Conditions de neige massif du Forez

Notre Jacou nous a inventé le SRNE, le ski de randonnée nordique éolien :)
Comme d'hab les photos sont magnifiques … :) 
D'ailleurs celle que j'ai mis comme avatar, où je suis dans le sac de couchage est bien de lui, je l'ai affichée sans sa permission sur la propriété de l'oeuvre culturelle et intellectuelle :(:D 
Mais je vais vite tempérer nos ardeurs, car le temps nous a bouffé le paysage idyllique pour le transformer en tristounet avec une neige de printemps limite pourrie … :(
Départ cette après-midi des Pradeaux (T° = 5° à 14h00) avec Forez63 par le pré de la luge, en prenant le temps d'élaguer au passage quelques branches qui gênaient à la lisère du premier bois à traverser.
Puis Chougoirand et son pré à vitesse réduite et à condition de pousser sur les bâtons. Ca devrait encore passer jeudi mais pas plus. J'ai oublié de mentionner lors de mon dernier compte rendu qu'il faut faire attention car dans la partie haute du pré il reste des clôtures électriques non tombées et dans le brouillard on a du mal à les distinguer.
Puis direction le puy de Loir par la piste mais il fallait longer le bord droit là où se forme la congère, car sinon on aurait pu courir à gauche.
Puis 20 m avant le carrefour sous le puy, nous avons piqué à gauche dans le bois en suivant le mouvement naturel du terrain, sans trop de pente afin de rejoindre les berges de la Ligonne; Avec la fonte, il faut faire attention aux fougères et genêts qui ont tendance à vouloir jouer les câbles des portes-avions en nous retenant très sèchement si par mégarde le ski passe dessous.
Puis nous sommes remontés par le pré, pour voir le spectacle du parc Eolien d'Allix/Mercoeur dans la Haute-Loire, là où ça bagarre d'ailleurs à son sujet. Les nuages tout gris-noirs, laissaient juste une bande de ciel orangé au-dessus des sommets et on distinguait bien tels des piquets de slalom, les éoliennes. Un coup de jumelle pour vérifier et on voyait même les pales tourner. 
En retrouvant nos traces pour rentrer, on a découvert sans que ce soit malheureusement une surprise, qu'à certains endroits elles étaient toutes grises d'eau et que des cailloux avaient poussé comme des champignons. Vers 17h00 la T° était de 3°. Heureusement il ne pleut pas et il n'y a pas de vent, mais ça nous bouffe la neige par dessous. On ne voit pas vraiment le manteau neigeux fondre mais il s'amincit et quand il n'en reste plus assez il s'en va :(
Donc voilà, pas top et les 40 cm à 1200 m n'offrent guère de résistance. Si jamais le temps veut se refroidir et que ça gèle ça fera encore plus haut là où la bruyère n'est pas trop haute, sinon … Il suffit de regarder la webcam de Prabouré, bien sur la droite on voit la montagne au second plan, exposée plutôt sud, donc avec une bruyère fournie, direction des jasseries de Champclose et la croix de Barras,  pour comprendre bien vite … :.(:(
Modifié il y a 3 ans


Quel beau soleil ce jour sur le forez au départ du col du béal, 1390m.
Et ce n'est pas Forez père qui le contredira, il était là lui aussi.
Vue à 360 degrés, température douce.
Les longues glissades tranquilles en direction de la pigne, la lite , puys gros.
Bon neige un peu dure mais sur un secteur favorable ça s'apprécie ces sorties tranquille au jardin d'hiver.
Quelles belles sorties vous avez faite, et ce n'est que le début.
Il y as presque 10 ans j'ai fait quelques sorties snow kite sur le béal et j’aimerais quand même bien voire Jaquou sur une sortie avec un petit essai et je vous parlerais des petites chouettes.
A bientôt
Modifié il y a 3 ans
Benbois
j’aimerais quand même bien voire Jaquou sur une sortie avec un petit essai et je vous parlerais des petites chouettes.
Pas de problème, Dis moi quand tu sors sur le Forez et je te retrouve. Je suis preneur de chouettes.
Le météo n'est pas trop favorable pour les jours à venir, redoux et pas de vent, mais ce n'est qu'un début de saison.

Je monte demain tôt au col des Supeyres, je vous ferai un point de la situation vers 13h.

A très bientôt,
jacou
Modifié il y a 3 ans
Encore du grand ski aujourd'hui sur notre massif préféré !

Un aller-retour entre le Béal et les Nerses. Ce matin, c'était encore bien gelé (merci les skis étroits non paraboliques, j'ai bien fait de les garder !), et tout doucement ça s'est bien ramolli en surface en exposition sud, puis sud-ouest, telles les conditions de printemps. La descente de P/H fût un grand moment de génuflexions. Pour reprendre le langage fleuri de notre romancier local, de quoi en faire le plein caleçon, et ensuite le mettre dans un coffre hermétique pour pouvoir venir respirer l'odeur du bonheur les jours de blues.
Casse-croûte contre le mur d'une jasserie, et enfin les Nerses dont chaque saison rythme avec un morceau de plus qui s'écroule.
Demi-tour pour apercevoir des gros nuages venus d'Auvergne. Dommage que je n'ai pas d'appareil photo, car le ciel était divisé en deux, avec les nuages qui avaient déjà envahi du Cantal au Monts Dôme et qui gagnaient l'Est, mais en évitant P/H. Du coup, toute la zone de ciel comprise au sud d'une ligne Plomb du Cantal / P/H était encore bleue, alors que la partie nord s'assombrissait.

Il reste de la matière, mais il faut parfois zigzager entre les rochers. et parfois, on a droit à un arrêt baignoire, le manteau se déchirant sur la bruyère. Egalement deux passages qui se sont finis le nez dans le ruisseau, le pont de neige ayant céder. On serait fin mars, on pourrait dire que la saison touche à sa fin. Mais début décembre, nourrir de l'espoir est envisageable.
Mais du beau temps, pas bien de vent, et chose encore jamais vue depuis l'avènement de la reine raquette par une telle journée, seul sur les plateaux…à l'exception de quelques potes à Jacou qui tournaient en rond du côté de Supeyres-land.

Ce matin le massif du Sancy avait des allures de Kilimandjaro, enfin les images que j'en ai vu en photos, avec juste un chapeau de neige en dégradé qui recouvre les hauteurs. Splendide !
Modifié il y a 3 ans
N_75
conditions de printemps
A cause de notre ami Bernard qui m'avait redonné espoir,  j'ai été obligé de me rendre compte par moi même que ça pouvait encore skier au départ des Supeyres. J'ai vu et pratiqué cette après midi. Ça skie encore très bien, il y a encore de quoi faire en SRN en naviguant sur les plaques de neige. Il avait raison l'ami Bernard : de la neige de printemps bien compacte.
Je suis monté en SRN sur le plateau des Egaux avec tout le matos de kite dans la pulka, sa 1ere sortie de la saison.
J'ai initié au kite un copain sur le plateau des Egaux. Un de plus Bernard …
Le ciel est resté couvert avec un coucher de soleil entre les montagnes du Sancy et la base des nuages.
Retour à la nuit a l'auberge où j'ai pu prendre mon forfait annuel Massif Central.
Toutes les occasions sont bonnes à prendre pour aller a la neige, quelques soit les "jouets".
Bonnes glisses à tous, Jacou
Modifié il y a 3 ans
Tout à fait Jacou.
étant hier matin sur le Béal, j'ai pu faire un petit tour de skis de rando, partie sur pistes damées, partie hors traces. Un peu "raide" au départ, la neige s'est adoucie au fur et à mesure dans la matinée.
Il fallait naviguer un peu entre les plaques et franchir des clôtures de barbelés que le manque de neige rendait difficile, mais c'est dans la difficulté qu'on progresse et depuis que j'en franchis je commence à avoir l'habitude. Je n'applique pas le système de franchissement "Forez"( et "N75" je crois) mais ça passe quand même sans accroc..
Vivement un rafraîchissement quand même…
Ca passe mais pour combien de temps encore … :ermm:
Hier après-midi départ du col de Chansert. La route a été déneigé par la DDE alors qu'elle ne dessert aucune habitation, sans doute pour équilibrer les déficits … :angel: il reste un peu de glace sur la fin donc attention. 
Après je suis monté à pied jusqu'au bon virage à droite sur la route qui mène au mont Chouvet et au départ du vol libre. Il y avait des traces de 4X4, chasseurs ou plus sûrement libéristes. Ensuite j'ai choisi le vallon de la Jacine car le chemin qui va sur les rochers de la Pause est déneigé au niveau de la barrière et sûrement sur les 200 m suivant comme d'habitude dans les mêmes conditions. Le vallon est correctement enneigé, neige de printemps bien sûr relativement molle et qui est rongée par le dessous alors attention dans les chemins, les passages de roues s'effondrent allègrement et les petits rus qui courent la montagne sont autant de piège à éviter. On entend l'eau ronfler dessous. 
Puis la grimpé sur le mont Thiallier en zigzaguant autour des atolls de bruyère. La langue de la Font du Blanc était encore bien enneigée par contre je n'ai pas vu l'état de la pente sud/ouest sous le rocher de la Fromagère pour s'y rendre. Le temps hésitait entre gris, un peu plus lumineux avec un rayon de soleil puis de gros nuages noirs et dans la plaine des taches de lumière doré se posaient sur des villages 1000 m plus bas …
Après je suis redescendu sur la piste croix du Fossat/les Nerses, il a fallu tirer tout droit sur 50 m car il n'y avait que le passage des skis. Le vent était de sud/ouest, pas très froid. La jasserie des Nerses n'en finit pas d'agoniser, il ne reste encore que la moitié d'un pignon de debout. D'Ambert on ne la distingue plus ou presque, suivant la lumière on arrive à la deviner à condition de bien connaître, sinon … :( Pour info, le téléphone portable passe sur la gauche de la ruine en regardant la vallée.
Après les jasseries du Fossat, j'ai trouvé des traces fraîches du jour de ski de rando, juste au-dessus de la croix. Le skieur était monté puis avait commencé à redescendre en chasse-neige avant de finir à pied. Un gars équipé il me semble de normes NNN ou 75. Ensuite je suis monté direction les jasseries de la Richarde pour aller prendre le vallon qui part sous la cote 1500 vers la vallée de Chorsin et dans lequel il y a les sources du ruisseau de Pierre-Brune qui s'y écoule. Le vallon pour voir son exposition n'est pas très bien enneigé il faut rester près du ruisseau recouvert par endroit mais piègeux. C'est d'ailleurs une constatation que j'ai faite hier, les côtés ouest pas trop pentus sont mieux enneigés que les nord. C'est ainsi que de loin, si le plateau des Egaux semblait encore correct (confirmé par Jacou) le suc de Pégrol est totalement déneigé, ne reste que la piste peu enneigée et où à Pradoux j'ai retrouvé les traces de mon skieur du jour venu sans doute des Supeyres. Le côté ouest de la plantation des Allebasses en tirant sur les jasseries de Malmotte et des Supeyres est encore enneigé, ainsi que la langue dans laquelle elles se trouvent alors que c'est un endroit qui déneige rapidement. Mais avec des nuits courtes, sans vent du sud trop fort et sans humidité, le dégel reste lent.
Après je suis rentré sur la croix du Fossat en ramassant juste avant un tout petit lézard en état d'hypothermie:(. Je l'ai déposé dans la bruyère au pied d'un pin, exposé un peu sud et ma fois à la grâce de la Montagne … Puis de la croix, direction les rochers de la Pause où sur le haut j'ai vraiment eu du mal à passer, c'est à déconseiller. En arrivant à la lisière et au chemin qui redescend sur Chansert, j'ai bifurqué à gauche pour rejoindre la ruine de la Jacine, la plus haute, puis la piste qui monte à la jasserie des Bergers, juste en-dessous. Jusque là les descentes n'étaient pas trop mauvaises, ça manoeuvrait bien sans trop effondrer mais c'est tout de même un peu casse-cou car il faut slalomer entre les rochers, les bouquets de bruyère ou de favilloux, être attentif aux rus, aux trous et la neige est relativement rapide …:ermm:
De là j'ai rejoint ma piste de l'aller mais attention car ça pend pas mal et comme il n'y a qu'une barrière cadenassée, en tube acier de Ø 114 pour recevoir le skieur au bout et guère de largeur pour manoeuvrer, il vaut mieux freiner en chasse-neige. Puis le retour sur Chansert, là aussi prudent dans la dernière descente.
Donc voilà, pas folichon mais encore possible pour ceux qui ne craignent pas trop la misère et tiennent sur les skis, sinon mieux vaut éviter le Chansert et ses pentes obligées pour gagner le "Graal".


Modifié il y a 3 ans
Hier après-midi les Supeyres. Le matin en plaine ça avait gelé autour de - 5° et là-haut non (j'au vu les gérants des Gentianes) mais la neige était béton.
Très beau temps, vue magnifique sur les Alpes à les toucher.
Je suis parti côté des Allebasses, sur l'est de la plantation. Au départ il faut un peu tâtonner, chercher la neige le long des barrières du domaine  nordique mais surtout ne pas rester sur la piste damée de quelques jours (le domaine est fermé, à la cabanne à péage juste une moto-neige est un traîneau attendent des jours meilleurs en bord de route) car avec les skis de rando c'est impossible d'y tenir. Mais même avec des skis de skating, ça ne devait pas être folichon, d'ailleurs je n'ai rencontré personne de toute la virée. Hors piste ça en faisait un peu, malgré les restes de "pénitents et caniveaux" comme on les nomme dans les études de neige, que la pluie avait laissés.
Mais il y avait un semblant de granulé de l'ordre de quelques millimètres qui permettaient d'accrocher un tant soit peu. Par contre le choix des pentes plus ardus du Chansert mardi dernier et des plus accessibles des Supeyres ce jour était le bon vu les types de neige, car il fallait quand même jouer des bras.
Les génuflexions en descente étaient à bannir, mieux valait le virage dérapé dans un crissement de tôle froissée.
Tant bien que mal je suis allé au bout de la lisière est de la plantation puis sur la droite sur cette cote 1401 m qui ressemble un peu à l'Italie. Je l'ai parcouru jusqu'au maximum de l'enneigement, j'étais à environ 300 m de la première jasserie de la Fayolle en venant du pont du même nom. De là j'ai vu le pré vers la ruine du Château, qui retombe sur le haut du barrage, il était bien enneigé, comme vers la Tuile ou le vallon où nous avions bivouaqué avec Jacou et nos amis lyonnais. Mais pour y aller … 
Après je suis revenu vers la plantation pour prendre le vallon qui retourne vers le pont de la Fayolle. Ca va pas mal, mis à part qu'il faut savoir virer et se tenir à ski pour franchir les trous et les petites pentes. A déconseiller fortement à ceux qui ne sont pas trop à l'aise encore. Puis je suis allé jusqu'au pont. La neige était différente, avec un gel de surface qui avait déposé une couche de givre qui permettait de mieux accrocher et qui brillait de mille éclats au soleil. Ca peut s'expliquer je pense par le fait que l'on est dans un fond et près d'un ruisseau. La piste au pont alternait entre neige et terre, mais ça pouvait passer, jusqu'où … Et sur une piste damée glacée, je ne voulait pas m'y risquer.
Ensuite je suis remonté sur la lisière ouest de la plantation en allant chercher le tour dans le vallon de la Font qui Perce et comme ailleurs en slalomant parmi les massif de bruyère. Puis je suis rentré aux Supeyres par la Grande Congère, donc à droite de la piste d'été.
Voilà, ça débarrasse, mais j'avoue avoir regretté de n'avoir pas pris mes skis de skating, car hors piste ça aurait été un peu mieux que les Fischer  112. Même si les skis de skate de pistes ne sont pas la panacée. Ca me fait penser que je vais peut-être investir dans les fischer sans écaille, avec ce système de peau dit Easy Skin, au cas où, car ces skis contrairement à ceux de skating ont des carres pour mieux tenir sur la glace.
Donc voilà, une neige béton à ne pas mettre un skieur pas très à l'aise dessus et traumatisante pour les articulations, même au niveau des coudes avec les appuis raides. Il faudrait presque des amortisseurs sur les bâtons, comme à une époque sur ceux de skis-roues. 

Au fait : 
Je suis allé après mon tour, boire un café et discuter avec Karine et Guillaume des Gentianes. On en est venu à l'Aventure Nordique, ils en avaient déjà parlé avec Jacou. Où en est-on ? C'est juste pour prévoir un peu, car si comme lors du rassemblement avec le CAF en mars dernier, des personnes désirent venir mais ne se sentent pas à bivouaquer, le nombre de places de couchage n'est pas extensible. Sinon il y a le bivouac "sécurisé" dans la zone jouxtant le chalet et pour ceux qui n'ont pas de tente, je peux en fournir au moins une voire deux. 
Ce n'est pas que je veuille faire du prosélytisme pour le col des Supeyres, mais c'est à mon sens le plus adapté d'un point de vue technique et paysager. En effet, en cas de mauvais temps on peut partir sur les Allebasses dans des zones plus boisées et plus sécurisantes et en cas de beau temps on a une très vaste ouverture sur le massif, que ce soit sur le côté Loire (Pierre Bazanne) ou sur Pierre/Haute et le mont Thiallier via la croix du Fossat. Le relief est très nordique pour les pulkas.
Côté Béal c'est plus restreint, si l'on va côté de la Loge ça équivaut à celui des Allebasses, mais côté PsHaute, c'est 300 m de dénivelé à avaler direct et surtout à redescendre si les conditions de neige sont comme en ce moment, soit du béton. Pour l'avoir fait avec Jacou et sa pulka, c'est pas du luxe.
Je ne parle pas des Pradeaux, trop dans les bois ou de la Loge, idem et du Chansert beaucoup trop pentu avec une seule possibilité, les 400 m à grimper et à redescendre pour gagner le mont Thiallier.
Donc voilà, après c'est mon avis qui n'est pas parole d'Evangile, loin de là, juste un avis.
J'ai fait, ce vendredi matin un petit tour en raquettes également au départ du col des Supeyres :
Les bois en direction de Malmotte, les jasseries, la "remontée" du petit "ru", 2 traversée des pistes damées, un petit tour au delà de la bordure Est de la plantation, longé le petit "ru" sous la grande congère, traversé une première fois la route des Supeyres, remonté le petit vallon dans le grand virage retraversé la route et revenu au point de départ.
Pour la raquette ça allait mais en skis, ça n'aurait pas été facile pour moi en tout cas, eu égard à la dureté de la neige. Le vent était de nord et la température +5°. Pas un "chat" rencontré..
Modifié il y a 3 ans
Bonsoir,
Tout le Forez était dans le Forez ces jours
Je suis parti des Supeyres a 14h vendredi du coté Pierre sur Haute en direction des Egaux. Difficile de trouver de la neige a mettre sous les skis. Aux Egaux, il avait un peu de vent et des flaques de neige. J'ai kité en SRN plus d'une heure sur ces flaques. Des bords très courts de 20 à 40 m. Très technique. Bref, pour le SRN le coté PSH est maintenant impossible au départ des Supeyres. Bonne après midi, mais absolument pas photogénique. J'etais seul, j'ai vu personne.
Petite bière locale a l'auberge où j'ai su que vous etiez passé avant moi dans le secteur.
J'ai discuté avec un nouveau venu au SRN, il avait acheté ses skis la veille. Il était parti du coté des pistes de fond en direction de Prabouré. Il trouvait que ces skis n'accrochaient pas sur la piste et que ca allait mieux en hors piste. . Je l'ai invité a notre Aventure Nordique.
Lundi je suis eventuellement dispo. D'après ce que vous dites y aurait de quoi faire du coté des pistes de fond.
Bon ski,
Jacou


Ca fait 12 km dans un mouchoir de poche. Il n'y a pas besoin de beaucoup d'espace pour faire SKRN.
Modifié il y a 3 ans