N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Conditions de neige massif du Forez

Modifié il y a 2 ans
Que les sages pardonnent mon ignorance ! smile
Pris hier 7 photos dignes d'un certain intérêt à mes yeux, smile mais pas foutu de toutes les insérer sur le même message. Donc pour les curieux, merci d'aller faire un tour sur la page précédente…smile
Si, si, elles sont bien en couleur smile

A qui la centième smile
Modifié il y a 2 ans
Tu vas nous bourrer le forum à toi tout seul mon bon Bernard smilesmilesmile
Bon sinon avec sauvageon nous avons fait un joli tour cet après-midi à partir des Pradeaux. 3 cm de neige fraîche mesurés derrière l'auberge au départ et ça a tout changé par rapport à la veille, du super ski, neige glissante, un peu moins bonne en descente que lundi, on sentait la vieille dessous. Il aurait fallu quelques cm de plus. T° 0 à -2°, temps bien couvert mais visibilité très correcte et quelques plaques de glace apparentes sur le haut.
Nous avons pris le vallon puis sommes allés voir notre travail d'élagage de la veille le long du barrage. Ensuite le vallon à Marcel mais sur le haut, en laissant sur la gauche le bras principal pour passer par une petite clairière entre les jasseries de Fayevie qui sont en plein bois et ce bras principal, pour rejoindre le col des Allebasses.
Puis nous avons grimpé sur le plateau pour descendre et prendre le vallon du ruisseau des Pradeaux, et à droite un de ses affluents ou plutôt une de ses sources. Mais au lieu de le suivre jusqu'au bout nous avons bifurqué à  gauche pour grimper dans la plantation des Allebasses au point culminant vers 1420 m. Ensuite nous sommes descendu par le vallon sous le gros Rocher et avons gagné les 4 Rochers pour se faire la descente sur le bois du Coin. Puis la Tuile et juste avant à droite pour enfiler le vallon qui rejoint celui où nous avions bivouaqué avec les Lyonnais. On pourrait l'appeler vallon de Barru car la ruine (juste un pan de mur d'un mètre à peine) qui est au fond, sur la piste raquettes, porte ce nom sur la carte IGN. Il était super extra à descendre, il y a juste un endroit où nous devrons aller jouer du sécateur sur 5 m pour des favilloux aussi accrocheurs que des ronces. 
Et retour le long du barrage, sur la berge découverte par la baisse de l'eau et la maison du gardien, puis le chemin sous le barrage et la route forestière qui y mène, enfin c'est l'endroit où passe la conduite forcée.
Modifié il y a 2 ans
Hier sortie aux Pradeaux où je voulais profiter des traces de nos amis du pays de Gaspard des Montagnes pour découvrir le vallon à Marcel. Neige amoureuse durant la moitié du parcours, épuisant, énervant, et pourtant mes planches étaient entretenues comme à l'habitude ! smile
Ensuite un parcours un peu semblable au leur, agrémenté de quelques aller-retour pour satisfaire ma curiosité. Retour par le vallon du Barru, mais chopé non pas à la Tuile, mais à la hauteur de la ruine du Château. Chausse-trappe du goulet qui relie la partie haute du vallon à la grande du milieu en moins, mais sauvagerie entre piste fond et piste raquette en plus…smile
Modifié il y a 2 ans
Eh oui j'ai vu tes traces smile mais cet après-midi aux Pradeaux le cantonnier du Sud s'est levé smile. T° 5° au départ, 4° à l'arrivée, neige humide peut glissante en dehors des traces de raquettes et le vent sur le haut assez fort mais encore frais. beaucoup de nuages et juste 2 percées du soleil en de grandes éclaircies. Dans les bois c'était glacé par endroit, ça accélérait ou ne retenait pas un pet ! smile Sur le haut j'ai eu droit à 1 mn de minuscules grains de neige. Vu au départ 2 SRN de ma connaissance et juste après de loin un autre qui descendait du barrage ou peut-être en ski rando alpine vu les chaussures. Beaucoup de traces de ski en hors piste. Du côté de Pierre Bazanne c'est bien dégarni et même ailleurs sur les plateaux. Trouvé des raquettes, une douzaine de skieurs de fond dont 3 fois le même dans le lot et au loin pour Jacou, vers la croix du Pialoux, des voiles de snowkiters.
Je suis parti par le réservoir puis au 1er croisement je me suis fait la descente jusque sur la route forestière qui monte au barrage. Ensuite direction la ruine du Château et le bois du Coin, les 4 Rochers et ensuite le vallon sous le gros Rocher. Enfin le haut de la plantation des Allebasses où en lisière la neige était bien plus glissante, ce qui est normal à 1400 m et en versant Nord/Est. Ensuite je suis descendu à travers pour rejoindre la piste de fond qui traverse la plantation et remonter sur le plateau pour rejoindre le suc de Montchaud où j'au vu pas mal de traces montante et descendante. Du sommet j'ai repiqué dans le bois tout droit, traversé la piste de fond et piqué à nouveau sur le vallon à Marcel. J'y ai fait un peu d'élagage, en effet au passage du résineux couché à ras du fossé (le second en remontant, après celui des poutres, vestige de l'ancienne piste), j'ai coupé sa tête, comme ça le passage est fait sur 2 m. Puis ensuite je suis rentré le long du barrage et sur 300 m par la piste de fond. Et après le nez du barrage, tout à gauche pour rejoindre le vallon à travers le bois. Là c'est à faire dans une neige comme aujourd'hui, humide et pas trop glissante ou avec une bonne couche de poudre, car c'est un peu chaud, surtout sur la fin où c'était un peu glacé. Puis retour aux Pradeaux. Donc j'ai refait un peu à l'envers, du moins la fin, notre début de sortie de jeudi avec Sauveageon. smile
Demain matin je dois remonter en raquettes avec une amie, j'en profiterai pour élaguer les 5 mètres de favilloux dans le haut du vallon de Barru.smile
Modifié il y a 2 ans
Dimanche matin direction Béal sans imaginer que le vent de sud soufflait à ce point. Heureusement, en plus des skis j'avais les raquettes dans la voiture et, après un aller-retour de 1h (vent dans le dos puis de face) à skis, et changement de matériel, celles ci m'ont procuré le plaisir de "refaire" la descente du joli vallon Est qui passe sous Bayet et arrive au lieu dit "cave" où l'on traverse le ruisseau de "font noire" pour  monter dans le bois. Tout à fait à l'abri jusque là, ce qui ne fût pas le cas lorsque je débouchai vers grande raie, et ou il fallut faire face encore à de fortes rafales jusqu'au col..
Hier, direction les Pradeaux et départ sur la route  du barrage tellement "trafiquée" au départ par les piétons et les raquettes que j'optais pour ces dernières au dépens des skis, pour m'apercevoir, avec le recul que ceux ci auraient pu convenir.(2 mauvais choix de suite, rien ne va plus). 
Départ sur cette route bien "trafiquée" puis rapidement à droite pleine pente sur les "ronzières" (vent de Sud toujours mais "acceptable"smile les jasseries des mortes, le rocher "Y' la descente sur la tuile puis le premier vallon à gauche bien connu des habitués car bien enneigé et là, je regrettais encore plus les skis tellement il est vaste et agréable à parcourir. Une seule vielle trace de skis et les 2 traces de raquettes de "Forez" de dimanche matin, ainsi que son travail de coupe permettant plus facilement un passage de "ru"..
Sorti de la "combe" je longeais au plus près le barrage (très bas) et rentrais classiquement par sa route d'accès sur laquelle je croisais 3 promeneurs (à pieds) seule rencontre de cette sortie de 3h30.
P/S
Pour "Jacou": l'arbre dont parle "Forez" dans sa description ci dessus (combe à Marcel) est celui, tout près du ruisseau que nous avions contourné assez difficilement il y a quelques jours, en nous accrochant à ses racines..smile Alors pour la prochaine c'est tout bonsmile
Modifié il y a 2 ans
Retour d'une sortie bivouac sur les Pradeaux et hier en début d'après-midi, au départ, j'ai vu qu'en 24 heures le cantonnier du midi ne s'est pas pausé pour prendre le temps d'un pastis …smile
Parti par le vallon où il a fallu faire quelques mètres dans l'herbe, puis le barrage et le début du vallon à Marcel où là ça allait. La neige était bonne est bien glissante, une neige de printemps humide à gros grains, contrairement à samedi où elle était encore en cours de transformation donc moins glissante.
Ensuite le suc de Montchaud, le plateau, le pont de la Fayolle pour se faire la descente, très bonne et ensuite pour remonter en lisière Ouest de la plantation des Allebasses et tourner à la croix du Pialoux. Là, la bosse juste à côté qui domine les Supeyres est totalement pelée, ainsi que la bosse qui est derrière l'auberge. Le vent de sud bouffait assez, il ne faisait pas froid bien sûr. Puis les jasseries de la Fayolle et enfin le bois du Coin et mon lieu de bivouac choisi à la ruine du Château.smile
Le soir sortie à la lampe frontale, sur les 4 Rochers, où la descente était fabuleuse, sur un manteau neigeux qui commençait à se retendre et sans plus de vent ou presque. Puis un tour vers le barrage avant de manger et de se mettre au lit en sacrifiant aux traditionnels matelas en branches de sapins et tarp, l'embourgeoisement d'une tente. Et là, ces foutus cantonniers du midi avaient été postés en astreinte de nuit, car le vent s'est remis de plus belle, smile de fortes bourrasques qui semblaient monter du barrage en grondant. Le double toit claquait comme un fouet de coche ! smile
Sommeil dur à trouver et en plus, malgré une couverture de survie épaisse sous le tapis de sol de la tente, l'humidité montait, à telle enseigne que durant la nuit il a fallu remettre le pantalon et une veste smile Mais bon, malgré tout sur le matin, un peu moins de vent m'a fait sombrer dans les bras de cette Morphée dont on parle sans la voir et émerger dans l'humidité d'un duvet transformé en couche culotte, à 8h00 seulement smile
Le temps aller chercher de l'eau au ruisseau des Pradeaux pour le petit déj et à 9h45, tout replié, je suis allé me refaire une descente avec sac et une sans sac des 4 Rochers, pour s'apercevoir que pour skier plus techniquement, la seconde solution est la bonne smile … Ensuite, je suis allé tenter ma chance du côté du Rocher Y et un peu dessous vers les jasseries de Piroux, les ruines de la Morte et celles debout du même nom, puis un retour par le vallon dessous en allant chercher la neige pour descendre vers le bois qui l'a sauvée pour un temps du désherbaneige. 
D'ailleurs en période de campagne électorale où l'on fustige les robots censés nous remplacer sans cotiser, ne faudrait-il pas faire cotiser le vent du Midi à la DDE ? Combien d'emplois supprime-t-il à souffler ainsi ?  smile
Et retour aux Pradeaux par le chemin du réservoir où juste au croisement avec celui qui monte au barrage, ça ne passe plus. Donc voilà, les Pradeaux, mis à part en raquettes et encore, ça va devenir très très compliqué, va falloir chercher fortune plus haut, se rapprocher du cercle Polaire smile
Pourtant, vu de chez moi (Chant, au dessus de Volvic) La Pierre sur haute semble bien blanche !
(de loin, c'est toujours mieux)
JMC