Tous les messages créés par Damien63

Petit retour hivernal ce we en Aubrac, mais un peu limite pour rechausser les skis. Quelques chutes sont annoncées cette semaine, à voir pour le we prochain. Sinon belle ambiance hier matin au départ du Col de Bonnecombe; froid, giboulées et grand vent de nord ouest, avec de belles éclaircies. Les congères recommençaient à se former. Ça peut passer en ski mais il faut porter avant de pouvoir chausser. Donc vadrouille à pied sur le secteur du Carteyrou, et c'est toujours aussi beau dans ces conditions. Il faudra bien se résoudre à passer en mode printemps, après ce magnifique hiver.



Damien63
Modifié il y a 7 mois
Très belles photos Benbois, merci
S'il y a bien un milieu qui me manque en Lozère ce sont ces magnifiques sapinières, donc dès que je retourne en Livradois-Forez je passe toujours par la Chaise Dieu histoire de renifler ces sous bois !

Bonne continuation

Damien63
Bonsoir Clos34

Au vu de ton azimut depuis La Villedieu et ta photo, je peux te confirmer qu'il s'agit bien du massif cantalien. Au milieu on peut distinguer un petit sommet de forme arrondis, qui est le point culminant du massif, le Plomb du Cantal à 1855 m. Légèrement à droite l'autre sommet qui se distingue est le Puy du Rocher. Le versant Sud/Est qui te fais face depuis la Villedieu est le versant qui domine le Col de Prat de Bouc. Ce versant est occupé par une partie du domaine alpin du Lioran. A gauche en pente douce tu peux observer les plateaux d'estive qui descendent sur Pierrefort. Il y a de belles balades à faire dans ce secteur.

Sinon difficile de sortir les skis sur L'Aubrac en ce moment, ça peut passer en longeant les lisières sur la bordure Ouest du plateau, mais coté Bonnecombe l'enneigement est trop discontinu.

Bonne continuation

Damien63
Ce matin il neigeote à la maison, donc espoir de pouvoir profiter de ces quelques flocons sur le plateau. Quelques centimètres tombées dans la nuit au col de Bonecombe, -3°C à 9h30. Bon vent de NW, et plafond bas. La progression sur le plateau semble trop aléatoire, et le peu de neige tombée cache à peine la misère.
Repli vers la plantation de Bonnecombe, personne encore au Col. J'emprunte les pistes du domaine nordique pour rejoindre la plantation, et là plutôt bonne surprise, la vieille neige a bien regelée, recouverte d'une petite neige roulée. Très bonne glisse. Les anciennes pistes de ski sont encore bien couvertes, et l'ensemble du domaine est encore praticable, bien que fermé.


J'alterne entre les pistes nordiques et détour dans les bois. Mais compliqué de circuler dans la plantation, car la neige de décembre et janvier a occasionnée de gros dégâts, et de nombreux pins et épicéas n'ont pas résisté. Arrivé au bout du domaine je tente une sortie dans les prairies de Mountasset, qui permettent de rejoindre le hameau de La Blatte. Mais trop peu de neige, les quelques centimètres ne peuvent recouvrir le sol, et les pierres affleurent. retour sur le domaine, puis j'emprunte la piste forestière qui descend à La Croix du Loup. La neige se maintien bien sur la piste, et me permet de rejoindre la croix en aller retour. Bonne neige, bien que labourée par les raquettes. retour par les pistes du domaine, petite escapade au dessus du relai des lacs. Le brouillard de lève et laisse entrevoir le sommet du Mailhebiau


Retour au col en empruntant les trouées offertes par les zones humides à l'intérieur de la plantation où la neige se conserve plutôt bien. Retour ski au pieds sans avoir eu besoin de déchausser. Sortie tranquille, quelques skieurs de fond profitent également des restes de janvier. Quelques averses de neige ce soir à 1000 m, à voir pour la suite


Damien63
 
[justify]Je profite de votre fil de discussion pour répondre à Fourinas, et aux autres intervenants.[/justify]

[justify]J'ai passé de nombreuses années à pratiquer le ski alpin et le ski de fond, d'abord sur le Forez, puis ailleurs. Autour de la vingtaine le ski alpin a pris plus de place, ce qui m'a permis de passer les diplômes fédéraux et de pouvoir encadrer le ski club de Saint Anthème durant de nombreuses années. J'ai passé beaucoup de temps à tourner sur les pistes du petit domaine alpin de Prabouré, sans pour autant me lasser. La convivialité et le coté familiale de la station y sont pour beaucoup, et l'ambiance locale très sympathique et sans fioriture (voir les deux livres d'André Fage sur l'histoire de Prabouré). Souvent avant ou après une "session" à Prabouré je prenais les skis de fond pour compléter la journée, et profiter des paysages hivernaux. Je me suis mis au skating, mais faute d'une technique maitrisée, n'y ais pas pris beaucoup de plaisir. Le coté sportif n'est pas trop à mon goût. De plus l'ambiance des acharnés du chrono et du cardio m'a vraiment fait fuir le départ des domaines nordiques (j'y ai bossé…smile, toujours à râler, la neige est trop ci, le damage trop ça. ! La nature ne devient qu'un support à l'occidental gavé de performance. Un anneau de neige artificiel autour d'un stade leurs suffirait pour tourner comme des écureuils en cage ![/justify]

[justify] J'ai toujours conservé une paire de classique, qui permettait de temps en temps de pouvoir sortir des traces. J'ai aussi beaucoup arpenté le Haut Forez en hiver en raquette, en tant qu'accompagnateur en montagne, mais aussi pour mon plaisir. Les raquettes sont parfaites pour les versants et les bois, mais parcourir les Hautes Chaumes est un peu fastidieux et frustrant, faute de glisse, et limité dans les distances parcourues. C'est grâce à l'ami Pierrot, qui avait ses quartiers au Chalet des Gentianes du Col des Supeyres, que j'ai pu découvrir et tester mes premiers SRN. C'est à ce moment là que j'ai pris conscience que cette pratique était vraiment la plus adaptée à la pratique hivernale de la moyenne montagne, notamment en Forez. On se soustrait des domaines nordiques, on peut partir de n'importe où dès que la neige est présente, et l'on peut profiter des plaisirs de la glisse sans les contraintes du SRA. En bref l'idéal ![/justify]

[justify]Depuis je pratique essentiellement le SRN, qui permet vraiment d'être en immersion dans la nature hivernale, loin de toute performance et objectifs sportifs. Personnellement après plusieurs test de matériel, ma préférence est allée vers la norme 75 qui permet plus de rigidité, et une meilleurs conduite en descente, avec des chaussures rigides Scarpa T4. Voilà plus de 10 ans que je les trainent, et franchement rien à redire. Sans doute plus lourdes, moins de déroulées, mais étanches et bonne tenue. Je mesure 1.73 m pour 67 kg, et ma préférence va aux skis courts en 165 cm. Pour moi cette taille me permet vraiment de pratiquer un ski tout terrain pouvant jouer dans les pentes. Choix de skis plutôt large, Madshuss Epoch et Annun avec fix à câbles pour les derniers. Bien sur la progression sur terrain plat est plus fastidieuse, mais je ne suis pas pressé ! [/justify]

[justify]A force de trainer les domaines alpins j'ai eu l'envie de sortir de cette ambiance et d'avoir une autre pratique. Le SRN prenant d'autant plus de place, j'ai profité d'un séjour au Grand Bornand pour prendre deux heures de cours pour l'apprentissage du télémark. Après quelques journées en télémark alpin, j'ai pu transposer la technique au SRN. Bien sur, tout comme pour le virage Chritiana, le SRN reste un ski nordique et n'aura jamais les mêmes performances qu'en alpin. Mais il y a largement de quoi se faire plaisir dans des pentes modérées et en neige peu profonde. Après par grosse neige, il faut une pente plus raide et plus de vitesse pour sortir, en plus d'un jeu vertical plus dynamique, en télémark comme en parallèle. Et les skis de SRN n'ont pas le même rebond et rigidité pour les transferts d'énergie.  Effectivement on ne ski pas de la même manière en poudreuse, d'autant plus qu'avec les skis paraboliques aujourd'hui le virage est plutôt une flexion pivotée. Qui n'est pas passé par l'allègement vertical aura du mal à sortir de la poudreuse ![/justify]
[justify]Comme en alpin pour la conduite coupée, le télémark nécessite une grosse dépense d'énergie et peut devenir vite douloureux pour les cuisses. Souvent quant on débute en télémark on gaspille une énorme énergie pour la flexion, ce qui ferraille les cuisses ! Mais avec un peu de pratique on limite les dépenses énergétiques en devenant plus efficace et en supprimant les gestes parasites. Mais pour ça il faut pratiquer (comme en skating d'ailleurs). Mais sachons raison gardé, en SRN on ne pourra jamais obtenir la même efficacité qu'avec des skis alpins, mais ce n'est pas le but non plus. D'autant plus que sur une journée les descentes en télémarks ne prennent pas beaucoup de temps.  L'essentiel est d'être en immersion dans la nature, et de pouvoir passer partout dans nos magnifiques paysages de moyenne montagne.[/justify]

[justify]Je crois qu'i faut arrêter de comparer le SRN aux autres discipline, même si leurs pratiques peut apporter des bases à celui-ci. On ne retrouvera pas les sensations du fond ou de l'alpin, donc sachons adapter les techniques qui nous permettent de sortir hors des pistes et des sentiers battus.[/justify]

[justify]Fourinas je ne peux que te conseiller de prendre une ou deux heures de cours pour le télémark, pourquoi pas avec un moniteur nordique, qui sera plus sensible à son adaptation au SRN.[/justify]

[justify]l'essentiel est d'être dehors en hiver, le SRN permet de sortir des sentiers battus et de n'être plus dépendant des infrastructures artificielles. Vive le ski nature et rural ![/justify]

[justify]Ici en Aubrac fin de cette belle parenthèse enneigée, on aura pu bien en profiter quand même. Je souhaite encore de belles sorties aux adeptes du Forez, et au plaisir de se croiser.[/justify]

Damien63

Il faut bien s'y résoudre mais, c'est la fin de ce beau et long créneau blanc en Aubrac (un mois d'une neige de rêve). Aujourd'hui petite sortie matinale pour profiter des restes du manteau neigeux après 3 jours de pluie et de températures positives. 9h au Col de Bonnecombe, +2°C, plafond bas, avec une visibilité à 200 m environ, et toujours ce vent sensible d'Ouest. Il a neigé un petit peu cette nuit, 2/3 cm d'une neige mouillée. En plus il tombe une bruine dense. Quel tableau me direz vous, mais la neige est encore présente, et les skis porte bien sur ce manteau détrempé. Pas une glisse de rêve, mais correct. Très bonne retenue à la montée (donc aussi à la descente !).
Au vu des conditions, je vais rester à proximité des lisières forestières, et chercher les versants à l'Est, sous le vent. Direction Chantecoin, descente dans la vallée du Doulou à l'abri du vent. Les nombreux ruisseaux font surface, mais il reste quelques beaux ponts de neige pour les traverser, tout en restant prudent. Remontée sous les burons de Mailhebiau.



Finalement la visibilité est suffisante pour aller de repère en repère. Je rejoint les ruines du buron du haut Rajas, pour ensuite rejoindre le passage au dessus du Bès. On est peut être à 500 m de sa source, mais le débit du cours d'eau est déjà impressionnant. son cours est quasiment entièrement déneigé, prudence sur les dernier ponts de neige, car la rivière est large !. La visibilité s'améliore est permet de profiter du plateau au dessus des Rajas dans une neige très correct. Par contre la bruine commence à avoir raison de la membrane américaine.

Descente sur les Rajas, la neige freine pas mal, et les appuis doivent être doux afin de ne pas enfoncer, donc beaucoup de retenue cette fois ci. Petite pause à l'abri à coté du refuge des Rajas, et remontée par les Grands Montets. Je débouche sur la coulée du Mailhebiau, où il faut chercher son itinéraire dans les creux, car les croupes sont entièrement déneigées. Mais ça passe sans problème, pas besoin de quitter les skis.
Retour à Bonnecombe trempé, et suis étonné par la foule bien présente malgré le temps maussade. Ça ressemblait au chant du cygne, mais j'espère seulement la fin de ce second créneaux. L'essentiel était d'être dehors. L'hiver n'est pas fini…

Damien63

Salut Clo34

Pour ce qui est de la trace de l'animal qui va de ruisseau en ruisseau, il y a de grandes chances qu'il s'agisse du passage d'une loutre, il y en a pas mal en Margeride. Pour les empreintes, on peut dire qu'il s'agit d'une piste de bonds, et quand les pattes avants et arrières sont bien groupés en 2 empreintes, il peut s'agir d'une loutre également. Mais je ne me prononcerais pas plus, car souvent dans la neige profonde la loutre efface ses empreintes avec son corps et sa queue. Sinon pour bien confirmer une piste de loutre, on peut distinguer parfois la trace des palmures entre les doigts.
Damien63
Effectivement le Col de Bonnecombe n'est pas le seul spot de l'Aubrac, surtout cette saison ou le départ peut s'effectuer tout autour du plateau, dès 1000 m. Par contre Bonnecombe reste une bonne solution de repli en fin de saison ou en cas de faible enneigement, mais vu la foule en ce moment, ne pas hésiter à partir d'ailleurs. C'est mon cas aujourd'hui où je suis aller chercher la neige plus au nord du plateau, à la limite des 3 départements, autour du Puy de Gudette. Bien m'en a pris car l'enneigement est exceptionnel, beau temps et pas de vent ! Sortie merveilleuse dont je vous ferais le compte rendu rapidement.
Le secteur autour du château de La Baume est magnifique, entre prairie permanente et estive. En été la richesse floristique des prairies naturelles est fantastique. Bon choix.



Damien63
Comme diraient N75 et Forez, je suis en congés cette semaine, et suis obligé de prendre sur mon temps libre pour aller skier ! Et vu les conditions en ce début de semaine ce n'est pas une grosse contrainte ! - 4°C à 10h, ou deux collègues me rejoignent pour tester le SRN. Possibilité de louer au buron du domaine nordique des Salomon courts, jaune et noir, en taille unique. Faute de mieux, très bien pour l'initiation, bien que limite pour porter en neige profonde. Par contre les pointures des chaussures les plus courantes sont rares, et skier avec une ou deux tailles en dessous peut endolorir la sortie…
Le ciel semble se dégager au Nord du plateau, donc direction Chantecoin et la coulée du Mailhebiau. Il est tombé 10 cm supplémentaires durant la nuit (soit quasiment 50 cm ce we !), même si le vent a bien trainé la neige, la glace reste à couvert. Par contre à l'abri dans les bois, neige de rêve, profonde et silencieuse. On retrouve toujours et encore ce petit vent de Nord/Ouest dès que l'on passe la lisière pour rejoindre le plateau ouvert.



Le contraste est saisissant, la neige est bien tassée par le vent, voir décapée, et laisse apercevoir la glace sous-jacente. Il suffit de zigzaguer afin de l'éviter. Les énormes accumulations sous le vent sont très impressionnantes, et offrent un spectacle magnifiques.



Petit café au buron du Mailhebiau et ascension du plateau sommital en divaguant au grès de l'inspiration. Qu'elle ambiance après l'ambiance feutrée des bosquets de fayards, l'immensité vide des estives s'offrent à nous. Les perspectives dans toutes les directions sont somptueuses, je ne m'en lasse pas.



Retour tranquille vers Bonnecombe, sans oublier de profiter de belles descentes, parfois scabreuses…

Sortir encore demain afin de profiter de ces conditions fantastiques, avant le gros redoux de fin de semaine, pour ceux qui en ont la possibilité, profitez en de toute urgence !

Damien63
Salut Benbois

Content d'avoir de tes nouvelles, et toujours ravi de lire tes comptes rendus. Effectivement on peut facilement trouver des coins tranquilles en ce moment sur l'Aubrac, dont la zone ouverte est bien plus vaste que les Hautes Chaumes du Forez. D'autant plus que l'on peut partir de n'importe où au dessus de 1000 m. Mais tout comme chez vous les accès nordiques sont saturés, je n'avais encore jamais vu autant de monde au départ de Bonnecombe. Mais très rapidement  on retrouve vite la quiétude en dehors des pistes nordiques. Par contre cette année gros développement du nombre de snowkitters  autour de la partie sommitale du massif. Il en est de même à Brameloup, Laguiolle et Nasbinals.
Par contre coté SRN pas trop de pratiquant(e)s croisé(e)s, mais cette pratique attire l'attention et semble donner des idées à certain(e)s, donc skions caché….

Au plaisir de se croiser un de ces jours en Forez.

Damien63