SRN et paiement de redevance ski de fond

Il est vrai que l'accès libre et gratuit au domaine public pose quelquefois problème sur les pistes damées-tracées- (et en principe sécurisées) car en pratique ce n'est pas toujours le cas mais là n'est pas la question.
En fait le code général des Collectivités Territoriales (article L2333-81) précise que l'accès libre et gratuit au milieu naturel est maintenu sur tout site Nordique comportant des itinéraires de ski de fond ou de loisirs de neige non motorisés soumis à redevance d'accès, dans le respect des droits des propriétaires, des règlements de police en vigueur ainsi que des aménagements et du damage des itinéraires.
En clair on ne peut effectivement pas empêcher un "randonneur" même muni de matériel adapté à la piste damée-tracée d'emprunter éventuellement celles ci..
Le "randonneur" averti, dont je pense faire partie évitera au maximum les pistes payantes, mais ne sera pas à l'abri, tant sur les pistes ski de fond que raquettes, de se faire interpeller par le personnel de surveillance, (qui fait son travail) ça m'est arrivé n'ayant pas toujours, comme eria, la tenue vestimentaire du vrai randonneur.
Je pense que le PERSONNEL devrait être bien informé de cet aspect des choses, et, pourquoi pas, afficher à SON USAGE en tout cas, le paragraphe du code général des Collectivités Territoriales ci dessus.
forez63
Le "randonneur" averti, dont je pense faire partie évitera au maximum les pistes payantes…
Encore faut-il pouvoir les éviter, et même en connaissant le massif mieux que sa poche !  …ou alors aller randonner ailleurs…smile
Salut N75.
A vrai dire je pense qu'à l'altitude des Pradeaux en tout cas, le ski de fond DE PISTE est en perdition à plus ou moins long terme.
Les collectivités locales ne pourront plus renflouer les comptes sans doute plombés par les charges de personnel et de matériel (balisage-débalisage, damage-traçage, perception de la redevance, sécurité etc.) et avec une fréquentation probablement en baisse.
En gros, l'avenir du ski de fond de piste en moyenne altitude me semble bien sombre.
Je pense que ces stations devraient se convertir en site de randonnées:  location (et accompagnement éventuel) skis-raquettes-(chiens de traineaux pourquoi pas).
J'ai eu l'occasion de discuter avec les pisteurs de 3 domaines : Cervières (05), Guéry et Pessade (63). Tous sont d'accord pour ne rien demander aux vrais "randonneurs", Ils demandent juste de respecter les rails et le sens.
Par contre, ils sont à cran contre les piétons qui ne veulent pas payer la modeste redevance de 2 € avec l'argumentaire "si nous n'avions pas damé la piste, elle serait impraticable". Je les comprend.
JMC
forez63
Les collectivités locales ne pourront plus renflouer les comptes sans doute plombés par les charges de personnel et de matériel
Dans nos départements ruraux, faiblement peuplés, dépendant fortement de la fréquentation touristique, certaines collectivités choisissent délibérément de subventionner des activités structurellement déficitaires.   L'entretien de certains domaines nordiques en fait partie.
Leur calcul est simple:  1€ subventionné + 1€ provenant de l'extérieur vaut mieux que 1,50€ de prestations sociales …

La question est:   Ce choix est-il judicieux et porteur d'avenir ?

smile  eria  smile
Plus belles des traces tu laisseras, meilleur skieur tu deviendras smile
N_75
Dans mon coin perdu du Massif Central, même des spatules de 112mm et des fixations à câbles ne les intriguent pas ! smile

J'ai un peu le sentiment qu'ils se sentent investis d'une mission d'utilité publique, le seul truc qui parvient à amener un peu de monde dans leur villages de toute l'année, et de là ils ont un peu de mal à discerner un resquilleur aux intérêts de la communauté, d'un randonneur.
Reste à savoir si c'est intelligent et productif:           On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre smile

smile  eria  smile
Plus belles des traces tu laisseras, meilleur skieur tu deviendras smile
eria
Dans nos départements ruraux, faiblement peuplés, dépendant fortement de la fréquentation touristique, certaines collectivités choisissent délibérément de subventionner des activités structurellement déficitaires.
…et c'est le cas à mon avis, pour beaucoup d'activités, ! (cinémas ruraux, médiathèques, piscines, etc…et chez moi, même ski alpin 3*** ).
La différence est que dans mon trou, l'apport de la fréquentation touristique frise le néant…

eria
Reste à savoir si c'est intelligent et productif:
le problème est qu'ils ont l'appui des collants-pipettes qui en demandent encore et encore, en fait la seule voix susceptible de se faire entendre. Et paradoxalement voix qui ne paie qu'une fois en début de saison…
Modifié il y a 3 ans
Il est évident que le ski de fond (de piste), sur les crêtes du Forez en tout cas, a plutôt couté de l'argent qu'il n'en a rapporté. Ce n'était d'ailleurs pas le bût à l'origine (dans les BONNES années) mais plutôt celui d'apporter un "plus" à ces secteurs concernés par l'enneigement favorable mais défavorisés par leur isolement.
ça a "marché"  dans les bonnes années, au début, et de part l'engouement de l'époque pour le ski de fond, mais, en dehors du handicap insurmontable de l'altitude et d'hivers de plus en plus incertains, en ajoutant la pratique du skating, belle discipline mais quand même moins à la portée de tout le monde, le skieur "commun" s'est éloigné des pistes et rapproché de la "rando". Ajoutons que le grand développement de la course à pieds (trails par exemple) ou du vélo de route ou du VTT a contribué aussi à la désaffection pour le ski de fond de piste, mais ce ne sont que des réflexions personnelles et je souhaite que le ski (toutes disciplines confondues) continue.

 
Je vois que ça discute dur sur les "droits d'entrées" sur la neige … smile
Vaste sujet complexe mais c'est bien vrai que la loi pourtant est très claire là-dessus avec le libre accès au milieu naturel même si ça commence par des pistes damées.
j'ai remis moi-même en main propre et Forez63 était avec moi, au président du syndicat mixte des Crêtes du Forez, un élu donc et à son directeur de l'entité pré-citée, le document imprimé à partir du site de Montagne Massif-Central (branche de Nordique France et gestionnaire du ski de fond sur piste dans le massif Central) rappelant l'article de loi sur le libre accès au milieu naturel, bien reprécisé en 2006 quand la loi Montagne a été modifiée pour "absorber" ou plutôt assurer des recettes supplémentaires ou soi-disant aux domaines nordiques en y incluant la raquette et les chiens de traîneaux entre autre.  
Malheureusement je crois qu'ils ont oublié, omis ou délibérément évité de transmettre ça à l'étage en-dessous, donc à leur personnel Surtout que montagne Massif-Central a bien vite retiré cet article de son site, ça faisait il est vrai un peu tache et mieux valait demeurer dans le flou et si possible laisser aux domaines nordiques "peler" des quidams qui faute de référence se croit hors la loi alors qu'ils sont dans leur bon droit.
Sinon pour bien comprendre l'économie du nordique, il y a un article très intéressant et fort bien documenté, ni à charge ni à décharge, mais qui repose simplement sur des faits, des chiffres et des constatations que tout un chacun s'il accepte d'ouvrir les yeux, peut voir sans l'aide de personne. 
Il se trouve sur le dernier numéro de Nordic Mag Alpes du sud N° 11. Il est consultable en ligne à l'adresse ci-dessous :
http://www.nordicalpesdusud.com/
On tombe sur leur site et en bas à gauche ils parlent du nordic Mag avec un petit rectangle avec la mention "lire en ligne". Il faut donc cliquer dessus.
Ensuite on feuillette les pages avec la petite flèche sur la droite ou le curseur dessous. l'article se trouve entre les pages 14 à 19.
Bonne lecture smile

Modifié il y a 3 ans
Depuis quasi 1 an je suis exilé en Allemagne de l'est, pas loin de la frontière avec la République Tchèque. Le coin y est un peu valloné (altitude max 1250m) et le climat continentaux donc théoriquement un peu plus froid que dans le massif central à altitude équivalente (théoriquement, parce que cet hiver… hum … ben c'est comme en France!). Donc moyenne montagne + froid = ski nordique potentiellement pratiquable, mais pas forcément rentable car l'enneigement peut s'avérer aléatoire.
D'où la petite découverte de l'hiver : dans pas mal de coins, l'espace naturel est en libre accès (gratuit), et les pistes de fond sont tracées de temps en temps seulement. Par contre ce sont les parkings qui sont payants (de l'ordre de 3€ par jour par voiture).
Au début la méthode me choquait un peu ("s'il faut même payer le parking à la campagne… smile"smile, mais finalement ce n'est peut-être pas mal : tout le monde paye un peu (touristes ou gens du coin, fondeur, promeneur, raquettistes, etc), tout le monde cohabite sur le domaine, pas besoin de beaucoup de personnel pour faire tourner l'affaire, etc. Et socialement cela ouvre le ski nordique à plus de gens : une famille nombreuse n'aura pas à payer 5-10€ par personne, mais seulement les 3€ pour la voiture. Et pourra se permettre un bon chocolat chaud à l'auberge du coin au retour smile
En fait leur système est comme un service publique (comme en scandinavie d'ailleurs): quitte à être déficitaire sur le seul aspect "piste de fond", autant attirer le plus de personne pour faire vivre le coin.
ça pourrait être un début de solution pour les petits domaines de moyenne montagne qui inexorablement vont devoir jouer avec des hivers que nous vivons cette année.