Conditions de neige massif du Forez

Neige annoncée pour l'après-midi, aussi départ des Pradeaux sous un soleil voilé et une T° autour des - 5° à vue de nez, par la piste raquettes à 20 m de la billetterie. Petit vent de Nord, neige très sèche et poudreuse, route pour monter au goudron.
Puis après avoir longé le barrage où la petite piste a été tracée mais très juste par endroit, direction le suc de Montchaud par le vallon qui prend à gauche sous le Grand Pré de Fayevie et qui retombe sur le départ des pistes au sommet du bois à 3,5 km des Pradeaux. Ensuite, du sommet du suc, à 1366 m, une pause pour voir la vue sur les monts du Livradois et de gros nuages qui commençaient à fermer l'Ouest.
Ensuite je suis allé sur le plateau prendre à droite et pour profiter de la descente directe sur le pont de la Fayolle. C'était tellement bon smile dans la poudre, que j'ai refait la descente, mais entre il a fallu remonter …smile et brasser … 
Après je suis remonté sous de légères chutes de neige par le vallon vers l'angle de la plantation des Allebasses, à 500 m des téléskis de Prabouré, mais j'ai viré à droite pour retomber sur les jasseries de la Fayolle et rentrer via la Tuile le long du barrage côté Est. Un quad était monté par le chemin du réservoir et avait rejoint les pistes de ski de fond mais entre temps la dameuse était passée.
A la voiture, 1 petit cm de neige sur le pare-brise mais en redescendant la route était très mauvaise et il neigeait plus fort vers 700 m. Et depuis 14h30 ça ne neige plus à 500 m, ça en a remis environ 2 gros cm.



Modifié il y a 2 ans
Bonjour à toutes et tous,
Petit compte rendu des sorties de ce Week.
Samedi petite sortie entre Camelot, le Béal, la pigne et Puy Gros, montée agréable à l’abri de la forêt, ensuite sur le plateau vent de nord nord est modéré, on devait approcher les - 12 au moins, faut s'adapter après toute cette douceur, petite sortie de 2h30 en couple pour la mise en jambe, et essayer les nouveaux skis, mais aussi préparer le lendemain, bonne neige et glisse intéressante, ça manque un peu de sous couche mais on va pas se plaindre elle est là, en plus entre les rafales et le brouillard ambiance bien hivernale, nous avons eu quelques éclaircies rapides avec de belle vues sur l'est et la plaine du Forez.
Dimanche devinez quoi, sortie sur Mont Chouvé et Monthiallier au départ de la Domas, la température semble plus douce, nous somme seul au parking, la montée sur la partie route est gênée par les traces d'un 4X4 monté jusqu'au Chansert les jours passés, en fait au retour il étais à nouveau passé, peut être un chasseur venu chercher le tayo bien paumé que nous avons croisé, quel feignasses quand mêmes.
0 partir du Chansert on retrouve les zones tranquilles pour monter sur chouvé ou on se fait un petit casse croute mérité (Ttoujours avec ma compagne) après avoir bartassé dans la fraiche et le brouillard. Puis nous partons direction la Jacine au jugé dans le blanc, on arrive finalement à la trouver, puis montée  pas tout à fais en haut de Monthiallier toujours dans le brouillard à bartasser dans la fraiche, tout çà pour profiter de la descente dans la neige vierge, c'est bon çà. Petite pause naturaliste en cours de descente et retour toujours en descente: 3h30 de balade seul sur 90% du parcours car au retour nous avons croisé 3 personnes en raquette juste avant le Chansert.
Vivement mercredi Am et le weeek, puis la semaine prochaine ou je commence ma première tournée pro à Ski.
Et puis bientôt promis, je me sociabilise.


Dimanche

Mais tu es très sociable mon bon Benbois, tous ceux qui te connaissent peuvent en témoigner smile D'ailleurs pour l'Aventure Nordique prévu chez nous, on aura besoin de toi et de tes connaissances sur la faune et la flore smile
Pour moi c'était encore sur les Pradeaux hier matin. C'est à 15 km de la maison sur une route où roulent des semis alors ma foi, pourquoi s'en priver … smile D'ailleurs il y avait juste quelques traces de neige sales dessus.
Avec Forez63 nous sommes parti sur le Sud à partir du carrefour qui mène à une maison isolée, juste avant celui du hameau du Suc, le premier à droite en partant des Pradeaux sur Chougoirand.
En neige ça passe mais très limite car dans le grand pré de Chougoirand, avec une glisse moyenne, les skis raclaient quelques taupinières gelées … Mais bon, faut bien que ça s'use … smile
Puis sous des averses de neige fine, nous sommes descendus près des berges de la Ligonne, en évitant les champs de genêts que le manque de neige n'a pas permis de coucher. Mais pas moyen de skier vraiment le long des berges, les mottes et les herbes ressortent trop. Au plus bas nous sommes descendus à 1120 m environ d'altitude. 
Nous avons traversé le ruisseau pour prendre le chemin qui vient de Molhac et fait le tour de la bosse du réservoir pour retomber à Moissonnières. 
Ensuite Molhac sous de bonnes averses de neige épaisses par moment et le retour classique par le chemin sous la route puis la maison du Gat où nous avons traversé cette même route pour filer sur le pylône. A la voiture la neige s'était arrêtée de tomber et il y en avait péniblement 1 cm sur le pare-brise …smile
Donc c'est bien, neige poudreuse super bonne, ça brasse pas trop vu la faible couche, mais il faut en profiter car d'après la météo un redoux arrive smile
Je tente à nouveau une manoeuvre pour joindre 2 photos illustrant notre sortie d'hier le long de la Ligonne au sud des Pradeaux.
Modifié il y a 2 ans
Toujours aux Pradeaux ce matin avec un petit vent de Nord/Est bien frisquet. Route au goudron pour monter.
Hier il y a dû avoir un léger brouillard givrant car une croûte de neige dure de 2 cm environ s'était formée. De la vraie neige pour de belles avalanches de plaques, car dessous la poudre n'avait aucune consistance, comme du sucre.
Je suis parti derrière l'auberge puis par le vallon sous les nuages bas. Le vent y prenant bien, j'ai eu du mal à me réchauffer les doigts. Puis à travers le bois où la neige était très bonne, une belle poudreuse, j'ai rejoint le retour des pistes de ski côté Ouest du barrage, pour ensuite les quitter, longer les berges et les retrouver mais non tracées (un peu juste en neige), afin de remonter en contournant le grand pré de Fayevie. Sur le plat j'ai juste coupé la piste damée pour grimper par le bois et replonger ensuite juste avant le pont de la Fayolle. 
Il fallait mieux, tant que possible, éviter les endroits découverts et rester dans les bois pour conserver la bonne neige poudreuse. J'ai retraversé à nouveau la piste de ski au niveau de la première jasserie de la Fayolle pour grimper en direction de la cote 1400. Là, c'était une alternance où la plupart du temps et fort heureusement la croûte tenait smile et d'autres fois où ça cassait. smile Mais globalement la neige était de meilleure qualité, ce qui peut sembler normal vu les 200 m d'altitude d'écart. Le soleil tentait de pointer le bout de son nez, on apercevait par instant son disque tout rond.
Ensuite j'ai piqué dans le vallon pour remonter sur les 4 rochers et partir en direction de la Tuile. Au début j'ai abordé ces 2 descentes prudemment mais finalement la croûte tenait et permettait de bien virer, pas du télémark d'école du style de celui de N_75 mais du télémark forézien c'est à dire comme ça pouvait, mi-télémark, mi-dérapage, mi-demi-chasse-neige … smile mais sous un soleil qui enfin avait percé smile
Avant la Tuile j'ai piqué à droite sur le vallon qui retombe sur le barrage, mais sans le suivre jusqu'au bout, là aussi, j'ai cherché les bois, puis j'ai gagné la maison du barrage et au lieu de descendre sous les piles, j'ai également choisi les bois. C'est un peu plus hard, il faut faire attention aux basses branches, aux souches, au branches ou arbres en travers mais la neige était poudreuse. Puis je suis rentré par le chemin sous la piste qui mène au barrage.
Et à l'arrivée j'ai retrouvé Jacou. Il m'avait envoyé un SMS comme quoi il était sur place en ski de fond de classique. Donc voilà, en espérant que la météo ne nous joue pas un mauvais tour ou alors il faudra aller plus haut, sur les cols des Supeyres ou du Béal.
Modifié il y a 2 ans
Sortie hier Entre Camelot Béal et Puy Gros, douceur au rdv, on sent la transformation lié à la douceur, fini la belle poudreuse du Week, sur les chemin, piste et zones sans végétations haute c'était bien porteur, par contre dès que l'on passait sur les landes à callunes et myrtilles çà enfonçait à en être pénible et physique, heureusement à deux avec mon mon fils on se relayait, pour le retour nous avons opté pour les chemin et zones tassées ou ça glissait pas mal. Belle ambiance sans vent de 15h00 à 17h30.
A samedi surement dans le secteur du béal en direction sud et dimanche changement de moyens de déplacement pour la journée de la raquette au Supeyre.
Modifié il y a 2 ans
Benbois
…pour la journée de la raquette au Supeyre
Vu le temps qu'on a passé en discours, je doute que les parcours soient bien bouclés !  Moi, je serais toi, je prendrais carte et boussole…smile


C'est bien connu, les absents ont toujours tord, et hier il fallait monter à Supeyres-land. Bonne pioche qu'on fit avec un copain !
Brouillard et absence totale de vent dès 9h30, le site nous était rendu comme au temps d'avant l'ère actuelle de la société de consommation qui colonise désormais le site. Le parking était quasiment vide, à part un ou deux skieurs de fond qui s'appêtaient à partir sur les pistes.
On part au sud ou au nord ?
Dilemne de courte durée avec l'arrivée des potes à Benbois par le versant auvergnat, qui nous apprirent que P/H et le K2 étaient arrosés de soleil.
Nous abandonnâmes donc l'idée de partir au sud, idée qui nous aurait peut-être permi de croiser forez, ayant tous les deux complètement les mêmes goûts pour les coins secrets du massif.

L'azimut fût donc nord ! Si au départ le brouillard était limite engageant pour s'aventurer dans ces espaces ouverts, le fait qu'on sentait l'envie du soleil de percer, nous a poussé à faire glisser nos spatules au beau milieu de la pampa.
Et à force d'avancer quasi plein nord dans ce nuage de brume qui enveloppait la montagne, une éclaircie apparu, puis une autre, et encore une autre, et à chaque fois elles nous dévoilaient le décor un peu irréel de la masse bleue du ciel qui chapeautait la masse blanche d'un relief.
Le peu de neige laissait dépasser les plus haute herbes gainées de blanc, et qui nous apparaissaient tels des blocs de glace qu'une banquise aurait comprimé. 
Le brouillard et l'absence totale de vent nous offrait le plateau pour nous seuls, sentiments renforcés par la neige fraîche de la nuit qui avait recouvert toutes traces, à l'exception de celles des renards et des lièvres, maîtres des lieux, et qui enveloppait les quelques arbres jalonnants le massif.
Bref, on découvrait une nouvelle planète, la planète Forez ! smilesmile

Déjeuner à la Cx du Fossat sous le soleil ayant gagner la partie contres les brumes smile, seuls comme au temps d'avant l'ère de la Reine Raquette, et retour par les vallons du flanc est du plateau, devenus le temps d'une journée de solitude, et avec l'appui des brumes à l'humeur vagabonde nous offrant un nouveau décor à chaque minute, les longues vallées des 66° de latitude nord.

Quelle douceur ! Et toujours pas un brin de vent, chose on ne peut plus rarissime là-haut. Fallait bien quelque chose pour nous consoler du maigre manteau de neige délicatement étalé sur la lande, qui nous faisait ramer tels des galériens sur les espaces de bruyère. L'issue fût de viser les rares chemins, et les zones où paturent l'été les bovins.
Comme d'hab, pas de photos, faudra vous contentez des mots. smile…désolé…(j'avoue avoir aujourd'hui les boules de ne pas avoir le réflexe appareil photographique quand je pars en rando)
Avec plusieurs décennies de sorties ski là-haut derrière moi, je mettrais assurément celle d'hier  dans le Top 10 des plus belles question décor ! smile
Ben oui, les absents ont encore tord…smile

Et chose bizarre, seules les crêtes étant au soleil, on voyait dessous les masses nuageuses qui plombaient les ciels du Livradois et du Forez. Côté Auvergne, les nuages étaient blancs, côté Forez, ils étaient noirs…???
Modifié il y a 2 ans
Ah oui, j'oubliais…
Un village du coin commence à songer à la location possible de matériel de SRN smile
Quelle belle aubade littéraire offerte à notre massif par notre bon poète N_75 : Pas besoin des photos on imagine sans peine.smile
Pour moi ce matin aussi c'était très beau, toujours des Pradeaux par le réservoir où les raquettes ont bétonnés le chemin. Sous un beau soleil et quelques traces de nuages avec un vent de Nord/Est. Puis bien vite au carrefour des Ronzières j'ai plongé sous les jasseries des Mortes. descente délicate, couche dure du dessus légèrement craquante, et le givre qui la recouvrait la rendait très rapide. Puis le Rocher Y avec, comme pour vous, en restant dans les chemins ou pâtures mais en évitant surtout la bruyère. De là-haut une vue magnifique mais trop belle sur le Mézenc, la Margeride où brillait une vitre ou une voiture et les éoliennes d'Ally-mercoeur, pourtant distantes de 60 km (mesuré sur openrunner) qui étaient à toucher … Puis le Sancy et un peu plus en retrait le Cantal … Malheureusement le tout trop proche, signe que le temps change.
Après je suis redescendu sur la Tuile et …
… ensuite le Paradis … smile A se pisser dessus de bonheur … Pas très poétique mais retranscription d'une descente dans le vallon sous la Tuile jusqu'à la route de Prabouré absolument sublime smile. Surtout dans sa partie haute, dans le pré. L'orientation Est/Nord/Est fait que la neige était restée poudreuse, pire que ça même, du sucre sur 5 cm et dessous ça tenait … Dans sa partie basse, plus scabreuse à cause des favilloux et des arbres, on retrouvait la couche de neige dure. 
Ensuite j'ai retrouvé les pistes de fond à 100 m du départ de Prabouré pour remonter par l'ancienne piste de ski de fond devenue à présent une piste d'alpin : la Forestière.  Compte tenu que la station était fermée je suis remonté par là jusqu'à la tête des téléskis. Puis la plantation des Allebasses et la descente du vallon jusqu'à arriver sous les pistes de fond du milieu de la plantation. Là aussi, une super descente, magnifique … Pas due à l'orientation cette fois mais à l'altitude. la croûte de neige dure se sent vraiment sous les 1350 m environ.
Au passage habituel du ruisseau j'ai pris le temps de couper quelques branches qui gênaient vraiment (ah ! Quand on dispose de tout son temps, quel bonheur … smile) puis suis remonté sur le plateau pour replonger par le bois jusqu'aux pistes de fond (très bien tracées, sûrement bonnes à skier mais que les skieurs font tristes dessus à patiner comme ces petites bêtes en cage qui font tourner leur tambour sans aucun imprévu) du plat de Fayevie. Je les ai juste traversées pour plonger jusqu'au barrage via les ruines du Petit Fayevie, en direction du ruisseau des Pradeaux qui vient du pont de la Fayolle et l'alimente. Là, il a fallu trouver un passage et du coup mettre les skis sur le sac à dos et traverser sur des pierres le ruisseau. Compte tenu que le niveau actuel est très bas, on peut skier sous ses berges, c'est super bon. 
Puis la maison du "gardien" et retour aux Pradeaux sous un ciel plus voilé surtout de gris sur l'Ouest et la neige déchargeait des arbres aux endroits bien exposés.
Modifié il y a 2 ans
Bonsoir,

Vendredi après midi entre 14h30 et 17h30 un viron en direction des radars pour faire des photos pour l'AN2016, voir le post.
Ciel couvert. Une neige bizarre, compacte, lourde qui portait pas toujours, mais très lisse. peu de repères en profondeur.

 J’étais seul depuis longtemps. Au retour le vent s'est levé, Sur le suc de Pégrol je sors la voile du sac et retour à la voiture en tirant des bords.
Extra, bonne pioche.

A bientôt sur les Crêtes du Forez.
Jacou
Modifié il y a 2 ans
 
S'inscrire ou se connecter pour créer ou poster une réponse.