Conditions de neige massif du Forez


Je suis donc monté hier aux Pradeaux où j'ai croisé Jacou et sa famille. Ensuite j'ai fait un tour avec en gros pour épicentre le Rocher Y. Et je confirme les écrits de Forez que j'ai croisé au retour avec son père, pour dire que la neige était dégeulasse à skier,
Mais comme le SRN est définitivement une affaire de masos, j'ai remis ça aujourd'hui ! smile

Le passage récemment de Fourinas dans la Haute Vallée m'a rappelé au bon souvenir d'une reconnaissance que j'y avais faite à l'automne. smile
Bingo, ce sera un aller-retour entre la Haute Vallée et Pégrol !

7 heures sur les planches m'ont quand même bien cramé, mais en ouvrant cette page, et voyant les photos que je n'ai pas faites, je me suis pensé que c'était bien pire que je ne l'imaginais ! smile
Fourinas, je crois qu'aujourd'hui on s'est suivi ! smile

A 10 h30 je me garais vers la tyrolienne, puis remontée du cours de l'Ance jusqu'au pont que j'ai traversé. J'ai ensuite atteint le Coq Noir, et la route que j'ai traversée pour m'engager dans les vallons qui descendent du col des Supeyres.
Et là, en versant nord, la neige était encore poudreuse, mais tassée ce qui permettait de prendre de la vitesse.
Pour reprendre le langage fleuri de quelqu'un qui intervient beaucoup dans cette rubrique, c'était à en faire dans sa culotte, et à l'enfermer dans un coffre-fort, pour aller y respirer l'odeur du bonheur les jours de déprime. smile
Une succession de montagnes russes, à en parfumer trois culottes, et montée aux jasseries de Pégrol où j'ai cassé une graine. Là-haut, un vent de sud ne laissait rien présager de bon pour la suite, dèjà que de belles plaques d'herbe apparaissent du côté de Campclose.

Puis descente au soleil, donc sur une neige un peu plus délicate à manoeuvrer, mais avec des passages où seuls les centimètres supérieurs avaient ramolli, qui furent bien jouissifs malgré quelques baignoires.
Du coup, j'en ai repris quelques tournées. smile

Arrivé à la route, j'ai pris le chemin qui mène à la jasserie habitée à l'année, et que j'ai poursuivi jusqu'à celles qui correspondent au passage des pistes de feu la station de la Haute Vallée.
Descente sur la rivière, baignoires pour me rappeler que la fatigue commence à se faire sentir, mais en admirant mes traces, je me suis dit que ce serait dommage d'être là, et de ne pas profiter du pré plus en amont. smile
Au pied de celui-ci, j'ai donc entamé une série de traversées-conversions qui me ramenèrent au chemin que je venais d'emprunter. smile
Une fois en haut, un curé passant par là m'aurait donné l'extrême-onction en me découvrant, tellement j'étais défait.
Mais, si j'étais monté, il me fallait descendre, pour ensuite trouver le moyen de traverser la rivière.
J'ai donc entrepris cette descente, mais un manque flagrant de syncronisation dans mes gestes me conduisit au fond de lamentables baignoires.
J'ai donc rassemblé le peu de lucidité encore présente aux fond de mes poches, pour arriver honorablement au bord de la rivière où en admirant mes traces je repris un peu de courage.
Puis direction le pont, non sans galérer à traverser des ruisseaux qui se jettent dans l'Ance. Et quelques barbelés plus tard, j'ai atteint ce pont tant attendu, pour prendre le chemin de l'aller dans le sens retour.
six sorties en huit jours…j'appuie sur pause…smile

Je confirme avoir vu des traces de SRN, probablement tes traces Fourinas du côté de l'ancienne station, et encore des traces de ski qui partaient dans les bois de fayards sous le col.
Et au bord d'un ruisseau, j'ai également vu les traces de cet oiseau. Et un joli renard roux que j'ai pu observer un bon moment.

Et merci à toi Damien de nous faire partager tes connaissances sur l'histoire de notre montagne. Ce n'est pas la première fois… smile




Modifié il y a 3 ans
N_75
Fourinas, je crois qu'aujourd'hui on s'est suivi !

A 10 h30 je me garais vers la tyrolienne, puis remontée du cours de l'Ance jusqu'au pont que j'ai traversé. J'ai ensuite atteint le Coq Noir, et la route que j'ai traversée pour m'engager dans les vallons qui descendent du col des Supeyres.
Et là, en versant nord, la neige était encore poudreuse, mais tassée ce qui permettait de prendre de la vitesse.
Pour reprendre le langage fleuri de quelqu'un qui intervient beaucoup dans cette rubrique, c'était à en faire dans sa culotte, et à l'enfermer dans un coffre-fort, pour aller y respirer l'odeur du bonheur les jours de déprime.
Une succession de montagnes russes, à en parfumer trois culottes, et montée aux jasseries de Pégrol où j'ai cassé une graine. Là-haut, un vent de sud ne laissait rien présager de bon pour la suite, dèjà que de belles plaques d'herbe apparaissent du côté de Campclose.
Oui j'y étais entre 14h30et 16h30, départ du grand genevrier! je t'ai sans doute précédé…sympat ce secteur valloné et abrité du vent…et ces traces d'animaux…
J'ai bien aperçu un vehicule au parking de la tyrolienne( utilitaire, marque française semble t-il) ;-)
J'ai également vu des traces au dessus du pont du genevrier et sur les pentes de champeclose…certainement d'autres skieurs SRN…
Rien de tel que les pentes de la hautes vallée pour apprendre le virage télémarké….N75 ;-)
Sinon hier pour moi, c'était skating avec quelques nuages qui empèchèrent la neige de trop chauffée, un miracle providentiel! :-)
Et aujourd'hui repos au vu de la météo qui n'a pas été si neigeuse que ça….
@+
Salut fourinas
Ouaip, jeudi on a dû se louper de peu ! le véhicule était bien le mien. En descendant de Pégrol, j'ai aperçu de loin des traces de raquettes qui semblaient toutes fraîches, et que je n'avais pas aperçu en montant.
Les deux gars en SRN mercredi vers le Coq noir, je pense savoir qui c'était…j'ai eu des infos cet après-midi…le Forez est tout petit smile
Mais sincèrement, faire une telle balade avec des peaux de phoque, c'est un véritable remède contre le ski. Pas besoin non plus des SRN dernières générations  pour s'éclater par là-haut… si tu voyais le matériel que j'ai utilisé pendant plusieurs décennies smile
Après quelques jours dans le vercors  (je mettrais un post sur conditions vercors) dont 1 sortie de 2 jours avec pulka et nuit en cabane cette fin de matinée sortie au Béal avec ma fille en SRN, soleil bonne neige avec un bon vent frais d'est. Nous sommes montée à Peyre mayou puis procher et rocher pavé puis descente à la chamboite et remontée à procher.
C'était sa deuxième sortie SRN (l'an passé première dans le Vercors), on s'est donc mis les peaux pour monter un peu raide et tester la neige encore dur de fin de matinée sur les versant ouest et nord, puis après procher on les a enlever pour s'amuser dans les pentes douces de la chamboite, et ensuite avec le soleil plus besoin des peaux, belle sortie.
On recommence demain version milieu fin d'am et petite écoute chouette en lisière surement au départ du Béal, vers le nord.
J'ai toujours des problèmes pour trouver un site pour les images.


Modifié il y a 3 ans
CR de cette AM :
C’était du grand PSH.
Beau temps, neige vierge à volonté, ni chaud , ni froid.
Certains savent que je mange à tous les râteliers. Diverses pratiques nordiques sur neige, dont le kite avec SRN. Grosse session de kite avec l’équipement conseillé par Régis qui est une vraie merveille de polyvalence.
Ci dessous, photos que j'ai prises depuis le plateau des égueaux avec en toile de fond PSH et le Montallier. 
On a une chance pas possible d'avoir ça à coté de chez nous …


Purée, j'étais du côté des Bazannes, et je n'a rien vu, perdu dans le brouillard ! smile
Au moins toi tu as un tissu aux couleurs pas trop agressives. Dans les tons gris ou bleu, c'est pas mal, ça fait pas tâche dans le ciel !
Hier matin au col du Béal pour un "lapin" de TF 1 qui devait y tourner une séquence. Ce col a de plus en plus la cote depuis les passages de "compettes" cycliste, et sans doute le "grand" tour de France un jour..
Heureusement j'avais prévu, car je ne pars jamais déshabillé, skis et raquettes alors, en route d'abord dans les traces avec mes "atomic" écailles, légers, type entrainement, puis de suite hors traces et là, merveille: 2cm de poudreuse sur neige solide et sans les "vagues" que l'on trouve parfois sur les hauteurs..
J'ai un peu regretté mes "skat" car c'était le jour de les prendre.
A l'aventure en direction "grosso modo" de Manjasson, puis traversée difficile(sur un arbre) malgré la quantité de neige du ruisseau de la Pigne, pour remonter en face dans une grande éclaircie vers la loge de Couttioux et la loge du Fossa.
Retour en zig-zag sur la pigne, traversée des pistes et aperçu de "pauvres" skieurs dans des traces pas très bonnes, la dameuse du col de la Loge étant en panne, puis par le Chesseton, le Béal à nouveau et son auberge accueillante, ou Christine avait ce qu'il fallait pour me rassasier..
Bien que courte, une bonne sortie, par très beau temps en plus..
forez63
et sans doute le "grand" tour de France un jour
Il y eu récemment un article dans le Progrès où il était écrit que les villes d'Ambert, de Montbrison, et le Pays d'Olliergues voulaient s'associer pour recevoir le Tour de France pour une durée de 3 jours, avec une arrivée entre autre au col du Béal.
Et ces clowns du Progrès le situaient dans le Puy de Dôme, mais pas en frontalier.
Faut dire que pour ces branques, le tourisme se limite à la station de Chalmazel et le sport à 22 gars qui donnent des coups de pieds dans un ballon à Lyon et Saint Etienne !

Cet après-midi, sortie mémorable vers la Petite Laponie ! une neige d'anthologie, un ciel tout bleu, et pouf, d'un coup, brouillard et black-out total. Il a fallu se résoudre à sortir la boussole pour regagner la voiture. Il y a des coins sur cette pampa où il n'y a vraiment aucun point de repère.
Demain, la Montagne Sacrée !
Modifié il y a 3 ans
N75 salut et tellement heureux que tu viennes sur ces crêtes que nous aimons tous et que tu sembles connaitre comme ta poche.
J'ai de longue date milité pour abaisser la "frontière" entre les 2 départements et régions.
L'avenir semble enfin me donner raison avec la grande région "AURA".
Toutefois, la vérité oblige à dire que le point culminant (1390m) de la route du col du Béal se situe dans le Puy de Dôme (commune de St Pierre la Bourlhonne) à peu de mètres près (une centaine). Je te ferai voir la limite exacte quand on s'y rencontrera. C'est quand même bien frontalier entre les 2 départements et c'est ce qu'il aurait fallu souligner.
Heureusement en matière de ski de rando les frontières n'existent pas..

Ceci dit, cela peut poser des problèmes administratifs graves en cas de recherche de personnes par exemple.
Avec "Forez" nous te relaterons  un incident tragique datant de plusieurs années, qui aurait peut-être pu avoir un autre dénouement. sans ces barrières  ADMINISTRATIVES..
J'irai peut-être demain dans ce coin..
Merci Forez63 pour cette information administrative. C'est vrai que l'on va se retrouver en plein cœur de cette immense région Auvergne Rhône Alpes !

Et pour confirmer que les SRNistes n'ont pas de frontières, on est monté aujourd'hui à Domas.
7h30 de SRN
Vu 5 SRNistes, je n'en suis pas encore revenu, et bien évidemment des traces de raquettes la pleine montagne !
Toujours autant de monde à la Cx du Fossat les jours de beau temps
La qualité de la neige alterne suivant les expositions, et entre les Nerces (cette fois on la devine à peine, le navire a sombré …quel gâchis quand même smile) et le sommet le vent a bien mis la bruyère à nu.
Le haut des Reblats jusqu'au Bechou est une neige aussi lisse et douce qu'un terrain de golf 
Une descente d'anthologie en face sud du K2…heuuuu du Monthiallier !
Belle descente également vers la Font du Blanc
Et retour merdique sur une neige qui regelait par la piste complètement ravagée par les passages des raquetteurs…mais pourquoi donc en mettent-ils dans toute la largeur de la piste ? smile
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.