Massif des Chics-Chocs - Gaspésie (Québec): Jour 2 / Champ de Mars

Chics-Chocs 2014 Jour #1 et #2 (1 et 2 mars 2014); Groupe de 12 étudiants de 16-17-18 ans de l'école Polyvalente de Beloeil + 4 adultes accompagnateurs: Mont Champ de Mars.

Samedi 1er mars 2014, tous les skis, planches à neige, bottes de toutes sortes, gros sacs à dos, glacières et sacs de nourriture et une infinité de bagages divers sont finalement chargés dans la remorque et les 3 véhicules; Nous sommes 16 à prendre la route de la Gaspésie au départ de Beloeil, 4 conducteurs pour 3 véhicules permettant un peu d'alternance. Départ à 8AM par un temps froid mais magnifique, la route sera sèche et le temps restera clair jusqu'à destination. Nous croisons une maman orignal sur la route du Parc un peu avant d'arriver à nos refuges.

Finalement arrivés, il faut tout décharger puis monter jusqu'à nos 2 refuges (8 places chacun), qui sont à 150 mètres du stationnement. Le premier souper sera servi vers 9PM, préparé par les adultes accompagnateurs, pendant que nos 12 jeunes ont pour mission de pelleter un gros banc de neige à l'extérieur, qui permettra demain de construire un quinzy, qui servira à certains d'expérimenter le camping d'hiver pour la 2e ou 3e nuit.

Dimanche matin 6H30, c,est l'heure du réveil, difficile pour certains de ces ados pas tous habitués aux sorties de groupe… Bref, gros déjeuner préparé par deux d'entre eux, pendant que les autres font leur lunch pour la montagne et prépare leurs sacs à dos.
Notre première journée de skis sera au Champ de Mars, montagne située à l'extérieur du Parc de la Gaspésie à 10 minutes de route de nos refuges. Il y a ce matin-là une journée de sensibilisation aux avalanches organisée par le Centre d'Avalanche de la Haute Gaspésie ( http://www.centreavalanche.qc.ca ), alors le stationnement Champ de Mars / Blanche Lamontagne était déjà presque rempli à 9AM. Dans le cadre de cette journée, il était possible d'essayer l'équipement de haute-route prêté par les fabricants (skis de haute-route ou de télémark, ARVA, etc) et de participer à une course amicale. Comme notre voyage dans les Chics-Chocs se voulait une initiation pour la plupart de nos jeunes, nous avions plutôt prévu des sorties groupées, donc au rythme des plus lents, ce qui rendait notre participation à leur course incompatible avec notre sortie.

La matinée était ensoleillée et radieuse, et l'ascension de la montagne (raquettes pour tous sauf pour moi qui était avec mes skis de télémark et peaux d'ascension) s'est faite sur 90 minutes environs, avec de nombreuses pause-photos! Nouvelle pause au sommet pour permettre à chacun de changer d'équipements et de mettre salopettes et vêtements chauds; 9 jeunes et 2 accompagnateurs étaient en snowboard, 5 étaient en ski (dont 1 accompagnateur en ski et 1 en télémark).

Pour notre première descente, nous avons emprunté celle la plus à l'est, dite "Champ de Baitaille". Beaucoup de belle poudreuse malgré l'achalandage, sur un dénivelé de 250 mètres qui nous a mené à mi-montagne où nous avons fait la pause pour diner face à Blanche-Lamontagne. Plusieurs de nos jeunes ont ensuite pelleté une rampe pour faire des sauts (nous avions quelques pelles sur nos sacs) alors qu'un petit groupe et 3 accompagnateurs sommes remontés au sommet pour descendre la "Gladiateur", encore de la poudreuse à profusion, une superbe pente et des sous-bois incomparables!

Nous avons finalement tous remonté au sommet pour une 3e et dernière descente par le sentier dit "Sous-bois de retour", 350 mètres de dénivelé jusqu'au stationnement tout en bas, qui auront été pour plusieurs d'entre nous le summum de cette fabuleuse première journée dans les Chics-Chocs!.

Fin de journée et soirée sans histoire, chacun vacant qui à sa préparation pour le lendemain, qui pour le souper de gang, qui simplement pour relaxer, faire une sieste ou jammer de la musique.
Modifié il y a 6 ans
Chics-Chocs Jour #3 (lundi 3 mars 2014: Mont Albert, Mur des Patrouiileurs)
Ce matin, la météo est annoncée très froide en montagne, à -25C et avec des vents en rafale de 25-30 Km / h. Notre projet initial était de nous rendre au fond de la Grande Cuve du Mont Albert et eventuellement monter au sommet du plateau. Or la glisse des snowboard devient particulièrement lente par temps très froid, et le long faux-plat descendant du retour devient alors un handicap pour notre majorité de planchiste. Conséquemment, nous avions comme alternative de monter au sommet du Mont Olivine, une belle crête allongée et étroite qui surplombe de part et d'autre les vallées très encaissées du ruisseau Isabelle et de la rivière Ste-Anne. Mais rendu à l'embranchement ruisseau Isabelle / Mont Olivine, le ciel devenait de plus en plus bouché, alors nous avons prudemment décidé d'éviter le mauvais temps au sommet, et de nous rendre directement au refuge Serpentine, au pied du Mont Albert et du Mur des Patrouilleurs.
Nous sommes en semaine de relâche au Québec et le refuge est rapidement très rempli, une quarantaine de skieurs, planchistes, racquetteurs et randonneurs y ayant convergé pour diner, alors que dehors ce sont les rafales de vent et la tempête!. Les plus courageux de notre groupe repartiront en début d'aprèes-midi pour une heure d'ascension sur le Mur des Patrouilleurs, le domaine skiable le plus près du refuge. C'est une falaise assez pentue dès que l'on passe la limite des arbres, avec un sommet venteux et exposé et une finale très difficile à grimper quand la surface est glacée. Compte tenu de l'expérience très variable de nos jeunes et du mauvais temps, nous avons limité l'ascension au 2/3 de la montagne. Une descente néanmoins enivrante sous les rafales, et le goût d'y revenir un jour!

Comme prévu, le retour au stationnement (6 km de faux-plat descendant) aura été pénible pour les planchistes qui avaient peu de glisse, et un peu moins pour les skieurs. Nous devions aussi terminer suffisamment tôt pour finir l'aménagement du quinzy et permettre à une première équipe d'y dormir ce soir. Or ledit quinzy s'est écroulé pendant que nous creusions pour le vider de l'intérieur, avec 3 de nos jeunes ensevelis dedans! Branlebas de combat, heureusement sans dommage, puisque ils tous sortis (très rapidement!) par eux-mêmes. Donc quelques chaudes émotions malgré la froidure, et l'expérience qui s'accumule …. En fait, 3 épaisseurs de neige différente (gros sel sous une croûte épaisse, le tout recouvert par 60 cm de poudreuse) ont été mélangées en empilées pêle-mêle. Or le "gros sel" est une bien mauvaise neige pour compacter un quinzy, sans consistance.
Modifié il y a 6 ans
Chics-Chocs Jour #4 et 5 (mardi 4 mars: Mont Hog's Back; et mercredi 5 mars 2014: retour à Beloeil)
Dernier jour de ski, ce matin nous allons monter Hog's Back, à 20 minutes en auto de nos refuges. C'est une belle montagne au sommet arrondi, ouvert à 360 C. Il faut moins de 45 minutes pour soritir de la crête des arbres, avant de grimper une longue arête jusqu'au sommet Sud, où une petite forêt abritée en contrebas nous permet de manger à l'abri du vent. Le sommet Nord est 800 mètres plus loin et plus haut, avec un fort vent de face, un bon défi pour toute la gang! Mais quelles vues extraordinaires sur tous les horizons! Nous nous attardons malgré le vent et la poudrerie, éblouis par tant de beauté!.
Sur le chemin du retour, les gars s'amusent à se laisser tomber d'une petite falaise dans la poudreuse épaisse, en défonçant parfois de plus de 2 métres dans la poudreuse épaisse et légère. C'est maintenant le temps de la descente, que nous skierons coté est et sud, où les conditions de poudreuse sont mieux préservées, à l'abri des vents dominants. Nous alterons entre les descentes "Hot-Dog, Côte Levée et Gros Jambon" , puis nous rentrons peinards sous ligne de haute tension jusqu'au stationnement.

Ce soir c'est la fête! Il y a d'abord l'anniversaire de Richard, mon fils qui vient d'avoir 17 ans. Puis c'est notre dernière soirée en Gaspésie. Alors nous avons de la musique, un gateau de fête, des ballons et beaucoup d'ambiance. Quelques-uns de nos jeunes acceptent le défi de prendre un bain de neige, alors que dehors il fait -30C! Puis 4 de nos jeunes et Jérémy un des accompagnateurs passeront la nuit dans le quinsy, sécurisé pour l'occasion bien à l'abri du temps froid, sous un ciel rempli d'étoiles! Un beau souvenir pour ces 5 courageux!

Mercredi matin, nous avons tous hâte de rentrer et à 6am nous sommes tous à la tâche pour tout ranger et charger la remorque et les véhicules! Dès 8AM les refuges sont vides, le ménage est fait, les déjeuners sont pris et la vaisselle est lavée et rangée! La route du retour est tout aussi belle, à travers les montagnes jusqu'à Ste-Anne-des-Monts, puis le long du fleuve pris par la glace à perte de vue. Nous traversons les peitits villages de la côte (Cap-Chat, Les Méchins, Matane, Rimouski, etc). Pause gargantuesque au buffet chinois de Rimouski (Imaginez 12 jeunes adultes (et 4 moins jeunes!) lachés lousse dans un buffet à volonté, après 3 jours de ski et de plein-air intense!). Nous arriverons tous à Beloeil à 19H, la tête remplie de souvenirs d'hiver et de nos nouveaux amis , les jeunes en ont long à raconter!
Modifié il y a 6 ans
Merci pour ce récit d'Aventure !
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 6 ans