Quelle partie de la HRJ parcourir sur ~5-6 jours ?

Bonjour,

Nous avons l'idée de parcourir à deux une partie de la Haute Route du Jura (HRJ) fin Janvier sur ~5-6 jours. Je cherche à savoir quelle serait une partie intéressante et pratique. Ayant eu des problème de santé, mon entrainement est limité et je cherche donc plutôt quelque chose d'assez cool sans longues étapes et avec des dénivelés raisonnables…  Une idée qui me trottine dans la tête serait de laisser la voiture à la Cure et de remonter vers le Nord par les trains Suisses jusqu'à Sainte Croix/Les Rasses voir encore un peu plus au nord, Noiraigue ou Hauts Geneveys par exemple (on verra suivant la forme, qui sera testée ce week-end…smile) ; pour ensuite faire le parcours inverse à ski et par les hauts . Je pense prendre une petite pulka pour nos affaires/nourriture et dormir en cabane/gite.

Est-ce quelque chose qui semble "sympathique" aux fins connaisseurs du Jura ?
Ou il y a t-il plus intéressant à faire sur cette durée dans le Jura ?

Merci d'avance.

Pierre
Modifié il y a 5 ans
Il n'y a pas de parties que l'on peut juger, moins intéressantes que d'autres. Sur le tronçon évoqué, le champ des possibles, est sans doute plus important que sur d'autres secteurs.
En revanche, réfléchir un itinéraire, sur un linéaire guidé par un cap qui sent fort l'azimut, c'est une réduction importante du champ des possibles. Accessoirement, je me sens assez en forme, pour faire, un tracé la Cure Noiraigue en 5 ou 6 jours. Mais c'est déjà pas des moitié d'étapes, qu'il faut réaliser par neige dure, et dans l'éventualité de devoir faire sa trace dans un mètre de peuf, ça devient un défi qui n'est pas à la portée du premier venu.
Ça fait bien longtemps que je n'ai pas eu 5 ou 6 jours de vacances en hiver. Si je les avais je commencerais par éviter de dilapider un précieux jour de vacance pour jouer dans des bus ou dans des trains.
Sinon je sais que même bien en forme, je n'arriverais pas à faire tout le tour de ce que j'aurais envie de voir entre la Cure et le Mollendruz, ou entre le Mollendruz et Jougne, ou entre Entre les Fourgs et Noiraigue.
Ce n'est pas parce que le SRN est le ski de la conquête des pôles, qu'il faut impérativement réfléchir son utilisation, en mode azimut long pour traverser des territoires.smile
Une idée serait de laisser la voiture à La Noiraigue, de monter au Creux du Vent, direction Sainte-Croix, les Fourgs, Les Verrières, La Brévine, (La Sagne), Pont-de-Martel. Une autre, au départ de la Cure, de faire le tour de la vallée de Joux, via Le Pont, Jougne, Le Risoux, le Brassus. J'aime bien aussi traverser les chaînes, mais c'est plus sportif.
Le mieux est d'attendre le dernier moment, et de planifier en fonction de la neige et de la place disponible en gîte/hôtel, cela force à faire preuve d'un peu d'inventivité smile
Par contre, en hors piste, j'éviterais de traîner une pulka, il y a de nombreux murs en pierre sèche + barbelés à franchir.
Je rejoins totalement marcolino pour l'usage de la pulka, vivement déconseillée sur ce type de terrain, surtout en petite forme et pour dormir en gîte ou cabane. Le terrain est trop varié et encombré pour utiliser nos luges favorites. Pour les distances à la journée, il vaut mieux être sage et profiter de belles variantes, ou s'échapper pour profiter des pentes sympathiques qui jouxtent le parcours.
Bon parcours, mais pour l'instant, il faut attendre la neige.

Talon libre
Libère ton talon, libère ton esprit…
http://www.montagn.com
Désolé pour cette réponse très très tardive. J'ai recroisé de post en parcourant le forum, je l’avais oublié et plus qu'un peu :.(
Finalement notre séjour s'est raccourcis à 4 nuits en gite, 2 entre Le Pesse et les Moussières et 2 à Prémanon et avec les sorties à la journée (Crêt au Merle par la crête Nord, Cret de Chalam, ballade du cité de la cabane de Rochefort et un journée de pluie si je me rappelle bien). Bref la pulka est restée au placard et mous sommes donc resté sages. ;-)
Néanmoins je prends note de vos réponses au cas où : je devrais pouvoir faire une balade de 4 jours cette année début février avant de repartir mi-mars  pour une autre de 18 jours en solo dans le Nord de la Suède ; probablement une vague errance du coté du Kebnekaise en mode pulka/bivouac. Ces grandes étendues glacées commencent sérieusement à me manquer !