Conditions de neige massif du Forez


Bonsoir,

Je lis vos messages avec assiduité.
Je constate  que Forez63 est toujours aussi fort pour mettre de la neige sous ses skis à coté de chez lui.

Ici à Montréal, les conditions sont comme chez nous bien plus chaudes que la normale.
Hier un déluge de pluie.
Aujourd’hui ciel bleu et température petitement négatives. Là où il restait du blanc, c’était de la vitre.
Petite session de kite en SRN dans un champs privé, avec accès payant.
Ailleurs c'est t’interdit. malgré qu'il y a de la place partout. !
Mes skis neufs que Régis m'a choisi sont incroyablement polyvalents.





Y a de quoi skier de partout entre les fermes, mais pas de skieurs   :





Pas de chute de neige et du doux prévu ici pour la semaine.

Jacou


Modifié il y a 1 an
Bonsoir,

Petite sortie, en utilisant une fois de plus la méthode des Foréziens d'Ambert.
Prendre ce qu'il y a, même s'il en reste peu.
Les lisières, préservées
Les zones à l'ombre.
.

Ici aussi le redoux a fait son effet,.
Plus rien dans les rues.
Mais le parc Angrinon et encore très correct pour nous autres les Foréziens.

A très bientôt sur les neiges Foréziennes,

Jacou
Modifié il y a 1 an
Ce matin(mercredi) j'ai voulu voir en réel ce que je percevais en regardant la Web-cam des Pradeaux.
Skis "Germina" de rando et raquettes comme d'habitude dans la voiture, garée près de l'auberge. Environ 6cm de neige fraîche et -2° au départ derrière celle ci, mais une neige assez froide et glissante. Pas de cailloux dans ce coin, j'ai traversé le pré de Yves et sauté (en déchaussant) le barbelé du fond. Je m'étais promis de voir où en était un passage que j'avais emprunté quelquefois, situé en bout de pré, et permettant de rejoindre à sa sortie un sentier raquettes venant du départ des pistes et allant sur le barrage. Ce passage, une combe assez pentue était à présent pratiquement impraticable (arbres couchés au départ et défaut de neige) Il me fallut déchausser pour arriver enfin sur le bon sentier assez bien enneigé que je pris à gauche jusqu'à la piste de ski qui vient du garage.
 A droite puis le pré de la Marion, toujours sur piste car dans les bois l'enneigement n'ést pas suffisant, sauf dans les éclaircies, le tour du petit bois du suc de Montchaud, tout ça dans une couche de neige peu abondante mais suffisante malgré tout et bien glissante en tout cas. Retour classique le long du barrage ou là, l'exposition et le réchauffement de la faible couche m'obligea à puiser dans mes réserves techniques pour faire glisser des écailles de mes skis une neige trop amoureuse de celles ci.. Je dus déchausser dans la dernière descente bien pentue et étroite qui rejoint le départ des pistes.
En gros, de 6 à 10cm de neige à cette altitude. Il faut "viser" juste et ne pas y aller l'après midi sauf autre chute plus importante.
Bonsoir,

Il est fort Forez63 !  Merci pour ces nouvelles de chez nous.

Ici le redoux annoncé est là, avec une pluie intense, voir photos vues du condo.
Météo idéale pour l'avancement des travaux d’intérieur.


Jacou


Ajouter des fichiers joints
Après 3 jours d'arrêt ce matin (dimanche) je "tentais le coup" sur les Pradeaux après consultation de la web-cam du conseil général et de Prabouré…skis rando "germina" (et raquettes par prudence) je me trouvais de bonne heure au départ derrière l'auberge, avec 6cm de fraîche et température -2°. J'optais pour les skis et ne les regrettai pas du tout au cours de ma sortie de 3H. Parti par le chemin sous la route du barrage, j'arrivai près de la maison du "gardien" et pris le 1er chemin à droite en direction des Mortes. Divine surprise à sa sortie, un chevreuil, pleine piste m'attendait à 50m, interloqué par ma présence, il me regarda quelques secondes, et pas assez pour la photo, puis s'enfuit majestueusement..(Vive la rando tout terrain..) De là, direction "le bois du coin"  vers Prabouré et retour en lisière du "bois Barru" pour prendre à gauche la grande clairière dite "du bivouac" où je dus traverser à 3 reprises des petits "rus" comportant heureusement quelques passages gelés. La suite assez classique au plus près de l'eau du barrage, très bas, puis sous la maison du "gardien" le petit sentier "dégagé" avec Forez il y a quelques années, passage auprès de la petite maison de service abandonnée (en plein bois) au pied de laquelle j'aperçus (encore) les traces de nos skis (avec "forez"smile datant de début février…J'arrivais sous une petite neige "follette" comme disent nos amis Québécois, qui se transforma en vue de l'auberge en véritable averse bienvenue pour la couche assez faible au départ. 
Modifié il y a 1 an
Bonjour,
Sortie ce dimanche au départ du béal début d'aprèm dans la tempête avec Fabien direction la petite Laponie, ensuite on rejoint Manjasson puis direction ouest pour traverser la route et remonter vers la direction du chalet Gauchon belle balade de + de 3h dans la tempête avec une neige correcte très variable en épaisseur suivant les accumulation retour 18h15 au béal on est seul comme toute l'aprèm.
J'y retourne demain pour le taf  en zone centrale, et les jours suivants aussi pour des inventaires petites chouettes enfin à ski.

Retour dans le forez avec forez63 hier après-midi, à partir du col du Béal.
Neige très humide, vent de Sud/Ouest mais assez frais, dans un brouillard humide avec une visibilité de 80 m environ. Couche de neige correcte, à peu près ce que l'on voit sur la photo de Benbois. Mais très bonne neige sinon d'un point de vu glisse et retenue, par contre avec ce temps, ça fond et il est conseillé de suivre les chemins où elle s'est plus entassée que couper par la bruyère où ça commence à lâcher. 
Sinon, nous sommes partis sous le col direction les jasseries du Béal, puis après avoir longé la jasserie jean-Marie et traversé la route venant du brugeron, nous avons visité toutes les autres qui s'alignent entre 1300 et 1400 m : le Pater, le Merle, Pillière et Jacques Rodde pour finir. Un très beau tour entre lisières et pacages smile
Puis nous avons retrouvé la piste de fond pas damée et contourné puy Gros pour aller à deux Boules. Ensuite retour en passant juste au-dessus des creux de la Pigne pour plonger et contourner le Chesseton par l'Est et rentrer par le pas de la Croix sur le Béal.
Voilà, donc ça skie et faut en profiter assez vite car la météo est plus optimiste pour les jardiniers que pour les skieurs smile
Ah, c'était donc vous, le fourgon à la gloire des 3 Vallées ! Chorsin, Fossat, Reblats j'imagine…smile
Vous avez bien fait de suivre les lisières ! A un moment j'ai croisé des traces de SRN…qui se sont avérées être les miennes ! J'avais fait le tour du Puy Gros sans même m'en apercevoir, me doutant quand même qu'il y avait un blème quelque part smile
Côté neige, elle était effectivement excellente…bien à l'image de votre circuit que j'adore, m'imaginant propriétaire d'une de ces merveilles smile
forez
Voilà, donc ça skie et faut en profiter assez vite car la météo est plus optimiste pour les jardiniers que pour les skieurs
Merci pour l'info mon cher forez smile Donc rebelote aujourd'hui !
Arrivé au col, première constatation, la surface enneigée a diminué d'un tiers environ depuis hier smile  Deuxième en sortant de la voiture, il fait doux smile Et troisième pour finir, absence totale de vent, et ça c'est d'autant plus bon que c'est rare smile. Mais bien déçu quand même par la fonte, il m'a traversé l'esprit de faire demi-tour. A quoi bon, autant en profiter, ne pas jouer aux enfants gâtés et faire avec ce qui est disponible en s'adaptant aux conditions, c'est à dire les parties exposés nord et est, et les lisières. Et ça tombe bien, car à la pampa je préfère nettement les parties boisées, beaucoup moins monotones. Donc direction le Puy Gros et la Petite Laponie. Encore, oui mais comme le brouillard m'accompagne de sa présence, je n'ai pas l'impression de parcourir toujours les même coins, c'est la feinte ! Et puis aujourd'hui est jour de fête, ce maudit vent qui brûle le cerveau par les deux oreilles est de repos, et permet d'écouter chanter les petits oiseaux…un temps pour les jardiniers qu'il a dit le forez ! Il ne fallait pas non plus être adepte des longues lignes droites, et ça tombe encore bien puisque j'adore tournicoter et profiter au maximum, et m'adonner à la génuflexion quand le terrain s'y prête. Et pour clore, telle la cerise sur le gâteau, un timide soleil s'est invité à mon retour au col où la bagnole affichait +10°C.
Modifié il y a 1 an
Eh oui mon bon N_75, j'ai reconnu ta voiture et tout de suite je t'ai téléphoné au cas où tu te trouves  dans un coin où ça passe et je n'ai pu que laisser un message smile
Moi hier après-midi je suis parti de la route de Domas, puis par le pré de la Grosse Font sur le col de Chansert. Il faisait très lourd, moite, couvert sans un souffle de vent, la Guyane en Forez smile
 Il y avait les traces de deux skieurs qui avaient basculé sur la vallée du Fossat et étaient revenus par le chemin des rochers de la Pause, que j'empruntais en montant. 
Mais la tempête a fait des dégâts car juste après le virage au-dessus du col de Chansert et avant le carrefour entre la montée sur la Pause et la piste à plat vers le fond du vallon de la Jacine, il y a des arbres en travers dont un qui oblige à partir à droite dans le bois. Mes skieurs devaient être passés la veille ou l'avant-veille vu les traces faites en neige humide.
Juste après la barrière, quand on quitte la route, l'enneigement est juste, les cailloux ressortent mais c'est habituel à cet endroit. Au premier virage à gauche bien marqué d'où part un semblant de chemin sur la droite, il y a un tir groupé d'arbres tombés, qui oblige à se détourner …
Sur le haut, la visibilité avoisinait les 100 m environ et le soleil tentait de percer. j'ai laissé les rochers de la Pause sur ma gauche pour rejoindre le "col" du Thiallier cet échancrure où se rejoignent les chemins, mais c'était limite sur le haut il ne restait de la neige que dans le creux du chemin. Là, le soleil a percé mais sans plus. Ensuite je suis descendu rejoindre le halfpipe sous les jasseries du Fossat jusqu'au ruisseau des Reblats. Ca ne glissait guère mais vu la pente c'était très bon et ça tenait bien. Pour franchir le verrou des Reblats, le pont habituel était réduit à 10 cm, mais il y en a un autre 10 m à droite vers un sapin. 
J'ai pu descendre le mur d'une traite en dérapant un peu avec cette neige lourde. Sinon la vallée toujours gavée de neige, l'endroit le plus enneigé du massif est bien là smile. Au passage du saut sur le ruisseau, le pont est toujours là, 3 m de large et 50 cm d'épais ! smile
Je suis resté ensuite en rive gauche mais pour retraverser le ruisseau est gagner la cave à François, il n'y avait plus de pont. Ensuite la remontée sur le Bechou, dur dur … Sur le haut avant de couper la piste entre la croix du Fossat et la ruine des Nerses, je voyais la grosse nappe de brouillard face à moi devinant péniblement un petit sapin à 100 m et sur ma droite, je distinguais au soleil le suc de Pégrol avec la voile d'un snowkiter et encore mieux Pierre Bazanne … Pierre-sur-haute comme le mont Thiallier conservaient leurs mystères …
Exemple type du changement brutal en montagne. Au risque c'est sûr de me répéter,  ça me rappelle cette idée lumineuse de nos ultras skieurs du ski club local qui voulaient que des pistes soient damées entre les Supeyres et le Béal smile Et quand on leur parlait du temps la réponse était magnifiquement digne d'une totale incompétence : "on enverra les gens quand y fera beau" … smile
Dans la brume, la visibilité pour remonter sur le sommet du Thiallier où j'ai retrouvé mes traces, était à 50 m au mieux. Ensuite je suis descendu par le chemin bien enneigé sur le vallon de la Jacine, puis je l'ai laissé sur ma gauche pour choisir la jasserie/bergerie, la dernière debout et sa route forestière dessous blindée de neige. Avant de retrouver le carrefour de la barrière au-dessus du Chansert, la route était là aussi barrée de quelques arbres qui ne gênaient pas pour passer à ski, par contre les premier libéristes qui voudront rejoindre le départ du mont Chouvet devront prévoir une tronçonneuse. 
Puis le retour en constatant que la couche de neige avait bien diminuée le temps de ma promenade, comme sur la route juste avant de tourner à droite sur le pré de la Grosse Font, il a fallu y aller en marchant sur des oeufs, des 3/4 cm du départ il n'en restait qu'un bien payé smile
Enfin une sortie dure avec une neige peu glissante et du fort dénivelé entre 1170 m environ et 1555m puis à la cave du 1310 environ pour regrimper à 1555., le tout dans une neige lourde où on pousse plus les skis qu'on les fait glisser. J'ai pensé à Fourinas qui l'a sans doute déjà fait, car c'est un parcours adapté également au ski de rando alpine. 
De retour chez moi, ironie du sort, j'ai vu le mont Thiallier bien dégagé, comme quoi l'avenir n'appartient pas toujours à ceux qui se lèvent tôt smile
Enfin pour en profiter faut vraiment pas tarder, dans les Reblats ça restera encore un bon moment, le seul problème ça va être pour les rejoindre … smile
Modifié il y a 1 an
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.