Conditions de neige massif du Forez

Des truites qui gambadent……..














Moui moui moui……. Bien-sûr :-D
Modifié il y a 4 ans
Ren a écrit :
Ah cette merveilleuse vallée!! Mon deuxième bivouac lors de la traversée des monts du Forez, première rando itinérante de ma vie. Une arrivée magique dans ce lieux magnifique, c'était en été, à me laver les aisselles dans le ruisseau (sans savon pour pas polluer bien sûr!), à déguster les myrtilles sur le bord du chemin, à regarder les truites gambadant sous l'eau fraiche… Nous ne savions alors pas que nous étions rentrés dans un haut lieu du Forez. Je rêve d'y retourner en hiver, quand je maitriserai mieux mes SB98!
Fin du hors sujet: je vous envie (hé oui, je dévoile ici mes origines auvergnates!), et pensez à ceux obligés d'établir une stratégie de pointes pour éviter les cohortes de raquettistes pré-alpins!

bonsoir la savoie!

vous parliez de la "haute vallée"(des supeyres), ou la vallée des "Reblats" (plus au nord ouest)…?

Je penses plutôt à la "hte vallée" et l'ance qui y coule, assez large pour voir les truites (frétillées…smile, que le ruisseau (ou il y a sans doute quelques petites truites) de la vallée des reblats…???

2 endroits magnifiques et sauvage, quoi qu'il en soit que j'ai parcouru en été et hiver…
2 anciennes vallées glacières et ses semblants de moraines…

:-)
Modifié il y a 4 ans
lepiero a écrit :
Des truites qui gambadent……..

Oui, oui !
L'isolement de la vallée a fait de la truite de Reblats une espèce endémique, qui a développé des qualités amphibies.
D'après les scientifiques, probablement par mimétisme avec les grenouilles !


@Forez63
je ne suis pas libre en début de matinée…dommage !
n'oubliez pas les patins à glace…
Modifié il y a 4 ans
Ren a écrit :
Je rêve d'y retourner en hiver, quand je maitriserai mieux mes SB98!
Fin du hors sujet: je vous envie (hé oui, je dévoile ici mes origines auvergnates!), et pensez à ceux obligés d'établir une stratégie de pointes pour éviter les cohortes de raquettistes pré-alpins!




Modifié il y a 4 ans
Ren a écrit :
Je rêve d'y retourner en hiver, quand je maitriserai mieux mes SB98!
Fin du hors sujet: je vous envie (hé oui, je dévoile ici mes origines auvergnates!), et pensez à ceux obligés d'établir une stratégie de pointes pour éviter les cohortes de raquettistes pré-alpins!

Pas besoin d'une technique de pointe pour y descendre…
…depuis mes skis se sont raccourcis de 40cm !
Eh oui, c'était l'époque bénie où SRN se conjuguait avec allumettes et chaussures caoutchouc…car pas besoin d'élaborer de stratégie, les cols n'étaient tout simplement pas déneigés…



Modifié il y a 4 ans
Pas besoin d'une technique de pointe pour y descendre…

Pas mal la photo! Avec les températures qui s'annoncent cette semaine, on risque d'en revoir des comme ça!
S'il y a encore de la neige, début avril je pourrai peut-être venir faire un tour.
Modifié il y a 4 ans
Le soleil est là, sur le Forez comme ailleurs, la neige bien présente, allons donc en profiter !

Vendredi après-midi, direction le col du Béal, et à 14 heures c'était noir de monde, comme je ne l'avais jamais vu.
Je me suis échappé au plus vite pour gagner la Croix du Fossat en longeant la lisière Ouest.
J'ai trouvé des traces de ski…peut-être Benbois, car là j'étais un peu sur un de ses territoires de chasse.

coup de gueule envers les voileux évadés du zoo des stations de ski et directement issus de la société de consommation, qui n'ont pas percuté qu'ils ont quitté un monde aseptisé pour entrer dans la vraie vie, et se permettent d'aller faire les guignols sur les toits des bâtiments qui sont en-dessous de P/H.
de plus, les pelures d'orange ça se ramasse !


Samedi, direction Sainte-Mère les Supeyres où j'arrive un peu avant midi, n'ayant pu arriver plus tôt pour partir avec Forez l'ancien et Forez le jeune.
Alors que je traverse la route pour chausser, je croise Jacou monté en villégiature avec madame.
On discutaille un bon moment, et je le quitte avec pour but la Belle Vallée.

Je longe une fois de plus la lisière ouest, et grâce à une bonne glisse, j'atteins rapidement la Croix en Fer, qui marque l'entrée dans ce haut lieu.
Par le chemin, curieusement meilleur en hiver qu'en été je plonge sur le vallon suspendu qui domine la vallée principale, que je remonte.
Le déboisement d'une plantation d'épicéas ayant eu lieu il y a quelques années a redonné à ce coin son cachet "d'antan", je décide de me poser sur une souche pour casser une petite graine, et faire le plein de soleil.
Une petite pensée pour ceux qui étaient en ce moment sur les terrasses des restaurants d'altitude noyés dans les vapeurs de frite…

Deux tours valent mieux qu'un, je retourne sur mes pas, pour remonter par le chemin contigüe où je trouve deux traces de ski…
Ah, ah ,ah, serait-ce la famille Forez qui serait passée par là ?
Je suis donc ces traces qui partaient dans ma direction, et plonge par le chemin aussi dégueulasse l'été que l'hiver celui-là, à la rivière pour gagner le pont afin de changer de rive.
Et là, je vois des empreintes de norme 75, taille 46 ou 47 ?
Ben non, ce n'est pas la famille Forez !
Bon dieu, mais c'est bien sûr, c'est Grandsteak dont Jacou m'a appris la présence dans le secteur !!!
Bon, ben moi j'ai pas déchaussé…

J'ai ensuite gagner le haut de la vallée pour rebrousser chemin quand le pré se resserre avant la montée dans les bois.
Puis par la rive droite j'ai gagner la piste forestière en aval.
Et par la Voie Romaine j'ai retrouvé la pampa, et retour à Supeyres-land.

Demain, je pense monter au Chansert, le port qui donne accès à l'île de Mont-Thiallier

@Jacou : un véhicule de la même couleur que le tien à Baracuchet, c'était toi ?
Il doit être beau le ciel à cette heure, veinard !

@Grandsteak : j'espère que tu auras fait des photos…c'est pour montrer !
Modifié il y a 4 ans
Ca bouge sur le "Forezorum". Jacou nous a joué les explorateurs en solo (si j'avais été là je t'accompagnais avec plaisir), N_75 (je l'ai mis le tiret du smile un remake des" bronzés font du ski", manque plus que la musique … :lol: et tout le monde a bien bougé, comme quoi petit massif mais gros coeur notre Forez ! :-D

Pour moi c'était un petit "stage" alpin où je me suis régalé d'une autre façon, et après, on a fait avec mon ancien, le Forez63 du site, une bonne ballade samedi matin à partir des Supeyres.

Vent d'est un peu frais qui "tenait" un peu la neige au départ, mais rien de terrible, car sitôt à l'abri on était bien/trop bien pour la saison.
Direct par la bosse des snow-kiters sur une neige gelée mais pas tôlée. Le half-pipe sous le suc de Pégrol est à faire, car il est praticable. La petite chute de neige a suffi pour garnir le fond par rapport à il y a 15 jours. :-)

Et là de l'idée de départ de la vallée des Reblats, on oblique plein est en opportunistes de la rando pour filer sur la Loire … Quand faut y'aller, faut y'aller … 8-)

Donc la jasserie de Pégrol la plus haute et le franchissement de la croix de Barras, où là il faut chercher son passage, mais comme on est dans des prés et non de la bruyère ça passe bien sur une neige transformée.

Mais après sur la pente est, c'est beaucoup mieux, bien enneigé même. Le vent a été joueur, on ne voit parfois que le haut des piquets de clôture et 20 m plus loin 3 rangées de barbelés. Il faut choisir ses passages suivant les creux du terrain.

Nous avons piqué dans le vallon sur la gauche du buron du Plan Chevalat, parmi les arbustes. Là, la neige était extra, nous sommes même tombé sur des gobelets (du sucre en poudre) et une trace de ski de rando.

Puis nous sommes remontés vers le chemin qui va à pierre Bazanne où nous avons croisé une skieuse qui venait de Sichard. Après la pause casse-croûte et contemplative, nous avons contourné le bois pour aller poursuivre le vallon sous roche Gourgon (côté sud très déneigé mais possible d'y monter le long de la lisière ouest comme d'habitude), toujours parmi les bouleaux, les pins et les petits fayards.

Pour Benbois qui doit savoir ce que c'est, nous avons trouvé un "piège" formé d'une boite en plastique blanc, légèrement conique, avec une trappe d'ouverture sur le côté et à l'opposé un petit tube transparent Ø 20 mm environ avec comme une crépine au bout et des trous de Ø 3 mm environ. Il est posé sur un tube inox de 60 avec une platine de 500 au carré, et à environ 1,60 m du sol. Est-ce pour prélever du pollen ? Des insectes ?
:-o

Là il commençait à faire très chaud, manches de chemise relevées de rigueur, neige molle juste en surface, excellente et très glissante.

Après nous avons traversé le ruisseau (un joli renard nous a défié de loin) sous la jasserie de Gourgon en laissant la première de Garnier sur notre droite.

La bosse de la croix de Barras et retour dans le vallon des jasseries de Pégrol, puis la bosse au-dessus, le petit Goulet et enfin les Supeyres où déjà il y avait un peu de monde.
Donc pour aller sur pierre Bazanne et roche Gourgon faut se dépêcher, jusqu'à mardi matin je dirais ça peut encore faire mais après pour franchir la croix de Barras …

Au coucher du soleil, j'ai vu que sur le sommet du mont Thiallier, là où bien sûr c'est soufflé, la neige avait changé de couleur, passant du blanc au brun, ce qui veut dire que la bruyère n'est pas loin.
Par contre sur le suc de Pégrol où l'on est plus sur de l'herbe, c'est resplendissant de blancheur.

Mais il y a encore de quoi faire, pas d'affolement, la saison se finira bien … :-D

Modifié il y a 4 ans
de la musique ! ne parle pas de malheur…il y en a déjà bien assez l'été avec les sono-fourgons, de quoi transformer des bivouacs de rêve en véritables cauchemars !

quant à Forezorum, il va bientôt fêter ses 50 pages…


Sinon, je viens d'achever mon triptyque forézien, 3 jours de suite, et un départ de chaque "haut" lieu (Béal, Supeyres, et aujourd'hui Chansert).
Et trois jours de suite sous une tempête de ciel bleu, ça doit faire longtemps que ce n'est pas arrivé.

Donc ce matin arrivée à Domas vers 10h30 où je mets directement les peaux pour ne pas m'embêter à grimper sur une neige encore gelée sur ce versant Ouest.
Dans les bois avant la Jacine, je croise deux personnes en raquettes, et reconnais Forez 63 accompagné de son médecin préféré. On discutaille un moment, il me raconte son viron de la veille avec Forez, je lui raconte le mien, et nous voilà partis, chacun dans son sens.
J'aurais pu demander au médecin s'il était là pour tenter de percer le mystère de la longévité de Forez l'ancien, mais dommage, je n'y ai pensé qu'après coup !!!…mais aura-t-il obtenu la réponse ?

Ensuite je quitte l'ombre pour m'attaquer au versant Est du Mont Chouvé que j'atteins rapidement au prix de quelques conversions.
Coup d'œil sur la Belle Auvergne et descente en face sud, un régal sur la neige qui commence à revenir.

Petit tour sur le plateau, et en avant pour grimper le K2 forézien , comme la surnommé Damien.
Plutôt que de plonger ensuite sur l'épaule qui mène aux Nerses, je prends pleine pente, et azimut la Croix du Fossat, où curieusement je ne vois personne à cette heure de pause casse-croûte, ce qui me permettra de faire le plein d'eau.
Descente de rêve sur cette neige ramollie en surface, de quoi se rassurer sur l'état de son arthrose des genoux.
Bien vu, je suis seul, et casse une croûte, en regardant passer les cohortes de raquettistes suivant le GR sur la pampa.

Ensuite, au prix d'un effort mental pour quitter cette quiétude, je remballe le sac, rechausse, gagne les Nerses.
Puis je prends un azimut sud-est, que je quitte rapidement pour m'offrir les belles pentes à main droite, reprends le cap en lisière et atteins le bout du plateau.

Le moment redouté du demi-tour est là, et il me faut penser à rentrer.
Je croise des traces qui sortent des Reblats, traces que j'avais laissé hier…peut-être Grandsteak ?

Au fur et à mesure que je monte, la pente désormais à main gauche se fait de plus en plus longue, et tel un mort de faim, je m'y jette. Au diable l'effort pour remonter, le plaisir me tend les bras, et impossible de résister.

La neige est toujours aussi bonne, et dessous un fond homogène procure confiance, à tel point qu'il est possible de modifier les appuis en pleine courbe.
Coucou à Gervais, probablement en face sur le Plomb du Cantal !
Voilà bien longtemps que je ne m'étais pas régalé ainsi !
Les doigts de pied qui prennent les skis pour des boutons d'accordéon, les avant-bras qui s'en mêlent pour m'accompagner dans la conduite des planches, j'étais sur une autre planète…ben non, simplement sur une île !

Et malheureusement il y eu[d] un réveil[/d]…heu non, la fin de la pente lorsque j'atteins la lisière, et donc re-montée, cette fois d'une traite jusqu'au sommet.
Dernier coup d'œil sur l'Auvergne, je traverse le "plateau sommital" direction la face nord où je trouve un couple en ski monté en milieu d'après-midi.
Encore quelques virages pour le plaisir, et je rejoins le col par la piste qui monte aux Rochers de la Pause.
Puis la voiture, descente à Job où je m'offre une bière bien méritée, et retour en France, curieusement même pas fatigué…

Voilà bien longtemps qu'au cours d'une randonnée, je n'avais pas vénéré Sondre Norheim de la sorte !
Modifié il y a 4 ans
Ca vous dit de se retrouver pour un bivouac de fin de saison ?

Météo pas terrible pour ce samedi et ce dimanche.
Vendredi soir ça serait moins pire.

Je ne suis pas dispo le WE du 22 et 23 mars.

C'était extra en début de journée de ce lundi au départ des Supeyres.

Modifié il y a 4 ans
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.