Le SRN et les avalanches...

C'est une pub pour les avalanches ?
On dirait que d'aller se frotter aux avalanches devient un sport sur les gens "fun"… Malgré l'avalanche provoquée à l'issue des participants, le montagne met en valeur la pratique du ski en avalanche :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 9 ans
Article du DL du sur les risques ce weekend:
[…]les randonneurs à raquettes et de SRN sont tout autant exposés dans les zones instables que les skieurs de rando ''alpin''. Les massifs qu’ils fréquentent plus particulièrement (Chartreuse et Vercors) sont d’ailleurs très chargés ce week-end.[…]

Alors que les amateurs de poudreuse sont dans les starting blocks depuis des semaines, le cocktail “plaques à vent/beau temps” prévu pour ce samedi par Météo France s’annonce explosif : à tel point que l’ensemble des spécialistes appellent les skieurs hors-piste à la plus grande prudence pour ce week-end. “Il existe chaque hiver trois ou quatre épisodes particulièrement sensibles en montagne. Celui-ci en fait partie, tout simplement parce que nous craignons que le beau temps et la neige fraîchement tombée poussent les skieurs à se ruer en altitude alors que les risques de plaques sont vraiment importants”, explique Dominique Létang, directeur de l’Anena (Agence nationale pour l’étude de la neige et des avalanches), basée à Grenoble.

De fait, l’historique des épisodes neigeux et de la météo des derniers jours, exposé par Météo France sur son site web, devrait être de nature à freiner le plus téméraire des mangeurs de poudre : en une semaine, quatre épisodes neigeux se sont succédés. Une première chute de 30 à 50 centimètres vendredi dernier, une deuxième d’une vingtaine de centimètres dimanche soir, une nouvelle chute importante mercredi, puis les précipitations de la journée d’hier. A 1000 mètres, le cumul est donc très supérieur à un mètre. A ce phénomène s’est ajouté un premier épisode de foehn qui a provoqué d’importantes accumulations, tout particulièrement sur les versants nord, à proximité des crêtes. Le troisième composant du cocktail -le froid très intense et un vent de nouveau orienté nord pour aujourd’hui- devrait ralentir la cohésion du manteau. L’isotherme -10 C° est en effet prévu à 1500 m ce matin. “Nous nous trouvons dans une configuration où une extrême prudence est requise en hors-piste, dans les pentes supérieures à 30°, et plus particulièrement sous les crêtes”, confirme le capitaine Jean-Pierre Mirabail, commandant en second du PGHM de l’Isère. D’après Dominique Létang de l’Anena, le risque d’avalanche pourrait être de 3 à 4 (”marqué” à “fort” selon les secteurs) pour cette journée de samedi. Autant dire que les conseils de prudence des gendarmes du secours en montagne sont à respecter scrupuleusement pour les candidats au hors-piste :

Détecteur de victimes d’avalanches (DVA), pelle et sonde sont indispensables. Respecter les distances de sécurité au sein d’un groupe peut s’avérer vital et se renseigner auprès des pisteurs sur les conditions locales en hors-piste peut être très utile…

Enfin, les randonneurs à raquettes sont tout autant exposés dans les zones instables que les skieurs. Les massifs qu’ils fréquentent plus particulièrement (Chartreuse et Vercors) sont d’ailleurs très chargés ce week-end.
DL le 04/12/2010
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2010/12/03/avalanches-ce-week-end-la-montagne-est-piegee
Modifié il y a 9 ans
Le collet d'Allevard/Avalanche
Quinze minutes pour une vie

Pour s'entrainer avec votre ARVA, ou tout simplement en découvrir le fonctionnement et connaitre les bons gestes…

À quelques mètres du départ des pistes de “Super Collet”, le centre de recherche de victimes en avalanche a posé ses balises… Ici, dans un champ de neige vierge. Le terrain est vallonné, quelques sapins complètent le décor. Amateurs ou professionnels viennent se familiariser, se former, s’entraîner à la recherche de victimes avec Arva (Appareil de recherche de victimes d’avalanche). Alain Klucar est là pour les encadrer. Formateur, maître pisteur-secouriste breveté d’Etat, ancien chef sécurité des pistes du Collet d’Allevard, il gère le centre à plein-temps depuis un an.

Le site du Collet est unique en son genre : il est équipé d’un système particulier, l’Easy Searcher 3, qui permet des conditions d’entraînement proches du réel. Six balises sont enterrées sous la neige : c’est le formateur qui choisit de les déclencher.

De la théorie à la pratique

Riders de hors-pistes ou promeneurs en raquettes participent à des stages. Partir avec un Arva, c’est bien, savoir s’en servir, c’est mieux… Ce dimanche, 9 h, Alain Kuclar accueille 10 personnes de la section Dauphiné Ski alpinisme du Club alpin français. Autour d’un café, dans la cabane des secouristes du Collet d’Allevard, Alain pose le décor : « L’objectif de ce stage, c’est de vous expliquer et vous corriger dans la recherche de victimes d’avalanche. Vous pourrez également tester du matériel.» Et d’entrée, il insiste : « il y a un seul chiffre à retenir : 15 minutes. Vous avez 15 minutes pour sortir quelqu’un vivant d’une avalanche. »

Le formateur commence par une petite heure d’explications théoriques et rappelle les grands principes de la “recherche en croix”. L’Arva bipe, plus ou moins fort, il est important de bien interpréter le signal… et de savoir où se diriger ! Place aux exercices pratiques, dans le champ de neige. Les stagiaires se lancent en binômes, les uns après les autres. Il faut retrouver la balise le plus rapidement possible avec Arva et sonde. Le formateur dirige tout à distance grâce à un gros moniteur. Dès que le stagiaire touche la balise avec sa sonde, Alain Kuclar peut le voir.

Les stagiaires s’emballent. Certains sont à quelques centimètres de la balise, mais ne parviennent pas à la localiser précisément. On s’énerve un peu mais tout le monde finit par rigoler. « Là, vous évoluez sans stress, dans une bonne ambiance… Mais si un jour vous devez chercher votre ami sous la neige, vous ne serez pas dans les mêmes conditions. L’entraînement est très important pour acquérir des réflexes qui permettront de vous en sortir, le jour où… »

Article du DL le 07/01/2011
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2011/01/06/quinze-minutes-pour-une-vie
Modifié il y a 9 ans
Une petite illustration peut-être ?
Modifié il y a 9 ans
Pour ceux qui vont tâter quelques petites pentes avec les nouveaux SRN que sont le Annum, Epoch et outre Fischer Sbound 98 et 112.
TNF lance une plateforme (en francais) sur la sécu en montagne l'hiver. Bien illustré, interactif et avec des vidéos: Snowsafety.

Modifié il y a 8 ans
Excellent article sur le nouveau bulletin neige et conditions rédigé par Météo France.
Ce nouveau bulletin BRA est vraiment très très bien, et indispensable pour toute préparation de sortie en ski ou raquette.
Vous permet de connaitre les risques, facilement identifiables, grâce aux nouvelles rossasses et les conditions d'enneigement.

Météo France a refondé ses bulletins avalanches cette saison. Voici un petit tutoriel sur l'utilisation de ces nouveaux bulletins et sur la prise d'infos sur le site de Météo France. A lire: ici




Modifié il y a 8 ans
concernant les avalanches, j'ai eu l'occasion d'en voir partir une à quelques 500 m devant moi, lors d'une sortie en alpinisme dans le Sancy (et oui, montagnes à vaches, mais pas tant que ça…smile
Tant qu'on en a pas vu une de près, on a du mal à imaginer la puissance que ça peut avoir… à 10 minutes près, nous serions passés pile poil ou elle à dévalé :-o (et pourtant, on avait pris nos précautions sur l'itinéraire, nous étions passé voir le PGM avant de partir, nous avions étudiés ensemble un itinéraire pas expo ce jour-là… mais au final les conditions du jour ont fait que nous étions amenés à passer dans cet endroit un peu limite… 10 minutes.. ni plus ni moins.. :-? )
mon site www.passiongrandnord.com
Modifié il y a 8 ans
Il semble que les deux personnes prisent dans cette avalanche étaient en SRN…

Tragique randonnée ce dimanche matin pour un groupe de skieurs espagnols. Partis à cinq de Formiguères s'adonner à du ski nordique hors-piste dans la vallée du Galbe, deux d'entre eux ont trouvé la mort, tandis qu'une de leur amie s'est très grièvement blessée. Le groupe a chuté dans un couloir verglacé.

Les deux hommes qui ont perdu la vie se sont tués en percutant des arbres après une chute sur la glace de plus de 100 mètres. La blessée grave souffre de fractures multiples des membres inférieurs et des côtes mais ses jours ne seraient pas en danger. Elle a été évacuée vers l'hôpital de Perpignan.

Seules deux personnes ont réussi à interrompre la chute et ont donné l'alerte en regagnant la station. Les secours sont rapidement intervenus à bord du Dragon 66 et ont repéré les corps des malheureux avant de les hélitreuiller. La femme a été secourue vers 16h. Ses deux compagnons ont été redescendus à la morgue d'Enveigt.

La présence de glace dans les zones hors piste de ces montagnes du Capcir a obligé les secours à multiplier les interventions dimanche pour hélitreuiller des touristes imprudents en détresse, notamment un père et sa fille de douze ans originaires de Toulouse.


Article de l'Indépendant du 09/01/12
http://www.lindependant.fr/2012/01/08/deux-skieurs-tues-et-une-grievement-blessee-dans-le-massif-du-galbe,104062.php
Modifié il y a 8 ans
Oui sans doute :-(
Le lien
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 8 ans
Si vous obtenez d'autres informations, n'hésitez pas
a les balançer sur le site : C'est très important de
tirer le maximum d'enseignements de tout cela .
Une première remarque : d'après l'article, ça n'est pas
un accident d'avalanche mais des chutes sur une pente
verglaçée .
J'en profite pour exprimer un souhait : n'hésitez pas
a utiliser les commentaires pour enrichir les topos : surtout si vous avez un point a rajouter relatif a la
sécurité : C'est ce que j'ai fait réçemment pour la
rando du col du Barioz en signalant qu'un des passages
avait été fermé pour cause de risque d'avalanche .
Modifié il y a 8 ans