N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Location SRN norme 75 sur Grenoble ou Briançon

On risque bien de partir une n ième fois en HS, mais c'est tout ce qui fait le charme de ce forum smile

Pour n'avoir passé que 30 secondes dans des T4, j'ai quand même envie de dire que pour des personnes qui viennent du ski alpin et des attelles qui vont avec, ça doit quand même vachement rassurer quand elles se trouvent en haut d'une pente…
Et inversement, pour des gens comme moi qui viennent du ski de fond et du SRN en godillots d'entre deux guerres, la Svartisen apporte un tel maintien de pied que j'en arrive à me demander à quoi servent les tiges de mes Hardwire pour les reliefs assez doux que je fréquente smile
L'hiver prochain j'équipe mon Trafic de matos de location, et je sillonne le Massif Central avec…smile…afin de prêcher la bonne parole…
Modifié il y a 4 ans
J'ai passé une semaine dans les Hautes-Alpes avec les T4 de Grillet, obligé les premiers jours à rester en fond de vallée par la nivo, je les ai vite abandonnées pour mes XAVD.
Par contre, en rando "nordico-alpine", par exemple les pentes au dessus de ma chapelle Saint-Anne au Monetier, dans 30 cm de neige fraiche , ya pas foto, j'étais bien content de les avoir !
A noter pour la location : Bessac Sport au Mont Dore (Sancy) loue des packs skis et chaussure SRN, mais je ne sais pas quel matériel. EN 2010, c'était du Fischer NN bas de gamme
JMC
tiens puisqu'on est dans le hors sujet, je vais en rajouter une petite couche.
Je suis parti l'an dernier faire un tour entre la kungsleden et le sarek avec 2 amis.
Pour le programme prévu, j'aurais bien opté pour des skis fins et chaussures souples, mais bon, pour 2 semaines je n'allais pas me racheter du matos, et suis donc parti avec T4 + chili cable + epoch. Un pote avait des NNN BC avec des chaussures gore-tex, le troisième des svartisen + NNN BC.
J'avais prévu d'en ch**r comme un russe, mais voila les conclusions qu'on a tiré de cette expérience:
- quand ça déroule, pas de surprises, avantage aux skis fins et chaussures souples, mais rien de rédhibitoire le train est resté groupé.
- par les journées froides, les gore-tex un peu agées étaient vraiment juste, les svartisen mieux. j'ai pas du tout eu froid dans les T4. (en même temps le froid c'est subjectif)
- les crochets de cheville des svartisen on posés pas mal de soucis, mais je ne sais pas si c'est un soucis de robustesse de la chaussure, de comportement des plastiques au froid, ou un manque de poésie de mon pote. 
- on a eu pas mal de soucis de fix NNN BC qui gèlent, difficiles à chausser/déchausser. (NNN BC automatiques, pas à levier) Un jour un collègue a du se résigner à rentrer dans le refuge en skis…. Et là je me suis demandé ce qu'auraient donné les 3 pins… finalement le système simple et robuste de la norme 75 + cable c'est pas mal.
- le soir venu (quand sous le tipi) je préférais largement envoyer mes chaussons de T4 au fond du duvet que de redouter des fuites des sacs plastiques contenant les chaussures.
- on s'est fait de belles journées, mais une fois le tipi planté ou le refuge rejoint on partait balader autour, et on s'est même payé le luxe de faire un peu de rando en étoile. Et là, quel plaisir de profiter des pentes vierges! (bon, avec le vent, la nivo n'est pas bien simple et les crénaux pas larges, mais y'a moyen de se faire vraiment plaisir). 
Bref, je pensais en baver, au final sur l'ensemble de notre traversée j'ai plutôt fait des envieux.
Modifié il y a 4 ans
ToneTrooper
Chaque skieur un peu expérimenté fera son choix en fonction  de ses envies et de son programme, mais là on parle de matériel de location.
C'est bien là le problème. Pour louer, les gens n'ont pas vraiment le choix dans le matériel. L'image perçue de l'activité quand on essaye avec des skis un peu fins et des nnn bc, n'est pas la même qu'avec des norme 75. A mon sens le matos loué pour du SRN correspond la plus part du temps à un pack matériel idéal pour un débutant qui veut se mettre au ski de fond. Accessoirement il n'est pas complètement dépourvu de qualités pour sortir des pistes pour de très bons skieurs, et il n'est pas complètement déroutant non plus pour les autres si la neige est vraiment bonne.


ToneTrooper
J'ai fait découvrir l'activité à pas mal d'amis, skieurs alpins bons (certains même télmarkeurs) ou plus souvent moyens, souvent moyennement motivés par l'idée d'aller "se promener" (déjà que pour certains en rando alpine y'a pas assez de descente….
bref, le retour est assez unanime, pas de NNNBC ou équivalent…. en revanche le pack grillet sport passe très bien

Pareil pour moi, sauf que ce ne sont pas forcément des amis mais des clients.
Je dirais qu'environ 70% d'entre eux ne sont jamais montés sur des skis de fond. Pour cette saison on va approcher les 500 clients qui ont découvert le SRN. Un pack époch ou annum monté avec des hardwire et des Svartisen ça donne bien le sourire à presque tout le monde.
Le loueur qui a investi dans ce type de matos a aussi pas mal la banane d'ailleurs.
ToneTrooper
- on a eu pas mal de soucis de fix NNN BC qui gèlent, difficiles à chausser/déchausser. (NNN BC automatiques, pas à levier)
Les fix auto c'est magiquement automatique tant que ça ne gèle pas. Sinon quand on les utilise en hiver avec un peu d'eau qui fini toujours par se loger dans les ressorts, c'est bien souvent la croix et la bannière pour déchausser. C'est à ce genre de détails qu'on peut éventuellement juger de la pertinence et de la qualité de la recherche en développement de matériel nordique, hors champ de la compétition de haut niveau.


ToneTrooper
j'ai pas du tout eu froid dans les T4

ToneTrooper
je préférais largement envoyer mes chaussons de T4 au fond du duvet que de redouter des fuites des sacs plastiques contenant les chaussures

Incontestable, mais beaucoup de pratiquants comme moi ne font pas de bivouacs. Les svartisens sont toujours confort même par très grand froid, dans la mesure où elles rentrent le soir au chaud pour sècher la transpiration résiduelle au chalet.

ToneTrooper
Bref, je pensais en baver, au final sur l'ensemble de notre traversée j'ai plutôt fait des envieux.

Ça c'est subjectif, j'ai été en Norvège sur un séjour de SRN avec de jeunes fondeurs. On avait avec nous un prof avec des T4, la quinzaine d'autres participants (jeunes compétiteurs en fond) étaient sur du matos plus léger. Il avait beau être un très bon skieur alpin et un grand triathlète: il n'a pas fait d'envieux. Il n'était pas forcément devant dans les descentes, et encore moins au plat ou en montée.
Sinon j'en ai essayé des T4, et un peu plus de 30 sec, et je reste de l'avis de N75: très peu pour moi. 
Je reste convaincu que c'est pas mal pour rassurer des skieurs alpins faibles. 
Mais pour moi un bon skieur alpin doit pouvoir très rapidement apprivoiser la liberté et la légèreté d'une chaussure plus souple, tout en redécouvrant d'autres types de plaisirs en descente.
La question ToneTrooper: 
As tu déjà essayé des SRN avec des Hardwire et des Svartisens?
sancho
La question ToneTrooper: 
As tu déjà essayé des SRN avec des Hardwire et des Svartisens?
Malheureusement non, mais à te lire j'en serais très curieux.
Mais curieux seulement, car dans mon programme le bivouac occupe une place centrale, et est parfois un but en sois.
J'ai aussi été bien refroidi par des chaussures cuir que j'avais loué aux US (cuir + fix à cable + fisher). Je ne m'y suis pas retrouvé en terme de skiabilité, et les cuirs avaient une fâcheuse tendance à appuyer sur le pied au niveau de la pliure dans les descentes, très inconfortable. (je retrouve la même chose lorsque je plie beaucoup mes meindl perfekt, mais ça arrive nettement moins souvent en été)
A vrai dire je pensais même à partir avec mes epoch et mes garmont veloce (chaussures de télémark à 2 "gros" crochets et plus hautes que les T4 pour ceux qui connaissent pas) pour me faire plaisir sur des sorties comme le grand veymont, le pic de l'étendard… bref, les randos qui intègrent à la fois des parties nordiques et alpines bien affirmées.
(En fait pour moi le crochet du haut de la T4 ne sert à rien, je ne le ferme jamais, la chaussure étant basse ça ne m'apporte pas de maintien, juste de l'inconfort, idem pour le blocage de la flexion de la cheville)
La liberté et le plaisir à s'octroyer avec des cuirs dans des portions dites subjectivement nordiques n'a pas de prix de mon point de vue, ce qui reste une approche très personnelle que je m'emploie à faire partager. 
Sur un profil Grand Veymont, dans des neiges daubées (béton ou croûtée) je passerais encore avec des cuirs mais avec trop peu de plaisir, par rapport aux jeux que je pourrais m'accorder dans ces conditions en restant sur le plateau. Traduction: pour moi le plaisir est d'être libre en cuir au bon endroit au bon moment, n'a pas de prix
Il n'y a pas un matin où je me lève avec un objectif de sommet ou d'itinéraire en tête, mes svartisens me mènent là où je pense que ce sera bon, avec les limites qui sont les leurs. 
Si mon objectif était de faire le Veymont à tous prix et avec du plaisir en descente: il y a des matins où je prendrais des véloces, d'autres où je prendrais des T4 et d'autres où je serais encore plus heureux dans mes svartisens. 
Pour moi et je crois pouvoir dire, et comme pour mes clients: que les svartisens ne sont jamais désagréables à la pliure. Sinon je me suis écorché vif en prenant quand même du plaisir en TK dans des scarpas à coques plastiques, dans des crispis également, pour finir dans des garmont que mes pieds ne souffraient pas trop en mode tk sur piste ou en rando tk.

Aujourd'hui je crois pouvoir dire qu'en ce qui me concerne, je préfère être en cuir sans être obligé de subir des câbles en montée, d'où l'apologie des hardwire 3 pin. 
Après à défaut d'avoir des cuirs old school à tige haute; je jouis de la liberté d'aller là où je pense optimiser le plaisir en prenant en compte les conditions de neige. Si les conditions ne se prêtent pas pour optimiser le plaisir dans du terrain typé alpin avec mes cuirs légères, je vais m'éclater dans du terrain plus nordique. Je savoure pleinement cette idée que je ne vais pas où je veux dans la montagne mais là où les conditions m'invitent, avec le matériel que j'apprécie le plus. 
Traduction professionnelle: 
trouver le terrain qui donnera du plaisir aux gens que j'emmène avec le matériel qui me plait.

PS: une svartisen ne me semble pas désagréable en bivouac en France dans des conditions pas trop rudes. En revanche dans des températures polaires une chaussure à chausson demeurera plus confortable, voir presque indispensable. Le mieux pour avoir un avis c'est d'essayer, mais je peux garantir que dans un grand Veymont en neige béton ou croûtée  ça va être plaisant en montée et guère convaincant en descente.
Le plus important a été dit, en SRN comme dans beaucoup de domaines, on maximise le plaisir quand le matériel est adapté au terrain, aux capacités et à la personnalité du skieur. Ce qui rend les choses un peu plus compliqué en SRN c'est la rareté de l'offre locative et en magasins de proximité.

Au fait Sancho, est-ce que tu as relevé sur ton parc de svartisen une faiblesse au niveau des crochets de cheville? mon pote les avait changé avant de partir et a été de nouveau bien embêté avec. 

ToneTrooper
Au fait Sancho, est-ce que tu as relevé sur ton parc de svartisen une faiblesse au niveau des crochets de cheville? mon pote les avait changé avant de partir et a été de nouveau bien embêté avec.
RAS après 3 saisons