Conditions de neige massif du Forez

mercredi en début d'après midi, parti des Supeyres par les pistes, (avec mes Germina) la bordure EST  de la plantation de Ceylard, "les bruladis", et j'ai navigué dans le bois, puis par des éclaircies et des bouts de piste je suis arrivé au bout des possibilités, en vue du pont de la Fayolle, à la fin de la plantation. De là, à droite toute dans le bois, et au jugé, ai débouché sur la lisière nord de la plantation. Peu de neige, un peu d'herbe jusqu'au haut d'une butte où l'on s'obstine à faire un grand virage et une descente pas toujours enneigée. J'ai pris la partie droite le long de la plantation, très bonne, puis dans une partie humide où il m'a fallut passer dans l'herbe, remonter sur les pistes du milieu de la plantation, les suivre un moment et prendre un "pare feu" à droite qui remonte au sommet, les pistes à nouveau, les bois, et encore les "bruladis" avant de rentrer aux Supeyres déguster un chocolat chaud servi par Guillaume. A mon arrivée, un skieur Ligérien qui s'apprêtait à repartir en voiture, après m'avoir causé, a chaussé les skis. De plus, un groupe de "raquettistes" revenaient d'une rando. Il faudrait un peu plus de neige mais "ça débarrasse" comme dit quelqu'un..smile
Modifié il y a 7 mois
Quand le vin est tiré, il faut le boire. Cet adage peut se décliner avec la neige, c'est pourquoi ce matin, en voyant le temps qui conjugué aux prévisions météo donnait une fenêtre de tir envisageable, je suis parti pour le col du Béal.
T° +1° au départ à 9h sur une neige excellente et du parking qui n'était pas déneigé (il a fallu se garer le long de l'auberge). La chute très humide de la veille avait dû sur la fin se faire plus sèche car aux endroits où il ne restait plus de vieille, on pouvait compter sur 3/4 cm de compacte humide et 1 cm de poudre dessus.  Vent d'OUEST modéré.
Je suis parti sur Pierre-sur-Haute par le chemin à l'EST, gaufré de neige, plus que je ne l'aurais pensé. le soleil pointait le bout de son nez alors que sur la Loire ou les monts Dôme, c'était tout noir.
Grâce à la petite chute j'ai pu couper au plus court en descendant sur le col de la Chamboîte à partir du Procher. Ca évitait de faire le tour sur la pente EST ou de passer dessous par le sentier dans la hêtraie. Je n'ai quand même pas pu descendre direct par la piste militaire, farcie de rochers comme un millard de cerises, mais sur la droite dans les sentiers creusés par les passages et un peu enneigés. C'était hard mais ça a passé. Puis le rocher Pavé toujours par la piste militaire mais à éviter en descente car trop caillouteux. Enfin Pierre-sur-haute que j'ai pu, là aussi, passer par le côté OUEST grâce à la chute de la veille.
Ensuite il a fallu aller chercher les plaques dans les Grands Chars, reliées entre elles par les 5 cm de fraîche qui suffisaient amplement dans le mélange herbe/bruyère pas trop haute afin de plonger dans le vallon sous les jasseries de la Richarde, là où le ruisseau de Chorsin prend sa source et s'écoule dans la vallée, puis remonter sur le plat de la Richarde et plonger à nouveau sur la croix du Fossat.
Ensuite la vallée des Reblats, gavée de neige comme jamais, même dans sa partie centrale la plus large sous la ruine où pourtant c'est très humide. La neige par contre était moins glissante et il faisait presque lourd sous un soleil voilé. Pour traverser le ruisseau c'est aussi assez compliqué avec plus aucun pont et de grosses épaisseurs de part et d'autres, facilement 1m à 1,50 m de neige. Il y avait de vieilles traces de ski.
Je suis allé jusqu'à la cave, mais bien sûr les 30 dernier mètres étaient déneigés.
Puis tournage des spatules et retour par le même chemin, si ce n'est quelques variantes au-dessus de la croix du Fossat, suivant les plaques et surtout pour éviter les cailloux du rocher Pavé, la piste d'alpin de Chalmazel, la noire du Banban (les téléskis des Cimes et de Couzan tournaient et je n'ai pas vu un seul skieur dessus, juste quelques traces sur la piste) pour contourner les creux de Couzan et rejoindre le col de la Chamboîte. Averse de neige/grésil à Pierre-sur-Haute envahi par les nuées, tout comme le mont Thiallier au loin. Descente pénible pour finir sur le col car aucune glisse, il fallait faire de l'alternatif sous une nouvelle averse de grésil. Du côté de Clermont-Ferrand ils avaient dû ramoner le puy de Dôme car c'était noir comme de la suie.
D'en bas, on voit que la couche de fraîche sur le mont Thiallier est repartie avec la douceur. La météo en annonce à nouveau, on verra. En tous cas une bonne sortie dans la bonne fenêtre.
Peyre Mayou      

Du haut de Procher avant de plonger sur le col de la Chamboîte avec Pierre-sur-Haute et sur la gauche les pistes d'alpin de Chalmazel et tout au fond à gauche au second plan Rocher Gourgon




Vu de Pierre-sur-Haute, les jasseries de la Richarde, la vallée du Fossat à droite dominée par les rochers de la Pause et la mont Thiallier. Au second plan la plantation des Allebasses et en toile de fond le massif du Mezenc.


Vallée des Reblats  
         
Ce samedi matin 17 mars, après avoir visionné la "web" des Pradeaux j'ai décidé d'y aller voir. Parti avec mes skis "cailloux" à l'épaule, par la piste raquettes, je chaussais à une cinquantaine de mètres et ne les quittais plus jusqu'à mon retour sur la piste ski, après le pré de la Marion, dans la dernière descente sur le garage. Donc, piste raquette, le grand pré de Fayevie très bien enneigé, mais aussi très bien clôturé à tel point qu'il me fallut suivre celle ci sous les basses branches de sapins heureusement peu chargés en neige (2 à 3 cm de fraîche tombante tout du long de ma courte sortie. Après Fayevie (neige collante à la sortie, sous la jasserie), le pied du suc de Montchaud, "plongée" et descente de la combe à Marcel, (dans laquelle se devinaient encore des traces montantes, peut-être les miennes du 2 mars dernier?), sortie sur la route forestière (piste de ski) au niveau du lieu dit "la détourne" en empruntant de larges éclaircies bien enneigées et retour par "la Marion" en déchaussant en raison des cailloux en haut de la dernière descente sur le garage. Température: +1°, petite chute de neige humide. Seule rencontre, un chasseur (sans fusil), mais avec son chien, qui me rattrapa alors que je photographiais la trace d'un sanglier, sur laquelle il "dressait" son animal pour l'avenirsmile. Par ailleurs, nombreuses traces de chevreuils, de lapins, d'écureuils, à croire que le samedi était leur jour de sortiesmile
Modifié il y a 7 mois
Encore un tour hier après-midi dans les Reblats, mais cette fois en partant sous le col de Chansert. Départ permis par la dernière chute de la nuit et la matinée, car si j'ai pu monter le pré de la Grosse Font, au retour il a fallu passer à pied. smileT° + 3°.
La neige avait tendance à reculer, surtout sur le haut où une légère croûte imperceptible sous les skis mais visible à l'oeil s'était formée avec le soleil et les remontées d'humidité. D'un autre côté une glisse optimum ce qui ne m'était pas arriver depuis longtemps. Temps plutôt ensoleillé et bonne neige de printemps, que demander de plus …smile<3smile
Je suis montée directement par le chemin sur les rochers de la Pause, mais à éviter en descente, trop d'endroits sont déneigés. les nuées jouaient à cache Pierre-sur-Haute alors que je restais au soleil …  J'ai vu 2 snowkiter, une voile rouge et une jaune fluo,  le contourner par l'Ouest et aller jusqu'aux jasseries de la Richarde puis remonter. Quelques virages se négociaient bien mais il fallait quand même rentrer dedans pour bien caler les skis, d'où le choix de prendre la descente en travers de la pente NORD en 2 grandes courbes sur les jasseries du Fossat, et ça filait vite, un vrai bonheur à contempler le paysage.smile

Puis de suite sous les jasseries dans le trou des Reblats où là, la neige demandait moins d'effort pour virer, un vrai régal.    



 Puis le mur qui se descendait comme de rien  

La traversée du ruisseau en gardant les skis et en taillant dans le tertre de neige afin d'éviter comme la veille en déchaussant de s'enfoncer jusqu'aux genoux 
Enfin la vallée au plus large en restant sur la rive gauche afin de remonter là où le bois est le moins large, sur les crêtes sous les ruiines de Pradoux
     
Puis retour sur la piste de la croix du Fossat, d'abord dans le bon dévers en lisière du bois des Reblats, skiable grâce à la bonne neige.
      
De la croix je suis remonté sur les jasseries et le mont Thiallier. Là c'était plus dur, la neige commençait à regeler avec une petite croûte qui cassait très bien mais l'accroche se faisait plus sur les carres de skis que sur les écailles. Puis j'ai rebasculé sur la pente SW où là il a fallu chercher les passages mais avec cette neige très glissante, les "brindilles" de bruyère se passaient bien. J'ai rejoint la jasserie d'estive de la coopérative des bergers dans le vallon de la Jacine. 
    
La piste au départ de la jasserie pour rentrer, n'est pas très bien enneigé et j'ai "effleuré" 2 cailloux, mais ensuite pour plonger sur la barrière c'était super bon. Avant la dernière plongé sur le col de Chansert il faut aussi faire gaffe aux 20 premieres mètres délicats mais ensuite ça va. Puis la fin sur la route entre le col à 1236m et le croisement de la route de Domas à 1150 m, donc plus bas même que le col des Pradeaux (1196) d'où un enneigement "délicat". A certains passages on marche sur des oeufs…smile
C'est le problème de la vallée des Reblats, son accés, mais c'est aussi son charme. En 2013, une saison très très bonne, meilleure que celle que nous vivons ma dernière sortie à partir de Chansert (le col avait été déneigé donc ça évite le km "merdique"smile j'avais été dans les Reblats et c'était un … 18 avril smile
Sinon 2 super sorties en deux jours dans les bonnes fenêtres météo avec de la réussite smile
Modifié il y a 7 mois
Bien belle vallée que "les Reblats"smile. A défaut, son accès étant difficile, je me suis rabattu, en ski de rando, ce lundi matin sur le col des Supeyres, en direction de Prabouré. La neige est très bonne, 2 à 3 cm de fraîche sur la vieille, il en reste suffisamment pour s'amuser, sauf qu'il m'a pris l'envie d'aller voir "haute vallée", ce qui n'était pas évident à priori, question enneigement. Départ direction sud en dehors des pistes et en longeant ce qu'on appelait "la grande congère" ou passait autrefois une piste de ski de fond, je profitai de toutes les plaques de neige jusqu'au bois Balayoux, franchis le petit "ru" et, de plaques en plaques toujours, (avec un peu d'herbe ou de bruyère malgré toutsmile) jusqu'au dessus de "haute vallée", photographiant au passage les vestiges (blocs en béton) d'une des pistes de descente abandonnées de longue date. J'arrivais à la belle hêtraie près du refuge du "SHF"(sports d'hiver Foréziens) en vue des pistes de Prabouré. De là, J'obliquais à l'ouest sur la bordure Est de la "grande plantation" dont je suivis un moment les pistes avant de prendre une éclaircie dans le bois. Encore les pistes, bien enneigées puis les bois à nouveau, et le détour presque obligé par les "bruladis" et son paysage lunaire ( en dehors de la neige). A nouveau les pistes, puis hors, dans une très bonne neige pour revenir sur le col par la dernière butte (1396m) qui le domine.
Modifié il y a 7 mois
Hello les foreziens et ziennes.
En descendant à Clermont ce matin, la ligne du Forez semblait bien plus blanche qu'en fin de semaine dernière !

Chez nous, c'est la misère, rien en dessous de 1400m.

JMC
De loin, 3 à 5 cm de poudré donnent l'impression d'un bon enneigement … 
En versant S/W c'est un peu cuit …
Le mont Thiallier 1558 m le second sommet forézien après Pierre-sur-Haute (1634m) vu de chez moi il y a 10 minutes.

L'église d'Ambert au premier plan, une bosse boisée ensuite au second plan, puis au 3ème plan à gauche la pente du mont Thiallier et le bois qui repart vers le col des Supeyres. Dans le V formé par les deux on voit au dernier plan le suc de Pégrol à 1478 m. Le V est la "sortie de la vallée des Reblats car elle s'enroule autour du mont Thiallier comme on peut le voir sur la carte IGN. Mais sur le bas on y skie pas très souvent, l'orientation et l'altitude.

Donc comme tu peux le voir, c'est très aléatoire et le problème c'est pour rejoindre les versants abrités. C'est pour cela que des Supeyres grâce à la plantation et du fait que c'est un plateau donc moins offert aux rayons du soleil et au lessivage, ça bricole comme le mentionne plus haut forez63.
Voilà, ça sent la fin ou alors il faut marcher un bon peu pour aller dans les Reblats ou encore comme je l'ai fait vendredi dernier du col du Béal mais c'est loin, 8 km pour aller à la croix du Fossat, donc 20 aller./retour avec un dénivelé pas mal : du Béal à 1390 on grimpe au Procher à 1535 m puis on descend sur le col de la Chamboîte à 1483 m et on remonte sur Pierre-sur-Haute vers 1610 m. Ensuite la croix du Fossat à 1428 m et le fond acceptable des Reblats soit au niveau de la cave à 1290 m. Et après demi tour et rebelote à avaler le dénivelé dans l'autre sens. 
Du Chansert c'est mieux mais comme on part de très bas 1150 m, c'est un peu cuit (voir mon dernier compte rendu) . Sinon on grimpe direct sur les rochers de la Pause à 1530 m, juste sous le mont Thiallier, et qui dominent la vallée du Fossat. On plonge direct sur la croix du Fossat et les Reblats. En 7 km on est au fond, soit 3 km de moins.
Et des Supeyres en ce moment c'est cuit de cuit, sinon c'est autour de 7 km pour aller à la croix du Fossat mais sur un relief plus doux.
Voilà, chez nous aussi ça sent le sapin mais bon, c'est quand même et malgré janvier très compliqué, une saison bien correcte smile
Modifié il y a 7 mois
C'est vrai que des Supeyres en direction nord ça ne semble pas possible. Par contre, la plantation de Céylard est encore bien enneigée, et accessible sans déchausser. Ce matin je suis parti par la bosse direction ouest, et, en évitant le tracé traditionnel (piste direction croix de Pialoux sur le haut), je suis, hors traces, allé au maximum enneigé. Par contre j'ai dû me rabattre plus loin sur celle, venant des Pradeuax qui longe le bois coté nord, en tout cas pas loin des traces de skieurs mais en les évitant autant que possible tellement c'était bon en dehors. Plus loin, après la descente, et un faux plat, j'ai pris à gauche, en montée, une coupe d'éclaircie qui m'a amené à la piste de "descente de la plantation", je la pris à droite un moment, puis une autre coupe montant au coeur de celle ci. Au plus haut j'ai, au jugé, profité de la moindre éclaircie pour monter en lisière nord puis jusqu'à son extrémité afin de la contourner par l'ouest, difficilement faute de neige (il a fallut déchausser) pour y entrer à nouveau plus loin, redescendre dans des clairières et dans une neige agréable. Finalement remonté au jugé dans le bois je finis par les inévitables "bruladis" avant de traverser la piste de "fond" pour revenir hors traces à mon point de départ. C'est mieux que rien mais on est quand même un peu enfermé dans un petit périmètre. Ceci dit, avec -6° au départ et un très fort vent de nord que j'ai pris en pleine figure au retour, l'abri des bois était le bienvenu
Pas un "chat" au cours de ma petite rando mais pas mal de traces d'animaux.
Modifié il y a 6 mois
Bonjour, pas trop le temps de donner des nouvelles en cette période d'inventaire de petites chouettes de montagnes.
Sortie a ski hier après midi entre le béal Peyre Mayou Procher et tout ce versant Est encore bien enneigé et qui le sera encore dans les jours a venir, en ce moment c'est vrai qu'il faut monter en haut et rester sur les versants Est pour la trouver cette neige.
C'était bon hier, avec 2cm de souple sur le dur la descente après le coucher de soleil était très agréable, bon un peu froid avec le vent de NE et un ressenti anoncé à -15.
J'y retourne certainement ce samedi.


Modifié il y a 6 mois
 Salut J.C. J'espère que leur nombre n'est pas trop en diminution comme malheureusement d'autres espèces..Quant à moi, ayant vu, ce vendredi matin, une petite poudrée sur le Livradois, j'ai pris la direction des Pradeaux. Chaussant sur 3cm de fraîche, derrière l'auberge, puis le "pied" du barrage, j'ai rejoint les pistes qui en ont encore du fait du compactage. De là, hors traces dans des éclaircies, des clairières bien enneigées, le grand pré de Fayevie, le suc de Montchaud, la route forestière jusqu'au dessus du pré de la Marion, ou il m'a fallut déchausser, les quelques 3cm tombés étant tout à fait insuffisants..Vent nul et -3° au départ. 
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.