Conditions d'enneigement des massifs...

Point sur l'enneigement dans les massifs français au 22 décembre 2009
22/12/2009 meteofrance.com
La neige est présente sur tous les massifs, mais l’enneigement est faible, surtout à basse altitude. Il est proche des valeurs moyennes pour la saison à partir de 1800 à 2000 m dans la plupart des massifs, mais irrégulier à haute altitude.
Depuis le 10 décembre des températures très basses et un temps plutôt calme ont persisté pendant dix jours créant des conditions très favorables à la fabrication de la neige de culture. Ainsi, dans les stations de ski équipées de systèmes d’enneigement artificiel, les conditions d’enneigement sur les pistes sont souvent très correctes.


Depuis deux jours la remontée des températures est spectaculaire (dans les Alpes vers 2200 m : de -18°C à -20°C fréquemment relevées dimanche 20 décembre à –2°C mardi 22 décembre au matin). Cette douceur, associée à un temps nuageux et venté parfois pluvieux, fait fondre la neige à basse altitude.
Dans les jours à venir, les séquences de pluie et de douceur vont se poursuivre avec de brèves incursions plus froides apportant temporairement de la neige à basse altitude. Ces nouvelles chutes de neige vont permettre un accroissement du manteau neigeux en altitude par contre, les conditions d’enneigement vont continuer à se dégrader en dessous de 1500 m environ dans tous les massifs.

Avec ce temps agité les risques d’avalanches évoluent rapidement.
Randonneurs et skieurs hors-pistes, consultez le bulletin d’estimation de risque d’avalanche de votre département.

Alpes du Nord
L’enneigement est assez faible à basse altitude, il est conforme aux valeurs normales pour la saison sur les massifs du nord au dessus de 2300 m environ et légèrement déficitaire sur les autres massifs et à basse altitude.
La neige est présente jusqu'en fond de vallée sur le nord des Alpes du Nord et à partir de 1000 m en Isère mais de faible épaisseur. On trouve de 10 à 40 cm vers 1500 m selon les massifs. Ce n’est que vers 1900 à 2200 m que l’enneigement est suffisant pour la pratique de la randonnée à skis dans de bonnes conditions. L’épaisseur de neige varie entre 40 et 80 cm à 2000 m. A plus haute altitude, l’enneigement est très irrégulier ; le vent de Sud tempétueux a fait réapparaître le sol sur de nombreuses crêtes et sommets tandis que quelques combes abritées sont chargées de neige.

Alpes du Sud
Sur les massifs de la moitié nord l’enneigement est proche des valeurs moyennes pour la saison et il est légèrement supérieur à la normale sur les massifs du sud.
Les chutes de neige ventées des dernières 24 heures ont été de l'ordre de 20 à 40 cm selon les massifs.
La neige est présente à partir de 1000 à 1200 m, localement 800 m, mais ce n’est que vers 1500 m que la couche s’épaissit pour atteindre 40 à 60 cm selon les massifs, 70 cm à 1 m vers 2500 m.

Pyrénées
Sur les Pyrénées, l'enneigement est encore faible mais il est conforme à une saison moyenne. Ce premier week-end des vacances de Noël, la montagne était blanche dès les plus basses altitudes des faibles chutes de neige tombées la semaine précédente par des températures très basses ( -12°C au bas des pistes ce samedi 19 décembre).
L'enneigement dit skiable ne débute que vers 1500/1600 m sur une couche de neige peu épaisse qui s'accroît lentement pour atteindre 30 à 60 cm à 1800 m. A partir de 1800 m à 2000 m, l'enneigement s'épaissit nettement; il atteint en général 1 m à 2500 m. L'extrême Est avec le Canigou reste très peu enneigé.
Cette couche de neige s'est constituée lors de deux grosses chutes début et fin novembre qui constituent une sous-couche très tassée sur laquelle il est tombé la semaine dernière de 10 cm en général jusque 30 cm sur l'est de l'Ariège.

Corse
A 1600 m, l'enneigement est encore correct et conforme aux normales saisonnières, l'épaisseur totale de neige y est de 20 à 50 cm. Par contre, en haute montagne l'enneigement est un peu faible et ne dépasse guère 50 à 70 cm à 2000 m. Le vent a fortement travaillé la surface du manteau neigeux. Près des crêtes, les croûtes de regel épaisses réapparaissent ici et là. On trouve encore de la poudreuse dans les combes abritées des vents d'Ouest.

Jura
Le vent du sud a malmené le manteau neigeux et la neige a généralement été nettoyée en-dessous de 1100 m d'altitude. On en trouve encore dans les forêts d'altitude et dans les combes abritées mais en quantités fort modestes, les crêtes sont en partie dégarnies sous l'action de ce puissant vent du sud.

Vosges
Les dernières chutes de neige de lundi 21 décembre au soir et de la nuit ont apporté une quinzaine de centimètres de neige fraîche sur les crêtes mais un net redoux s’est mis en place et la pluie a pris le relais jusque sur les sommets en fin de nuit ; le manteau neigeux s’est donc sensiblement tassé. Il atteint environ 30 à 40 cm vers 1200 m d’altitude, avec une épaisseur très irrégulière d’un endroit à l’autre. Plus bas, on relève encore 20 à 30 cm vers 800 m ; selon les secteurs, les fonds de vallée affichent 5 à 20 cm au sol.

Plus d'infos sur: http://france.meteofrance.com/france/actu/actu?portlet_id=50150&document_id=21553
Modifié il y a 10 ans
timon73 a écrit:
Point sur l'enneigement dans les massifs français au 22 décembre 2009
(…smile

2 jours de redoux plus tard cette information est malheureusement déjà dépassée.

Au moins en ce qui concerne les massifs que je peux surveiller par ma fenêtre.
Modifié il y a 10 ans
Petit point de la journée 30/12/2009, avec ce temps un peu spécial qui gache le ski de cette fin d'année :

Ce mercredi à 13h30 : La limite pluie/neige s'est abaissée jusqu'à 1400/1600 mètres selon les massifs. Cette situation due à une isothermie par fortes précipitations est probablement temporaire. Si une accalmie se produit ou si une éclaircie intervient, la limite pluie/neige remontera probablement autour de 1800 mètres. En tout cas, le pic du redoux est terminé :-)


Conditions générales en montagne:

Le gros redoux se poursuit ! Des pluies ont été observées jusqu'à 2500 mètres la nuit dernière! (du 29 au 30/12/09)

Au dessus de 2200 mètres, l'enneigement reste bon et s'est même un peu amélioré depuis 24 heures avec 10/20 cm de neige lourde en plus à 2500 mètres. Attention, le risque d'avalanche est toujours de degré 4 : Risque naturel fort.

En dessous de 2200 mètres, la pluie a pourri le manteau neigeux en profondeur, de nombreuses traces de terres remontent en surface en moyenne montagne et la neige a quasiment disparu en dessous de 1200 mètres. Les préalpes des Savoie, le Jura, et les Alpes Vaudoises sont particulièrement affectés par ce puissant redoux. Certaines pistes de moyenne montagne non équipées de canons à neige seront impossible à skier ce mercredi. Vers 1800 mètres, l'enneigement est à nouveau déficitaire et varie désormais de 10 à 60 cm selon les massifs. En haut Valais à la même altitude, il atteint encore 60/90 cm.

A noter que certaines hautes vallées ont mieux résister au redoux notamment en Haut Valais, tout à l'Est de la Haute Tarentaise, vers le col du Simplon ou encore au dessus de Zermatt/Saas Fee. On obervait par exemple des chutes de neige ce matin à Arolla à 2050 mètres d'altitude ou encore à Tignes à 2100 mètres.



La neige devrait à nouveau revenir vers 1800 mètres dès ce soir et en moyenne montagne dès la soirée du Nouvel An. L'optimisme est quand même de rigueur pour la suite puisque qu'un temps perturbé moins doux semble vouloir durer jusqu'en fin de semaine prochaine.
Infos sur meteochamonix.org
Modifié il y a 10 ans
Après 2 jours de pluie à plus de 2000m, il a neigé ce matin vers 1200m S^i (Savoie…smile. Ca fait plaisir de revoir le neige! surtout qu'il en est prévue pour la fin de semaine et début de la semaine prochaine à basse altitude ;-)
Modifié il y a 10 ans
Pareil les hauteurs de chartreuse, mais c'est très léger !
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 10 ans
Caractéristiques principales:
La plupart des massifs a eu un début d’enneigement chaotique à moyenne altitude jusqu’à fin décembre avec des chutes de neige souvent précoces suivies de redoux, très peu de périodes de beau temps durable, des chutes de neige fréquentes mais en quantité variable selon les massifs, des températures plus froides qu’en moyenne en janvier et février, beaucoup plus douces à partir de mi-mars. Le contraste entre les Alpes du Sud et la Corse où l’enneigement est resté au dessus des valeurs moyennes pendant toute la saison et les Alpes du Nord et le Jura où l’enneigement est resté toute la saison autour des normales voire déficitaire par endroit s’explique en grande partie par des précipitations régulièrement plus marquées au sud qu’au nord.
Dans les Pyrénées, l’enneigement a été conforme aux valeurs de saison jusqu'aux environs du 20 février, déficitaire ensuite sous l’effet des périodes de redoux ventés plus intenses en fin d’hiver. Sur le Massif-Central, le temps globalement froid a favorisé une bonne conservation de la neige et conduit à un hiver bien enneigé à partir de début janvier. Seules les Vosges se distinguent avec un enneigement déficitaire en début et fin de saison mais nettement excédentaire en février et mars qui repose sur des chutes de neige particulièrement abondantes concentrées sur quelques jours.

Alpes du Nord
Sur les Alpes du Nord, l’enneigement a été globalement correct, sans excès toutefois. Les chutes de neige ont été fréquentes mais plutôt faibles, le cumul des précipitations de décembre à avril dans de nombreux massifs est souvent d’environ 10% en dessous de la normale.
En début de saison, l’enneigement est un peu lent à se mettre en place à moyenne altitude. L’épisode neigeux du 18 décembre est vite effacé par la grande douceur qui suit.
Pendant les vacances de Noël, beaucoup de sites de moyenne altitude sont encore mal enneigés, tandis qu’à partir de 1800 à 2000 m l’enneigement est proche des valeurs de saison mais irrégulier à haute altitude, où les vents forts ont dégarni crêtes et zones exposées.
Les épisodes neigeux se multiplient du mois de janvier à la mi-mars mais aucun de ces épisodes n’est particulièrement actif. Sur de nombreux sites, l’enneigement s’est alors constitué de façon très progressive (Nivôse Aigleton : le manteau neigeux s’est constitué très régulièrement ).
Des températures basses au cœur de l’hiver permettent une bonne conservation du manteau neigeux même à basse altitude jusqu’à la mi-février. A partir du 20 février des périodes plus douces et ventées font remonter les limites d’enneigement.
Globalement, de début janvier à la mi-mars, l’enneigement s’est montré assez proche des valeurs moyennes sur l’ensemble des massifs ; plutôt excédentaire sur les massifs situés au sud,et déficitaire sur les massifs intérieurs de Savoie.
Avec l’arrivée de conditions printanières, l’érosion du manteau neigeux est ensuite régulière, assez rapide en dessous de 1800m. L’épisode neigeux de début avril ralentit un peu la fonte mais ne modifie guère l’allure des profils d’enneigement.

Alpes du Sud
Les conditions météorologiques de cet hiver ont été assez similaires à celles des Alpes du Nord mais avec des chutes de neige généralement plus marquées (Nivôse du Col Agnel : des épisodes neigeux d’intensité plus marquée et un profil du manteau neigeux une allure plus accidentée). En conséquence, l’enneigement s’est révélé globalement supérieur aux valeurs moyennes tout au long de la saison à partir de la fin décembre.
L’enneigement du début d’hiver est lent à se mettre en place. Les premières chutes se produisent mi-novembre mais cette couche de neige disparaît rapidement à moyenne altitude. D’autres chutes de neige suivent mais le manteau neigeux reste de faible épaisseur.
Par contre, juste avant Noël, des chutes plus conséquentes permettent au manteau neigeux de dépasser les valeurs moyennes : ainsi à Montgenèvre (1850m), du 21 au 24 décembre, on a enregistré un accroissement du manteau neigeux de plus de 60 cm.
Comme sur les Alpes du Nord, les mois de janvier et févier connaissent une succession de passages neigeux souvent modérés et quelques chutes de neige plus importantes comme le 7 janvier (80 cm de neige fraîche à Puy-St-Vincent, 1600m). De plus, la persistance de températures basses jusqu'aux environs du 20 février maintiennent de très bonnes, voire excellentes conditions de neige.
Un temps plus doux s’installe à partir de mi-mars et la fonte s’amorce surtout en dessous de 2000m. La dernière offensive hivernale du début du mois d’avril est une fois encore plus conséquente que sur les Alpes du Nord.

Pyrénées
Cet hiver a semblé démarrer de la même manière que le précédent puisque le 10 novembre avec une montagne blanche à partir de 1000 m et près de un mètre de neige au-dessus de 2000 m, le manteau neigeux était aussi abondant et prometteur que l’année dernière. Cependant, les vents de sud-ouest qui ont soufflé durant tout le mois de novembre ont apporté douceur et humidité et ont fini par faire fondre toute la neige en dessous de 2000 m. Cette alternance d’épisodes froids de nord et de redoux ventés de sud-ouest s’est répétée ensuite tout au long de l’hiver à une cadence quasiment mensuelle en s’amplifiant en fin d’hiver. Ainsi, les vents de sud ont soufflé particulièrement fort surtout pendant les vacances de Noël et à l’occasion du passage de la tempête Xynthia le 27 février. A l’opposé, les épisodes de temps froid amenés par les vents de nord à nord-est duraient environ une semaine ; le premier s’est produit mi-décembre, le cinquième début mars ; les températures à 1800 m descendaient à chaque fois entre -12 et -15°C. L’alternance de ces deux types de temps s’est traduite sur le terrain par un temps le plus souvent nuageux et des chutes de neige soit abondantes sur l’Espagne et la crête frontière soit répétées mais modérées sur le versant français. La plus grosse chute de neige de l’hiver reste celle du début du mois de novembre.
Les conséquences sur l’enneigement ont été globalement des hauteurs conformes aux moyennes jusqu’à la mi-mars à l’exception des massifs les plus à l’est de la chaîne.
En dessous de 2000m l’enneigement a été bon à partir de mi-janvier mais avec des fluctuations importantes, il a été excédentaire le long de la crête frontière. A partir de mi-mars, le temps sec et plutôt doux a commencé à rendre l’enneigement déficitaire. Sur les Pyrénées-Orientales, l’enneigement s’est vraiment mis en place un peu plus tardivement, début janvier mais a profité début mars de chutes de neige plus marquées qu’ailleurs.


Corse
Encore une saison bien enneigée en Corse à partir de fin décembre. Comme dans les Alpes, l’enneigement tarde à se constituer durablement en début de saison. Fin décembre puis début janvier plusieurs chutes de neige permettent de rattraper rapidement le retard. Les hauteurs de neige dépassent alors les valeurs moyennes même si elles n’atteignent pas celles de la saison précédente. A partir de mi-février des épisodes plus doux et ventés entament le manteau neigeux à basse altitude mais l’enneigement reste encore excédentaire au-dessus de 1500m jusqu’à la fin mars.

Jura
Malgré un début d’enneigement tardif, le temps majoritairement froid et très peu ensoleillé a permis à l’enneigement de cette saison d’être presque normal pour les durées et les hauteurs maximales atteintes.
Avant Noël les chutes de neige qui se produisent ne résistent pas longtemps aux redoux pluvieux qui les suivent. Ce n’est qu’à partir du 2 janvier qu’un manteau neigeux se constitue. Ensuite la tendance s’inverse, les passages neigeux, parfois jusqu’en plaine, sont plus efficaces que les redoux pluvieux et font croître l’épaisseur de neige puis maintiennent un enneigement continu au dessus de 900m jusqu’à mi-mars. Le temps printanier qui s’installe fait alors rapidement disparaître la neige à toutes altitudes hormis deux parenthèses neigeuses éphémères les 26 mars et 1er avril.

Massif-Central
L’enneigement durable s’installe tardivement mais le temps globalement froid (6ème hiver le plus froid depuis 30 ans) et souvent perturbé de l’hiver conduit finalement à un nombre de jours avec le sol couvert de neige supérieure à la normale (80 jours au Mont-Dore ville, 1000m – 72 jours en moyenne).
Quelques chutes de neige se produisent dès le mois d’octobre (le 17 le sommet du Plomb du Cantal est blanchi) puis en novembre mais la neige ne reste pas très longtemps au sol. Un temps plus froid s’installe à partir du 10 décembre et des chutes de neige plus marquées se produisent du 17 au 20, mais ce manteau neigeux ne résiste que quelques jours et fond à nouveau après Noël. Début 2010, l’hiver s’installe, les chutes de neige sont fréquentes, les cumuls de neige fraîche sont supérieurs aux moyennes (3,50m au Lioran, 2m en moyenne). L’enneigement se constitue alors durablement pour atteindre fin février 1m au Lioran à 1240m, 1,20m au Col de Prat de Bouc à 1400m. En mars un temps froid et sec maintient encore un bon enneigement naturel au dessus de 1200m et 30cm de neige tombent encore les 30 et 31 mars. La neige disparaît complètement le 9 avril vers 1300m en versant Sud à Super-Besse et le 30 avril, la neige est encore présente au dessus de 1600m.

Vosges
Cet hiver présente une configuration inhabituelle, avec une concentration très nette de l’enneigement sur le mois de février. Par ailleurs, l’essentiel du cumul est tombé (fin janvier-début février) à l’occasion de quelques chutes abondantes.
Malgré des chutes de neige précoces, la première dès la Toussaint, un enneigement durable ne débute que peu avant la mi-janvier. Tout s’accélère brutalement fin janvier avec 2 épisodes de chutes de neige abondantes du 29 au 3 février qui représentent l’essentiel du cumul de la saison. Le manteau neigeux atteint alors 1,50m à 1,80m à 1200m et parfois près d’un mètre à 600m. Ensuite, l’épaisseur de neige évolue peu, le tassement est compensé par quelques petites chutes de neige. Un temps pluvieux et doux à partir du 17 février fait fondre la neige en dessous de 800m. Un sursaut de l’hiver la première quinzaine de mars permet d’atteindre des durées d’enneigement supérieures aux moyennes pour la saison. Ainsi au Ballon d’Alsace, à 1200m, on a observé plus de 10cm au sol pendant 115 jours (98 jours en moyenne) et 64 jours avec plus de 50cm (56jours en moyenne depuis 1963).

Graphiques complémentaires et article MF
Modifié il y a 10 ans