N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Conditions de neige massif du Forez

Eh oui, ce que l'on pensait hier soir sous le mélange pluie/neige/grésille a bien fini par cristalliser comme on a pu le voir d'en bas ce matin, dans un ciel bleu juste parcouru de quelques nuages accrochés aux sommets foréziens..
cette après-midi, j'avais opté pour l'alpin à Chalmazel. Neige humide en bas et salie par la vieille transformée du dessous, mais plus haut bien. Puis les éléments se sont déchaînés avec de la neige/grésille et un fort vent en bourrasque et des passages accalmies/brouillard parfois.
Sur le haut juste sous Pierre-sur-Haute, ça a bien naturellement congéré dur, à ne pas mettre un skieur de rando dehors avant que ça se tasse un peu, mis à part pour les "brasseurs" de neige à défaut de houblon smile
Mais le plus étonnant, je n'y avais encore jamais été confronté en étant dessous, m'est arrivé en descendant la piste de Couzan. j'ai cru voir un flash très puissant. smileJe me suis arrêté en me demandant si je ne rêvais pas …smile
Ben non … dans la foulée une bonne craqué venu de tout en haut smilesmile, je n'avais pas rêvé c'était bien un éclair, confirmé ensuite car ils ont fermé le téléski de pierre-sur-Haute.
Quel drôle d'hiver quand même … Le bivouac pour l'aventure nordique aurait été très hard dans ces conditions bien "massif Central"
Mais bon, on devrait skier jusqu'au week-end prochain et si la météo se plante pas, la semaine d'après, vers 1400, ça devrait encore faire peut-être pour les 15 jours. Après, sans sous-couche …smile
Modifié il y a 3 ans
Hé bien les brasseurs de fraiche n'étais pas loin, nous l'avons aussi eu eu cette belle craquée.
Nous étions 4; 2 SRN ; 1 télémark et 1 ski de rando. Départ du béal direction chalet Gauchon, petite pause puis on à longé la forêt pour rejoindre le sud de procher et la chamboite à travers la hêtraie.
A la chamboite les autres sont descendu par la route et je suis monté sur la crête pour redescendre au Béal.
Le tout dans une ambiance très très hivernale, vent fort, brouillard, belle couche de fraiche et grosse accumulations sur les versant est, et même un petit bout d'orage, en arrivant en bas j'étais couvert de givre, après presque trois heures dans la fraiche, ça fait du bien, que du bonheur.
Il est vrai que l'aventure nordique aurais pu donner quelque chose d'engagé même si notre relief reste tranquille.
Allé normalement j'y retourne tous les soir jusque mercredi en nocturne pour rechercher les petites chouettes si le vent se calme comme annoncé.

Benbois
normalement j'y retourne tous les soir jusque mercredi en nocturne pour rechercher les petites chouettes si le vent se calme comme annoncé.
Bonsoir,
Ma fille aimerait se taper l incruste.
Dis moi si ca te derange pas et  d où tu parts et a quelle heure et quelles nuits ?

En principe en ce qui me concerne, j y serai autant que possible

Jacou
Jacou4242
Dis moi si ça te dérange pas et  d où tu parts et a quelle heure et quelles nuits ?
Regarde ta boite message je t’envoies mes coordonnées.
Je fait les sorties à ski entre 19h00 et minuit en gros. Le tout dépend des conditions météos.
Je pense faire la vallée du fossat depuis le Béal se seras la plus grosse sortie, sinon je par de camelot pour une autre soirée, du col de la loge pour une autre.
Contacte moi.
Enfin on ressort les skis larges pour la poudre, ils commençaient à s'ennuyer les pauvrets smile

Départ au plus proche, donc des Pradeaux cette après-midi, avec l'ancien Forez63, sous un soleil assez chaud mais dans le ciel des nuages gris prêts à l'avaler tout cru smile

Neige poudreuse humide et 20 cm de mesurés derrière l'auberge, et personne ou presque, une skieuse qui arrivait et un qui partait …smile

Nous avons pris le vallon puis sommes remontés sur le retour des pistes (très très juste une fois damée, la terre ressortait, 3 traces de skating dessus, pas plus) côté Ouest du barrage, et les avons suivis sur 1 km. Ensuite nous avons bifurqué à gauche pour remonter par des vallons sur les jasseries du Grand Fayevie, mais invisibles car noyées dans les plantations. Il y en a deux de bien retapées et une ruine. Elles sont situées dans le même alignement que celle du Grand Pré, sur sa droite quand on regarde le Sud et 100 m sous le retour des pistes.

Ensuite nous sommes remontés sur le plat de Fayevie au carrefour des pistes et avons continué tout droit dans les bois pour contourner le pont de la Fayolle (nous avons vu une skieuse) et replonger ensuite en lisière de la plantation des Allebasses et remonter par le vallon sous quelques petits flocons.

Dans les bois la neige était très agréable, bien poudreuse mais dans les éclaircies, le vent avait dû charrier un peu d'humidité et une très fine croûte gelée, cassait sous les skis, sans trop gêner la progression. 

Par contre en descente ça n'allait pas bien, les quelques virages tentés nous l'ont vite fait comprendresmile. Aussi la descente sur les jasseries de la Fayolle a été faite bien en appui sur les deux skis et en virant juste avec un léger demi chasse neige, il fallait caresser la matière avec douceursmile. Là, ça neigeait assez fort, un grésille qui fort heureusement nous venait dans le dos où sur la droite.

Après nous avons coupé les pistes de fond et piqué dans le pré dessous. Il a fallu traverser le ruisseau et les barbelés avant de remonter sur la ruine du Château près de laquelle nous avons vu des traces de skis larges, d'un bon skieur car il y avait 2 ou 3 beaux virages en pente moyenne mais normale vu la qualité de la neige.

Puis par le vallon du Bivouac mais en quittant vite le découvert pour les bois de droite, où l'on voyait sur nos skis les billes de polystyrène que formait cette super poudreuse, nous avons regagné le barrage Est et les Pradeaux en descendant par les traces raquettes de la piste principale, recouvertes d'un cm de poudre.  

Voilà, faut profiter tant que c'est là car sur le haut où le vent a bien soufflé la neige, comme au-dessus des jasseries de la Fayolle, on est passé par endroit sur 5 à 10 cm au mieux. 


Benbois, si c'est demain soir à partir du Béal, ça pourrait m'intéresser, si c'est possible bien sûr et ne gêne pas ton travail smile Si tu vois le message tu peux me contacter sinon pas de problème je m'y prend un peu tard smile
Modifié il y a 3 ans
Salut Forez,
Regarde ta boite message avec mes coordonées: je pars ce soir du col de la loge 19h00.
Demain aprèm repérage dans les bois entre la chambonie , col de la loge, camelot.
Jeudi soir peut-être départ du Béal vers 17h30 max direction fond de la vallée du fossat, casse croute et écoute à la remontée au béal, ou alors vendredi ou samedi.
Merci Benbois et désolé mais je reviens d'une virée de plus de 4 heures dans la poudre et comme l'on dit chez nous je suis rendju smile Jeudi je dois aller à l'alpin peut-être samedi sinon.
Donc c'est tout bon, cette après-midi des Pradeaux, un vrai régal sous des giboulés. 5 cm de poudre en plus mais de la vraie, celle qui fait les billes de polystyrène et là, pas comme la veille seulement dans les bois mais même en dehors smile
Par le réservoir je suis allé direct sur la Tuile pour faire le vallon qui retombe sur la route de Prabouré : une merveille. <3smile Le soleil c'est même pointé pour sabler le champagnesmile
Puis je suis remonté au niveau des chalets 300 m plus loin et tout à travers bois jusqu'au plateau. La neige était tellement bonne et légère, enfonçant de 10 cm au mieux que même la montée devenait un plaisir et pas du brassage de forçatsmile
Toujours à travers, j'ai gagné sous un ciel nuageux mais plus de neige, la plantation des Allebasses, au plus haut vers 1420 m pour ensuite descendre au jugé en cherchant la bonne ligne de pente. C'était un peu hard entre les arbres, surtout avec les basses branches non élaguées et bien pointues. Il fallait juste chercher les coupes des rangées d'éclaircies.
Je suis retombé sur le fond du vallon à la sortie de la plantation à 600 m du pont de la Fayolle, sur nos traces de la veille. De là, le plateau puis le bois encore dans nos traces et toujours sans efforts. C'était tellement bon que j'ai repiqué dans le bois au plus fort vers la piste de ski qui vient du pont de la Fayolle. Un peu hard car ça pend et l'éclaircie n'est pas très large. Il fallait jouer entre les arbres couchés et ceux debout, mais ça a fait avec juste une gamelle à l'arrivée, à la rupture de pente avec la piste daméesmile
Je suis remonté dans le bois pour repiquer, retraverser la piste dans le virage à la fin de la montée juste au départ du plat de Fayevie, pour prendre le bout de chemin en face et le quitter pour filer à nouveau plein travers. Dans mes pérégrinations, je suis tombé sur une des ruines égarée, entre le Grand et le Petit Fayevie. Les 4 murs avec les pignons sont bons mais il n'y a plus de toitsmile et elle est noyée dans les résineux. Sans les plantations la vue sur le barrage serait superbe.
Ensuite je suis retombé à nouveau sur le retour des pistes de fond que j'ai quitté de suite pour filer sur la berge du barrage. En ce moment il est bas, faut en profiter. C'était magique, le ciel s'illuminait un peu de bleu, la glace fine au milieu humide/marron brillait et ça ressemblait aux images du grand Nord que l'on voit avant le printemps … smile
Par contre il a fallu encore déchausser, mettre les skis sur le sac et traverser à gué en marchant sur les pierres. Il y a bien 6 m à franchir mais c'est le meilleur endroit. Faudra juste que je vienne l'aménager en "morte saison". Il se trouve sur le ruisseau des Pradeaux qui vient du pont de la Fayolle, la principale alimentation, entre la pancarte blanche en tôle à deux pieds en cornière et le ruisseau venant du vallon du bivouac, via la petite passerelle où plutôt ce qu'il en reste.
Puis pour finir la maison du gardien, l'escalier et un coup sous les piles pour profiter, avant de rentrer par le chemin dessous.
Pour l'escalier, il est le long du mur et tourne légèrement sur la gauche. Il se descend bien, mais pour se faire, il faut qu'il y est bien sûr de la neige, garder les bâtons aux poignets et les mettre à l'extérieur de la rambarde. Puis poser les mains sur la main courante en tube afin de freiner la descente. Mais attention garder les doigts bien sur la main courante, pas dessous, sinon au risque de se les faire mâcher par les fers plats de maintien. Tranquillement ça passe et c'est marrant smile Après on peut peut-être le descendre direct mais le long du mur je ne suis pas assez bon techniquement pour m'y risquer smile
Modifié il y a 3 ans
Salut mon bon Forez
A propos de ta rambarde d'escalier, tu pourrais éventuellement tenter de la dévaler en glissant ski aux pieds dessus, les jeunes freestyler alpin appel ça "grinder". Tu seras ainsi l'initiateur d'une nouvelle tendance en SRN, qui consiste à glisser sur tout ce qui n'est pas neige, juste pour le "fun". Chez les skieurs et surfers qui pratiquent le freestyle, on appel ça le "JIB". Le JIB SRN ça aurait de la gueule pour motiver la jeune génération !
Sinon je visualise bien ton itinéraire, et les conditions décrites me font revivre de très bon moments dans des conditions similaires, et effectivement le vallon de la Tuile à la route de Prabouré est un pur bonheur.
Bonne fin d'hiver

Damien63
Damien63
A propos de ta rambarde d'escalier




forez
Faudra juste que je vienne l'aménager en "morte saison".



Damien63
le vallon de la Tuile à la route de Prabouré




Damien63
Chez les skieurs et surfers qui pratiquent le freestyle, on appel ça le "JIB". Le JIB SRN ça aurait de la gueule pour motiver la jeune génération !
smile
Va donc falloir que j'aille découvrir ce spot au plus vite, tant qu'il est encore nature ! smile
Jamais passé à ski dans ce pré, et pourtant c'est vrai qu'il est long pour la région et bien exposé ! smile

Le Petit Jura est-il praticable ? smile
Dans le nord c'est pas mal, à peu près 50 cm, mais j'ai le sentiment que ce vent d'ouest humidifie la neige, et que seuls les coins bien à l'abri restent poudreux.
Modifié il y a 3 ans
Je connais bien et même très bien la "petite Laponie" mais où est le "petit Jura" ? J'ai déjà vu cette expression ici mais ne le situe pas tout de suite. Peux -tu me renseigner?