SRN et paiement de redevance ski de fond

C'est assez intéressant comme solution. Seul problème: à partir du moment où une, ou des pistes, sont damées, même de temps en temps, en France tout au moins, je crois savoir qu'elles doivent être sécurisées, par du balisage et la présence de personnel accrédité, quand elles sont affichées OUVERTES.

Qu'en est-il là bas?
Pas de pisteur prêt à intervenir en cas de pépin en tout cas. Les pistes en elles-même sont légèrement sécurisées (un coussin sur arbre en bas de descente, quelques filets). Balisage présent toute l'année  (PR standard).
La sécurisation en France fait parti du service offert par l'exploitant du domaine nordique, non? Si pas d'exploitant (personne ne récolte les sousous), le skieur/promeneur/raquettiste pratique sous son entière responsabilité, comme un SRNeur. Ou bien est-ce plus complexe?
Je laisse "Forez" faire la réponse appropriée à cette demande. D'avance merci à lui.
Merci Ren de relater ton expérience ! smile
Quelqu'un qui était allé au Canada dans les 80' m'avait expliqué que le principe était le même. Mais depuis ça a pu changer….
Bref, vous ne payez pas l'autoroute pour aller skier, mais le parking smile

Ce qui me fait râler, c'est que le système qui nous em*erde (au moins chez moi) est conçu pour une minorité de collants-pipette, alors que eux ne paient qu'une fois en début de saison, et ce sont eux qui sont les plus exigeants sur la qualité du damage, et ce sont encore eux qui consomment les plus d'espace, qui lui se restreint devant les nouvelles activités et l'enneigement moindre.

Je me demande parfois si d'un point de vue global (je pense aux zones rurales,, pas aux grands centres nordiques), ce ne serait pas plus rentable au niveau comptable et surtout au niveau social, de revenir au principe qui eu court jusqu'au milieu des 80' de la gratuité d'accès à des pistes préparées avec des moto-neige, ou au moins de petites dameuses bien plus économiques, ce qui a mon avis amènerait plus de monde que ne feraient partir de sportifs, et de monde qui n'hésiterait pas à pousser la porte de l'auberge locale où je n'ai jamais vu entrer un collant-pipette.
Modifié il y a 3 ans
N_75
Je me demande parfois si d'un point de vue global (je pense aux zones rurales,, pas aux grands centres nordiques), ce ne serait pas plus rentable au niveau comptable et surtout au niveau social, de revenir au principe qui eu court jusqu'au milieu des 80' de la gratuité d'accès…
Que je sache, à part quelques lieux d'exception priv(atis)és  pour milliardaires, le littoral maritime est gratuit, et pourtant, ça rapporte …

Pour en revenir au domaine nordique, la commune de Lus-la-Croix-Haute dans la Drôme ouvre gratuitement ses pistes de fond au public.  Le but étant de diversifier l'activité "ski".   La petite station de ski alpin est idéale pour les débutants et les enfants, mais vite limitée pour qui veut skier à plus haut niveau.
Du coup, pas mal de parents vont faire un petit tour dans le vallon, pendant que les enfants "dévalent" les pistes !
La piste de fond est entretenue à minima (un tour de dameuse après une grosse ou plusieurs petites chutes de neige).  Pas de pisteur et autre secouriste …
Du coup, personne pour réclamer ou se plaindre …

Pour la régie d'exploitation de la station, le surcoût dû au ski nordique est marginal.

Un exemple à suivre ?

smile  eria  smile
Plus belles des traces tu laisseras, meilleur skieur tu deviendras smile
Salut N_75,
qui qualifies-tu de "collant-pipette" ? Il me semblait que ce terme péjoratif était utilisé pour parler des adeptes de ski alpinisme alors que je crois comprendre que tu fais allusion aux pratiquants de skating.
Est-ce véritablement utile en utilisant ce terme de froisser un ensemble de personnes, peu importe la discipline, qui se retrouvent peut-être parmi les lecteurs … 
Excuse-moi Gedryd si je t'ai froissé ! smile
C'est un terme que j'ai découvert sur ce forum, employé des dizaines de fois, ne sachant s'il désignait un public en particulier (pratiquants de skating, adeptes de ski-alpinisme, de course à pied en montagne, etc)
Personne n'ayant eu de remarque à faire, je l'ai repris.
A l'avenir, j'éviterai, promis !
Modifié il y a 3 ans
l'an dernier en fin de saison dans les bauges près du revard,j'ai eu ce problème d'accès alors que mon attelage était prèt à partir pour une rando de quelques heures en fin de journée; un garde onf en civil venu faire un peu de ski s'est érigé en "gardien du temple" et m'a empêcher de partir et me menaçant de pv si je partais même après la fermeture des pistes;j'ai eu beau argumenter sur la loi montagne rien n'y a fait;le renfort de pisteurs venus en motoneige n'a pas arrangé mon cas et plus aucune discussion sensée avec ces gens obtus n'a été possible;mon crime de lèse majesté ce jour là?vouloir faire 200 m sur la piste pour atteindre le point me permettant de la quitter pour la liberté!!
j'ai eu beau argumenter carte ign à l'appui et pelle américaine sur le traineau pour un éventuel nettoyage de la piste en cas "d'accident" rien n'y a fait.le plus fort c'est que peu auparavant 2 gardes onf en tenue et au travail m'avaient regardés me préparer par curiosité sans la moindre remarque;
de guerre lasse,j'ai tout plié et je suis parti sur le plateau des glières où l'accueil était très convivial et où il y a de l'espace pour tout le monde.
heureusement que pour mon activité de loisir le pilat et le forez ne sont pas loin et restent des régions "civilisées".
NB:dans les pays nordiques , je n'ai jamais rencontré ce genre de problème.
Il est vrai que le cas particulier des attelages peut poser problème sur les pistes damées-tracées. Il se résout facilement en affectant un coté du domaine (on en trouve bien en cherchant) et en y "battant" sommairement une piste à la moto-neige. Une contribution (achat carte ski) est demandée par le muscher lui même qui peut aussi proposer au public des initiations à la conduite d'attelages. C'est ce qui est fait sur le site du col du Béal (Puy de Dôme) on peut également, sur cette piste "diriger" des gens à pieds ou en raquettes ce qui arrange bien tout le monde y compris l'auberge qui profite de ces présences.
Ouh là là ! smile il y a plein de questions à tenter d'y donner une réponse appropriée …smile
Commençons par le haut pour Ren :
Ren
La sécurisation en France fait parti du service offert par l'exploitant du domaine nordique
Eh bien là je donne une réponse de Normand à la question :
La sécurisation des pistes de ski de fond tracées fait partie des attributions de l'exploitant donc du domaine nordique concerné, là c'est vrai mais par contre ce n'est pas un service mais une obligation. Du moment que le domaine nordique balise et trace des pistes, fait ensuite la promotion de son site afin d'attirer le "client", et même si lesdites pistes sont gratuites, il doit absolument assurer la sécurité de celui-ci.
La location de ski, le chocolat chaud, la halte garderie, la salle hors sac au départ des pistes sont un service et peuvent être fermé alors que le domaine est ouvert mais la sécurité est une obligation qui n'est "fermée" que lorsque les pistes et donc le domaine le sont. J'ai d'ailleurs l'an dernier rappelé encore une fois ça au domaine nordique des Crêtes du Forez qui mettait sur son blog pour le 1er janvier, que les pistes étaient damées mais sans les services associés, location et sécurité. Il y a quelques années ils avaient même fait mieux en écrivant que les secours n'étaient pas assurés les jours de mauvais temps, mais bon … Ils ont toujours eu de la chance : cette saison ils sont intervenus et ont fait du bon boulot pour un malaise cardiaque … et fort heureusement le domaine était ouvert …
Donc pour résumer, on attire le client on doit assurer sa sécurité. Sur une piste VTT, un sentier de randonnée, la sécurité est assurée par les pompiers locaux qui peuvent en théorie accéder sur les lieux d'une intervention. Mais pour le ski ça se corse à cause de la neige, puisqu'ils ne disposent pas des équipements adaptés pour intervenir, soit en règle générale une motoneige avec traîneau. C'est pourquoi les domaines doivent assurer les secours.


Pour Eria :
eria
La piste de fond est entretenue à minima (un tour de dameuse après une grosse ou plusieurs petites chutes de neige).  Pas de pisteur et autre secouriste …
Là, tu parles d'un domaine de fond gratuit qui jouxte une petite station d'alpin, donc les secours, si secours il y a, seront effectués par les pisteurs de l'alpin, qui là aussi et encore plus qu'en fond sont obligatoires. Dans le Forez, si on prend comme exemple l'alpin à Prabouré, les pisteurs pourraient intervenir sur le col des Supeyres.
Après, l'interprétation de la sécurité sur les pistes est l'affaire du maire de la commune concernée :
En effet, il peut de son propre chef, décider de se passer de pisteur en considérant que les pompiers locaux ou tout autre organisme habilité, feront l'affaire, mais il faut dans ce cas qu'il les dote ou s'assure qu'ils possèdent le matériel nécessaire aux interventions sur neige.
Par le biais du syndicat mixte qui gère le domaine nordique des Crêtes du Forez, les maires des communes concernées, délèguent à celui-ci et à son président leur pouvoir de secours.


Pour Gedryg et N_75 :

Gedryg
"collant-pipette"
smilesmile Je reconnais bien là notre bon N_75 … smilesmile J'ai fait parti des collants pipettes moi aussi et ne regrette pas ce lointain temps-là où je faisais des courses de ski et donc était équipé en conséquence smile Mais je ne demandais jamais au domaine nordique de me tracer des pistes particulières et surtout de tracer quand les conditions n'y étaient pas, je skiais quand même si c'était possible et puis voilà. C'est vrai que maintenant les sportifs ne sont jamais ou rarement satisfaits et n'ont jamais assez de kilomètres tracés pour varier leur plaisir. C'est une autre époque, 100 fois moins de skieurs et 100 fois plus d'exigencesmile, jusqu'à quand ???? Tant que l'argent public ne coûtera pas cher smile. En 1996 une personne de jeunesse et sports avait fait une étude officieuse sur le ratio fréquentation/ nb de kilomètres de pistes tracées des domaines auvergnats. A'époque nous faisions sur le domaine nordique des Crêtes du Forez, 20 000 journées ski par saison avec 125 km de piste sur le côté sud (les Supeyres/les Pradeaux/Prabouré), selon l'étude comparée au meilleur site français, il fallait descendre à 50 km de pistes tracées. Aujourd'hui on est sous les 10 000 journées ski et il y a 150 km de pistes tracées et plus de personnel à payer … smilesmilesmile C'est de la démagoarytmétique d'élu smilesmile

Mais un conseil, si l'argent public est côté en bourse, prenez vite des actions car à mon avis et malgré toutes les promesses, il n'est pas prêt de devenir cher, c'est avec ça que ceux d'en haut assurent et assoient leur pouvoir ou plutôt celui de tenir leur cul à la bonne place smilesmile


Pour Mush69 :


mush69
mon crime de lèse majesté ce jour là?vouloir faire 200 m sur la piste pour atteindre le point me permettant de la quitter pour la liberté!!
Alors là, le garde de l'ONF et les pisteurs avaient tord … smile
La loi montagne est claire : accès libre et gratuit au milieu naturel même si ça commence par des pistes damées.
Voir le lien ci-dessous qui avait un temps été publié sur le site de montagne massif central qui gère le ski de fond et les domaines nordiques puis enlevé et que je viens en cherchant un peu, de retrouver sur le netsmile


http://doc.sportsdenature.gouv.fr/doc_num.php?explnum_id=443



Il est bien spécifié dessus (copier/coller) :


"Accés libre et gratuit au milieu naturel : Les pratiquants qui souhaitent accéder au milieu naturel non aménagé doivent conserver cette possibilité gratuitement même s’ils empruntent en partie un circuit payant. Les circuits payants sont destinés à satisfaire des niveaux de pratique faciles"



Le facile est assez marrant mais bon smile


Donc Mush69 du moment que tu empruntes juste la piste sur 200 m, tu rentres en plein dans ce cadre là, va sur le site, imprime le papier et mets leur ça sous le nez en les menaçant d'un dépôt de plainte pour entrave à la libre circulation des usagers tant qu'ils demeurent dans le cadre de la loi, inscrite dans la Constitution.


Voilà, à plus pour encore débattre smile
Modifié il y a 3 ans