Tous les messages créés par Damien63

Salut sauvageon
Effectivement la neige est bien là, cependant un peu moins abondante qu'en Auvergne, entre 40 et 50 cm de neige, mais depuis deux jours tempête, toute les routes d'accès au plateau et au station de l'Aubrac sont fermée. Ca devrait se calmer, mais j'espère que le plateau n'aura pas trop été rongé par le vent. Les congères sont énormes. N75 doit trainer dans le coin pour trois jours, il pourra donner des infos précises dans quelques jours. Je ne suis pas monté sur les plateaux ces derniers jours, car je bosse au domaine nordique de Charpal, en Margeride. Les conditions sont très bonnes là haut, le massif est plus protégé par les plantations et forêt qui le recouvre. Environ 60 cm de neige au col de Charpal (1400 m).
Voilà pour les dernières news
A bientôt
Damien63

Retour au Mont Lozère ce lundi, avec les deux collègues pisteurs de Bonnecombe.
Départ de la station du Bleymard, le vent a faiblit après un WE tempétueux. Par contre la neige en a subie les conséquences, et le manteau neigeux a été passablement rongé. Départ par la piste bleue du Touril, pour rejoindre le "chemin des chomeurs". Cette piste, qui longe le versant nord du Mont Lozère, fut construite par un bataillon de sans emplois, victime de la crise des années Trente. La neige s'est accumulée dans le chemin et offre une bonne glisse. Au niveau de l'ancien abri, juste sous le sommet du Finiels, nous bifurquons à vue en direction de la draille du Lozère. On arrive en zigzaguant entre les plaques de neige à rejoindre les bornes en granite salvatrices. Le vent à quasi balayé les pelouses d'altitude, et les skis glissent surtout sur le givre opaque qui plaque l'herbe rase. On retrouve la neige transportée sous le vent, en versant sud, accumulée en énorme congères très compacts. Nous rejoignons la forêt domaniale du Finiels, à l'abris du vent et retrouvons une belle neige peu transformée et encore poudreuse. Les Collègues peuvent tester leurs Xadv au milieu des pins et épicéas. Pause casse croûte rapide, le froid est toujours saisissant, puis nous rejoignons le Col de Finiels, où la fraise de la DDE avale les énormes congères qui barrent la route. Nous louvoyons en versant Est du Touril pour rejoindre la draille au niveau du sommet de la station de ski. Brouillard épais. Neige très changeante et peu glissante, entre bruyère et congères. Petit détour pour rejoindre la piste bleue du Touril, histoire de profiter de la pente et de la neige damée pour prendre un peu de vitesse et retrouver les sensations de descente, puis retour à la station. Ce n'était pas une journée de rêve, mais toujours agréable d'être dehors à partager ces moments entre amis. Il va vraiment falloir que la neige revienne si l'on veut rechausser dans ce secteur.
Pas encore eu la possibilité de tester le secteur Est du Mont Lozère cette saison, en direction du Pic Cassini et du Mas de la Barque, car avec le plateau balayé par le vent et le brouillard, les conditions sont encore limites. Effectivement xtofpol à raison, quand les conditions sont réunies, les possibilités de randonnées sont fabuleuses de ce coté.
A bientôt

Damien63
Bonsoir,
Je change de rubrique ce soir, car la "rubrique Aubrac" est désespérément endormie, faute de neige. Mais comme on va pas se laisser abattre, direction l'Est du département qui semble avoir profité des dépressions qui remontent le couloir Rhodanien. C'est parti pour un road-trip à la recherche de l'or Blanc. Rencart avec le camarade Julien, pisteur de Bonnecombe, au chômage technique. Direction le Bleymard, puis la station du Mont Lozère. A partir de Mende la neige commence à égayer les prés, ce qui semble nous indiquer la bonne direction. La montée à la station du Mont Lozère se complique un peu, mais pas trop de problème, on voit quand même ces beaux tourbillons de neige qui laisse présager une ambiance ventilée sur les crêtes. Arrêt à la station quasi déserte, puis on prend quand même la direction du Col de Finiels, malgré le panneau fermé, mais quelques pistes de fond sont annoncées ouvertes. Là les choses se compliquent : Brouillard, vent déchainé et gros phénomène de traine. Les congères font cahoter la voiture, mais ça passe tant bien que mal jusqu'au Col (1541 m, c'est le plus haut col routier du Massif Central, ouvert en hiver ). La plantation de l'ONF, qui encadre le Col, offre une bonne protection aux assauts d' Eole. On descend légèrement de l'autre coté du col, où le soleil semble vouloir percer (foehn). Équipement grand froid, et mise en jambe sur les nombreuses pistes forestières qui sillonnent la forêt du Mont Lozère. Très bonne neige, environ 25 cm dans les bois, et belle ambiance hivernale. La forêt nous tient à l'écart des bourrasques, et nous prenons la direction des estives du Mont Lozère. Nous croisons les pistes de ski de fond, qui ont été en partie damée, pour atteindre le sommet du domaine nordique, afin de rejoindre la draille de transhumance.. Par contre dès la sortie du bois le vent du nord nous accueille avec une belle vigueur : Capuche, masque, et en avant. Les congères se font impressionnantes, mais rapidement il faut bien se rendre à l'évidence, les conditions pour progresser sur le sommet du Mont Lozère, n'offre que peu d’intérêt dans ces conditions (aucune visibilité), voir peuvent s'avérer dangereuses (les tempêtes sont mémorables là haut !). Retour à la foret, où l'ambiance se fait plus sereine, et la neige agréable. Le soleil fait même sont apparition. Après deux bonnes heures, retour à la voiture, on va essayer de redescendre à la station pour casser la croûte, et choisir une option pour l'après midi. A peine le col franchi, une énorme congère nous suspend en l'air ! Une bonne demi-heure à pelleter dans la tempête pour retoucher terre. Cette fois pas le choix, demi-tour, et descente par le versant sud et le Pont de Montvert. Là l'ambiance sous le vent est tout autre, soleil, route dégagée et beaucoup moins de neige. On rentre véritablement en Cévennes, porte du Sud. Pause au bistrot du Pont de Montvert, et sa ravissante patronne, afin d'établir un itinéraire de replis. Le choix se porte sur le hameau des Laubies, à l'ouest du Mont Lozère, et le lac de Barrandon. Sacré coin que les Laubies, hameau agricole à 1300 m, ramassé sur ces maisons en granit. Beaucoup moins de neige, un gros 10 cm, mais avec précaution la piste forestière qui rejoind le lac offre une bonne glisse. Par contre toujours brouillard et vent qui ne nous permettent pas de profiter des magnifiques perspectives sur les Bondons, les Causses et l'Aigoual. Nous effectuons un grand tour du lac pour rejoindre le GR43 et revenir tranquillement vers les Laubies. Ce départ permet d'aborder la partie sommitale du Mont Lozère par l'ouest, et de profiter d'un beau parcours en crête jusqu'au col de Finiels, à faire les jours de beau temps. De plus ce site permet d'offrir un point de départ plus proche pour ceux qui viennent de l'ouest du département, par le col de Montmirat.
Voilà il a fallu s'adapter aux aléas, et ce mini road trip hivernal nous a permis de mettre en place de futurs projets dans ce coin. Y a plus qu'a !
Bon WE à tous
Damien63
PS : comment on fait pour mettre des photos, j'y comprend rien !

Salut à vous Auvergnat et Fourinas
Content de voir que vous pouvez rechausser les skis à l'est du Massif Central. Ces perturbations qui remontent du sud épargnent pour l'instant l'Aubrac et le Cantal, mais les cm s'accumulent dans la région du Mont Lozère et en montagne ardéchoise, donc à l'est du nouveau…
Juste pour apporter un début de réponse à Forez, et pour éviter qu'il ne tombe dans une crise mystique lors de ces nombreux et futurs pèlerinages en Haut Forez, Le phénomène optique observé au dessus de Pégrol n'a rien de divin, mais serait dû à un phénomène dénommé "gloire" ou "lumière de Boudha" en Chine. Pour plus d'infos voir Wikipédia, car c'est un peu compliqué à expliquer comme phénomène.
Allez bon courage à tous
Damien63
Après un WE en famille dans le Forez ( donc sans les skis ), les belles conditions de neige sur place me laissèrent espérer un début de saison aussi faste en Aubrac. Mais du fait d'un stationnement de la perturbation sur le nord-est du Massif central, la Lozère n'a récupéré que des miettes des dernières chutes. ARRRGHHH m'écriais-je ! Pourquoi là-bas et pas ici… Donc pour ne pas rester à m’apitoyer sur mon sort, je charge les skis cailloux dans le coffre et direction le Col de Bonnecombe ( Aubrac sud ). Peu de neige effectivement, à peine 10 cm bien soufflés, mais l'ambiance est blanche. Par contre les fortes gelées ont bien saisies la sous couche humide. Après quelques hésitations je chausse les skis direction Chantecoin et la coulée du Mailhebiau. Il faut être prudent sur les chemins, les pierres ne sont pas loin, mais la sous couche de glace permet de ne pas trop les toucher. Par contre dans les prairies les touffes d'herbes gelées offrent une glisse acceptable mais chaotique. Au fur et à mesure de la matinée je ne déchausse pas, ça passe. Je peux ainsi prendre la direction du Mailhebiau, où la coulée de lave du volcan éponyme, a permis d'accumuler quelques belles congères sous le vent du nord. Ces quelques centaines de mètres sur une neige de rêve, font oublier les conditions limites. Même les premiers virages sur les pentes de la coulée. Je croise une trace de ski, qui emprunte à peu près le même itinéraire que le mien, puis contourne le vallon des sources du Bès pour rejoindre le buron des Rajas et le GR, Descente sur la défensive vers le buron de Rajas, avec pas mal de glace, et peu de neige. Puis retour tranquille en louvoyant pour trouver la trace la plus enneigé.
Finalement s'est passé sans déchausser, mais l'enneigement est très limite, avec beaucoup de glace. Donc s'il ne neige pas rapidement il faudra migrer dans le nord…
Je vous souhaite à tous une belle saison
Damien63
C'est parti !
De retour sur le forum après 8 mois d'absence de blanc manteau.
Çà y est la neige vient de tomber sur l'Aubrac et le sud du Massif Central. Donc ce dimanche matin première sortie de l'année, retrouver le matériel, les divers équipements (c'est où ça ?). Entre euphorie et perte de temps à tout regrouper. Puis direction le Col de Bonnecombe (1350 m). Comme souvent à cette période brouillard à couper au couteau et vent d'ouest plutôt fort. Entre 20 et 30 cm de neige tombée depuis deux jours, et quelques belles congères en formation. Après un quart d'heure à batailler à remettre les chaussons des T4 en place en plein vent, au vu des conditions je chausse les skis cailloux pour rejoindre la plantation de Bonnecombe qui abrite les pistes de fond. Plusieurs Algéco ont pris place face au chalet d'accueil du domaine nordique, car le chalet à été touché par la foudre cet été, et la charpente est brulée à cœur. Donc inaccessible cet hiver, les Algéco feront office d'accueil et de location en attendant les réparations. Le pisteur camarade Julien m'a fait savoir que le domaine devrait également emprunter une nouvelle dameuse pour cette saison. Mais pour l'instant personne au Col pour profiter de la première neige. Passé les quelques secteurs balayés par le vent du départ, les pistes forestières offrent une belle neige homogène, pas très glissante, et en train de se compacter. Bien tranquille à profiter des premières sensations hivernales à l’abri du vent. Les gestes reviennent rapidement, et les projets pour l'hiver se font plus palpables. Quelques pépiements de becs-croisés m'accompagnent, et sursaut brutal au passage d'un gros cerf à trente mètre devant les skis. Belle et fugace rencontre.
Rapidement au cours de la matinée la neige évolue, l'eau remonte par capillarité dans le manteau, et l'humidité atmosphérique, apportée par le flux d'ouest, imbibe le manteau neigeux qui se tasse à vue d’œil. Les conditions de glisse deviennent fastidieuses. Retour au Col où les première luge sont de sortie. Je ne donne pas chère de la suite de la semaine si le froid ne revient pas saisir la neige pour accueillir les futures chutes ( de neige ). Mais bon ce n'est qu'un début, et le gros de l'hiver est à venir, alors bonne saison à tous.
Damien63
Il faut une fin à tout, et malgré un hiver plus que clément, l'enneigement fut correct pendant 4 mois, si ce n'est trois semaines en janvier. Cette fois ci l'Aubrac n'est plus skiable sauf à déchausser souvent de plaques en plaques.
Et comme je devais me rendre à Mende ce matin, j'en ai profité pour pousser jusqu'au Mont Lozère. La station nordique a annoncé sa fermeture hier, donc il doit bien rester un bout de neige à arpenter.
Montée en véhicule jusqu'au Col de Finiels (1541 m), qui est ouvert toute l'année. Ce col permet de se retrouver très rapidement en altitude, et d'atteindre en peu de temps les sommets du massif.
Bon ça va il reste un peu de neige, par contre chape de nuages agrémentée d'un vivifiant vent du sud. Tant pis pour les paysages je vais quand même essayer la neige. Départ à l'ouest du col, par les pistes de ski de fond, en très bon état, la neige a bien durcie durant la nuit et la glisse est même très bonne. Montée dans la plantation qui abrite les pistes de fond, c'est préférable ici, vers le sommet qui domine le col. En quittant la plantation au dessus de 1600 m le vent se fait vivifiant, et toujours la purée de pois. Vague hésitation pour sortir sur la crête sommitale, mais le halo du soleil laisse présager quelques trouées. Je rejoins la draille, (aujourd'hui GR 70) qui acheminait les troupeaux en estive, balisée de piliers de granite bien utiles dans ces conditions de mauvaise visibilité. Arrivé au niveau du dernier ressaut pour le sommet du Finiels (point culminant du massif à 1699 m), les choses sont assez simple malgré le brouillard. L'arrête sommitale du mont Lozère est orientée est/ouest, un versant sud boisé quasiment jusqu'au sommet, et un versant nord occupé par de vastes pelouses d'estive. Donc assez facile de garder chaque versant main gauche ou droite. Paysage complètement dénudé, seul quelques rochers et cairns dépassent. Par contre la crête est quasiment déneigé, et malgré plusieurs tentatives infructueuses, impossible de rejoindre le sommet en ski. il faut déchausser et finir à pied. De belles trouées se succèdent et laisse voir un versant nord avec de jolies pentes, encore bien enneigées jusqu'à 1500 m. Une première descente, la neige est très agréable et porte bien. Par contre il faut rester sur la vieille neige grise bien dure, et éviter la " blanche" gorgée d'humidité qui freine assez net quant on passe dessus. L'équilibre avant/arrière est de ce fait incertain. Mais on arrive vite à choisir son itinéraire avec le brouillard qui se lève. Du coup partie de yoyo sur le versant nord. Montées et descente se succèdent, et oui ça risque d'être les dernières de l'année.
Pour faire une métaphore Forézienne, le mont Lozère c'est la montagne de Monthiallier puissance 3 : Même type de relief arrondi, mais surface et pentes plus longue. Une petite pensée pour les camarades du nord-est du massif !
Retour tranquille vers le Col de Finiels en profitant de la vue sur les Cévennes qui se découvrent. Petit casse-croute, et puis va pour une petite balade digestive de l'autre coté du Col, en direction du Mas de la Barque. Par contre de ce coté la neige a bien fondue, et il faut rester le long de la plantation de l'ONF pour rejoindre un sommet rocheux (1674 m) au sud/est de Finiels. Ce coté est beaucoup plus rocheux, les blocs de granites sont partout, gare aux skis, et le relief est plus nordique. Mais ce vaste plateau laisse présager de belles futures sorties…

Voilà, saison terminée, belles découvertes entre Aubrac et Mont Lozère, j'en profite pour vous souhaiter bonne continuation, portez vous bien, et à l'année prochaine…

Damien
Modifié il y a 7 ans
Il va bien falloir se faire une raison, la saison semble rapidement se terminer (bien que l'année dernière les plus grosses chutes de neige en Aubrac eurent lieu après le 20 mars).
Sortie ce matin depuis la piste des Rajas, très léger regel nocturne, et neige pas très agréable, style glace des bacs à poisson ! La recherche de l'itinéraire se fait compliquée, afin de ne pas déchausser et éviter les nombreux ruisseaux. Pas facile de tourner en descente dans une neige très aléatoire pour les appuis. Passé le refuge des Rajas, remontée du vallon pour rejoindre le buron de Salle-haute. Très belle vue sur le sommet du Mailhebiau. Le manteau neigeux est plus continu sur ce secteur, et la glisse s'améliore. Direction le cirque d'Alte Teste, bien enneigé, et descente le long du ruisseau des Ferrière, pour rejoindre la belle pâture qui descend du Mailhebiau au hameau des Vergnes. Sur ce versant sud-ouest le travail de sape du soleil est encore plus spectaculaire, et malgré le petit vent du nord qui souffle, la neige fond à grande vitesse. Remontée vers le Mailhebiau, puis retour peu glissant en direction de la voiture. La coulée de lave du Mailhebiau est bien déneigée, donc je choisis de la longer par le nord. Je croise un skieur en fond classique, petite discussion et encore un qui pense utiliser des skis de randonnée nordique !
Descente accrocheuse et retour au point de départ.

Bien sur les conditions ne sont pas excellentes, mais on espère toujours pouvoir encore faire une autre sortie. ça devrait pouvoir bricoler encore cette semaine, après il va falloir trouver des montagnes supérieur à 1500 m (et encore…smile

Bonne semaine

Damien
Modifié il y a 7 ans
Après cette semaine de beau temps, montée hier matin,vendredi, pour profiter encore une fois des restes de l'hiver. La neige a bien souffert de cette semaine torride, plus de neige en dessous de 1200 m, mais le manteau neigeux est encore homogène au dessus de 1300 m, même si celui-ci commence à prendre une tenue peau de dalmatien !
Très bon regel matinal, et à 8h30 la neige est même bien dure, voire glacée. Direction le ruisseau du Doulou, par la cascade du Saltou, en longeant la piste raquette. Neige ultra glissante, aucun effort pour avaler le début du parcours en faux plat descendant. Passé le ruisseau du Pesquio (il a bien fallu déchausser), le sentier rentre sous les frondaison des fayards, et là vrai champ de mines ! Les nombreuses traces de raquettes bien gelées offr, j'imagine, le triste spectacle du skieur titubant. Après quelques centaines de mètres de ce rodéo, arrivé au Doulou les conditions se font plus calme, et décide de le remonter pour rejoindre le plateau. La vallée qu'emprunte le ruisseau (Lou Galabert) est bien évasée et offre une magnifique ambiance, entre bosquets de hêtres et pâturages. Remontée en direction du plateau vers le Puech des Agudes (au dessus de Plagne). Comme la neige était encore bien gelée, il a fallu mettre les peaux (première fois de l'hiver). Ensuite tournée des grands ducs, Carteyroux, Mailhebieau, et comme la progression fut assez rapide sur cette neige, Crochet en direction des Vergnes, en Aveyron, pour profiter de la belle descente du Plo de Finet. Glisse excellente, grand virages, et génuflexion oblige. Remontée par le ruisseau des Ferrières, en direction de la croix de la Rodde, petit détour et ascension du Puech d'Alte Teste. Par contre pas de vue, seulement une brume marronnasse qui entoure le plateau. Ca fait pas trop envie de redescendre !
Retour sur Bonnecombre par Les Rajas, vers midi la neige commence à bien revenir et la progression se fait plus fastidieuse.

Ca devrait encore passer ce WE, par contre après, il faudra sans doute slalomer d'une plaque à l'autre.

Bon WE

Damien
Modifié il y a 7 ans
Bonjour à tous,

Et bien quelle fin de semaine ! Tempête de beau temps, comme l'annonce N75 en Forez, ici aussi en Aubrac. Les départs se font de plus en plus tôt, afin de profiter des conditions de regel nocturne, et d'éviter la foule des vacanciers (les trois zones environnantes sont en vacance).
Toujours de magnifiques conditions de neige, même si les versants sud sont pas mal verglacés au petit matin. Mais malgré la douceur de l'après midi, je trouve que la neige résiste bien, même si les secteurs décapés par le vent commencent à se découvrir.
Changement de secteur, je délaisse vendredi matin la partie sommitale du plateau, pour profiter d'une zone un peu en contrebas du Col de Bonnecombe, secteur très tourbeux en été, et qui se prête à merveille au SRN en hiver. Ce secteur des Clapas de la Tioule, est le fruit du rabotage des glaciers du quaternaire sur le vieux socle granitique de l'est de l'Aubrac. Paysage magique, couvert de blocs de granite, émoussés par l'érosion. Ce paysage légèrement vallonné laisse libre cours à l'errance, et l'itinéraire se fait tortillant ! Par contre les nombreux ruisseaux qui sillonnent ce plateau, sont quasi tous découvert, et leur franchissement demande parfois de longues réflexions !
On s'attend juste à voir surgir des trolls ou des lutins, mais non, grand calme, juste un renard puis un lièvre qui détalent au loin. En bordure du Clapas on trouve les plantations de Rabiols, qui abritent la plus grande concentration de cerfs du département, et logiquement le loup y a été aperçu plusieurs fois (il a même été filmé). Mais là, pas âme qui vive. Toujours une bonne excuse pour faire un détour supplémentaire afin de se remplir les yeux, mais bon il faut bien rentrer, et là par contre la contraste se fait brutal avec un parking archi-plein. En même temps le petit foyer de ski profite de cette affluence, et loue le matériel plusieurs fois dans la journée. Plutôt bien pour le maintien de ces petites structures associatives.
Samedi plus tranquille, initiation au ski hors traces avec des amis, puis raquette l'après midi. Toujours autant de monde, et pas mal de gens qui errent à la recherche du sommet de l'Aubrac, sans sac ni carte…et qui te demandent leur chemin à 4h de l'après midi ! Avec de tels conditions la prudence se relâche considérablement.

Donc dimanche à gratter le jardin, on verra bien la semaine prochaine, en espérant que les températures ne soient pas fatidiques au blanc manteau !

Bonne semaine à tous

Tu as raison N75, les petites stations de ski alpin de l'Aubrac ont du réduire la voilure sur leurs équipements : Brameloup a démantelé la moitié de son domaine skiable, et revendu ses canons à neige…à Laguiolle. Cette autre station a effectivement démontée son télésiège pour un téleski, et reste à ce jour la seul station avec enneigement automatique de l'Aubrac.
Modifié il y a 7 ans