Conditions de neige massif du Forez

??? , parce que tu rêvais de belles pompes cuir en t'enquillant un verre de génépy et que j'ai de belles
Garmont qui s'ennuient un peu dans mon garage : bien qu'elles affichent du 42 , elles sont un poil trop petites
pour moi . Je ne les mets pas en vente sur le site parce que je ne les cèderais qu'à un grand vénérable chaussant du 41 voire 41,5 et sachant aimer les bonnes choses ( sauna, génépy , jazz etc ) :-D
Modifié il y a 4 ans
Pas de merci, tout le plaisir est à chaque fois et avec chacun de vous pour le « guide ». :-D

Ben ouais … comme le dit ce bon N 75, c’était un jour à ne pas louper. Vue ouest sur le Puy-de-Dôme, le Sancy, le Cézallier, sud/ouest le Cantal et plus au sud-sud/est sur le Mézenc, tous panachés de blanc. Grand beau au départ, vent frais.

On a donc fait le sud avec Jacou, Chougoirand et la descente sur Rouffix qui était moins bonne que l’autre dimanche, neige moins poudreuse et plus rapide. Au soleil la neige déchargeait des arbres et formait de la glace pillée dessous. Gare pour le lendemain.

Après, pour remonter sur Molhac des passages étaient déneigés, il fallait « contourner ». Les nuages commençaient à envahir le ciel.

Puis le réservoir, les berges de la Ligonne, le Gat, le sentier du Chevreuil juste en face et que j’oublie à chaque fois de nommer « nommément » … et les sources de la Ligonne.

Puis pour finir on est reparti côté nord juste histoire de se faire la descente des Ronzières, au-dessus de l’auberge des Pradeaux, avec un coucher de soleil entre la couche de nuages et le Sancy, avec une luminosité superbe dans les pins guirlandés de neige. A l’abri du soleil, les arbres n’avaient pas perdu la neige, même des arbustes en avaient assez pour scintiller. :-)

100 m de dénivelé, c’est pas mal. La neige était très bonne côté montée, orienté nord/est mais la descente un peu moins avec cette poudreuse qui s’humidifiait par-dessous et par-dessus avec le soleil. Une neige, donc, parfois « cartonnée ».

Mais c’était quand même une journée extra à skier. :-D

PS : Bon, Robert, tu as l’écriture d’un bon gars apte à faire un tour sur le sud des Pradeaux, avè l’esprit … :lol:
Modifié il y a 4 ans



Robert, ton attention me touche profondément !


forez a écrit :

PS : Bon, Robert, tu as l’écriture d’un bon gars apte à faire un tour sur le sud des Pradeaux, avè l’esprit … :lol:

Ouaip, il a raison Forez…t'aurais pas une bricole à venir faire dans le coin ?
Modifié il y a 4 ans
De passage dans le Forez pour quatre jours en raquette avec un groupe de Breton. Je n'ai pas eu le temps de chausser les skis, mais croisé les traces de certains d'entre vous (notamment celles de Forez aux Pradeaux). Neige pourrie et lourde ce WE, très bien en raquettes, puis fantastique neige fraiche ce mardi du coté de l'Enfer et des sources de la Ligonne, tant aimées de Forez.
La prochaine fois j'essaye de vous attraper au vol pour une petite virée.

Portez vous bien

Damien
Modifié il y a 4 ans
Si j'avais su … :-(

C'était donc toi avec tous ces Bretons (vu les immatriculations) et ces raquettes posées devant le foyer (enfin l'ex foyer de fond).

C'est pas mal le sud en raquettes, comme à skis …

Porte-toi bien Damien ! :-D :-D
Modifié il y a 4 ans
Des volontaires pour rando sur les Crêtes du Forez ce dimanche ?

En altitude ?
Au départ du Béal ?
Au départ du col des Supeyres ? A éviter pour se garer facilement car je crois qu'il y a un championnat de France de kite, mais ça peut être beau à voir si on part du Béal
http://www.kitenews.fr/event/championnat-de-france-de-snowkite-2014/


Météo pas pire …
Je ne suis pas dispo dans la semaine suivante.

PS on a du se croiser Damien, car mercredi a midi, je suis aller remplir mon camel au foyer et je suis tombé sur des bretons …
Modifié il y a 4 ans
Temps pas engageant du tout cette après-midi :-( et pourtant, au final, une sortie à ne pas rater !!!!! :-o

Départ sous la Grosse Font à 1160 m où il pleut avec 1 ou 2 flocons égarés au milieu.

Essai très concluant des demi peaux achetées cette saison pour justement, permettre de gravir moins physiquement les 400 m de dénivelé jusqu'au mont Thiallier. :-)

Un bon achat également à moins de 11 €, des gants fourrés enduit PVC, qui servent à travailler en milieu froid. Mais avec cette humidité c'est ce qu'il faut. Qu'importe l'orange qui flashe pourvu qu'on ait les doigts au sec. :-)

Au-dessus du col de Chansert, la pluie s'épaissit puis Vers 1350 m environ, enfin c'est la neige. Je tombe les peaux au sommet du bois et surtout à l'abri, car en haut ça ventile un peu. La neige humide accroche bien.

Descente très bonne sur les jasseries du Fossat, mais surtout dans la pente du mont Thiallier, car sur le bas la neige a tendance à enfoncer. La faute je pense aux nombreux rus qui serpentent et doivent bouffer la neige par dessous avec la douceur.

La descente avant de franchir le ruisseau et le verrou des Reblats est bonne également. Il faut juste faire attention aux rus et autres levées, très marqués. Les spatules enfoncent et ne veulent pas ressortir. Encore une fois la faute à l'eau qui doit courir dessous.Les bâtons font parfois de même, traversant la couche pour aller presque "chatouiller les petits chinois" :lol: dans des trous qui paraissent sans fond.

La descente du mur avant la vallée est très bonne dans cette neige. L'enneigement est très conséquent. Il ne neige presque plus. Passage à la cave paternel (attention juste avant, un arbre en travers au niveau du carrefour avec le chemin venant du mont THiallier, mais pour l'instant ça passe dessus) et remonté sur le Recurady puis le chemin de la croix des 2 bergères (foudoyées comme nous l'a expliqué Damien63).

Je file sous le suc de Pégrol où je pensais voir des voiles de snowkite :-( car il y a normalement ce week-end une manche du championnat de France. Mais rien à l'horizon, juste quelques vieilles traces.

Il ne fait pas froid. Je pensais filer sur les jasseries de Pégrol et rester à l'abri dans le vallon sous le suc côté nord/est jusqu'au carrefour de Pradoux, mais finalement j'opte pour la montée directe.

La visibilité est bonne, on voit bien le mont Thiallier, pierre Bazanne et Roche Gourgon. Sur la croix de Barras, c'est pas mal déneigé. Pour aller par là-bas, il faut mieux éviter en ce moment un temps de brouillard, si l'on veut tracer sa route par rapport à la neige.

Puis à mi chemin du haut du suc de Pégrol, les nuages accrochés sur Pierre-sur-Haute descendent et ça se met à neiger à gros flocons avec un bon vent d'ouest.

Du haut du suc, je bascule sur les ruines des jasseries de Pradoux pour chercher un peu d'abri. Le sommet du mont Thiallier est caché mais on distingue ses pentes et la lisière de forêt des Reblats.

La croix du Fossat a de la neige à 10 cm environ sous le socle. Pour remonter sur les rochers de la Pause, je reste dans la pente pour être à l'abri. j'ai eu la bonne idée de prendre mon masque de brouillard d'alpin et il sert vraiment.

La descente des rochers et bonne puis celle ensuite dans le bois extra. Juste ce qu'il faut pour glisser assez sans aller trop vite, ce qui permet de passer d'un tertre à l'autre. C'est la première fois que je la fais dans d'aussi bonnes conditions de neige. 8-)

Demain la météo est meilleure alors tous au ski avec cette belle neige. :-D

Ca neige fin jusqu'au carrefour de Domas mais la descente du pré de la Grosse Font ne glisse rien. Le peu de neige fraîche s'est transformée au contact de l'autre.


Demain matin Jacou, je monte au plus près aux Pradeaux mais juste pour la matinée. :-)
Modifié il y a 4 ans
Merci Forez pour tes infos précieuses.
Je pense me faire un petit plaisir sur le milieu de journée.

Je pense me garer au col des Supeyes après un arrêt à la boulangerie de St Antheme.
J'irai faire un pèlerinage en direction des radars puis a la croix de Fossat et retour par la cave paternelle.
Je n'y suis pas encore aller de la saison
Modifié il y a 4 ans
Aux Pradeaux la neige y a bien ramassé depuis mercredi dernier. En montant, j'ai vu la bosse à 1188 m, côté sud vers le puy de Loir, elle est bien déneigée. :-?

On va dire que 1200 m c'est bien la "limite" … A partir de 1300/1400, suivant les expositions, enneigement très correct. :-)

Départ côté barrage en montant de suite sur le réservoir. Temps voilé, ça avait légèrement gelé, neige gros grains recouverte d'une infime pellicule de fraîche.

Puis 50 m plus haut en altitude, la couche de fraîche s'épaississait et c'est devenu franchement bon à skier, avec une bonne accroche.

Un passage dans le vallon des jasseries des Mortes puis vers les ruines et ensuite celles du Piroux avec une vue sur les Limites de l'autre côté de la vallée de l'Ance et Saint-Anthème. Mais ça paraissait bien déneigé.

Ensuite passage côté est du rocher Y pour traverser la route de la Tuile et faire le vallon qui redescend dans le bois de Naufrange, via des jasseries sans nom, jusqu'à la route de Prabouré, là où il y a une barrière à neige DDE verte. Orientation nord, donc descente extra bonne. Il faut juste ralentir au milieu quand on se retrouve dans les favilloux et les rus, où il faut chercher son passage.

Puis une remonté en coupant la piste de fond de Prabouré, directe sur le plateau, afin d'aller titiller le haut du vallon qui part de l'angle est de la plantation des Allebasses sur le pont de la Fayolle.

Une remontée sur le haut du plateau qui domine les jasseries de la Fayolle. C'est une courbe à 1400 m (elle culmine à 1409 m) très caractéristique sur la carte. En effet, on dirait un peu la botte italienne, avec beaucoup moins d'élégance, plutôt un genre de sur-chaussure. :lol:

De là, plongée dans la combe sous la liaison haute de ski de fond entre la tête des téléskis de Prabouré et le bois du Coin. Extra à skier mais avec une visibilité bonne pour voir le paysage mais mauvaise pour distinguer le relief, alors ça surprend un peu les variations de terrain.

Puis une légère remontée sur la piste de fond histoire de faire la descente des 4 Rochers, juste à côté de la piste, le long du bois, là où la poudre s'est accumulée, et jusqu'au bois du Coin (croisé une quinzaine de fondeurs et autant de rackettistes).

Et enfin une dernière plongée sur la gauche de la ruine du Château puis sur le haut du barrage, avant de rentrer par le petit pont puis le long du barrage directe.

Donc encore une bonne sortie, moins humide que hier, sans vent et avec un temps pas froid, mais ça, on ne peut que s'en douter.

Tant que le temps tient (belle formule non ?) ça ira, mais si ça veut "redoucer" (comme le dit un ancien) ça ira plus … ou vraiment plus haut … :-)

Et chez nous, haut on connaît, plus haut aussi mais plus haut que haut, alors là, ça ne va plus, il manque des mètres … :lol: :lol:

Modifié il y a 4 ans
Bon, et bien à mon tour !
Un peu honte de raconter tellement ça frise l'indécence !
Pour pas changer, Béalland, mais je me gare dans le dernier virage.

Déjà, depuis mercredi, la neige a bien dégusté, et la bruyère commence à apparaître. Le bas des pistes de Chameziau, ça doit être bien limite, et ils vont certainement lâcher les chevaux des compteurs électriques et ouvrir les vannes pour fabriquer de la neige afin de fonctionner pendant les vacances.
J'ai envie de dire que c'est mort en-dessous de 1200m !
Mais au-dessus, si l'on fait abstraction de quelques plaques de glace, c'est du caviar à la louche !

Je suis monté direct un peu à droite du Pas de la Croix afin de gagner la butte qui domine le retour des pistes de fond. Et là, azimut le bas, les aulnes servant de piquets de slalom, et ce fût Sotchi en Forez !
Une fois en bas, demi-tour pour gagner le Puy Gros, et là, deuxième manche du slalom, qui m'a embarqué dans la petite Laponie chère à Benbois. J'ai donc errer au milieu des pins à crochet et des bouleaux, un peu comme dans un labyrinthe dont les murs auraient été les ruisseaux qui sillonnent le bois. Une fois trouvé la sortie, j'ai gagné la lisière nord de la[d] taïga[/d] forêt, que j'ai ensuite suivie jusqu'au Fossat (de la Loire, pas de jaloux, chacun le sien avec les Auvergnats).

Retour au beau milieu[d] de [/d][d]la[/d][d] toundra[/d] du plateau, traversée du[d] canyon [/d]ruisseau, toujours aussi fantastique et azimut un peu à droite du Pas de la Croix où j'ai croisé mes traces.

Puis plein Ouest pour voir si l'Auvergne est toujours à la même place, et direction la route de Saint Pierre en croisant au-dessus du chapelet de jasseries.

Puis montée en haut la butte qui domine le col, serrages des lacets, et séances le big toe et de little toe jusqu'à la voiture.
Un dernier petit mur de neige crée par le vent à négocier, traversée du ruisseau dont un pont avait cédé lors de mon passage il y a quelques semaines, et la voiture.

En rangeant les skis, je me suis fait la réflexion, que si les psys montaient leur cabinet jusqu'aux champs de neige, à la fin d'une saison, leur clients seraient guéris, et les salles d'attente vides !

Temps tout grisaillou au départ, qui c'est illuminé au fil de ma périgrination. Mais bizarrement, c'était bien bouché tout autour, sauf au-dessus de cette petite Laponie.
Modifié il y a 4 ans
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.