ton sujet sera enclin à apprécier le cadre naturel et à se mettre à réfléchir à comment préserver les intérêts de celui-ci.
Pour un public plus promeneur et moins porté sur les drogues dures: tu attaques sur des sujets environnementaux, et au cours de la balade, tu décontractes les gens sur les joies de l'adrénaline, en choisissant un terrain adapté qui les amènent à trouver ce genre de plaisirs à leur niveau.

Pourquoi développer le SRN?
Personnellement je préfère de loin ce type de jardin, aux jardins des stations de l'alpin.
Une activité comme le SRN ne doit pas se consommer bêtement et simplement comme un tour de remontée mécanique. Avant les joies de la glisse, il y a l'intérêt de préserver la montagne à mettre en avant. Un moniteur qui encadre une sortie de SRN ne doit pas se transformer en distributeur de coca cola: 2€ dans la main et je te donne juste le plaisir que tu es venu chercher et rien de plus.
Avant d'avoir des skieurs autonomes qui traînent dans tous les coins de forêt on a encore une sacrée marge. La nature reste encore un brin sauvage, pour s'y sentir serein, il faut maîtriser l'orientation, connaitre un peu les risques auxquels on s'expose et comment y faire face en cas de pépin. Dans ce temps d'apprentissage qui mène à l'autonomie, le moniteur a un rôle fondamental de sensibilisation à la fragilité des écosystèmes.
Que cela soit consenti, ou bien forcé: la montagne rend humble.
Celui qui brûle les étapes prend le risque de se cramer les ailes. En ski de fond ou en ski alpin on peut bien apprendre par essai/erreur, car on est dans un environnement aseptisé. En SRN, la nature en impose, alors on ne va jamais trop loin au début à moins d'avoir un grain.
C'est sûr qu'au jeu du développement d'une activité comme celle là, on risque d'avoir quelques grains à aller ramasser dans les bois à moitié transis de froid ou déjà raides.
Mon point de vue: si nous étions immortels, le SRN comme la vie en général, seraient bien vite lassant. Moi j'aime pas la crème anti ride et les crétins vendeurs de pillules qui tiennent des discours du genre: tu restes dans ton canapé, tu mets un masque pour éviter de t'enrhumer, une pillule bleu pour le matin, trois gestes de gym pour le cardio, une soupe chimique pour le soir et tu auras le plaisir de vivre tout seul chez toi, pour consommer longtemps jusqu'à passé 100 ans, et voir même plus si ton compte en banque est bien rempli.
Le SRN peut être une belle école de la vie parmi d'autres,à vivre sans petits périls, on fini quoi qu'il en soit dans une boite à pas cher qu'on peut se procurer au télé achat.
Modifié il y a 7 ans
Bonjour à toutes et tous,
Je suis grand amateur de sport de glisse en tout genre, je pratique le télémark en rando et sur piste, le ski de rando et sur piste, le surf et occasionnellement le ski de fond.
Je vient de découvrir le "Ski de Randonnée Nordique".
Je souhaiterai connaitre le type de fixation/chaussure utilisé ?
Je précise que l'objectif de mon poste n'est pas de cloisonner les pratique, mias plutot décortiquer le ou les matériels utilisés.
Sincères salutations hivernales.
Modifié il y a 7 ans
Désolé d'avoir encombré votre forum, je vient de trouver mon infos : http://www.skirandonnenordique.com/modules/pages/index.php?pagenum=19
Modifié il y a 7 ans
bonjour à tous et à toi N75 !

C'est vrai qu'il y a 20 ans le col des Supeyres n'était pas déneigé mais l'implantation d'un bâtiment par la commune dans le cadre du domaine nordique (zone à l'époque) a fait que son déneigement a été d'actualité.

C'est l'évolution et l'on y peut rien, par contre le sur-équipement qui tend à envahir le plateau côté sud est plus gênant à mon sens. Là où avant il y avait une barrière à neige dans la combe naturelle qui rejoint la plantation des Allebasses, il y a à présent une autre barrière qui prend une partie de la piste été puis qui la laisse pour aller rejoindre presque le bois.

Les snow kite sont une autre forme de ski qui ne me choque pas, car la plupart ont tout de même un esprit montagne. C'est autre chose … D'ailleurs, à cause de cette nouvelle barrière à neige on en voit moins de ce côté, alors qu'ils y allaient également. C'est un peu pour eux un frein à l'accès au milieu naturel.

Mais c'est vrai qu'il reste encore de quoi faire et heureusement ! Mais c'est vrai également que les aménageurs de tous bords rêvent d'en croquer toujours plus !

Bientôt l'électricité va être montée là-haut … après et sans doute un nouveau bâtiment … puis le ski étant possible et la neige étant conservée par la plantation qui évite qu'elle ne soit balayée comme sur le reste des plateaux, peut-être que la collectivité achètera cette plantation, car elle ne sera pas éternelle … Mais après ??? Des hivers comme l'an dernier ??? Alors avec le barrage des Pradeaux pas loin, je verrais bien des canons à neige …
Mais d'ici là, y aura-t-il encore des skieurs de fond assez sportifs pour se contenter de tourner sur un anneau enneigé artificiellement ?

Ci-dessous un lien intéressant sur le bilan de la saison 2011 du nordique. Depuis 94, ça baisse et ils disent que l'an dernier, l'hiver précoce a permis sans doute de vendre des cartes annuelles. Ils se posent la question : "est-ce une nouvelle clientèle ou cet hiver arrivé tôt mais parti tôt ?
Mais comme ils le mentionnent, ce qui fait rentrer de l'argent ce n'est pas ces cartes de sportifs de proximité (Sancho disait fort justement que pour ceux qui habitent à côté le prix du ski est dérisoire) mais les journées des occasionnels, et là, même si l'hiver n'a pas aidé, c'est la baisse inquiétante depuis longtemps …

C'est vrai que notre cher Forez sort de l'anonymat …



http://www.institut-montagne.org/nuxeo/nxfile/default/5e1e1d15-47e5-4102-bf39-6361334c91bf/file:content/2011-PDF-bilan-activite-nordique.pdf

Modifié il y a 7 ans