ski de fond combi

Les collants pipettes ont aussi le droit d'être ouverts à l'esthétique paysagère: c'est juste qu'ils donnent l'impression de moins en profiter car ils vont plus vite.
Mais la vitesse peut être un leurre, on peut trouver des skieurs à 2 à l'heure avec le regard rivé aux spatules ou d'autres à 20 à l'heure avec une réelle appréciation de la qualité des paysages traversés.
La vraie question à se poser c'est: quels types de plaisirs recherche t-on au travers de notre pratique du ski?
On peut avoir des attentes clairement sportives, des attentes ludiques, des attentes plus contemplatives…
On peut trouver des réponses à ces attentes en pratiquant du ski classique sur piste, du skating, du SRN, de l'alpin, du télémark, du snowboard…
Dans le registre des activités nordiques, il n'y a pas un style de ski qui est meilleur que l'autre. En revanche il y a entre style classique sur piste, skating et SRN: 3 activités très différentes qui seront plus ou moins exigeantes du point de vue apprentissage technique, plus ou moins exigeantes physiquement, et plus ou moins rapide à apprivoiser pour répondre à nos attentes.
Le ski de fond en classique ou en skating est un ski de performance. On peut tout à fait envisager l'apprentissage du ski de fond, pour le pratiquer dans un but de loisir et de promenade. Mais avant de pouvoir faire de l'aviron sans crispation, sur un lac avec du vent avec pour objectif de glisser en comptant les canards: on enchaîne des ploufs, on remonte on persévère et on finit par s'en sortir.
Le SRN n'est pas un ski de performance sportive, c'est le ski de promenade par excellence, ce qui ne veut pas dire qu'on ne peut pas envisager d'avoir une pratique du SRN sportive, voir engagée.

Si on cherche à se balader ou à s'amuser, le matériel de SRN présentera une plus grande facilité d'accès pour répondre à nos attentes de plaisir, que n'importe quel ski de fond. Si on est persévérant et que l'on cherche la glisse belle et efficace, avec les cheveux aux vents même en montée faut faire du fond. Devenir un bon skieur en classique avec une gestuelle efficace c'est environ 10 ans de métier à raison de 3 séances par semaine avec des bons conseils. En skating en l'espace de 5 à 6 ans avec la même fréquence on a déjà fait un bel apprentissage.
Ca parait long, le plus dur c'est de débuter, mais après c'est pas forcément pénible, on a du plaisir dans l'apprentissage. Mais si on a pas un minimum d'assiduité le ski de fond est ingrat, et on stagne.
On peut faire du ski de fond pendant 20 ans à raison d'une semaine de vacances par an, et s'auto-convaincre qu'on a réellement progressé. Certes on peut s'améliorer, mais sur une échelle de 10, où le 10 représente le high level collant pipette qui arrive lui de part sa technique à profiter réellement du paysage sans souffrance: je place l'autonomie en balade à 2.
1 c'est le débutant.
Et 2.5 c'est le niveau qu'on aura après 20 semaines de vacances en ski de fond sur 20 ans. C'est pas péjoratif, c'est objectif, et on peut avoir du plaisir surtout contemplatif à l'échelon 2.5.
Pour atteindre le niveau 2.5 en skating, on peut choisir du matériel adapté, ou du matériel pas adapté du tout. Faire du skating avec des skis à écailles, revient à peu près au même que partir avec du bon matos en se nouant une corde autour de la taille et en mettant un pneu de bagnole à tracter au bout de la corde. A mon sens le ski classique ou skating c'est déjà assez difficile pour ne pas chercher à se compliquer la vie encore plus.

En SRN il existe aujourd'hui du matériel qui donne de réelles perspectives de plaisir ludique, même pour une pratique occasionnelle.
Et c'est du matériel facile à prendre en main pour quelqu'un qui cherche juste de la balade nature, contemplative, sans aucune quête d'adrénaline.
La difficulté c'est où aller, car la liberté totale peut effrayer un peu.
Un débutant qui ne veut pas ou n'a pas les moyens de se payer un moniteur, n'a pas besoin de risquer sa peau en s'isolant sur les hauts plateaux du Vercors pour apprécier de la glisse et du paysage.
Il y a du très beau et très bon ski à prendre à proximité des villages. C'est pas parce qu'il n'y a pas une trace sur la petite colline de derrière l'église, qu'il faut se sentir couillon à l'idée d'aller labourer ce champ de peuf.
Le plaisir de la glisse, comme le plaisir d'être dehors et d'apprécier la nature, ça ne se compte pas en kilomètres, ça n'implique pas forcément de savoir lire une carte, on est pas obligé de cogiter pendant des heures pour planifier un itinéraire (qui peut parfois s'avérer chiant une fois sur le terrain).
On prend ses planches, on sors avec ses amis, ses enfants, pour un bain de soleil et un grand bol d'air, et si le champ de neige était bon à descendre, on a le droit de remonter 10 ou 20 fois dedans du moment qu'il y a du plaisir. On bascule dans la combe d'à côté et on va là où notre regard nous attire, sans forcément s'éloigner de la civilisation, si on ne se sent pas encore prêt pour le faire.


Pour Tone Troope, si tu cherches à progresser en classique ou en skate, ne cherches pas forcément à faire 50 bornes. Si tu t'en fou de progresser mais que tu veux absolument faire 50 bornes c'est un autre débat, il y aura toujours du plaisir dans l'obtention de son quota d'endorphine.
Entre classique et skate à un très bon niveau de technique, il n'y a pas forcément beaucoup d'écart en terme de vitesse de déplacement.
Transju 2011: parcours de repli 40 km
Même neige, même parcours épreuve de classique Pierre Chauvet gagne en senior à 23km/h de moyenne, il fait 3ème en skating à 25km/h
Modifié il y a 9 ans
gogol est ton ami
http://www.atomic.com/fr-CH/Products/Nordic/Ski/Sport/PRO_COMBI_JUNIOR/AB0020072.aspx?filter=
Modifié il y a 9 ans
Salut Sancho, belle prose!
pour les 50km dans un temps contenu, c'était un cas assez particulier.
J'étais aux US pour le boulot, j'avais qu'une journée dans les montagnes, et je voulais aller voir un point de vue situé de l'autre coté du plateau…
Je regrette rien car c'était magnifique, le haut plateau certes mais surtout la vue sur la vallée du Yosémite, et ça m'a permis de croiser un ours brun pas encore endormi (sur le coup mon bonheur était mitigé).

Je veux bien croire que pour les meilleurs il n'y ai pas une grande différence entre les 2 techniques, mais pour moi elle me semble évidente. Et si je croisais plus souvent les pistes, je me poserai certainement aussi la question du compromis, un ski d'alternatif "permettant" de faire un peu de skating.
Modifié il y a 9 ans
Merci pour toutes vos réponses mais, cela ne répond toujours pas à mes questions : peut-on utiliser des skis avec carres et écailles pour faire du classique et du skating ?
Quels skis doit on sinon utiliser pour faire les deux ?

Moi, ni l'une ni l'autre technique ne me pose problème.
C'est juste que j'aime bien changer selon l'envie, c'est plus sympa que de faire que l'un ou l'autre.
Modifié il y a 9 ans
Je te conseillerai des skis de randonnée nordique
Maintenant, ils font des skis assez larges, courts, même paraboliques qui tiennent très bien dans les descentes, avec le pied bien calé dans les descentes, et avec le talon libre dans les montées, avec écailles ou peaux
À limiter cependant à la moyenne montagne.

Sinon, il vaut mieux passer carrément au ski de randonnée, plus lourd, plus cher, avec peaux et Arva obligatoires
Modifié il y a 9 ans
Il me semble t'avoir repondu ,oui ca existe:

Le Pro Combi Atomic combine le meilleur des skis de classique et de skating tout en faisant preuve d’une maniabilité tout en douceur.


Ultra-léger et polyvalent, son poids est considérablement réduit grâce au noyau léger en High Densolite, tandis que son profil Sport ultra-plat permet de maximiser la poussée pour augmenter la vitesse et allonger les phases de glisse. Son patin étroit rend ce ski particulièrement maniable, même en descente. Le Pro Combi convient parfaitement aux skieurs de fond moins techniques en quête d’un ski véritablement polyvalent.
A toi de faire une recherche et de trouver un vendeur

Maintenant faire de la rando avec "may be"
j'ai bien traversé le vercors avec des skis de fond hihi c'etait il y a longtemps (sydrome de ……smile je sais.

Modifié il y a 9 ans
L'important c'est le plaisir.
Je pense déjà avoir eu des expériences un peu comparables à la tienne au Yosémite. Des journées à pied ou à ski où on se fait littéralement happé par la beauté des paysages, où on se fixe un col où un sommet au loin et une fois arrivé au dessus le spectacle donne envie de poursuivre vers l'avant. Le style ou la fatigue n'ont parfois plus aucune importance, seul compte le plaisir de prolonger la découverte de paysages magnifiques.

De mon côté les premières rencontres avec l'ours, c'était un mélange de fascination et d'appréhension. Sur la petite vingtaine que j'ai croisé, je me suis toujours aperçu qu'ils courraient vachement plus vite que moi et toujours dans le bon sens. Ça n'enlève rien au doute dans l'instant de la rencontre, mais ça atténue l'appréhension.

Si Christian ou quelqu'un d'autre à une oeuvre de Gogol à me suggérer je suis preneur.

Sur le début du descriptif, Mr Atomic ne triche pas, il dit que c'est : "aussi performant en skate qu'en classique" :-D :-D :-D
Après il passe un peu de pommade avec du jargon qui pourrait faire penser à de la haute technologie aérospatiale et au final on se retrouve avec un ski qui accroche très peu en classique, et qui manque cruellement de glisse pour réussir à ne pas misérer en montée en skating.

En alpin, quand on vend un ski adapté à un débutant, il y a eu de la recherche de faite pour que le ski soit plus facile pour un débutant.
En ski de fond dans les gammes pour débutant on trouve des skis conçu sur les mêmes lignes que le matos pour les bons, mais avec des matériaux et des finitions au rabais. A la fin même un bon skieur en chie pour réussir à piloter un matériel de débutant.

Franchement le ski de fond c'est une magnifique activité, mais c'est pas facile quand on débute. Les fabricants de matériels ne semblent pas être payés pour réfléchir à des solutions qui pourraient aider les débutants à s'en sortir plus facilement. :-x :-x :-x
Modifié il y a 9 ans
Le principal pour notre ami c'est que ca existe .Il veut des combi c'est son droit.Tiens je lui ai degoté ca a ce prix il risque pas grand chose.
http://www.nordicskiersports.com/xc/atomic-pro-combi-ski.html
Sancho gogol pas l'ecrivain mais le chercheur!
Quand a l'accroche hummm ne parlons pas des choses qui fachent :evil:
Modifié il y a 9 ans
Yann_T a écrit :
Merci pour toutes vos réponses mais, cela ne répond toujours pas à mes questions : peut-on utiliser des skis avec carres et écailles pour faire du classique et du skating ?
Quels skis doit on sinon utiliser pour faire les deux ?

Moi, ni l'une ni l'autre technique ne me pose problème.
C'est juste que j'aime bien changer selon l'envie, c'est plus sympa que de faire que l'un ou l'autre.

Bonjour
Je te réponds, oui ça existe et j'ai déjà essayé, j'en avais loué des tous neufs à Autrans il y a déjà quelques années. Mais franchement je trouve que c'est aussi mauvais en classique qu'en skating, c'est pour cela qu'on n'en trouve pratiquement pas. Alors c'est vrai que ce n'était surement pas des pro combi.
En fait sous la semelle c'est partagé en deux parties sur une moitié sur une partie de la longueur au niveau des fixations tu as des écailles et le reste est lisse. Tes deux skis sont symétriques et selon ce que tu veux faire tu mets soit les écailles à l'intérieur soit la partie lisse. Il n'y a pas de carres. On les prends 10 cm plus long que les skis de skating donc conduite médiocre dans les deux disciplines à tous les points de vue. Au final dès que la neige est soit un peu dure soit un peu molle tu ne peux plus faire ni l'une ni l'autre des techniques. Il n'y a plus qu'à marcher et je ne te parle pas des montées. En skating tu as intérêt à avoir deux fois plus de cuisses qu'avec skis adéquats. En dehors des traces n'y comptes pas tu vas botter à tous les coups. franchement je pense qu' on ne risque pas de se faire plaisir avec ça si on sait faire un peu de ski de fond.

Ce qui existe c'est des skis de randonnée nordique étroits (70 mm de large max qui passent donc dans les traces si tu veux faire du classique et hors piste dans des neiges et des pentes pas trop compliquées, mais avec ça tu oublies le skating ou alors max sur 10 m damés.
j'espère avoir répondu à ta question.
Modifié il y a 9 ans
J'en ai une paire qui date des années 90. Je ne les ai pas beaucoup utilisés. Je voulais essayer le skating, mais ça donne vraiment une piètre expérience du skating.
Je suis entièrement d'accord avec la description de Goti.
Je veux bien les céder pour 15 euros.
les caractéristiques
Fischer 187 - Crown base 650 air core Blade
fixation SNS profil Skate et Classic
J'ai aussi des chaussures Skate classic (SNS profil) en pointure 44
Modifié il y a 9 ans