Conditions de neige massif du Forez

forez
Il faut faire attention également à la longueur des bâtons. En effet, je fais 173 cm et pour le skating j’avais des bâtons de 153, pour le classique du 143 et en rando j’ai des 135 qui me suffisent amplement. Pas besoin de trop lever le bras donc de faire travailler les épaules à chaque foulée et en descente l’appui étant plus bas ça va mieux.
Pour ma première sortie en SRN, j'ai utilisé des bâtons télescopiques (qui me servent pour la raquette et la rando à pied quand je porte ma fille dans le sac à dos).
Je fais 175 cm et mes bâtons étaient réglés à 130 cm. En fonction du type de neige (neige dure ou pas) et donc de l'enfoncement du bâton, je peux le rallonger à 135 cm, ou bien prendre mes bâtons de ski de fond qui font 140 cm je crois.
J'ai un créneau pour aller skier cet après-midi, après 15h, au départ de Prabouré (le plus proche de chez moi) ou des Pradeaux (route meilleure et plus de bois donc moins exposé au vent).
A cause du temps, et étant seul, j'irais sans sur les pistes avec mes skis de fond classiques.
Si quelqu'un est dispo et motivé pour qu'on se retrouve, qu'il me contacte par mail.
idem pour demain après-midi
15h au parking des Supeyres avec un collègue et tous "nos jouets" au cas où.
Voiles de kite, ski de piste, ski de skate et SRN.
A 2 skieurs, le break etait plein.

Bien trop de vent. Nous partons coté PSH en SRN par la foret le long du GR. J'ai pu reconnaitre mon lieu de bivouac pour samedi soir. Une petite clairière complètement déventée et très sûre et avec vue. Petits bouleaux. Pas de risque de prendre un arbre sur la tête dans la nuit.. A coté de "ma place", j'ai repéré de quoi fixer un hamac. J'ai vu des traces, celles des "Forez" ? En tous cas elles y ressemblaient.
Puis entrainement sans but précis à la progression face au vent fort et dans la neige tombante. Ça vaut votre Sarek… Le notre est à coté de chez nous.
Et puis quand ça a assez duré, on longe la foret et on entre chez nous …
Vers la grosse congère, on passe à l’écart de la lèvre. On ne voulait pas faire la une de la presse locale.
Demi tour, retour vent dans le dos. La neige volait sur un mètre de haut. Il y avait des flaques de poudreuse et des zones glacées, mais faciles a skier. C’était nordique.

Ça devrait être extra de vendredi à mardi prochain.
On a de la chance et ça nous fait le plus grand bien …
A samedi,
Jacou
Modifié il y a 3 ans
Finalement, étant donné le temps mitigé et l'heure avancée, je ne suis pas allé aux Supeyres, mais je suis resté vers la Chaulme.
Au départ de mon village (l'Olme), la neige manquait (moins de la moitié de la surface recouverte !), 
A ma grande déception, la perturbation de la nuit et les averses de la journée n'avait strictement rien laissé.
Mais dès qu'on allait plus dans les bois, la (vieille) neige était juste suffisante. Même si souvent c'était plus de la glace (sous les arbres). 
J'ai lancé le tracé de mon parcours sur l'appli google "mon parcours" ("my track"smile. Je l'ai exporté puis converti pour l'intégrer à la carte IGN sur géoportail. Voici le lien : http://geoportail.fr/url/7F76OK
Voici les liens vers les photos :
https://drive.google.com/folderview?id=0BwzuS0J6NVfwfklnbkYxM0R6Q2xSZVFwY3VXQkhjemh5SDZ2bFN1QWdjTUVNcENKVVV2SDQ&usp=sharing
Côté ski, pas mal, aucune chute (petites descentes en chasse-neige), mais galère pour refixer les chaussures pendant la randonnée (par précaution, j'avais quitté les skis dans une descente arrivant sur une route). J'ai mis une dizaine de minutes pour que la fixation ma chaussure. Est-ce la neige qui était entrée et qui gênait ? Pourtant, c'est le même principe avec mes skis de fond et je ne galère jamais autant…
Et puis problème de taille de chaussures… Après 30 min, malgré plusieurs resserrages, mes pieds flottent un peu et le talon se décolle un peu… J'espère que l'ajout d'une semelle réglera le problème. C'est le problème quand on est entre deux pointures et que le choix est très limité en magasin… (je chausse du 44, mais j'ai pris du 45, car je suis généralement trop serré dans le 44 et obligé de mettre des chaussettes fines…smile
Pat42 je viens de voir tes messages que maintenant …smile
Jacou ce n’était pas mes traces, je ne suis plus allé aux Supeyres depuis plus d’un mois … Pour le bivouac je verrai si je prends l’option hamac ou habituelle matelas en branches de sapin et tarp sur la tête …smile
N_75 je t’avais envoyé le même message qu’à Jacou mais il est revenu « not distribury » ou à peu près …smile
Sinon hier après-midi, départ avec Forez63 derrière l’auberge des Pradeaux par le sentier sous la route du barrage.
O à 5 cm de fraîche voire plus là où le vent l’avait soufflée et accumulée. Beau soleil, chaud à l’abri du vent mais lorsque l’on se retrouvait à découvert il se rappelait à nous. C’est pourquoi nous avions décidé d’un parcours un peu à l’abri et également afin d’éviter les zones où il avait balayé la neige fraîche et se retrouver sur de la neige non pas tôlée mais gelée/glacée. Il fallait alors observer les moutonnements du terrain pour rester dans la « poudre ». Mais il y avait deux qualités de fraîche : 1 qui était poudreuse très légèrement humide à cause du soleil et l’autre soufflée par le vent plus compacte. Cette dernière cassait sous le ski lorsque l’on prenait nos appuis en montée, comme la croûte d’une meringue. En descente, elle pouvait bloquer un peu le ski extérieur dans son amplitude latérale, ce qui pouvait modifier les trajectoires voulues.
Sinon, un temps à ne pas aller sur les sommets où ça devait être tollé, et en espérant que d’ici samedi elle se transforme ou alors nous devrons éviter à tous prix les dévers. smileSinon c’était excellent.
Du barrage, nous avons gagné le carrefour des Ronzières avant de piquer sur le ruisseau et de remonter sur les ruines à droite des jasseries des Mortes. Après, un peu à l’envie, nous avons été en direction de la Frétisse, par les bois, plantations et clairières en voyant de vieilles traces de ski. C’est la première année que l’on en observe tant hors-pistes.smile Arrivés vers les maisons de la Frétisse (la route/piste non goudronnée a été dégagée depuis peu) nous les avons un peu longées avant de remonter vers les 2 jasseries sans nom (vers le lieu-dit Piroux) puis vers le rocher Y.  j’y suis monté pour en faire la descente, qui était délicate sur le haut dans la neige dure et très rapide mais le bas était un régal. Dessous le rocher Y, il y avait des traces de ski montantes, toutes fraîches du jour. Nous avons ensuite été sur les Mortes et avons retrouvé nos traces de l’aller au ruisseau dessous. Au carrefour des Ronzières, Forez63 est redescendu par le chemin du réservoir et moi je suis allé faire la descente. Elle était bonne mais en technique alpine parfois nordique en amorçant le virage avec un léger demi chasse neige car la croûte que le soleil avait réchauffée et qui était à l’abri du vent du nord, pouvait céder sur quelques centimètres. Il fallait faire des virages plus perpendiculaires à la pente, légèrement remontant pour calmer la vitesse. Mais elle était globalement bonne.
Il reste encore de quoi faire même si sur le sud, la bosse qui est avant le puy de Loir a bien déneigée. En début de semaine aussi, le sommet du mont Thiallier avait commencé à « peler » mais rien d’affolant, que du normal là où le vent souffle tellement la neige que l’on est plus sur un enneigement « or » mais sur du « plaqué or ».smile
Modifié il y a 3 ans
forez
En début de semaine aussi, le sommet du mont Thiallier avait commencé à « peler »
Pour y être passé il y a plusieurs semaines, il était déjà pelé !
La faute à ce pu*ain de vent de me*de….smile
J'en arrive à me demander si pour parcourir les crêtes glacées, il ne faut pas désormais dépoussiérer les bons vieux skis, longs, droits et fins sur lesquels on s'est enflammé les adducteurs pendant plusieurs décennies….smile…au moins pour les matins…
Rien à ajouter à cette belle petite rando d'hier (avec forez), sinon qu'étant revenu aux Pradeaux par le chemin un peu pentu dit "du réservoir" où je craignais une vitesse excessive sans freinage possible, de tout ça rien, car il a été "battu" par des troupeaux de raquettes, comme une piste de "skat", donc, chasse neige sans problème..
Merci amis "raquetteurs" une fois de plus, car je les ai béni souvent quand, en skis, bien fatigué, et en neige profonde, j'ai trouvé et suivi les traces de ces compagnons de la rando .
Modifié il y a 3 ans
N75, pour ton info je randonne le plus souvent avec des fischer crown de 2 mètres de longueur et 50mm de largeur à bords parallèles. Ce n'est pas non plus l'idéal mais c'est un compromis qui me convient et me permet d'emprunter sans difficulté les pistes tracées quand j'en rencontre, ce qui peut être reposant parfois.
Le problème, à l'usage, est qu'ils sont trop longs pour ma taille (1m66) et difficiles à guider dans les portions boisées. De plus, dans les pentes accentuées, il me faut "converser" quelquefois, pour couper la vitesse.
1m85 me conviendraient sans doute mieux et seraient plus faciles à guider pour ce que je fais, quitte à perdre un peu de "rendement" dans les traces..
De plus, les carres commencent à être arrondies, et, dans certain talus (mauvais choix de passage de ma part,) j'accroche mal (Forez en a eu la vision hier).


Bonsoir forez63
Actuellement j'ai les mêmes planches de coffrage que ton forez de fils ! Ces skis valent probablement toutes les cocaïnes du monde pour te faire voir les étoiles, smile mais seulement quand la neige est douce (ou même croûtée car on arrive parfois à rester dessus si on fait gaffe à ne pas prendre trop de carres). Et elles nous font carément planer sur la poudre smile.
Mais dès que la neige se transforme en glace comme c'est le cas actuellement, je n'ai toujours pas trouvé le mode d'emploi smile

Mais pour moi ce sont des skis pour jouer, pas pour avaler des km. Pour ça je leur préfère mes Fischer E99 qui ont 20 ans et 25 cm de plus que moi…sauf que faire des km je n'en ai plus rien à battre aujourd'hui !

Et entre les deux, forez les connaît, j'ai des planches à même pas 80 euros il y a une dizaine d'année, 179 cm de longueur pour mes 171 cm, et 55 mm en spatule. Pour chez nous, je trouve que c'est un superbe compromis, même s'ils n'ont pas de carres métalliques.. Ils connaissent les recoins du massif comme leur poche.
Mais pour les avoir pris une fois au moment des grosses chutes de neige,  j'en avais quand même regretté mes autres car j'avais pas mal brassé.

Et pour info, comme tous je pense, mes premiers skis faisaient 35 cm de plus que moi (de mémoire, le repère était la paume de la main levée) smile
Modifié il y a 3 ans
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.