Conditions de neige massif du Forez

Hier, après midi aux Pradeaux, la température n'était que de -9° au départ de ma petite rando raquettes (-17° pour "Forez" le matin aux Supeyres..). A propos des températures je trouve que les médias en font trop, "polaires" "sibériennes" que restera-il comme qualificatif si on va en dessous comme par exemple à Ambert dans les années "50" (-33°) ? Pour la petite histoire, on a eu -36°, sur le lac Inari en mars "79" et je m'y suis fais "prendre" le bout de 2 doigts en aidant un participant du groupe, en difficulté. Je ne suis sûrement pas le seul à avoir eu ce problème? Enfin hier, par -9° je suis parti des Pradeaux, en raquettes par derrière "chez Maurice" pour faire le tour complet du barrage, au plus près de la rive et remonter le ruisseau de "la Fayolle". Soleil, bonne neige, en quantité suffisante, vent de NE pas trop fort, mais seulement sensible à découvert en vue des jasseries, bref, un temps idéal. Je suis revenu par la combe "du bivouac" (Jacou et Forez connaissent), en franchissant sans difficultés les fossés de drainage de celle ci, bien enneigée, et sûrement agréable à descendre en skis de "rando"!. J'ai évité au maximum les traces raquettes en suivant le ruisseau sous le barrage.
Pradeaux
Départ des Pradeaux cet après-midi en ski de rando, avec une T° de + 6° mais un vent de SUD frisquet qui m'a obligé sur le haut à remettre le bonnet et les gants. Neige peu glissante à cause de la très fine couche tombée la veille. Enneigement encore bien correct, mais temps tristounet, gris et neige très sale sous les arbres.smile
Sinon je suis parti par le barrage côté EST, puis la ruine du Château pour traverser ensuite le ruisseau juste dessous et remonter sur les jasseries de la Fayolle. Ensuite je suis remonté encore sur le plateau vers 1400 m où j'ai croisé 4 skieurs avec des skis étroits qui semblaient chercher leur chemin. Depuis que le domaine à supprimer la liaison haute, ceux qui ne connaissent pas butent sur le haut de la station de Prabouré sans trop savoir où aller.smile
C'est vers elle que je me suis dirigé, pour aller prendre la piste d'alpin, où même là ça ne glissait guère. Pas mal de monde, environ 80 skieurs sur la station. je suis ensuite remonté par le vallon sous les jasseries de Viallevieille et suis allé faire un tour sur les pistes de l'ancienne station de Haute Vallée (un coin cher à notre skieur de rando alpine Fourinas, qui intervient parfois sur le forum) dont les téléskis ont été démantelés en juin 2007 (nous y étions avec forez63 et d'autres bénévoles pour l'enlevage par hélicoptère des poteaux). Même là où pourtant la pente fait passer la "rouge " de Prabouré pour une bleu pâle, je pouvais y aller tout droit et ça manquait de vitesse pour virer dans de bonnes conditions.
J'ai juste fait le haut avant de repartir plein OUEST vers la plantation des Allebasses que j'ai traversé en plein bois jusqu'à sa sortie à 500 m du pont de la Fayolle. Dans les arbres, ça glissait mieux, la neige "fraîche" n'avait pas trop pénétrée, on était sur la vieille.
Puis le plateau pour repiquer sur le sommet du bois ou col des Allebasses, sous le suc de Montchaud et enfin piquer direct sur le vallon par cette ancienne piste de fond de la fin des années 70 où forez63 avec d'autres y avaient amené à deux endroits des traverses pour faire des ponts. Il ne reste d'ailleurs que les traverses comme vestiges de cette époque glorieuse du ski de fond, car même aujourd'hui en coupant ou suivant un peu les pistes, je n'y ai pas vu âme qui vive…smile
Puis le long du barrage côté OUEST pour rentrer  et la piste raquette qui atterrit à côté de chez Maurice, 50 m sous la cabane de péage du nordique. Il faut juste faire attention à deux endroits sous les arbres, lorsque l'on quitte le chemin plus large et damé qui redescend directement au garage de la dameuse, quelques pierres pointent le bout de leurs dents et surtout à l'arrivée où là c'est la terre avec juste une bande permettant à peine de passer les deux skis bien serrés. Sinon c'est bon et c'est là où ça glissait le mieux, bien tassé par les raquettes. +3° à l'arrivée vers 17h15.
Voilà, c'est sûr qu'une journée de bruine qui pourrirait la neige et ça ferait beaucoup de mal, donc à voir l'évolution.smile
Ce vendredi matin je suis parti des Pradeaux en skis de rando pour faire un tour passant par la "combe à Marcel". Température 0°, neige tombante (3 ou 4 cm en surface). Au bout de 2 ou 300,mètres dans le sentier "raquettes" et essai en dehors, je renonçais en raison des "bottes" de neige que je ramassais malgré mes efforts de glisse. ça m'est déjà arrivé, exactement le 14 janvier dans le secteur des Supeyres mais aujourd'hui c'était pire. Finalement, demi tour à la voiture changement de chaussures et vivent les raquettes pensais-je. Hors, si j'étais quand même mieux qu'en skis, c'était quand même pas "le pied"smile. Dans les bois, un peu mieux quand même, je continuais tant bien que mal en direction de ce joli vallon agréable et varié. J'y rencontrai les traces descendantes de "Forez", hier, en grande partie recouvertes. Puis, allant au hasard en traversant plusieurs fossés de drainage de l'eau, je revins en direction du haut du barrage non sans avoir finalement expérimenté un "truc"  (que vous connaissez peut-être d'ailleurs) qui est le blocage du talon (position descente) ce qui est plus fatiguant pour les mollets, mais m'a évité les blocs de neige que je ramassais en quelques pas sous les chaussures..En somme, ce que font souvent les novices qui oublient de libérer leur talon..Nettement mieux pour la suite et le retour par les bois puis le "pré de Yves". Aucun skieur sur les traces impeccables du domaine. Ma seule voiture au départ et 2 au retour. 



Modifié il y a 8 mois
Bonsoir,
Après 2 semaines entre Montréal et Québec, j’ai retrouvé avec grand plaisirs nos Crêtes du Forez. Nous avons moins de surface enneigée, mais tellement plus de liberté. C est peu fréquenté en hors pistes et puis, ils travaillent plus que nous et en semaine, il y avais moins de monde que sur nos Crêtes.
Chez eux , la météo est très changeante, j ai eu frais, chaud, poudreuse, pluie, glace, verglas, soupe, gros sel,

Vendredi am départ 13h des Supeyres en Srn dans le brouillard et un vent fort, trop fort pour le Kite. Circuit d 1h30 autour des Égaux
Retour à la voiture, visi meilleure et vent plus raisonnable, je retourne sur les Égaux en Srn avec le matos de Kite alpin dans la pulka. J’ai vu 2 srn et des raquetteurs.

Bonne session de Kite entre Les Égaux et Pegrol. Bonne glisse, ambiance blanche, mais l’épaisseur de la couche est bien maigre. De retour à la voiture vers 17h, ciel entièrement bleu et excellente visi.


Ça commence à sentir la fin.



Modifié il y a 8 mois
Ce n'est pas encore la faim, la famine n'est pas là mon bon Jacou ! smilesmile
4° cet après-midi au col des Pradeaux, avec un vent d'OUEST assez frais et 5 à 7 cm de "poudreuse" en plus. Mais une neige gorgée d'eau, très lourde et qui au départ par la route forestière du barrage faisait ventouse sous les skis, d'où pas un pet de glisse, horrible ! Puis 30 m plus haut en dénivelé et ça allait déjà mieux mais sans quand même atteindre des sommets, on est resté dans la médiocrité.smile Le temps hésitait entre printemps et hiver lorsque le soleil sortait ou pas. Ou l'on sentait le moteur chauffer ou on frissonnait : comme l'on dit dans notre idiome très imagé, c'était un temps "pelé"…smile
Sinon je suis parti par le chemin du réservoir, à déconseiller en descente vu les cailloux qui pointent, surtout dans la partie basse la plus pentue. La météo avait annoncé de possibles averses et ne s'était pas trompée car sous l'effet du soleil et du vent ça pissait dru sous les arbres. Donc j'ai vite filé sur la Tuile et le bois du Coin pour rester au maximum à découvert.
6 skieurs croisés au bois du Coin venant de Prabouré, sur une piste damée de la veille donc avec la couche collante dessus. Dur dur le patinage, c'était 3 tentatives de patinage puis 10 m en classique avec les skis écartés et 3 patinages, bref du patinoutage …smile
Sur les 4 Rochers j'ai croisé 8 raquettistes  avant de passer au nez du téléski de Prabouré où il y avait du monde également. Ensuite le long de la plantation des Allebasses, où j'ai trouvé encore 2 patineurs, un gars qui s'en sortait et une pauvre fille qui faisait encore moins que patinouter.smile Un couple en classique et l'homme, fort avisé, m'a dit avoir commencé en patineur puis bien vite changé pour des skis à écailles. Un peu comme forez63 hier en optant pour les raquettes, c'est du pragmatisme et de l'expérience mêlés. Même quand je skiais encore sur piste j'avais souvent les raquettes dans la voiture, quand le temps et la neige n'étaient pas très sûrs.
Le long de la plantation c'est là où ça allait le mieux du fait de l'altitude et de l'exposition EST. Par les pare feux je suis ensuite retourné vers le vallon qui part de l'angle EST, là où le ruisseau des Pradeaux prend sa source pour ensuite glisser vers le pont de la Fayolle.
J'ai traversé le vallon pour filer sur les jasseries de la Fayolle et passer sous la ruine du Château (photos jointes). Même dans les descentes ça ne glissait pas un caramel, il fallait essayer de se tenir le plus en arrière possible pour soulager les spatules et ça avançait tant bien que mal en trace directe. Pas mal de traces de skis dans le pré sous la ruine, on en voit de plus en plus en hors pistes.smile
Ensuite le barrage  en allant le chercher tout de suite à droite avant le reste de passerelle vers la ruine de Barru. Il a perdu un peu d'eau en un mois. Juste avant la maison du gardien j'ai croisé 3 promeneurs et 1 jeune skieuse de rando nordique, bien équipée et qui allait fort bien.smilePuis j'ai tenté la descente sous les piles, là aussi en trace directe et pourtant au plus pentu. J'ai même failli tomber sur l'avant quand la pente est moins sévère, ça m'a freiné.
Ensuite j'ai retrouvé plus bas la route forestière  en voyant un petit garçon avec les skis à la main et ses parents avec sa soeur qui avaient un peu de mal. Donc j'ai coincé le petit entre mes jambes et tout doucement en poussant d'une jambe on est arrivé. Il faut dire que la couche de neige fraîche avait disparu et qu'il restait, heureusement, la glace grise qui glissait un peu mieux. Ca m'a rappelé de lointain souvenir, car le nombre de gamin des écoles que j'ai pu redescendre du pré de la Marion …smile
Donc voilà, en terme d'enneigement c'est encore très correct, après, si ça gèle un peu cette nuit, demain matin ça ne sera pas le top. Mais ça skie !smile


Modifié il y a 8 mois
Je laisse jacou faire le CR de notre petite sortie de ce matin au Béal, j'indique simplement en gros les lieux de passage, soit: les pistes jusqu'au ruisseau de "la pigne" (qui prend sources dans la "petite Laponie"smile, le suivi de celui ci un peu, puis direction Courtaud dont on a laissé la butte à gauche pour longer la lisière NO du bois de Cluzel, descendre sur la route de Chalmazel et la traverser, longé la lisière nord du bois de Bayet, traversé le ruisseau de "font noire" monté dans le bois jusqu'aux "loges" de  "grande raie" après avoir traversé (à pieds"smile un autre affluent de "font noire", et revenir par les bosses après avoir coupé dans un vallon, ou autrefois passait une piste de ski de fond, une des sources (encore) du "ru" de "font noire".
Bonsoir,

J'avais tout chargé la veille. SRN, voile de kite ,ski alpin et pulka.

Au petit dej, SMS de forez63 : "je serai au col du Béal à 8h30".
Occasion à ne pas rater, on avait plein de choses a se dire depuis notre dernière sortie ensemble.

On se retrouve au col du Béal. C'est la frontière entre la Loire (Le Forez) et le Puy de Dome ( Le Foreze).
Vent fort, ciel bleu, personne.
Forez63 fait le parcours, Parcours comme d'hab, largement optimisé : On part vent dans le dos en direction col de la Loge,  pour revenir à la voiture sans passer par le vent de face, en circuitant dans des zones à l’abri pour remonter au vent.

Lui avec ses Germina à écailles large et d’époque, et  moi avec mon équipement de SRN à tout faire.  Neige très correcte qui varie de à peine glacée à l'ombre, jusqu’à molle au soleil.

Mon guide n'a pas de glisse. Par contre, il a de l'accroche en montée, à l'ombre, je n'arrive pas à le suivre, je recule un peu.
De nombreux altocumulus lenticulaires. Ils se forment quand un vent fort est orienté perpendiculairement à une barre de montagnes. Ici la partie haute des Crêtes (les radars de Pierre sur Haute) orientées Nord-Sud, et ce fort vent d'Ouest.

Une fois de plus, j'aurai du prendre l'appareil photo. Les photos sont moins bonnes avec un téléphone.
Altocumulus lenticulaire à contre jour.



De retour au col un peu avant midi.
Encore une super sortie, avec un guide d’exception que je laisse repartir dans son Foreze.




J'avais envi de mettre "le nez a la fenêtre", et bien je n'ai pas été déçu ….

Je repars en direction des radars de PSH. sous le vent des Crêtes, du coté Loire, le long des poteaux du GR. Un poteau tous les 10m et des poteaux d'au moins 4 m de haut, pour dire comme ce secteur doit craindre.
Neige facile a skier, mais bien secoué par un fort vent de coté,
Je monte au moins 30 minutes  jusqu’à voir les radars et les pistes d'alpin de Chalmazel au niveau du Procher.
Je mets "le nez a la fenêtre" en montant face au vent vers l’arête qui donne sur la vue du coté Puy de Dome, Un vent énorme. Je tiens à peine debout. J'ai failli perdre mon bonnet qui pourtant n'a pas de prise au vent. Les
bâtons étaient presque incontrôlables, pourtant j'avais pris l'initiative de les raccourcir pour limiter la prise au vent.

Il me semble qu'une partie des remontées étaient fermées, peu de skieurs sur les pistes.
Spectacles pour les yeux, avec des nuages qui couraient en laissant un gros trou de ciel bleu au dessus des Crêtes. C'est le trou de Foehn sous le vent.
Le ciel de la Loire et du Puy de Dôme étaient très chargés, mais y avait la vue en 360°.

Retour rapide en pente régulière au col du Béal, en cherchant l'abri du vent.

Super sortie, mais vue ce qui s'annonce pour cette semaine, je crois que ça sent la fin de saison.



Mon équipement est vraiment très polyvalent :
Sur pistes avec mes filles qui sont en skate ou en classique,
En vrai SRN à caractère nordique
En SRN a coté de la maison a St Étienne dans un espace verts
Pour tirer la pulka chargé du matos de kite alpin;
Et même ca : Kite avec mes SRN, à coté de chez ma fille sur le réservoir d'eau potable de Montréal.





Je suis un ancien fondeur. J'ai découvert le SRN il y a quelques années grâce aux journées de découvertes et aux Aventures Nordiques organisées par Régis, mais aussi grâce à son forum qui m'a permis de connaitre les 2 "Forez",
Je crois qu'il faut s'adapter et saisir toutes les opportunités pour varier les plaisirs sur neige.
Le temps du ski de fond sur pistes est sans doute compté, vu le manque de neige et de skieurs sur les pistes. Sans ce changement de pratique, je n'aurais pas pu faire autant de sorties sur neige.

Très bon bilan pour cette saison que j'ai commencé le 10 novembre.
A chaque sortie j'ai pu faire les meilleurs compromis entre proximité, disponibilité, opportunité, conditions d’enneigement, vent,

Jacou

Les 7 premières photos ont été prises vendredi AM au col des Supeyres, les 8 suivantes ont été prise ce dimanche matin.
https://www.dropbox.com/sh/91jly0s85da6pt1/AAB70jW9hxPLJsQ8qovWOqz3a?dl=0



Modifié il y a 8 mois
Encore une sortie hier après-midi à partir des Pradeaux avec  forez63.
En 48 heures, la neige avait bien "ramassé".smile T° de 7 ° et très légère brise du SUD. Neige légèrement glacée par endroit, qui pouvait casser à d'autres ou encore neige mouillée un peu type gros grains excellente à certains passages. Donc un panel de neiges transformées. Glisse bonne voire trop bonne en sous-bois et médiocre à découvert. Temps couvert, gris, le soleil a juste tenté une timide apparition.
Sinon départ par la route forestière du barrage puis bien vite nous avons opté pour le chemin dessous, car sur la route, avec tous les passages de skis, raquettes, piétons et du 4X4 d'entretien de l'ouvrage, la neige n'est plus qu'une bouillie grisâtre encore un peu glacée.smile
Puis nous avons décidé d'aller profiter de tous les vallons humides qui alimentent le barrage. Donc lorsque le chemin de contour du plan d'eau prend sur la gauche et que juste en face il y a un autre chemin, nous avons pris à droite pour faire le premier vallon. mais comme il est fermé par les plantations sur le fond, nous avons repiqué ensuite à gauche pour aller retrouver le vallon qui prend à la ruine de Barru ou au reste de la petite passerelle. De là, nous avons été dans celui du bivouac pour ensuite passer à la ruine du Château et tenter de remonter le ruisseau des Pradeaux qui alimentent le barrage, jusqu'au pont  de la Fayolle.
Nous le faisions jadis, à la fin des années 90 et début 2000 en raquettes, skis sur le sac et arrivés au pont, nous rechaussions les skis de fond pour rentrer par les pistes aux Pradeaux avec les raquettes sur le sac. L'avènement des skis de rando nordique à modifier fort à propos ce système un peu bâtard mais qui permettait d'aller "visiter" d'autres lieues délicats en skis étroits.smile
Depuis, les deux plantations qui bordent le ruisseau ont poussé, rétrécissant le passage et du coup c'est tout de même "sportif",  car en plus des arbres et parfois en travers, il faut traverser une multitude de rus de drainage perpendiculaire au ruisseau. Ils sont plus ou moins hauts et plus ou moins larges, donc il faut trouver les bons passages. Voir les photos jointes où forez63 s'emploie …smile
Puis une fois au pont nous sommes rentrés d'abord par la piste direction Prabouré et vers les jasseries de la Fayolle, nous avons piqué dans le pré dessous pour franchir un des affluents du ruisseau et remonter sous la ruine du Château et tirer sur le barrage toujours côté EST (photo). De la maison du gardien nous avons choisi de rentrer par la route forestière afin de profiter de la glisse de la "neige" grise/glacée. Il faut juste faire attention aux quelques pierres qui sortent sous les arbres.
          
Modifié il y a 8 mois
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.